Edito: pourquoi l’As d’Or est nécessaire. Et en même temps complètement absurde

Ca y est, les résultats sont tombés hier soir. Le fameux prix a été décerné au meilleur jeu de société de 2016 (enfin, on va y revenir plus tard…), dans la catégorie grand public, joueurs experts et enfants.

Depuis 1988 ans, le festival du jeu organisé à Cannes en février-mars annonce quelques semaines au préalable les nominations des meilleurs jeux par catégorie, puis le palmarès final tombe le soir avant l’ouverture du festival. Hier, donc.

Pourquoi l’As d’Or est-il nécessaire?

Pour trois raisons.

Parce que ça fait du bien à l’industrie

L’As d’Or est un prix franco-français qui félicite un jeu sorti en VF en France dans l’année (en principe…). C’est donc un moment important et propice pour le marché des professionnels francophones, éditeurs, auteurs, distributeurs, illustrateurs, médias, de se retrouver autour de cet événement pour négocier des contrats et échanger autour des pratiques, des chiffres, de la situation. Pour juste se retrouver entre passionnés.

Dans la très grande majorité des cas, les professionnels se sont lancés dans l’aventure par passion. Le jeu de société était leur hobby, ils en ont fait leur métier (mais au fond, est-ce une bonne idée de faire de son hobby son métier? Les concernés s’expriment). Se retrouver entre professionnels passionnés, et souvent amis, est un moment privilégié. D’autant que ces opportunités sont très rares dans le calendrier annuel des professionnels, toujours tiraillés entre deadlines des sorties. Avec Essen et Nüremberg, Cannes est le troisième angle à constituer ce triptyque annuel. Avec la Gen Con qui vient de plus en plus s’immiscer dans la partie.

Parce que ça fait du bien aux joueurs

Mais au fond, qu’est-ce qui nous pousse à aller à Cannes, à Essen?

L’As d’Or, et le Festival International des Jeux à Cannes, est un événement fédérateur, rassembleur. Nous, êtres humains, mammifères grégaires, sommes extrêmement compliqués et contradictoires. Autant nous apprécions nous démarquer, nous montrer différents de la meute, ne pas faire comme tout le monde, marquer notre individualité, autant nous apprécions faire partie d’un tout, d’un groupe, d’une communauté, d’une famille. Nous tendons à la différence, mais partagée.

Nos contradictions sont notre identité.

Porter une cravate, ok, mais de couleur différente que celle de son voisin. Avoir une coupe de cheveux originale, certes, mais plus ou moins inspirée de celle de vedettes. Jouer à des jeux de société auxquels personne ne joue, parfait. Mais personne? vraiment?

Autant on a besoin de se démarquer et autant on a besoin de se retrouver, de partager, de communier autour d’une même passion.

Et c’est ça, l’As d’Or et le FIJ.

Enlevez ce genre de raouts, et qu’est-ce qui nous reste? Des soirées passées à jouer à 2-3 personnes et de longues heures devant son écran à suivre des sites et des blogs de passionnés… Un peu tristoune, non?

Parce que ça fait du bien au jeu de société moderne

On a mal débuté notre rencontre. On recommence?

Le jeu de société, c’est malheureusement ça. Faites un test, là, maintenant, tout de suite, aujourd’hui, ce soir, demain. Demandez aux gens qui vous entourent, dans le bus, dans le métro, dans votre famille, au boulot, allez-leur demander de vous citer trois jeux de société qu’ils connaissent. Vous verrez, leur réponse sera accablante. Quand on parle de jeu de société, la grande majorité du public continue à sortir des titres cultes, classiques et cucul comme le Monopoly, le Trivial Pursuit, ou au mieux, Dobble ou Jungle Speed… On se situe à des milliers de kilomètres des milliers de titres innovants et ébouriffants qui sortent chaque année (4’000 en 2016).

L’As d’Or est un formidable tremplin pour démocratiser le jeu de société, dit moderne depuis la fin des années 90 (au contraire du jeu de société dit traditionnel. Ante 1990). Tremplin, car les médias, friands de tendances et de hype, seront ravis de partager l’information. Et peu à peu, les petits ruisseaux font les grands fleuves, le jeu de société moderne deviendra, comme le cinéma, la bédé, la littérature, un véritable objet culturel reconnu par la masse, et non plus cet objet de dérision et de divertissement réservés aux grands-parents un dimanche de pluie. Ou à ces ludigeeks adulescents et mal-rasés.

Les poncifs ont la dent dure. L’As d’Or est un bon dentiste.

Mais en même temps complètement absurde?

Parce qu’en 2017, ce sont neuf personnes qui ont été sélectionnées pour choisir les trois meilleurs jeux. Neuf personnes triées sur le volet par les organisateurs du salon. Organisateurs qui eux-mêmes n’y connaissent pas grand chose au jeu, il faut le reconnaître. Ces organisateurs ont reçu comme mission de la part de la municipalité de faire vivre la ville en période creuse, d’animer le fameux Palais des Festivals trois mois avant les réjouissances cinématographiques qui cannibalisent toute la ville et les attentions internationales.

Neuf spécialistes du jeu, donc, moguls des médias, ludothécaires, boutiquiers, conservateurs de musée du jeu, qui vont trifouiller dans les sorties de l’année (enfin, on y reviendra) pour trouver LA pépite. Celle qui sort du lot. Celle qui plaira au plus grand nombre. Celle qui va procurer plaisir et immersion ludiques. Celle qui mérite la palme le dé prestigieuse. Le but de l’As d’Or n’est pas tellement de décerner un prix au meilleur jeu, mais de déceler celui qui va ravir le plus de joueurs.

Mais bon.

Soyons honnêtes.

Il ne s’agit que de neuf individus.

Je ne suis pas Français, une nation habituée à la « monarchie » constitutionnelle. On élit un « roi » (ou bientôt reine, en mai… Ou pas. Oui, disons « ou pas »), roi à la tête du pays qui en fait ensuite à sa tête pour introduire ou appliquer n’importe quelle loi (ou au pire, si le pouvoir législatif n’est pas d’accord, 49-3 dans tes dents).

On parle de république, puisque le gouvernement est élu au suffrage universel. Le peuple choisit, le peuple décide. Mais ensuite le peuple subit (la preuve avec le président actuel, extrêmement socialiste trois petits points ironiques).

Vous trouvez que je me perds en conjectures politique et citoyenne? Restez encore un tout petit peu avec moi. Vous verrez, ça deviendra limpide.

Je suis suisse. En Suisse, notre système est différent. J’ai été élevé par et dans la démocratie directe. La démocratie du peuple par le peuple. Les initiatives, les référendums, tout ça. Ou quand le peuple a vraiment la parole. Nous élisons notre pouvoir législatif national, qui, lui, choisira ensuite le pouvoir exécutif national. Tandis qu’au niveau communal et cantonal, donc « humain » et plus micro, c’est le peuple qui le désigne de manière directe.

Mais revenons à nos moutons.

Ces neuf spécialistes ont été désignés par des organisateurs. Organisateurs qui n’ont eux-mêmes qu’une bribe d’expertise dans le domaine du jeu de société. Ces désignations sont en fonction des activités, de la connaissance, de l’implication du jury dans le marché. Mais cela reste arbitraire, et le processus n’est absolument pas démocratique. D’autant qu’au final, le pouvoir décisionnel d’attribuer l’As d’Or est délégué par une assemblée constitutionnelle non-spécialiste (=les orgas du FIJ) à un parterre de spécialistes (=le jury) « triés » sur le volet. Triés, vraiment? Ou copinage? Ou flagrance (trop?) évidente? Ou instrumentalisation? Quel est le processus détaillé de désignation du jury?

Ma question est la suivante: faut-il en faire tout un foin de l’As d’Or, juste parce que neuf gulus catapultés décident que ces jeux sont mieux que d’autres? Quelle crédibilité attribuer à ce « fameux » prix?

La réponse paraît aussi évidente qu’abrupte.

Aucune.

Le prix est absurde.

Sauf la crédibilité qu’on veut bien lui conférer.

Et qu’importe le protocole ou le résultat, aussi biaisé et peu démocratique qu’il puisse être, c’est la finalité-même qui importe au monde et au marché du jeu. Parce que oui, l’As d’Or est important pour le monde du jeu de société. Pour nous, passionnées que nous sommes, qui passons tant d’heures à subir l’infobésité, à dépenser tant dans ce loisir culturel. L’As d’Or est un moment privilégié. Festif. Extraordinaire. Unique.

Vivement l’As d’Or 2018.

Un As d’Or 2017 qui restera dans les an(n)ales de l’histoire

Nous ne nous arrêterons pas sur l’As d’Or de la catégorie « Enfants », parce que nous n’y connaissons absolument rien en jeux pour enfants (ni en enfants, d’ailleurs. La preuve, j’en ai deux).

Mais arrêtons-nous tout de même deux minutes sur les deux autres jeux primés. Deux jeux qui peuvent soulever la polémique. Ou en tout cas une sérieuse surélévation de sourcils.

Catégorie Tout Public

Et c’est Unlock! qui remporte le prix. De l’As d’Or 2017. Ou devrais-je dire l’AsMODEE d’Or.

Unlock!, on vous en parle depuis « longtemps », depuis Essen où on a pu le découvrir en avant-première. Et déjà en octobre, on vous prédisait de son succès. Un jeu immersif. Incroyable. Et tout ce genres d’adjectifs épiques et dithyrambiques. Le jeu va cartonner, c’est sûr.

Un choix étrange qui pourra prêter à controverse. Pour trois raisons.

1. Asmodée

Unlock!, c’est du pur cocorico. L’auteur principal (Cyril D) est un employé d’Asmodée. Les deux autres qui ont signé les deux autres scénarios aussi, d’ailleurs. L’éditeur, Space Cowboys, appartient aussi à Asmodée. Et Unlock! est distribué par… devinez qui? Oui, vous avez trouvé. Bref, c’est plutôt l’AsMODEE d’Or. Unlock! est une pure production franco-française à l’interne d’Asmodée. Aucune trad, aucune localisation. Un choix politique? Volontaire? Economique? Indépendant?

Surtout quand on sait que 49% de TT est détenu par Asmodée, et que le contributeur principal du FIJ est… aussi Asmodée. Loin de moi l’envie d’échafauder des théoriques conspirationnistes complaisantes, mais on est en droit de se poser quelques questions. Surtout que point numéro deux.

2. Timing

Unlock! a été sélectionné et nominé par le jury de l’As d’Or bien avant que le jeu ne sorte officiellement. Même bien avant que le jeu ne soit arrivé dans les entrepôts de l’éditeur/distributeur. Le jury aurait alors joué au proto. Au. Proto. En décembre, c’est-à-dire quelques semaines avant que le jeu soit annoncé comme faisant partie des nominés, l’appli n’était même pas encore finalisée.

Cette situation rocambolesque s’était déjà produite en 2011 avec Skull n’Roses qui avait alors défrayé la chronique. Cette année, visiblement, la pratique ne semble plus choquer grand-monde. Une habituation? Un choix tellement évident? Une solide réput de l’éditeur qui ne prête pas à la polémique parce qu’ils sont vraiment trop sympa ces djeunes?

Mais étrange, quand même, de sélectionner un jeu pas encore sorti, pour le préférer à d’autres, plus… officiels et « légitimes ». Est-ce à dire que tous les autres sortis dans l’année étaient vraiment de la daube? Ou qu’il y a eu quelques pressions à l’interne pour pousser un jeu pas encore sorti, pour exploser tous les records de vente à sa sortie? Ou se la jouer As d’Or=pionnier=découvreur de talent?

3. Stigmate

Et puis, au final, que dire de ce choix baroque de décerner le fameux prix à un jeu… jetable? On y joue au maximum trois heures (ou un peu plus si on a de la peine), puis bye-bye. Impossible alors d’y rejouer. Pour en faire quoi, ensuite? Le laisser prendre la poussière? L’offrir à ses amis? Le revendre? Guettez les sites d’occas, à n’en pas douter la marée va bientôt se lever.

Ca ne vous choque pas, vous, qu’on ait préféré donner comme message que le meilleur jeu de 2017 se devait d’être un objet culturel obsolète, consommable, jetable? Un objet. Culturel. De société.

C’est vraiment ça, l’image qu’on veut donner du jeu? De notre culture? De notre société? Un usage unique?

Triste et accablant constat. Et pourtant tellement stigmate de nos sociétés actuelles. En 2016-2017, même la vérité n’a plus besoin d’être vraie , elle aussi est devenue à usage unique. On lance des post-vérités alternatives un jour, pour annoncer tout son contraire le lendemain. Le but ultime? Toucher le plus grande monde. Capter l’attention, la nouvelle économie, rare et précieuse. Susciter de l’émotion. Favoriser un court-terme certes flamboyant mais éphémère, VS le contraire.

Non, finalement, avoir choisi Unlock! ne me choque pas. Il m’atterre. Pas que le jeu soit mauvais, bien au contraire, comprenez-moi bien, juste qu’il est révélateur de notre société du jetable. Oui, un très bon choix, au final. Très cohérent. Très contemporain. Très cynique. Rarement un jeu aura à ce point cristallisé sa réalité. Un choix éclairé, politique et critique du jury?

Catégorie Expert

Et le prix du meilleur jeu pour experts 2017 va à… Scythe.

Pas besoin de s’étendre sur le sujet, nous l’avons déjà fait avec le Swiss Gamers Award qui a déjà décerné son prix 2016 à cette quintessence lumineuse du 4X. Un excellent jeu.

N’en reste que le choix est aussi étrange puisque le jeu n’est plus/pas encore disponible en français. Si vous n’avez pas suivi toute l’affaire, voici un petit rappel des faits.

Précédemment, dans Scythe…

Stegmaier, l’auteur et éditeur américain, lance un KS à succès (presque 2 millions récoltés) pour la VO en 2015. Le jeu sort en 2016, avec de l’avance, il faut le préciser, chose extrêmement rare dans le paysage des précommandes participatives. Et c’est l’éditeur toulousain Morning qui s’occupe de l’implantation (trad + distribution) comme ils l’ont déjà fait au préalable avec Euphoria. Le jeu est dispo en VF sur le stand Morning à Essen en octobre 2016. Plusieurs centaines de boîtes sont dispo.

Et là, c’est le drame.

Morning, pour des questions de politique interne, préfèrent se concentrer sur l’édition et plus l’implantation (onéreuse pour Scythe, qui plus est). Les droits pour la VF sont alors… abandonnés. Les boîtes Morning déjà produites seront finies d’être vendues, et puis, c’est tout.

Pas de nouveaux stock.

Bye bye.

Et là, rebondissement.

Matagot contacte l’éditeur américain Stegmaier pour négocier les droits pour une nouvelle implantation francophone. Ça marche!

Mais.

Mais le temps de relancer la machine, en Chine, avec le transport et le Nouvel-An chinois entre deux, la nouvelle édition de Scythe en VF chez Matagot ne sera pas disponible avant avril 2017. Disons plutôt mai, et on reste ami.

Donc voilà. On en est là.

Un jeu primé. Encensé. Mais indisponible. Quand le jeu sortira dans 2-3 mois, on verra si l’engouement sera toujours là. Car le tapis roulant des nouveautés continue d’avancer, lui, et de plus en plus vite.

Point. Barre.

Pour conclure, vous pourriez dire que Gus&Co se la ramène et essaie de jouer les empêcheurs de jouer de rond. Mais est-ce qu’une voix dissonante, une remise en question, n’est pas le fondement propre d’une démocratie et de la liberté? Son ADN, somme toute? Gus&Co, FAKE NEWS aussi? 😜 Qui a le monopole de la vérité? Celui qui affirme ou celui qui interroge?

“It isn’t the rebels who cause the troubles of the world, it’s the troubles that cause the rebels.” Carl Oglesby

Donc voilà. On en est là. L’As d’Or 2017 laisse un goût étrange dans la bouche. Un petit goût de polémique avachie, qui, au final, ne changera rien.

« The future is fine. Just keep shopping » Paolo Bacigalupi

PS cette année, encore une fois, Gus&Co ne sera pas à Cannes. Parce qu’au contraire de certains de nos confrères, nous ne bénéficions d’aucune entrée d’argent, d’aucune entrée publicitaire, d’aucun soutien financier. Du coup, on est fauché. Non, ce n’est pas parce qu’on est suisse qu’on a tous des comptes en banque cachés plein de lingots d’or. En chocolat. Et encore. Partir 3-4 jours à Cannes de Genève pour couvrir l’événement pour VOUS, lecteurs, ça coûte. Pas un bras, mais quand même un budget à dégager de 500-700 euros par personne. Quand vous avez un loyer et deux enfants à charge, tout de suite, ça calme.

On a pensé faire du stop et dormir sous tente pour réduire les frais, mais on n’a plus vingt ans non plus… (comptez plutôt le double, poivre et sel bien assumé…). C’est triste, mais c’est comme ça. Soyons honnêtes, nous ne pouvons pas en même temps fanfaronner sur notre indépendance et en même temps toucher un gros salaire versé par la comm des éditeurs…. Du coup, si vous voulez suivre l’événement, allez faire un tour sur le site de nos amis et non moins collègues.

Le site du Barbu à Carreaux

Nos amis des traboules

Et si chez vous aussi, cet As d’Or 2017 suscite un froncement de sourcils, levez la main. Ou laissez un commentaire. 

72 réflexions au sujet de « Edito: pourquoi l’As d’Or est nécessaire. Et en même temps complètement absurde »

    1. Bonjour Gus, merci pour ce commentaire réaliste. perso je ne suis pas allé à Cannes et n’est pas présenté mon jeu au concours tant il y a des sous entendus de copinages. Je m’auto édite et passe des moments fort agréable avec des ludothéquaires, ludistes confirmés, familles et étudiants lors de soirées ou festival qui me conforte chaque jour sur mon choix.

      Aimé par 1 personne

  1. Bonjour Gus, je suis venu aussi vite que j’ai pu sur le blog pour lire l’article sur l’ASmod’OR…

    Il y a quelques jours j’avais exprimé mon opinion sur Unlock (mais plutôt certaines façon de faire, plus que douteuse sur l’attribution de prix) même si je sais Gus que ce n’est pas le plus important pour les joueurs…pour les ventes?

    La question que je me pose c’est: Est ce que cette famille a bonne conscience? Est ce que TT prend sa revanche sur le Spiel 2016?

    Pour finir, je félicite Vlaada Chvatil et Stegmaier.

    Aimé par 1 personne

    1. Haaaaaa Sylvain, ASmod’OR, tellement mieux que notre Asmodee d’or tout moisi. Bien trouvé!

      Pour répondre à votre question oui, tellement oui. En terme de ventes le prix est faramineux. Pas autant que le Spiel (300’000 assurés. Au minimum. Selon la qualité des titres ça peut grimper. Exemple Codenames, Hanabi), mais quand même.

      Et le FIJ et son As d’Or évolue en vase clos et en système fermé qui s’auto-alimente:

      Les éditeurs obtiennent l’As d’Or. Donc vendent plus. Donc valident (et apprécient) le prix. Et vont ensuite investir dans le FIJ (qui ne cesse de croître, années après années, pour un chiffre d’affaires en augmentation): stand, comm. Qui va ensuite faire la promotion du prix.

      Un cercle vertueux, somme toute. Lucratif pour les toutes petites boîtes comme Asmodée cette année, par exemple. Ils ont besoin d’un sacré coup de pouce.

      Plaisanterie mise à part, je suis content pour Matagot, une beaucoup plus petite structure, je suis content pour eux (quand Scythe sortira et se vendra, dans 2-3 mois. Attention à la fenêtre de tir quand même…)

      « La question que je me pose c’est: Est ce que cette famille a bonne conscience? Est ce que TT prend sa revanche sur le Spiel 2016? »

      Est-ce que conscience est commerce sont clivants?

      Et pour le Spiel et la revanche de TT, je pense que non. Après tout, le pendant germanique du Barbu à Carreaux fait lui aussi partie du jury du Spiel. Guido Heinecke. Mais mon dieu, ils sont partout 😄

      Bravo aussi à toute l’équipe d’Imagine! Qui aurait aussi amplement mérité leur prix!

      Aimé par 1 personne

  2. Purée de petits poids bleu des alpes!! Ca fait du bien de lire un avis aussi réaliste et posé que le tien!! Merci merci merci

    Je te rejoins sur la majorité des points et je te remercie de susciter ainsi ma réflexion (si mes profs avaient su le faire aussi bien, j’aurais certainement fait des études…).

    En tant que ludothécaire, je suis aussi relativement dubitatif sur l’attribution du prix « enfants ».

    Kikou le Coucou…

    Rien que le nom fait vraiment cucul la praline. On a l’impression de prendre les enfants pour des demeurés lorsqu’on le propose… Mais passons et admettons qu’il s’agit d’une traduction de l’allemand (que je ne parle pas malgré ma scolarité en Suisse) un peu maladroite.

    La jouabilité ensuite : le matériel est de bonne facture et joli. La boîte ronde dénote et le fait de s’en servir comme base de jeu n’est pas révolutionnaire, loin de là, mais reste tout de même original.
    Par contre, le jeu est très abstrait! Prendre une baguette, regarder la couleur du bout opposé, tirer une autre baguette de cette couleur et espérer que l’autre extrémité soit aussi de la même couleur pour pouvoir les poser sur le nid et peut être poser aussi un œuf… Je n’ai rencontré aucun enfant comprenant cette mécanique ni qui avait envie de la respecter!! Cette phase de choix aléatoire des baguette leur semble inutile et absurde!! ils préféreraient simplement prendre une baguette et tenter de poser un de leur œuf!

    Mais le principal reproche que je lui fait est de l’indiquer dès 4 ans!! Après avoir mis en jeu des enfants de cet age, je peux vous dire qu’ils n’ont pas la dextérité, la patience et la compréhension pour apprécier d’y jouer.

    A 5 ans c’est à peu près la même chose bien qu’ils y arrivent mieux.

    A 6 ans ils peuvent commencer à l’apprécier mais le nom du jeu en rebute déjà une bonne partie.

    A 7 ans et plus, le design leur paraît trop enfantin et quitte à pas tout comprendre ils préféreront se sentir perdu au commendes d’un monstre de King of Tokyo.

    Et je vous parle en tant que ludothécaire… Je me demande comment vont s’en sortir les parents…

    Non vraiment, quitte à devoir faire tenir des baguettes en équilibre, je préfère nettement Tombalo!

    Pour moi, il s’agit d’un ratage éditorial et pas d’un As d’Or

    La décision du jury me semble d’autant plus étrange que les autres nominés étaient bien à la hauteur! Si L’Age de Pierre Junior est déjà primé et reconnu, Animouv est bien plus intéressant que le coucou nidicole à mon avis.

    Vivement 2018 !

    Aimé par 1 personne

    1. Oh merci Piero. C’est exactement ce qui manquait à l’article! Merci merci merci (aussi). Une réaction sur le prix « enfants ».

      Donc ok Piero je note, ne pas l’acheter pour mes petits.

      J’ai craqué pour l’Age de Pierre Junior, et mon fils de 3 ans adore (et moi aussi. Surtout. Et mon fils aussi. Surtout. Et moi aussi. Surtout). Un jeu qui ne prend en effet pas l’enfant pour un demeuré congénital.

      Après, comme le dit l’article, qu’importe le processus, le résultat, on s’en bat les nouilles au fond. Il faut que la fête soit belle. C’est tout ce qui compte.

      Le prix est absurde et inutile. C’est la crédibilité qu’on lui confère qui lui donne du poids. C’est tout.

      J'aime

      1. Bonjour Gus, bonjour Piero,

        Ah tiens, puisque nous parlons de jeux pour enfants, hormis ceux déjà cités, y’en a-t-il d’autres que vous conseillez pour un 3-4 ans? (oui je sais que ce n’est pas vraiment le sujet, mais des choses intelligentes ont été dites plus haut et je n’ai rien d’autre à ajouter que ‘merci pour l’analyse’ 🙂 )

        Aimé par 1 personne

        1. Piero sera plus expert que moi. Mais perso, avec mon petit de 3-4 ans, c’est:

          L’âge de pierre junior
          Le verger (classique, culte mais pas cucul)
          Hop hop hop
          Dobble Junior

          Sinon aussi : ma première déclaration d’impôts junior, un jeu édité par le Ministère des Finances Publiques. Tableurs Excels en version allégée. Simulation de rentrées fiscales pour l’exercice en cours. Déduction des frais hypothécaires sur les frais de garde des jouets (relisez cette phrase qui ne veut absolument rien dire). Contribution sociale. Etc. Pour qu’ils apprennent enfin à être utiles à la société ces 👶🏼

          Trêve de plaisanterie.

          L’excellentissime site (mais belge, je préfère prévenir) Mon Petit Ludigaume propose une palette bien fournie.

          Bonnes parties

          J'aime

            1. Salut Nicolas, je joue avec mes enfants (4 et 6) à de nombreux jeux, bien souvent il y a moyen d’adapter les règles sans passer à une version junior, Carcassonne par exemple, fan de puzzle ils aiment bcp.
              Pikomino (le grand aide un peu a compter), mmm (matagot), spookies (le petit est fan), pique plume (j’ai aucune chance a tous les memory possible), cardline animaux, jurassik (ilopeli), les dés à histoires (storycubes) les jeux sunnygames (cooperatif) sont très chouette, les jeux Drei magier spiele aussi, jeu d’adresse: pyramide des animaux, les rondins des bois.., et KINGDOMINO depuis peu 😉

              J'aime

  3. Merci et bravo pour cet article. Unlock testé en festival et acheté à sa sortie. FAN! Je n’ai pas fais de réelle escape room, prix trop important et pas assez d’amateur autour de moi pour le faire. J’introduis le jeu de société moderne autour de moi depuis quelques mois, ami, femme, enfant, belle mère, cousins, et malgré l’enthousiasme, je ne leur vois pas encore essayer unlock. Par contre kingdomino est un grand succès, règles immédiatement assimilé, grande accèssibilité, parties courtes, beaucoup de plaisir de jeu, à la fois léger et très stratégique, gagne en profondeur au fur des parties, intéractif, beau matos, petit prix, il à vraiment TOUT pour plaire. Içi c’est ce jeu qui procure plaisir et immersion ludiques au plus grand nombre, mes enfants de 4 et 6 ans y jouent avec leur grand mère. vous les voyez faire un Unlock? Et l’excellent Codenames alors, j’ai la version image, car plusieurs langues sont pratiqué dans la famille, est ce qu’il touche autant de personnes? NON, il sort moins facilement de l’armoire et moins souvent aussi.
    Pour ce qui est des enfants, ce sont les joueurs de de demain, enfin d’aujourd’hui, donc je m’y intéresse très fort. Quand je vois ce que mes enfants de 4 et 6 ans arrivent à assimiler comme règles.. je pense qu’ils vont pas trainer à s’amuser avec des jeux comme Myrmes ou Drum Roll..

    Aimé par 2 people

  4. Quand-même, y’a combien d’autres blogs francophones où on on retrouve la même franchise ? C’est fou comme ce secteur est cadenassé en France.

    Sinon, t’as pas pensé, ou voulu, lancer un appel de fonds pour financer ton voyage à Cannes via un Tipeee, voire un Kickstarter (cf. https://www.kickstarter.com/projects/tar3820/theonetar-goes-to-spiel-essen). Ca fait un moyen sympa pour tes lecteurs de te remercier pour ton blog tout en contribuant pour avoir un avis plus critique sur ce qui se passe là-bas. Ou pour financer ton séjour à l’hosto si tu te fais castagner par les pontes du secteur.

    J'aime

  5. « ou pour financer ton séjour à l’hosto si tu te fais castagner par les pontes du secteur » hahahaha j’ai tellement ri.

    D’autant que j’ai déjà reçu plusieurs messages haineux du secteur. Mais j’étais videur dans une autre vie professionnelle, j’ai essuyé quelques coups (de couteau), notamment, je pense pouvoir m’en sortir. C’est peut-être ce passé trouble qui m’a alors poussé à me lancer dans des études. De théol, accessoirement (mais vraiment accessoirement, faut pas pousser non plus).

    Bref, j’arrête de te raconter ma vie. Inintéressante au possible.

    Donc par respect au temps que tu as investi pour rédiger ton commentaire, je vais en prendre pour te répondre:

    « Quand-même, y’a combien d’autres blogs francophones où on on retrouve la même franchise ? ».

    Peut-être que le « problème » est là, justement, inclus dans ta question. Blogs. Un blog est souvent (mais pas toujours) tenu par des passionnés qui se lance dans l’aventure du partage. De leur passion. L’envie de transmettre. De se sentir moins seul-e. Et ce besoin d’offrir. De son temps. De son énergie. Mais la passion dévore. Elle manque de raison. Vite vite, des photos. Vite vite, le buzz d’un nouveau jeu. Vite vite, un compte-rendu d’un jeu qu’on a adoré. Ce que nous faisons aussi, nous sommes pareils.

    Mais parfois, parfois, il est crucial de prendre un tout petit peu de recul et observer la situation. Nous ne le faisons pas mieux que d’autres. Nous le faisons, parfois. Remarque, maintenant que j’y pense, c’est peut-être inhérent à ma profession (prof de littérature et de sciences humaines au lycée? Je suis payé pour (me) poser des questions. Je ne me considère pas comme un enseignant qui doit fournir les bonnes réponses, mais dont la mission est d’aider à se poser les bonnes questions. Et ça commence avec moi-même. Ce que l’on retrouve parfois à travers le blog. Et chez d’autres, aussi, parfois, quand ils décident de ralentir. Car au fond, le grand défi, aujourd’hui, est bien celui-ci. De ralentir. Et plus qu’un défi, c’est devenu un luxe. On peut courir après la nouveauté, les annonces, les sorties. Ou on peut décider de se la jouer dilettante, et de prendre SON temps. Celui qu’on perd.

    Bref. Après cette pâtée loquace, réponse numéro 2.

    « lancer un appel de fonds pour financer ton voyage »

    Pourquoi pas.

    Mais ça me paraît extrêmement compliqué à mettre en place. Et du coup, je crains qu’on perde en indépendance de ton. Le fait de demander de l’argent me ferait sentir redevable. On croit que le don fait du bien, alors qu’il provoque un fort sentiment de redevance (le fameux effet d’appréciation, une subtile technique utilisée en marketing) pour le receveur. Comment trouver la juste contre-partie pour ne pas décevoir ou « arnaquer » le souscripteur?

    Et ensuite, tant de questions se poseraient: quel hôtel choisir? Un 4 étoiles? Un 2? Un 5? Et quel repas commander? Tout ça payé par et « sur le dos » des backers… Je redoute d’abuser du système. De profiter.

    Ou alors attends, j’engage ma femme comme assistante personnelle et je la fais payer par les impôts et on en parle plus. Voilààà.

    Plus sérieusement Sylvain. Même si on est parfois/souvent fauché, comme pour Cannes, mon but n’était pas de me la jouer misérabiliste, de me lamenter ou de susciter de la pitié. Pardon, si c’est le sentiment éprouvé, ce n’était pas voulu.

    Mais juste d’énoncer une vérité: blogueurs, c’est sympa, mais on n’est pas tous financés par la pub. Alors parfois, parfois, faut faire des choix.

    Et je vais être honnête avec toi Sylvain. Le seul remerciement, le seul salaire, la seule rétribution que j’attends de nos lecteurs, c’est leur intelligence.

    J'aime

  6. Bonjour.

    Je vais jouer l'idiot (un rôle toujours utile).

    Pourquoi "la revanche de TT" ? La revanche de space cowboys j'aurai compris, mais Tric Trac est dans une telle position qu'il n'a rien à gagner à ce que tel ou tel gagne l'as d'or. Et même si Phal est proche d'Asmodée , c'est bien Asmodée qui gagne, pas TT.

    De même, je n'aurai jamais voté unlock ou Lepen, mais j'ai beaucoup de mal à comprendre leur présence dans le même article. On frôle de très près le point Godwin.

    Si on en appelle à l'honnêteté intellectuelle, autant se l'appliquer à soi-même. Soit on accuse clairement de corruption, et on argumente (lien entre Phal et Asmodée, intérêt financier du fin, etc… ), soit on s' abstient de sous-entendus nauséabonds.

    Je ne dis pas que vous avez tort, peut-être que la majorité du jury est à la botte d'Asmodée… Mais dans ce cas, On enquête, on explique, on argumente,  et une fois la chose bien ficelée, on publie. C'est ce travail qui différencie les haters du net du canard enchaîné.

    On est un tout petit microcosme.

    Peut-être que Unlock parce que c'est nouveau dans le jeu de société ?

    Mais surtout,  faisons attention à la forme,  car si je suis en accord sur le fond (je suis féministe et je comprends par pourquoi unlock), je trouve que la forme dessert le fond.

    Cordialement.

    Julien Lamouche

    J'aime

    1. ??? Mais où avez-vous lu « la revanche de TT » dans l’article? Cela n’a jamais été évoqué. En commentaire, sous forme de question par un curieux lecteur, certes. Et encore, contre-argumenté.

      Cher Julien, je ne peux que vous conseiller de relire l’article dans le détail.

      Merci pour votre commentaire plein de passion et d’énergie. Votre engagement et enthousiasme font plaisir à voir. Et merci aussi pour votre relecture apaisée.

      En tout cas, réussir à placer Le Pen et le Point Godwin dans la même phrase, fallait oser 😂

      Heureux de vous savoir aussi féministe, Julien.

      La bise et revenez vite nous voir!

      Gus

      J'aime

    1. Merci Gabriel.

      Mais non, je ne suis pas d’accord. Ce n’est pas possible que ça soit toujours un plaisir. Pas toujours.

      Des fois aussi, on fait de la m (genre les #gusgraf ou les #wtfawards 2016). Mais qu’est-ce que ça nous fait 😄

      À très vite sur Gus&Co (plusieurs articles très sympa, et utiles, à venir la semaine prochaine).

      (PS Sympa, au pluriel, y a un « s » ou pas?)

      J'aime

  7. Très bon article.
    Pour décerner le prix du meilleur jeu, normalement le jury doit jouer plusieurs fois les jeux pour être le plus objectif possible.
    Et là non, pas besoin pour unlock, je suis complètement sidéré.

    Aimé par 1 personne

    1. D’autant qu’encore une fois, le jeu n’était pas encore fini en décembre. Quelques semaines avant la nomination.

      L’Elite, la partie de démo, comme le tuto, alors oui. Ça c’était prêt depuis octobre pour les négo avec les distributeurs.

      Ce qui veut donc dire que le jury n’a joué qu’au scénario de démo. Ou aux trois scénarios mais encore en proto.

      Mais je pense surtout que c’est plus la forme du jeu qui a été primée. Sa mécanique. Plutôt que le fond. Pas besoin d’y rejouer 600 fois. Ou de jouer au jeu fini. La carcasse était dispo, et hop, le jury s’y est engouffré.

      Content de ne pas être le seul à qui ça choque, Strat!

      Encore une fois, ce prix n’a aucune crédibilité. Sauf celle qu’on veut bien lui donner. Mais le jeu reste excellent, là n’est pas la question.

      J'aime

  8. Bravo pour ton blog qui reste bientôt le seul que je lise régulièrement car réellement amateur (dans le sens premier et noble du terme), pour cet article qui pose des questions aussi pertinentes que futiles (les meilleures !). L’As d’Or est-il crédible ?
    Non, comme toutes les décisions oligarchiques
    Oui car cette oligarchie est composée de gars (et de filles) trop sympas et passionnés
    Non, car d’autres jeux sont aussi bons
    Oui car ce sont de bons jeux
    Non car franco-français
    Oui car il faut une belle grande messe en France pour célébrer notre passion
    Non car Gus l’a dit
    Oui parce qu’il irrite les bloggeurs
    … oh et puis on s’en fout…quoique…
    Bonne continuation !

    Aimé par 1 personne

  9. Personnellement je suis fort étonné que not alone n’ait pas été sélectionné. Mais bon il en faut pour tous les goûts. Il est clair que unlock aurait plus gagné en crédibilité s’il avait gagné en 2018. Et comme tu le dit hormis pour la catégorie enfant ou je ne peux pas juger. Il n’y avait pas vraiment de mauvais jeu à mon sens. Ce que je reproche par contre c’est un prix qui récompense des valeurs sûres. J’aimerais plus des catégories supplémentaires qui donnent leur chance à un jeu moins bien distribué, auto-produit,…., un prix de l’illustrateur, du meilleur jeu étranger,….

    Aimé par 1 personne

  10. Effectivement ces choix sont étrange… Mais n’est ce pas là une peu comme nos « chers » sondages politique ? Et qui plus est Canne n’est elle pas la ville des choix limites ? Que ce soit pour le jeu ou le cinéma, qui n’a pas vu un film primé à Cannes en ayant un goût amer à la fin. Une chose est sure, un prix quel qu’il soit peut aider un débutant à faire un choix, encore faut il être bien conseillé par un vendeur spécialisé, mais un joueur régulier en a t’il vraiment besoin ? Le but dans tou ça reste le plaisir, alors jouons !

    Aimé par 1 personne

  11. Bonjour amis Helvètes,
    l’exploitation désormais éhontée du FiJ par l’AsmoTeam dans ses grandes largeurs ( des commerciaux qui sont là pour faire du business-et c’est bien normal- aux sous-fifres velus en passant par les auteurs de jeux qui se croient aussi auteurs tout court…) bref, l’AsmoGalaxy croit bon, du haut de son chiffre d’affaire, avoir la latitude pour faire main-basse sur le cultissime As d’Or qui fut pionnier dans les années ’80 et dont je garde une nostalgie acnéique.
    Ma question est:..TADAMMM… au vu de la promotion sans cesse dirigée vers les ‘amis’ d’Asmo, vu la partialité du jury, vu l’indéniable tendance à la conso-jetable, la promotion de tels jeux éphémères ne rendra-t-elle pas éphémère l’âge d’or du jeu. Point d’interrogation.
    Combien de temps les gamers investiront-ils dans des jeux à re-booter sans cesse par de nouveaux scenarii à 20 balles et combien de temps supporteront-ils le déferlement des boîtes d’auteurs dont on n’arrive décidément pas à soigner la diarrhée ludique? ( pourtant l’homéopathie en guérit aisément)
    Bref ASmo ne se tire pas une balle dans le tr…pied?
    haha, voilavolia

    Aimé par 1 personne

      1. Bonjour Gus
        et merci pour tes tribunes toujours alléchantes.
        Oui ; bon pour l’auteur diarrhéique, j’aime bien le bonhomme quand même, j’éprouve de la compassion, Con/passion, bref il faut bien qu’il mange et paie ses impôt comme tout un chacun…

        Aimé par 1 personne

  12. Bonjour, moi qui débarque dans le petit monde du ludique avec le projet de création d’une boutique, ce genre d’article me questionne intelligemment (vous êtes un bon prof o/\o ). Génial l’article, merci beaucoup et bravo !

    Aimé par 1 personne

  13. Hello,
    dommage de trouver des digressions politiques dans l’article. Quand au lien fait ici asmodée/as d’or est-il basé sur un seul jeu ? Si je prend les précédents nous trouvons Mystérium (Libellud), Colt Express (Ludonaute), Concept (Repos Prod), Andor (Iello), Skull’n roses (lui-même) (ok celui là je n’ai jamais compris pourquoi il avait eu un prix), Identik (Asmodée), Dixit (Libellud).
    Le lien avec Asmodée c’est quoi précisément ? Car ok Asmodée distribue la majorité des éditeurs, mais du coup forcément ça va souvent tomber sur un qu’il distribue non ?
    Si on se base sur Unlock uniquement la démonstration me paraît des plus légères. Accessoirement le jeu est bien sorti avant la festival non ? et ils peuvent avoir fait les 3 aventures. Le procès me semble à charge sur ce jeu.
    Qu’il y ai du copinage c’est possible, certes le jury est constitué de 9 personnes, pas de 5000, mais c’est le cas de tous des prix décernés par des « jury », avec ce que ça implique de choix dans son coin, ou qui laisse des doutes sur la volonté de faire plaisir à untel. Accessoirement le milieu du jeu est un milieu ou tous les acteurs francophones se connaissent.

    A tout hasard je suis un simple joueur lambda, fan d’escape room, et qui n’a pas encore reçu son Unlock ! (juste fait la démo), mais le ton de l’article me fait réagir.

    Pour Scythe si on avait eu du copinage j’aurais plus vu Conan l’emporter (et il aurait pu sans copinage ce ne serait pas une honte), puisque Stegmeir ne connait probablement pas les membres du jury. Et le jeu existe bien en VF, et à mon avis il se vendra bien 🙂

    J'aime

    1. Bonjour David,

      Et merci d’avoir pris le temps de répondre à l’article de manière claire et cohérente.

      Pour les digressions politiques, oui désolé vous avez raison, elles sont de trop je vous rejoins. C’est juste que je voulais placer MON point de vue personnel, celui d’un petit Suisse baignée dans la démocratie directe qui trouve qu’un jury désigné par une autorité autocratique me troublait. Mais je comprends que cette partie vous déçoive ou irrite. Encore une fois, j’en suis désolé.

      Pour l’aspect copinage Asmodée, je n’ai fait que me poser des questions, soulever des interrogations. Qui suis-je pour me lancer dans des affirmations abracadabrantes? Personne. Je ne fais que partager mon questionnement, c’est tout. Y voir un semblant de théorie, c’est la rechercher. Point mon but. Certains commentaires ont fortement souligné l’aspect que vous citez également, mais ce n’était pas le fondement de l’article.

      Maintenant, pour rebondir sur votre commentaire:

      « Si je prend les précédents nous trouvons Mystérium (Libellud), Colt Express (Ludonaute), Concept (Repos Prod), Andor (Iello), Skull’n roses (lui-même) (ok celui là je n’ai jamais compris pourquoi il avait eu un prix), Identik (Asmodée), Dixit (Libellud).
      Le lien avec Asmodée c’est quoi précisément ? Car ok Asmodée distribue la majorité des éditeurs, mais du coup forcément ça va souvent tomber sur un qu’il distribue non ? »

      Le lien avec Asmodée, c’est quoi précisément?

      Mystérium-Libellud: distribution? Asmodée
      Colt Express-Ludonaute: distribution? Asmodée
      Concept-Repos Prod: distribution? Asmodée
      Andor-IELLO: distribution? IELLO
      Skull-Lui-Même (et je vous rejoins sur votre avis): distribution? Asmodée
      Identik: Asmodée
      Dixit-Libellud: distribution? Asmodée
      Unlock: Asmodée

      Le lien est là. En huit ans, Asmodée a distribué 7 As d’Or…

      Et oui, on est en droit de se poser la question mathématique  » Car ok Asmodée distribue la majorité des éditeurs, mais du coup forcément ça va souvent tomber sur un qu’il distribue non ? »

      Mais quid de TOUS les autres éditeurs ET distributeurs français? Où sont leurs jeux? De moins bons jeux? Quel est le message envoyé par l’As d’Or à tous ces acteurs de la scène ludique?

      Pour Scythe alors non, il n’a jamais été question de copinage. Ce n’est pas indiqué dans l’article. Juste que c’est extrêmement dommage de décerner à un prix à un jeu introuvable. Pour l’instant.

      Merci encore David pour votre réaction.

      J'aime

      1. Oui, d’autant plus, que pour les prix à l’étranger, on ne retrouve pas forcément systématiquement asmodée. C’est uniquement en france que l’on voit cela. Va-t-on voir unlock nommé dans un prix à l’étranger ? je pense que non.

        J'aime

        1. Donc pour répondre à votre affirmation Strat: « on ne retrouve pas forcément systématiquement Asmodée ».

          Pas.

          Encore.

          Mais vu comme Asmodée s’étend à gauche à droite dans la distrib (sans compter les éditeurs):

          Asterion en Italie (2015)
          Bergsala Editions, dès à présent Enigma distribution, pour tous les pays Nordiques, Suède, Danemark, Norvège, Finlande + Pays-Bas (janvier 2017)
          Heidelberger en Allemagne (2016)
          Esdevium au Royaume-Uni (2010)
          F2Z au Canada, désormais Asmodée Canada (2016)
          Hodin en Belgique (2007)
          Pro Ludo en Allemagne (2008)

          Je m’arrête là?

          Et d’autres sont déjà prévus ailleurs dans le monde.

          J'aime

      2. « Mais quid de TOUS les autres éditeurs ET distributeurs français? »
        ==> y en a plus, ils ont tous été bouffés par Asmodée. Les principaux qu’il me semble rester sont Gigamic, Atalia et Iello : cela ne représente que, quoi, 20, 30% du secteur ?

        J'aime

        1. Blackrock aussi, très important en France. 20-30%. En terme de catalogue? Au pif, ça semble être ça en effet. Depuis qu’Asmo à récupéré EDGE et sa mitrailleuse à jeux/extensions, le pourcentage a encore augmenté pour eux.

          Après, il faut encore bien faire attention entre éditeurs ET distributeurs

          J'aime

      3. Salut Gus
        Merci pour la réponse.
        Toutefois à la lecture de l’article et de nombreux commentaires on a l’air de pencher vers la certitude plus que le simple questionnement niveau complot diabolique (forcément avec ‘Asmodée »). C’est là où je rebondis car je dois être un acharné de la preuve 😉
        Asmodée est devenu tellement gros qu’il a dans son catalogue beaucoup de candidats légitimes aux prix ludiques, ce qui fait que statistiquement il y a de grandes chances que ça tombe sur un jeu qu’il distribue. C’est pour cela que je trouve dommage si on se pose la question de ne pas chercher à voir s’il existe un biais statistique en étudiant les prix selon les années. Bon évidemment ça ne prouverait rien non plus et quand en plus tout le monde se connait un affect particulier peut influencer le jury, même inconsciemment.

        Pour le cas particulier d’unlock le jeu est pas mal, sorte de point n click sans ordinateur.

        J'aime

    1. « Il est bon qu’on entende parfois autre chose que le grelot des cloches des moutons bêlants… »

      Il est aussi bon qu’on entende parfois le son mirifique d’un commentaire lyrique. Merci Patrik.

      😊

      J'aime

  14. Réponse de P. Maurin (sur FB):

    Cher Monsieur,

    Si Kingdomino avait gagné, on aurait dit que c’était normal, parce que je fais de la bicyclette avec Bruno Cathala. Si Imagine avait gagné, on aurait dit que c’est normal parce que je fais du footing avec Matthieu d’Epenoux. Si Codenames avait gagné, on aurait dit que c’est normal parce qu’ils ont mis de la pub sur Tric Trac. Si Conan avait gagné on aurait dit que c’est normal parce que je suis un pote de JDR de Frédéric Henry. Si Star Realms avait gagné on aurait dit que c’est normal parce que Iello m’a filé toutes les cartes du jeux et que c’est mon jeu préféré du moment et qu’ils ont de la pub sur Tric Trac. Du coup, c’est couillon, j’ai favorisé un ami et je me suis fâché avec tous les autres…

    J'aime

    1. Mais???

      Ça ne choque personne que Maurin est juste en train de dire via ce post que l’As d’Or, c’est… lui??? Qu’il n’y a… que lui à décider???

      « J’ai favorisé un ami » j’ai. On nage en plein Trump là.

      Et les 8 autres? Ils n’ont pas voix au chapitre?

      Super démocratique…

      J'aime

      1. Je suis un peu perplexe. Vous publiez un article vantant le plaisir que vous avez eu à jouer à unlock; Scythe fait également parti des événements ludiques dont vous nous avez parlé depuis plusieurs mois… Pourquoi est-ce donc choquant qu’ils aient été primés ?

        Je ne connais pas de jury qui ne soit pas issu du milieu et donc un peu partial : c’est vrai au cinéma, dans la chanson et dans le jeu !
        Unlock prime une mécanique novatrice en phase avec le boom des escape game, scythe outre ses qualités ludiques, démontre un succès kickstarter d’un 4X pour gros joueurs , autre tendance ludique.

        Pourquoi crier au scandale ?

        Perso je préférerai star realm, car je sais que j’y jouerai plus souvent et kingdomino pour la même raison (et je sais que je n’achèterai pas unlock, un vrai jeu de ludothèque ou bar à jeux selon moi) mais je ne peux que respecter ces choix. Y avait il vraiment des jeux qui ne méritaient pas de gagner l’as d’or cette année ? Je ne crois pas la sélection était belle et tous les jeux ont de vrais qualités, le choix de l’as d’or a penché cette année pour souligner les nouvelles tendances.

        N’est ce pas aussi ce que l’on attend d’un prix ?

        Par ailleurs, je ne crois pas que le sort d’imagine ou de kingdomino soit à plaindre, les ventes sont déjà au top. Conan a son public et star realm devrait s’en sortir vu son format addictif et son petit tarif.

        Alors de que demande le peuple ?

        La réponse démocratique serait pour sûr un Monopoly legacy (pour jeter le jeu après la partie héhé)

        Aimé par 1 personne

        1. Merci Guippy pour votre réaction et interrogation.

          Je vous propose de reprendre la lecture de l’article.

          A aucun moment nous remettions en question la qualité de ces deux jeux.

          « Pourquoi est-ce donc choquant qu’ils aient été primés ? »

          Je résume, pour vous répondre

          Parce qu’on est en droit de se demander si on ne frôle pas le vice de forme.

          Unlock! Pas dispo et pas fini au moment des nominations. Limite dans l’attribution.
          Scythe plus dispo. Donc dommage pour un prix qui se veut une incitation pour le grand public, expert ou non, de se le procurer. En attendant 2-3 mois…

          Encore une fois, l’article ne s’interroge pas sur la qualité intrinsèque des jeux vainqueurs mais sur la crédibilité du prix en soi. Cette année extrêmement sulfureux. Le meilleur jeu de l’année, sélectionné sur la base d’un proto non-fini au format jetable/consommable (bravo le message envoyé). Et un jeu experts indisponible.

          Vous ne trouvez ça toujours pas insolite?

          J'aime

      2. Hello Gus,
        Ton blog est intéressant car tu donnes ton avis, sans « flagornerie », c’est pour ça que je le lis avec plaisir : poas toujours d’accord avec tes goûts, mais c’est bien ça qui fait avancer le débat!!!

        Sur ton opinion sur les prix de Cannes, j’ai les mêmes questionnements, d’autant que tu ne remets pas en question la qualité ludique de Scythe et Unlock!
        Quand à Maurin, tout est LUI, ce type n’accepte jamais la contradiction, et a une opinion de lui hallucinante. Le monde du jeu en France, c’est LUI, si on l’écoute. Ce type est pathétique, n’apporte jamais aucun argument, mais ne manie que l’ironie, l’arme des faibles 😉 Le même qui en fait des caisses sur Cannes et qui publie que franchement, Essen, ça sert à quoi? Amusant le garçon…

        Enfin bref, juste ce mot pour confirmer que tu as raison de donner ton avis, continue comme cela!

        Aimé par 1 personne

  15. Bonjour. J’adore votre blog et le suit quotidiennement avec beaucoup de plaisirs, donc tout d’abord merci pour ça.

    J’ai lu votre article sur l’as d’or et une fois terminé j’ai eu vraiment le sentiment que Asmodée avait une emprise vraiment partout et que cet as d’or était du foutage de gueule. Mais aujourd’hui à froid, je n’arrive pas à croire qu’une telle machination soit réelle. Phal a dit que le chiffre de 49% que vous avancez était faux et qu’il n’avaient pas non plus testé unlock sur un proto mais bel et bien sur le vrai jeu sorti d’usine. Du coup je suis un peu perdu, est-ce que vos sources sont bonnes concernant tout cet article ? J’ai du mal à croire toutes les intentions malveillantes qu’on prête à Phal ou d’autres… Et si ce n’était que fantasmes et procès d’intention de comptoirs ?… Surtout que le jury est composé de 9 membres. Comment un ou deux membres auraient pu influencer l’ensemble du jury ? Peut-être suis-je trop naïf…

    Concernant les primés, scythe est le genre de jeu que les amateurs pourront attendre quelques mois supplémentaires. En effet c’est un jeu expert et ceux-ci connaissent déjà le jeu et qu’il ne soit pas disponible n’est pas très important je pense (même si c’est un peu regrettable).

    Pour unlock je l’ai testé hier et comme vous je l’ai trouvé génial, mais je pense pas avoir tant de mal à le faire tourner autour de moi (à des non joueurs aussi) car je pense qu’il a de réelles vertus de get away game, tout en étant d’une vrai originalité ludique qui fait du bien. Bref je pense/j’espère qu’il tiendra son rôle d’ambassadeur ludique !

    Au plaisir de lire vos prochains articles !

    J'aime

    1. Bonjour Julien.

      Merci pour votre commentaire et réaction posée et courtoise.

      Maurin dit ce qu’il veut, c’est sa force, c’est son droit. Mais:

      Sur Wikipedia, en deux secondes on trouve ça:

      Plume

      Marc Nunès était précédemment patron d’Asmodée. Il a ensuite fondé Space Cowboys, un studio de création inclus dans le groupe Asmodée. Marc Nunès est, depuis, salarié Asmodée. Donc si je résume Julien: le co-fondateur des Space Cowboys qui détient 49% de TricTrac reçoit l’As d’Or pour un de ses jeu pas encore fini (nous avons eu l’appli en avant-première le 10 décembre 2016, elle était encore buguée), pas encore sorti au moment de sa nomination (les Space m’ont confirmé ne pas avoir reçu les boîtes finies d’usine à la mi-janvier…)

      D’où ma question: où est l’indépendance?

      Bref.

      Nous sommes ici confrontés à ce qu’on appelle en psychologie le Backfire Effect.

      Comme végétarien, je m’y vois confronté tous les jours. Rien de pire que d’expliquer à un mangeur de viande que la viande n’est pas éthique, pas écologique. Je ne sais pas si ça vous est déjà arrivé Julien. Résultat? Non seulement la personne n’est PAS convaincue, mais en plus elle mangera du coup ENCORE PLUS de viande. Pour conforter ses idées. Par opposition. Par protection. Pour résumer: Non, pas facile de persuader quelqu’un… Plus vous essayez, et plus vous vous confronterez à un mur qui deviendra de plus en plus robuste.

      Comment Maurin peut influencer le jury? Je n’ai pas réponse à cette question. Je ne sais pas si Maurin a autant d’influence que cela. Et honnêtement, je ne l’espère pas. Dire que j’accuse Philippe Maurin de manipulation est totalement erroné, ce n’est à aucun moment affirmé dans l’article. Juste un questionnement. Nous n’aurons jamais le droit à la vérité. Mais nous avons le droit de nous poser des questions. D’être critiques. Curieux, surtout. C’est le cas de votre commentaire, construit et clairvoyant.

      Je me pose des questions, comme vous, c’est tout. Et c’est sain. Je n’accuse personne. Vous ne m’accusez pas non plus, ce que j’apprécie, vous vous montrez compréhensif.

      Je n’ai pas raison. Je n’ai pas tort. Je ne suis pas mal intentionné. Je n’ai rien contre TricTrac ou Monsieur Phal qui fait un extraordinaire boulot de vulgarisation et de médiatisation du jeu de société au travers de sa performante vitrine commerciale que j’apprécie. Nous avons tous besoin de TricTrac. Editeurs, auteurs, joueurs. Mais nous avons le droit de nous poser des questions. C’est tout. C’est ce qu’on appelle la liberté. Phal dit ce qu’il veut, c’est son droit et sa liberté. Et les nôtres, de rester curieux.

      Maintenant, le but de cet article n’était pas de remettre en question la crédibilité de TT, mais de l’As d’Or. Qui est utile et nécessaire. Mais absurde, encore une fois. C’est mon avis. On a le droit de ne pas le partager, loin de moi l’envie de dire que j’ai raison de manière unilatérale. Je ne fais qu’exprimer mon interrogation. En 2017 plus que jamais, entre Trump et montée des populismes (avril-mai 2017 en France…), nous avons le devoir, que dis-je, l’obligation de nous montrer critiques.

      Qu’en pensez-vous Julien? N’est-ce pas sain, dans une démocratie libérale, d’exprimer sa liberté et de remettre en question l’ordre établi? Procès d’intention de comptoir, ou juste curiosité et remise en question? Je m’interroge, c’est tout. Voir en cet article un procès d’intention, c’est lui en faire un, justement.

      Ce qui n’était justement pas le cas de votre commentaire éclairé, Julien, et en cela je vous remercie.

      Oui, je vous rejoins entièrement sur votre avis sur Unlock!

      J'aime

      1. D’un point de vu strict Mr Phal a raison 49% de Tric-trac appartiennent à Marc Nunes et absolument pas à Asmodée.
        Asmodée appartient à Eurazeo.
        Après c’est vrai que Marc Nunes a été co-fondateur et patron d’asmodée (mais dire que tt appartient à 49% à Asmodée est faux).

        Cette thèse du favoritisme était l’un des angles d’attaque dans le procès entre Tric-trac et MyWittyGames. L’argument du traitement de faveur de tric-trac vis à vis d’asmodée n’a pas été retenu au tribunal (suite aux témoignages des autres éditeurs). Cela prouve que ce traitement de faveur n’existe pas (en tout cas il n’existait pas au moment du procès (2013)).

        Mais encore une fois on parle d’un seul jury parmi 9, jury qui a ouvertement exprimé me souhait de quitter le jury…
        Pourquoi ne pas avoir fait le choix de se focaliser sur 1 individu sur 9?
        En France se sont souvent des jeux français qui gagnent, en Allemagne des jeux allemands les classements BGG font la part belle aux jeux US… Je suppose qu’on est un peu chauvin…

        Pour ce qui est de la présence d’Unlock dans la sélection, ils ont juste appliqué le règlement qui est sur le site du festival. Pourquoi vouloir chercher plus loin? Il y a des règles du jeu, c’est les même pour tout le monde et ils les appliquent. Après on peut dire que le règlement pose problème…

        « Votre jeu, pour concourir, doit être une nouveauté ou doit être édité pour la première fois en français et il doit être disponible sur le marché français au moment de l’ouverture du Festival et sorti depuis maximum 18 mois avant le Festival.

        Votre jeu fera l’objet d’une présélection et, avec un peu de chance, il pourra faire partie des Nominés dont la liste est annoncée chaque année à la fin janvier.

        Afin de faciliter le travail du jury, n’hésitez pas à lui faire parvenir votre jeu avant la fin décembre afin qu’il ait le temps de le tester. Au-delà de cette date, nous ne pouvons vous garantir que le jury aura eu le temps de le tester avant sa délibération de la fin janvier.

        Le jeu doit être présenté dans sa version finale, telle que le public le découvrira et le nom de son auteur doit apparaître. Le jury n’effectue donc pas ses tests sur des maquettes et doit être en possession de la version définitive du jeu. Les règles du jeu doivent être en français. »

        Lib

        J'aime

        1. Merci Aymeric,

          Votre commentaire est très cohérent, très construit, très intéressant, très protocolaire.

          👏🏼

          Merci d’avoir pris le temps et l’énergie de l’écrire.

          À méditer, donc.

          J'aime

      2. Merci beaucoup pour votre réponse détaillée ! J’aime bien votre exemple sur le végétarisme, j’y ai été confronté maintes et maintes fois donc ça me parle 🙂

        Je suis tout a fait d’accord que s’interroger et remettre en question l’ordre établi est à la fois sain et essentiel. Le monde ludique ne dois sans doute pas y faire exception… Surtout à l’heure d’aujourd’hui ou celui-ci semble dans une période de changements et d’évolutions particulièrement marqués.

        Aimé par 1 personne

        1. Ce que je réponds à ma sœur végan lorsqu’elle me dit que je mange de la viande qui n’est pas écologique (et qu’elle compense avec des pilules chimiques), c’est que si elle veut jouer à ça, moi je n’ai pas fait d’enfants.
          Mais passons ?

          Gus, quel jeu de 2016 selon vous, non distribué par Asmodee, avait parfaitement les qualités pour être l’As d’Or ?

          Car je trouve ça curieux : si le jeu est français, vous avez 80% de chances qu’il soit de près ou de loin en relation avec Asmodee. C’est inverser l’effet et la cause : est ce que c’est pas simplement pour ça que les 3/4 des jeux fr primés sont en relation avec Asmodee, plutôt ?

          Si on regarde le Spiel des Jahres (orthographe non contractuelle), on pourra toujours se dire que le point commun est encore plus vite expédié : 95% d’auteurs allemands 🙂
          (y compris pour l’ancienne catégorie de « plus beau jeu » : laissez-moi rire !)

          J'aime

  16. Félicitations à vous gus, j’ai immédiatement partagé cette article sur la page fb de mon blog : http://www.epingledujeu.net/ .

    Il est important comme vous le faites d’exprimer les raisons du malaise que peut engendrer ce palmarès 2017. En soit, ce ne sont pas le fit que Scythe et Unlock! soient gagnants qui soient gênant mais leurs conditions de nomination (date de sortie effective pour le public pour Unlock! , disponibilité en France).

    Si on veut rester jusqu’au bout logique de Scythe, Star Realms n’a rien à faire dans le palmarès 2017 (puisque sa sortie est bien antérieure). Si on suit la logique d’Unlock!, on peut se demander si certains jeux à l’état de prototype en décembre (et sorti en ce moment) ont été passés à la loupe du jury : Yamataï, Code Names Image, Dice Forge (pourquoi pas, au moins lui a eu droit a des tests grandeur nature en public, Kamasutra…).

    Si on pousse l’absurdité jusqu’au bout, pourquoi ne pas nominer des KS bien avant leur édition (the 7th Continent, Conan, …) ?

    L’absence récurrente de jeu expert « à l’allemande » me paraît également dommageable (là c’est plus une question de sensibilité et c’est discutable).

    Continuez dans cette voie indépendante et à mener les raisonnements que vous faites, cela fait du bien à la communauté ludique dans son ensemble. Je ne suis pas toujours d’accord avec vous (dans les critiques de jeu) mais cela ne m’empêche pas de les apprécier et de faire évoluer mon opinion.

    Et puis les procès, j’ai eu aussi ma dose pour comprendre la stratégie de comm’ de certains grands noms du jeu. Un avis personnel possédant des réserves et relevant des points de discorde est à la base d’un avis pertinent. Ne nous laissons pas dicter nos choix par une doxa qui donnerait la voie de la Vérité et la voie du Mensonge. Les joueurs sont des adultes responsables qui sont capables de se faire leur propre opinion. Il faut « bien modestement » les nourrir d’arguments soignés et précis pour éclairer leur jugement.

    Que l’on n’apprécie ou n’apprécie pas un jeu (ou même toute chose) n’est pas le fondement d’un bon article (ou avis), c’est dire le pourquoi qui demeure important !

    Bon Courage et ne vous prenez pas trop la tête (vous avez soulevé le point Godwin du secteur ludique français – Tric Trac/Asmodée via Plume Finance) – vous avez du bol d’être un petit Suisse :D).

    Bonne continuation.

    J'aime

    1. L’avantage d’être financé par personne, et d’avoir aucune pub payante. Et de rester bénévole. On peut rester indépendant, justement. Et neutre. Et objectif. Suisse, somme toute 😜

      Un très, très grand merci pour votre riche commentaire. Nous continuerons à nous montrer critiques et chercher à nous poser des questions. « Ne nous laissons pas dicter nos choix par une doxa qui donnerait la voie de la Vérité et la voie du Mensonge. Les joueurs sont des adultes responsables qui sont capables de se faire leur propre opinion ». On ne peut pas mieux dire 👏🏼.

      J'aime

  17. Bonjour Gus,

    Merci pour cet article. Je ne connaissais pas le terme « backfire effect » mais c’est bien de cela dont il s’agit … On (les joueurs) se pose naturellement quelques questions sur le déroulement de ces multiples prix, et sans remettre en cause la qualité des jeux nominés, on subit le déchaînement de quelques ayatollahs (« fanboys » type Apple, éditeurs, gérants de site …) si l’on ose émettre le moindre questionnement sur le pourquoi du comment. Et argumenter ne sert à rien. Je me rappelle récemment m’être fait ramassé comme d’autres internautes pour m’être demandé pourquoi Scythe avait pu gagner un célèbre prix ludique francophone alors que 10 gus (sans jeu de mot 🙂 ) y ont réellement joué. Je me suis fait une raison, c’est le fonctionnement des réseaux sociaux et autres blogs. Revenons à nos moutons, la question de départ était presque la bonne et aurait pu être celle-ci :

    Edito: pourquoi les prix ludiques sont nécessaires. Et en même temps complètement absurdes.

    Avec 1000-2000 jeux qui sortent chaque année, les jurys et autres prix se multiplient comme des petits pains dans nombre de pays, y a t’il encore réellement encore un intérêt à nominer et attribuer à quelques jeux un prix devant tant de diversité ? Perso, depuis deux ou trois ans ça ne me fait plus ni chaud ni froid, je préfère un récapitulatif tel qu’on les trouve sur les blogs (dont le tien) aujourd’hui : les 10 jeux à deux, pour enfants, pour amateurs de zombies … qui m’ont marqué cette année. Simple, efficace, plus ouvert, plus objectif. Et plus de prise de tête dans les forums de discussion 😉

    Bon dimanche.

    Aimé par 1 personne

  18. C’est si difficile que ça de lire un règlement et d’accepter d’autres avis que le sien sans tomber dans des théories du complot malhonnêtes et qui pourrissent nos sociétés ?

    J'aime

    1. Pire que le complotisme, c’est l’obscurantisme et le dogmatisme. Et l’absence totale de questionnement. D’où mes (nombreuses et parfois futiles) questions sur l’As d’Or. L’As d’Or est nécessaire. Mais étrange. Surtout cette année. Et non, je n’ai aucun avis sur la question. Ça serait me prêter beaucoup trop d’importance. Que des interrogations que je soulève.

      Merci pour votre réaction passionnée Théo.

      Aimé par 1 personne

  19. « Je doute/pense donc je suis » disait Pascal. Ne pas s’interroger c’est subir.

    Merci Gus de porter cette année la discussion au sujet de l’As d’or. Avec la passion habituelle associée.
    Pour ma part, je ne donne aucun crédit à l’as d’or, pas plus qu’au Spiel n co. Pour la bonne et simple raison qu’il est l’avis de personnes dont je ne partage pas la démarche ni les gouts ludiques.

    Coté conflit d’intéret, il est évident de penser a ce sujet. Il suffit de regarder sur societe.com les multiples societes possedees par M. Nunes pour comprendre, a l’instar de la presse classique, qui possede quoi. On ne peut nier l’évidence.

    Au dela des gueguerres et des copinages, je m’interroge sur la pertinence ludique d’Unlock
    – Dont le principe n’a pas la primeur ludique (bon nombre de jeux escape room sont deja sortis en 2015 et 2016 sur le meme principe, et bon nombre sont attendus)
    – Dont la durée de vie est tout aussi ridicule que Time Stories et qui présage de n’etre plus dans les memoires d’ici 5 an.
    – Dont l’unanimité est trèèès loin d’etre confirmée (vive Sherlock et Watson n holmes du meme éditeur/distrib par ailleurs.)

    Pour moi, un prix se doit d’etre perenne, en regle numéro 1 pour porter haut les couleurs du jeu de société moderne et pas de la lubie de quelques hard core gamers. Et le prix ne doit pas rendre un titre perenne, mais plutot confirmer sa perinnité.
    A l’instar d’un Ticket to ride, d’un catane, d’un carcassonne, d’un Dixit, d’un codenames !
    Le genre Escape game n’est qu’un erzatz de l’actualité geek.

    Quant a Scythe, un jeu dont l’unanimité est beaucoup plus prononcée, sa nomination est plus dans l’esprit d’un prix, perenisant un jeu. Son absence des boutiques nuit a l’image de l’as d’or, ca c’est sur.

    Asmodée ayant eu une sacrée déconvenue sur la vente de Conan en boutique, ce choix est plus droit que le précédent de mon point de vue.

    La catégorie gros joueurs s’annoncait de toute façon polémique cette année avec un amalgame de jeux très différents par leur complexité, leur clivage et leur prix…

    J'aime

    1. « Je doute/pense donc je suis » disait Pascal. Euh ça serait pas René Descartes (à jouer) des fois? 🤔😀

      « Ne pas s’interroger c’est subir. » Ça c’est du Fabien. Ça me fabien 😜

      L’As d’Or a la crédibilité qu’on veut bien lui donner. Tu as fait ton choix.

      Nous, notre As d’Or, ça fait longtemps qu’on l’a distribué à Not Alone

      J'aime

        1. Allez, disons qu’il y a eu 4 As d’Or de 4 couleurs différentes cette année:

          Vert, pour Isle of Skye
          Blanc, pour Imagine
          Jaune, pour Kingdomino
          Bleu, pour Not Alone

          Et toi et moi Fabien on fait un jury canon

          J'aime

  20. Je ne suis pas du tout d’accord avec certains points de ton analyse pour plusieurs raisons :
    Le sois-disant « asmodée d’or » : Oui les auteurs et éditeurs sont proches ou font parti d’asmodée, et alors ? Tu ne parle pas du Matagot d’or pour Scythe, et les autres jeux primés les autres années sont-ils tous de Asmodée ? Que Asmodée soit présent dans TT, je ne vois pas trop le rapport (des vieilles rancoeurs ??;-) parce qu’il n’y a qu’un seul membre du jury qui fait parti de TT.
    Que le jeu ne soit sorti que peu de temps avant, ou même au salon : il y est présent, et c’est bien ça le plus important… Surtout que les membres du Jury on joué sur une boite finalisé, donc … ???
    Enfin, oui, le jeu est jetable, comme un Legacy, comme un Time Story, comme un SODC? comme plein d’autres choses que nous achetons tous les jours. Il est jetable mais il est original. Toi même tu en a fait l’éloge, beaucoup plus que Kingdomino ou Codename. A la lecture de ton blog, il me semblait que Unlock était ton préféré (mais j’ai pu raté des articles …)
    Bref, même si ce n’était pas mon préféré, je respecte ce prix et je n’y trouve aucun copinage ou autre complot.

    Scythe est en rupture … Oui, mais il a déjà été édité, et je pense que si Matagot avait pu avoir des boites, ils l’auraient fait, c’est un faux procès, c’est un problème de production et de changement d’éditeur qui n’enlève en rien la qualité du jeu et sa nomination pour l’As d’or.

    Voilà ma petite contribution, je ne pense pas qu’il faille voir le mal partout. Ce prix est un prix nécessaire, très bien fait, et qui permet de faire parler du jeu de société dans les grands médias (même si ce n’est pas encore gagné !)

    Merci de m’avoir lu

    J'aime

    1. Merci Max pour ton riche et long commentaire.

      Non non non, je te propose de relire l’article en détail. Je ne dis jamais que Scythe ou Unlock ne méritent pas leur prix. Deux excellents jeux (comme Kingdomino et Imagine, aussi).

      Donc il n’est pas question d’en faire un procès.

      À très vite sur Gus&Co 🖖🏼

      J'aime

  21. Sacré budget pour Cannes tout de même… tu dois pouvoir trouver moins cher.
    Regarde les résidences Florella, dans les 100 euros la nuit pour 4 joueurs, tout près du palais des festivals.
    Pour le trajet, tu coupes par la route Napoléon, la centrale de Cadarache et le tour est joué, peu d’autoroute et un trajet à peine plus long.

    Sinon, pour l’As d’or, Phal a fait une vidéo qui est assez pertinente : https://www.trictrac.net/actus/l-as-d-or-de-cannes-2017-de-le-debrief

    Pour moi, ce fut un bon cru, mieux que l’an dernier : de belles rencontres, des jeux plus pertinents, de la place pour jouer, sauf sur les trucs qui buzzent un peu trop (Days, Libellud). J’ai même réussi à trouver un Fou volant ^^

    J'aime

  22. Bonjour Gus et tous les autres,
    Bon on va déjà te donner une bonne nouvelle, tu es invité par moi à Cannes toutes les fois ou je m’y rendrais (9 présences dans les 10 dernières années) nous partagerons une chambre d’hotel que je paye de mes propres deniers de fonctionnaire de l’état français. Bien que maintenant il y a de plus en plus de monde qui vueille m’y inviter…
    Je vais te donner quelques explications que tu apprécieras je l’espère et je vais en profiter pour me présenterais à toi simultanément.
    D’abord j’ai crée en tant que fonctionnaire 2 cités internationales du Jeu (une à Dijon et une à Nice) qui furent des lieux de vie pour les étudiants et pour tous les joueurs, accessibles gratuitement ceci du lundi au vendredi de 18 à 24 heures avec des jeux de plateaux, des jeux vidéos, des jeux théâtraux, billards, cartes, et des animateurs étudiants pour dynamiser l’activité…
    J’ai tenu à Cannes gratuitement les plus grands stands de l’époque en 2009, 2010 et 2011 celui de la cité internationale des jeux dans la partie jeu vidéo (150 métres²).
    J’ai été sans doute la première personne à remercier Jean-Louis Roubira, l’auteur de Dixit, lorsqu’il a eu son as d’or, pour la qualité de ce qu’il a pu offert au monde du jeu, lui et moi nous en souvenons très bien.
    Mes petites pérégrinations et ma volonté forte de démocratiser le jeu dans notre société m’ont amené à être repéré par certains des organisateurs du Festival des Jeux de Cannes de l’époque et lorsqu’il fallut trouver un régional de l’étape comme membre du jury (qui ne couterait pas trop cher en frais de déplacement ou en hébergement) j’ai été proposé et introduit comme membre du jury des As d’or du FIJ. C’était un grand honneur et je remercie encore une fois tous ceux qui ont fait de moi un membre de cette confrérie. A ce sujet je regrette très fortement que lors de la rénovation du site du FIJ est disparu la rubrique « ancien membres du jury » cela permettaient de savoir à qui tu peux adresser des reproches et pour quelles raisons, voir demander des explications, si si cela peut se faire.
    Je suis donc un des membres du jury (car je ne suis resté juré qu’une seule année) qui a remis à la fois l’as d’or gros jeux à 7 wonders, et l’as d’or familial à Skull and Roses.
    Pour Skull je pourrais t’expliquer bien des choses et notamment que l’on était en pleine période de fièvre du poker, qu’un jeu simple et rapide qui faisait aborder la notion de bluff, très rapidement et très facilement était un produit qui a fait l’unanimité des jurés comme as d’or.
    Je pourrais t’expliquer comment les luttes d’influence entre les membres du jury se sont passées,
    Je pourrais te dire que Monsieur Phal quand il défend un jeu quel qu’il soit, le défend outrageusement, il le défend avec son corps, il le défend avec ses tripes, il le défend avec sa grande intelligence et sa grande geule et que dans les batailles que nous avons mené je n’ai pas réussit à imposer « A vous de jouer Tom Tech », qui est actuellement si on le conjuge avec Kapla le stand le plus imposant de Cannes largement devant Asmodée. Que je n’ai pas réussi à imposer Hannabi que j’ai pourtant défendu jusqu’au plus profond de ce que je pouvais faire et qui a été reconnu par nos amis Allemands comme un grand SPIEL jarhres, plus d’un million de vboîte vendu en une année.
    Mais que s’il ne les a pas défendu c’est parce qu’il n’y croyait tout simplement pas, parce que Monsieur Phal aussi grand, aussi beau, aussi bon ou mauvais joueur qu’il puisse être n’est qu’un humain, et qu’il peut se tromper et oui.
    Et que tout aussi beau que nous puissions être, il n’est en effet pas facile de convaincre un Phal parce qu’il met de la conviction dans son argumentation. Maintenant quand tu joues à un jeu, c’est souvent le meilleur joueur qui gagne, et Phal est un grand joueur alors pour réussir à convaincre le jury il faut être meilleur joueur que lui et c’est pas facile à trouver, mais je te promet que tous les membres du jury essayent, à leurs façons et que les parties sont rudes, à la fin ce sont les meilleurs qui gagnent…
    Lors de la remise des récompenses de l’as d’or gros jeu à 7 wonders, j’ai choisi de remettre le prix avec Phal, plus exactement, contre Phal. Je voulais que nous montrions au public de professionnel le combat que peut-être celui de deux jurés passionnés qui peuvent avoir des points de vue contradictoires.
    Je sais que j’étais dans mon bon droit face à Monsieur Phal, comme je parle et écrits beaucoup, les autres membres du jury me disaient toujours « fais court », cela m’ énerve en général car j’ai tellement de choses à raconter, alors quand nous avons engagé notre combat devant les professionnels par un savant mélange de bêtise et de trac, la seul parole que j’ai prononcé à Monsieur Phal ce fut « Fais court ». Et il l’a fait ! Nous avons fait la plus rapide remise de prix de tous les FIJ, un peu baclé, un peu rapide, l’enjeu n’existait pas pour un Monsieur Phal déjà médiatisé, mais pour le modeste (hum !) fonctionnaire que je suis, je pense que le show ne fut pas celui qui aurait pu être.
    J’ai été jouer sur un terrain que Monsieur Phal maîtrise mieux que personne, mais c’est moi qui est voulu allé sur ce terrain, pas lui, j’ai perdu une partie, mais la bataille de la défense du jeu et de la reconnaissance médiatique ne s’arrête pas là.
    C’est le même jury avec le même Monsieur Phal qui a donné le prix à Dixit deux ans plus tôt, et cela il ne faut pas l’oublier.
    Tu ne connais pas très bien, mais sache qu’une certitude est absolue est qu’il est impossible de m’acheter, je vaux trop cher !!!
    Et c’est la même chose, je pense de tous les jurés du festival des jeux de cannes, au moins ceux que je connais. Mais cependant en effet il y a différentes façons de « vendre » un jeu à un jury et Asmodée si prend bien, car ce sont des professionnels de ce monde.
    Mais moi qui suit un modeste (hum) amateur, je vais te dire ceci !
    Tu ne connais pas encore le meilleur jeu qui était cette année à Cannes !
    C’est normal parce que tu n’es qu’humain, et parce que tu n’as pas fait encore 200 parties comme moi de ce jeu.
    Tu n’as pas défendu ce jeu, comme moi plus que gratuitement, car j’ai pris des jours de congés investi mon argent (les 500 à 700 euros) pour juste venir défendre deux jeux en lesquels je crois depuis un an et demi.
    Je vais te donner leurs noms, retiens les BIEN. C’est FEELINGS et CIRCUS !
    Quand tu les auras essayé et compris, fais-en une petite chronique, et on en parlera à CANNES l’année prochaine, tu seras mon invité !
    Le monde du jeu est tel que je connais maintenant très certainement plus des 3/4 des auteurs et acteurs du monde du jeu en France, je connais les gens bien et les personnes qui te prennent par derrière sans préliminaire (je te donnerais leurs noms si tu le veux)
    J’ai été remplacé par Marcus, l’année suivante de ma prestation comme jury et je pense que ce choix est bien meilleur médiatiquement que ma personne, il y a très certainement meilleur caractère que moi… mêle si dans la reconnaissance des jeux d’exceptions je pense que je ne suis pas mal quand même…

    KIME, chevalier et homme libre du MONT PLAISIR.

    Aimé par 1 personne

    1. Wahou merci pour ce long et riche commentaire que nous avons lu avec vive attention. Et merci pour l’invitation. Comme nous sommes plusieurs dans l’équipe, ça me semble compliqué. Mais c’est en tout cas très gentil pour la proposition! A très bientôt sur Gus&Co.

      J'aime

  23. Merci pour cet article super intéressant ! J’apprécie énormément votre travail parce que vous parlez non pas uniquement de jeux de société mais également des « backstage ». En tant que joueur, on ne se rend pas toujours compte de tout ce qui englobe le jeu et je trouve enrichissant et suis heureux de le lire.

    merci pour votre job !

    Aimé par 1 personne

  24. Bonjour,
    Je viens de lire votre article…
    On peut en convenir, c’est un point de vue d’un Suisse sur un événement Français…
    Je trouve votre aparté sur la « politique » de nos deux pays complètement hors sujet et mal venu.
    Pourquoi ramener le monde du jeu à une vision politique et du coup gratuitement faire une critique de la politique française… Car la suisse n’est pas forcément un model, non plus (de mon point de vue de Français). Et votre histoire regorge, comme tout pays de choses pas très glorieuse… Mais du coup pour développer, il faudrait faire un hors sujet, alors qu’a la base on parle de Jeu !!! Et concentrons nous sur cela, s’il vous plait !
    Et si on manie l’ironie et la critique et faut l’accepter en retour sans demander pardon de ce que cela génère et de l’assumer…
    Mais je vous encourage à continuer et je continuerais à prendre et à laisser ce que je veux…

    J'aime

  25. Bonjour,
    Mon commentaire fera peut être un peut réchauffé car nous sommes le 9 mars et que Cannes et son prix s’éloigne, mais bon, quand même. Outre profiter de l’occasion pour vous dire que j’aime beaucoup le ton et la teneur des articles de votre blog, ainsi que son design, je souhaitais rebondir sur le côté « jetable » de l’as d’or de cette année. Sans remettre en question le fait qu’en trois parties, le jeux est clos, moi ce que j’ai vu dans la parution de ce titre c’est une petite madeleine de Proust adaptée à ma nouvelle passion du jeu de société (découverte sur le tard mais bon, passons). Je m’explique: plus jeune (aïe!) je passais des heures sur mon ordi à jouer aux jeux de type « point and click », ces jeux où on mène une enquête, on cherche des indices, on résout des énigmes. Bref. Un passage sur Linux et un budget de développement trop important de ce type de jeux du côté des éditeurs (j’attends Sybéria 3 depuis des années!) font que ces jeux sont devenus beaucoup plus rares… Depuis je joue avec des vrais jeux, avec du carton, du plastique, des cubes en bois etc et j’adore, vraiment. Mais il est vrai que lorsque j’ai vu Unlock! J’ai trouvé le concept très intéressant et je suis curieuse de voir comment un jeu de société tout comme j’aime bien maintenant peut rendre compte d’un point-and-click de tout comme j’aimais bien avant…
    Par ailleurs, il faut aussi dire que plusieurs fois les SC se sont vus nominés et non récompensés (comme beaucoup d’autres me direz-vous et vous aurez raison) alors que franchement, des fois, heu, ben, moi je préférais ce qu’ils proposaient que ce qui était récompensé, mais bon ce n’est que mon avis.
    Pour ce qui est des copinages, éditeur etc… et bien disons que les plus petits éditeurs restent présents sur le marché et se développent, même si on est d’accord leur production n’est pas souvent nominées pour les prix ludiques très suivi (je m’attarderai bien sur le « très suivi » mais ça commence peut être à faire long) à côté de ces gros mastodondes d’aujourd’hui qui ont démarré pas très grand eux aussi,il faut le dire, sur un pari fou qu’il y avait une vie en dehors du monopoly (quelle idée!), et puis ces gens ont construit toute leur vie autour du développement du monde des jeux de société, ce sont les pionniers et pour cela, je trouve qu’ils forcent le respect. Qu’ils aient eu envie de se regrouper, justement parce qu’une entreprise à taille humaine qui ne l’ai plus peut ne plus épanouir un travailleur engagé (ça fait un peu électoral, non?oups.), je le comprends. En même temps, je pense que le monde du jeu est un tout petit monde et qu’on ne quitte pas, Père, Mère et Bébé aussi facilement. Non qu’on soit obligé de plus ou moins rester mais parce qu’on y a foutu toutes ces tripes dans ces entreprises qui ont trop grandies pour nous (je dis « nous » mais je ne travaille pas chez eux 😉 ) Alors je comprend que cela puisse passer pour du copinage, mais je crois aussi que le Joueur (le lambda, le vous, le moi) peut se foutre de ces histoires au final. Que nous sommes suffisamment informés et éclairés pour faire la part des choses entre un jeu qui nous va et un autre. Je pense que nos petites boutiques en bas de chez nous (et les vendeurs/deuses qui vont avec) surpassent largement tous les prix du monde réunis en terme de « mettre le doigt sur ce qui pourrait nous intéresser ou pas ». Finalement je me rend compte que mon commentaire aurait pu se limiter aux quatre dernières lignes mais bon, développer un peu, ça fait plaisir aussi, hein? 😉

    Aimé par 1 personne

    1. « je me rend compte que mon commentaire aurait pu se limiter aux quatre dernières lignes »

      Surtout pas!

      Tout est aussi construit qu’intéressant

      Merci pour ce riche commentaire!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s