Critique de jeu : Illegal. Qui veut du porno?

illegal

avant-propos

Le jeu nous a été offert par l’éditeur pour critique sur notre site.

presentation

Illégal est sorti en septembre-octobre 2014, créé par Christophe Boelinger (Archipelago), sorti chez Ludically, pour 5 à 9 joueurs, d’une durée EXACTE de 25′ montre en main. Vraiment montre en main!

theme

Comme son titre l’indique, Illégal est un jeu de pure négociation dans lequel on échange des denrées… illégales: armes, voitures volées, poudre… On se prend vraiment au jeu et on finit par avoir l’impression de dealer.

Alors oui, bon, peut-on jouer de tout? Car on passe quand même sa partie à négocier des call-girls à moitié nue, à fourguer des voitures volées, de l’alcool, du porno, etc. C’est sulfureux. D’où la mention « interdit aux moins de 18 ans sur la boîte », et ce n’est pas un gag, mieux vaut ne pas y jouer avec les plus jeunes (pour ne pas les inciter à dealer, mmmh?).

Franchement, Chris, fallait oser créer et commercialiser un jeu au thème tellement… diabolique et politiquement incorrect. Je dis bravo pour les cojones.

mecanique

Le jeu se joue impérativement avec un maître de jeu (MJ) qui gérera toute la partie. C’est lui qui préparera le matériel, gérera le temps, mettra les nouvelles cartes à disposition pendant la partie, fera le décompte des votes en toute fin.

Chaque joueur reçoit du MJ deux rôles gardés secrets toute la partie: un vendeur, avec 5 cartes de la ressource correspondante, plus une différente, et un rôle acheteur qui donnera des points en fonction du nombre de cartes recherchées obtenues en fin de parties.

Le MJ lance 5 phases de négo de 3 minutes chacune, pas une de plus, entrecoupées d’une distribution d’un arrivage de nouvelles denrées.

En toute fin de partie et avant le décompte, on procède à une phase dite du tribunal, i.e. de déterminer qui a quelle paire de rôles, acheteur et vendeur. Les joueurs qui ont été dévoilés perdront alors des points. Beaucoup de points.

Les règles s’expliquent très rapidement. Illégal place plusieurs mécaniques: la négo, évidemment, puisqu’on échange ses cartes avec d’autres joueurs, le bluff, pour éviter de se faire dévoiler, et la mémoire, pour se souvenir des échanges de tout le monde.

materiel

Le jeu est composé de cartes, richement illustrées et au contenu assez… explicite. Un sablier est également présent dans la petite boîte, noire et originale, pour compter les 3′ de négo.

C’est là que le jeu pêche un peu. Les cartes sont très fines, le grammage du papier utilisé aurait pu être plus épais, les cartes se plient et s’abîment beaucoup trop facilement, surtout avec un jeu dans lequel on passe sa partie à les manipuler, cacher et échanger.

Après 4 parties, notre jeu a déjà beaucoup morflé. Penser à les sleever pour les protéger, même si du coup se filer des cartes plastifiées sera moins jouasse.

Les proto du jeu à Cannes en mars 2014
Les proto du jeu à Cannes en mars 2014, avec déjà les illustrations du jeu

Autre gros point noir, la mise en place par le MJ pour préparer les cartes des joueurs est extrêmement longue et fastidieuse, et attention de ne pas se tromper au risque de ruiner la partie. En fait c’est vite vu, la mise en place est presque aussi longue que la partie elle-même.

interaction

L’interaction est évidemment extrêmement forte puisqu’on passe sa partie à échanger des cartes avec les autres et à essayer de dévoiler leurs rôles. Et Illegal est véritablement un « jeu d’enfoirés », car le négociateur et le bluffeur le plus malin aura toutes les chances de remporter le plus de points.

public

Party-Gamers: Oh oui, clairement, Illegal est un gros jeu d’ambiance.

Famille: Mais alors pas du tout, vu le contenu explicite du jeu: deal, illustrations osées, âge minimum.

Casual, Hobby Gameurs: mais absolument, d’autant que les joueurs habitués aux Loups-Garous feront tout pour noyer le poisson et établir des plans machiavéliques pour ne pas se faire découvrir en toute fin de partie.

Core Gamers: pas vraiment, ou alors pour changer des petits cubes en bois. Illegal est un jeu d’ambiance, voilà.

conclusion

Illegal est un excellent jeu au thème original et sulfureux. Franchement, passer sa partie à négocier des call-girls, faut oser, c’est frais.

La mécanique de négo est extrêmement simple et efficace, et la partie du tribunal bluff-contre-bluff très forte aussi.

Et la règle dit que les joueurs doivent se lever de tables pour négocier en toute discrétion. Donc attendez-vous à avoir du mouvement dans la salle. Nous y avons joué également dehors, de nuit, devant le Bar à Jeux, et les joueurs se prenaient au jeu cachés dans la pénombre à dealer de la coke des cartes. Très fort.

Vu le prix tout à fait correct, pour épicer ses soirées entre amis, n’hésitez pas à l’acheter. Mais pensez à faire attention aux cartes vu leur fragilité. Et n’oubliez pas une chose, cruciale. Il est indiqué 9 joueurs sur la boîte, c’est en comptant le MJ, car il y a en réalité 8 dealers. D’ailleurs, c’est vraiment à 8 joueurs qu’Illegal prend toute sa saveur. A moins, on perd en bluff, en négo, en tout, finalement. Et les 3 minutes de négo peuvent s’éterniser. Donc prévoyez d’y jouer à beaucoup, en tout cas à 7 (6 dealers + 1 MJ)

like

Le thème, osé, courageux, original, politiquement incorrect, et très fort, on a véritablement l’impression d’être devenu un vrai dealer.

Se lever de table et magouiller en cachette.

Toutes les mécaniques, simples et bien imbriquées.

L’aspect bluff, « jeu d’enfoirés » très présent, qui renforce l’interaction et le plaisir du jeu.

La boîte, petite, pratique, au design hyper original.

Les illustrations.

Un excellent party-game.

paslike

La qualité des cartes, très très très moyenne, cartes qui se détériorent trop facilement, d’où une durée de vie du jeu qui pourrait en souffrir.

Le thème, osé. Et sexiste quand même (call-girls à moitié nues…). Mais loin de moi l’envie de jouer les prudes, les moralisateurs ou les pisse-froids.

 

mais

 

Petite variante, pour épicer le jeu, faire comme dans Sporz, raccourcissez le temps de jeu à chaque phase de négo. Commencez par 4 minutes, puis 3’30 », etc, pour finir à 2 minutes, voire moins, à vous de voir. Cette variante rajoutera une tension de plus en plus forte et palpable, d’autant que les toutes dernières phases nécessitent moins de temps puisque la grande part des échanges aura précédemment déjà eu lieu.

 Et on vous laisse en photos avec deux parties d’Illegal, gros succès au Bar à Jeux de Genève.

3 réflexions au sujet de « Critique de jeu : Illegal. Qui veut du porno? »

  1. J’ai du mal à comprendre : on achète et on vend des femmes (peut importe que ce soit soi-disant des call girls) ou on engage leurs services ? Trafic d’être humains, proxénétisme et prostitution ne sont pas les mêmes choses.
    Par ailleurs, dire qu’on apprécie pas spécialement un aspect sexiste d’un jeu ce n’est pas être prude, moralisateur, pisse-froid ou politiquement correct. C’est juste un avis personnel. A aucun moment vous ne dites aux joueurs de ne pas y jouer pour cette unique raison. C’est fou cette trouille de passer pour quelqu’un de ‘coincé’ parce qu’on pense reconnaître du sexisme la où il y en a vraisemblablement (s’il n’y a effectivement que des femmes dans ce ‘rôle’-là).

    J'aime

    1. Merci pour votre commentaire éclairé et intéressant.

      Ben c’est juste que le jeu a un ton clairement décalé et joue la carte de la déconnade. Maintenant, peut-on jouer / rire de tout?

      J'aime

      1. Le problème pour moi ce n’est pas jouer ou rire de tout. Le problème c’est de jouer ou rire toujours de la même chose. On en revient toujours à notion d’égalité. Pour le meilleur ou pour le pire d’ailleurs. L’objectification des corps ça s’étend de plus en plus aux hommes aussi.
        On sait tous très bien que l’humour c’est aussi une manière de pouvoir parler des choses qui nous dérangent, qui sont atroces,… La question est difficile : le jeu renvoie aussi à une réalité qui est que la majorité du trafic concerne les femmes et les enfants ou qu’il y a très certainement plus de prostituées femmes qu’hommes. Le jeu se veut-il reflet de cette réalité ? Pourquoi avoir choisi d’intégrer cet élément-là ? Etait-il indispensable ? Est-ce qu’on aurait pu imaginer un pendant masculin crédible même si pas sur le même plan ? Acheter et vendre des hommes de main ? Est-ce qu’il y a un public particulier visé par le jeu ? Je sais pas. En tout cas, je trouve que c’est intéressant d’y réfléchir.

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s