Jeux de plateau,  sélection

Notre sélection des 7 meilleurs jeux de gangsters

“L’homme le plus riche est celui qui a les amis les plus puissants.”. Découvrez ici notre sélection des meilleurs jeux de plateau de gangsters.


Jeux de société et gangsters

NB : cette chronique de nos meilleurs jeux de gangsters a été écrite tout en écoutant cette playlist. Écoutez-la en la lisant 😉

Après vous avoir présenté District Noir et Bad Company, deux jeux de société récents qui parlent de gangsters, nous en profitons pour saisir la balle au bond et nous arrêter aujourd’hui sur ce thème, bien présent dans les jeux de société, celui des gangsters et de la mafia.

Les jeux de société de mafia sont devenus de plus en plus populaires au cours des dernières années. Ces jeux se jouent généralement par des groupes de joueureuses qui s’affrontent pour déterminer quel gang est le plus fort.

Si vous êtes à la recherche de la meilleure expérience de jeu de société de mafia et autres organisations criminelles pas très, très gentilles, alors vous êtes à la bonne place. Nous avons passé en revue certains des meilleurs jeux de société de mafia.

Mais. Vous nous connaissez. Sur Gus&Co, nous aimons bien nous intéresser au sujet, au thème qui habillent les jeux. Commençons par nous intéresser à cette figure du gangster.

Le gangster

Lapalissade, la figure du gangster est avant tout un criminel, une figure de hors-la-loi. Qui est immoral, violent, qui commet des meurtres, des vols, des actes explicitement et universellement immoraux. Au-delà de cette vision quelque peu… simpliste, manichéenne de la morale, la figure du gangster suit toutefois bien des codes, des valeurs, une éthique dans le monde du gang et de la criminalité.

Comme dans le film de Scorsese sortie en 1990, le gangster est souvent appelé l’affranchi. En anglais, on parle de « goodfellas ». Le terme a été très bien traduit en français par cette idée d’affranchissement. Puisque le gangster, c’est d’abord celui qui s’affranchit, qui s’émancipe à la fois des règles de la loi commune, mais aussi des règles, ou plutôt des normes sociales. Et qui va donc mener une vie à la marge.

Ce qu’il faut relever est l’état de servitude, de vassalité. Parce qu’on n’est jamais gangster tout seul. Comme son étymologie l’indique, on est, ou ici, comme dans cette sélection des meilleurs jeux de gangsters, on joue un gangster, quand on est membre d’un gang. Et un gang, c’est une loi tyrannique.

D’un côté, on a le sentiment que ces figures sont des figures héroïques qui procèdent à une logique d’affirmation de soi, motivée par un individualisme, alimenté par le désir, égoïste, de réussite. Mais en même temps, on se rend compte que pour être gangster, il faut faire partie d’un gang.

Et donc, paradoxe et irone du sort, le niveau collectif de la société dont on s’est émancipé, on va le retrouver sous la forme communautaire du gang qui, comme n’importe quel groupe social, est régulé par des… règles. Avec un système tyrannique sans règles, sans juge, sans constitution, des règles qui ne sont pas appliquées par une force publique. Mais appliquées par n’importe qui sous un mode de la loi du plus fort et une loi du plus fort avec toute son instabilité et l’insécurité que ça génère au sein même du groupe, du gang.

Le terme de gangster est très vaste et générique. Et puisque quand on parle de gangster on parle de gang, intéressons à quelques gangs, ou organisations criminelles (plus ou moins) connues.

Mais pourquoi la mafia ?

Qu’est-ce qui pousse un groupe de gens à se lancer dans des activités illégales, criminelles ? Pour faire simple, l’appât du gain, bien sûr, facile, rapide. Le goût du risque, aussi. Et l’envie de pouvoir, enfin.

Nous, êtres humains, sommes comme les loups, des animaux grégaires, de meute. Nous pouvons fétichiser l’individualisme en période d’abondance, mais comme le personnage emblématique de Game of Thrones, Ned Stark, l’a dit avec éloquence : « Quand les neiges tombent et que les vents blancs soufflent, le loup solitaire meurt, mais la meute survit. »

Au-delà de la survie physique, nos diverses appartenances tribales confèrent des avantages importants. Seul, on va plus vite. Ensemble, on va plus loin.

“When the snows fall and the white winds blow, the lone wolf dies but the pack survives.”

George R.R. Martin, A Game of Thrones

Notre vie commence au sein de notre tribu la plus intime, notre famille, dont le rôle est de nous protéger et de nous élever jusqu’à l’âge adulte. Puis, progressivement, au fil du temps, nous faisons connaissance avec des membres d’autres tribus apparentées – nos groupes ethniques par exemple – avec lesquels nous partageons bon nombre de nos traits les plus fondamentaux, notamment nos phénotypes, notre génétique et notre histoire culturelle.

Et puis il y a les tribus que nous choisissons, en fonction de la religion, de la politique, de l’endroit où nous vivons, des écoles que nous fréquentons, des équipes que nous soutenons. Et même des jeux auxquels nous jouons (kubenbois VS party-games)

Nos appartenances tribales, en plus de nous offrir sécurité, appartenance et une certaine forme de pouvoir, nous procurent également de la fierté et des sentiments de réussite par procuration lorsque notre tribu triomphe dans son ensemble ou que ses membres individuels réussissent. Ce sont des principes de base de la psychologie sociale, selon cette recherche de 2019. Le problème, cependant, est que le tribalisme peut également générer des biais, des distorsions cognitives (rester dans la fameuse « bulle cognitive » par exemple. La bulle cognitive est une expression qui fait référence à un ensemble de croyances ou de points de vue partagés par un groupe ou une communauté. Il s’agit d’une sorte de « bulle » qui est créée autour d’un sujet ou d’un problème particulier, limitant l’accès à une information extérieure et entraînant une absence de débats et de discussion. Les membres de la bulle cognitive sont souvent complètement sûrs d’eux et peuvent être très réticents à l’idée d’envisager des points de vue différents.). Et aussi, ce qui nous intéresse aujourd’hui avec les (jeux de) gangsters, de très mauvais et dangereux comportements criminels.

Bien que certains puissent croire que la plupart des guerres sont menées à cause de la religion, une compréhension plus contemporaine consiste à dire que les guerres sont toujours tribales. La religion d’un individu n’est qu’une des nombreuses affiliations qui amènent les gens à se livrer à la violence de tribus. La guerre actuelle en Ukraine, initiée à cause de griefs historiques russes et de menaces perçues de l’OTAN (rien à voir avec la religion), en est un rappel quotidien.

De même, et pour revenir à notre sujet, en ce qui concerne la mafia et les gangsters, même lorsque les rivaux sont de la même ethnie et de la même religion, comme c’était le cas des cinq familles notoires de la mafia italo-américaine, voir plus bas, la violence tribale reste une issue courante. Cette version particulière de la violence tribale s’est déroulée dans les rues de New York pendant une grande partie du XXe siècle et a été perpétrée pour défendre l’honneur, le territoire et les intérêts commerciaux mafieux. La violence mafieuse, bien que sauvage et rudimentaire, est liée à la défense de la famille et des ressources.

Petite autopsie de la mafia (italienne)

Quand on parle de gangsters, et de gangs, et de jeux de société qui placent ce, ces thèmes, on est bien obligé d’aborder le sujet de la mafia, italienne. Parce que oui, il est existe de nombreuses mafias dans le monde : russe, bulgare, etc.

La mafia est une organisation criminelle qui sévit principalement en Italie depuis le 19ème siècle. Bien que la mafia soit connue pour ses activités illégales, elle a également été impliquée dans des activités légales telles que le commerce et la politique.

Au début du 19ème siècle, la mafia italienne était principalement une organisation criminelle qui se spécialisait dans le racket, le vol et le meurtre. Ils étaient connus pour exercer des pressions sur les commerçants et les propriétaires terriens pour qu’ils paient des taxes illégales. La mafia s’est développée à la fin du 19ème siècle et au début du 20ème siècle pour devenir une organisation plus complexe et plus diversifiée.

Au cours des années 20 et 30, la mafia italienne s’est étendue à l’échelle internationale, et ses membres se sont lancés dans des activités illégales telles que le trafic de drogue, le blanchiment d’argent et le trafic d’armes. Ces activités illégales leur ont permis de gagner une grande richesse et une influence politique considérable.

La mafia italienne s’est répandue à travers le monde, et ses tentacules sont maintenant présentes dans des pays comme les États-Unis, le Canada, l’Australie et la Grande-Bretagne. Même la Suisse n’est pas épargnée, avec une branche « locale » de la mafia, la Ndrangheta.

Ndrangheta

La Ndrangheta est un groupe mafieux italien qui opère principalement dans la région de Calabre, en Italie. Il est considéré comme l’un des groupes criminels les plus puissants et les plus riches du monde. Il est principalement impliqué dans des activités telles que le trafic de drogue, le racket, la contrebande, le blanchiment d’argent et l’extorsion. Et oui, des agissements de la Ndrangheta ont été signalés en Suisse. Les autorités suisses ont signalé une présence croissante du groupe mafieux en Suisse, notamment dans les secteurs de la construction, de l’immobilier et des casinos.

En plus de cette branche de la mafia, on peut également en citer deux autres.

Camorra

La Camorra est l’une des plus anciennes et des plus importantes organisations criminelles d’Italie. Elle existe depuis le XVIe siècle et trouve ses racines principalement à Naples et dans la région de la Campanie. Organisée en clans autonomes, elle recrute principalement des jeunes en raison du fort taux de chômage dans le sud de l’Italie. La Camorra est impliquée dans le trafic de drogue et d’armes. Comme d’autres organisations criminelles, la Camorra ne sévit plus seulement dans sa zone de contrôle régionale et s’est étendue à toute l’Europe. Y compris la Suisse.

L’organisation a également gagné en notoriété grâce à la série mafieuse Gomorra et ses cinq saisons, qui montre le quotidien meurtrier de la Camorra de manière tout à fait authentique. Cette série à succès est basée sur le best-seller du même nom de l’auteur italien Roberto Saviano. Mais il en paie le prix : depuis ses dénonciations des agissements de la Camorra, l’auteur vit en danger constant de mort. Il est sous protection policière depuis des années.

Cosa Nostra

Le terme de «Mafia» a ses origines en Sicile. Aujourd’hui, la mafia sicilienne est également appelée Cosa Nostra. Le racket est l’une de ses principales sources de revenus. La contrebande et le trafic d’armes jouent également un rôle, notamment le commerce de l’héroïne, que Cosa Nostra distribue en Amérique et en Europe depuis les années 1960.

La Cosa Nostra est strictement organisée de manière hiérarchique. Les membres de la mafia sont divisés en ce qu’on appelle des familles, chaque famille ayant un capo comme patron. Au-dessus de tous, il y a le «Capo dei capi», le chef des chefs.

La mafia est devenue une force importante dans l’économie mondiale, et ses membres ont la capacité de manipuler les marchés et d’influencer les décisions politiques.

Bien que la mafia italienne soit encore active, elle a perdu beaucoup de son influence au cours des dernières décennies. Les efforts des autorités pour lutter contre la mafia ont conduit à la capture et à la condamnation de nombreux membres, et à la dissolution de certaines des plus grandes organisations mafieuses. Cependant, la mafia reste une présence dans beaucoup de régions du monde, et ses activités criminelles demeurent une menace pour la stabilité et la sécurité de nombreux pays.

La mafia italo-américaine

La mafia italienne a essaimé partout dans le monde. Et notamment aux USA. On peut, on doit s’arrêter sur les Big Five, les cinq familles, mafia qui ont marqué l’histoire, criminelle mais pas seulement, aussi culturelle, économique, politique, de New York en particulier et des États-Unis en général.

En 1931, après des décennies de guerre de territoire, le bootlegger de Brooklyn Salvatore Maranzano a établi les dirigeants des cinq plus grandes organisations criminelles italo-américaines de New York et s’est déclaré « capo di tutti capi », le «patron de tous les patrons».

Maranzano a rapidement été tué, les autres patrons ont préféré partager le leadership sous ce qui est devenu connu sous le nom de Commission. Mais sa création a survécu et les cinq familles de New York sont devenues des acteurs centraux de la saga de la mafia américaine.

La famille Gambino

Rivale de longue date de la famille génoise en tant qu’entité dominante de la Commission, la famille Gambino propose une liste de certaines des figures les plus colorées de l’histoire de la mafia. L’un de ces personnages était le sanguinaire Albert Anastasia, qui aurait organisé la disparition en 1951 du premier chef de la famille, Vincent Mangano, avant de connaître sa propre fin brutale dans un… fauteuil de barbier en 1957.

Cela a ouvert la voie à l’immensément puissant Carlo Gambino et plus tard à l’infâme John Gotti, qui a orchestré le « contrat » comme on dit dans le milieu de 1985 sur le successeur trié sur le volet de Gambino, Paul Castellano, avant qu’il ne soit lui-même écroué par le témoignage de son ancien sous-patron, Sammy « The Bull » Gravano.

Les Gambinos sont revenus à la une des journaux en 2008 avec l’arrestation d’au moins cinq douzaines de membres accusés de racket fédéral, et de nouveau en 2019 avec l’assassinat du patron par… intérim Frank Cali.

Famille Lucchese

Pendant des années, cette famille a fonctionné comme une organisation… modèle sous les poings de Tommy Gagliano, puis de Tommy Lucchese, des collègues de longue date qui ont payé leur dû pendant les années de prohibition et ont compris l’importance de rester à l’écart des gros titres.

Cela a changé sous le patron Carmine Tramunti, qui a été condamné en 1973 pour son rôle dans le réseau de contrebande d’héroïne la French Connection.

La French Connection est le surnom donné à un réseau de trafic international de drogue illégale opérant entre la France et les États-Unis au milieu des années 1960 et au début des années 1970. Le trafic comprenait notamment des stupéfiants tels que l’héroïne, le cannabis et la cocaïne et impliquait des réseaux criminels français et américains basés dans les deux pays.

La French Connection a joué un rôle majeur dans l’introduction massive de la drogue dans les États-Unis et a contribué à la crise de la drogue qui a frappé le pays dans les années 1970.

Le trafic a été démantelé en 1975 et les principaux responsables ont été condamnés à des peines de prison. Le successeur Anthony « Tony Ducks » Corallo a ramené la famille dans l’ombre. Son équipe a gagné en notoriété avec la Lufthansa Heist (le cambriolage de la Lufthansa) de 1978 à l’aéroport JFK qui a inspiré une scène du film de Scorsese cité plus haut.

La Lufthansa Heist de 1978 est l’un des plus grands et des plus célèbres vols de tous les temps. Le 11 décembre 1978, six hommes armés ont fait irruption dans le cargo de l’aéroport John F. Kennedy à New York et ont volé environ 6 millions de dollars en liquide et en bijoux. La police a découvert que le vol avait été planifié par un gang de cambrioleurs réputé, dirigé par Jimmy « The Gent » Burke, qui était un associé de la famille mafieuse Lucchese.

Les six hommes ont été arrêtés et condamnés à des peines allant jusqu’à 25 ans de prison. Malgré le grand nombre de personnes impliquées dans le vol, seulement environ 3 millions de dollars de l’argent et des bijoux volés ont jamais été récupérés. La plupart des personnes impliquées ont été soupçonnées d’avoir utilisé leur part du butin pour financer leurs autres activités criminelles.

Cependant, Corallo a été condamné lors du procès de la Commission de la mafia au milieu des années 1980, ouvrant la voie au règne sanglant de Vic Amuso et Anthony « Gaspipe » Casso. Les méthodes meurtrières d’Amuso ont scellé son propre destin lorsque le lieutenant supérieur Alphonse D’Arco était suspecté de devenir un informateur au début des années 1990, bien que le patron aurait continué à exercer un pouvoir absolu derrière les barreaux pendant de nombreuses années par la suite.

La famille Genovese

L’équipe, initialement supervisée par le célèbre gangster Lucky Luciano, a été appelée la « Ivy League » du crime organisé en raison de sa taille, de la force de ses opérations dans des domaines allant du jeu au prêt usuraire et de sa capacité à maintenir les membres en ligne en adhérant à l' »omerta », le légendaire code du silence.

Après que Luciano ait été reconnu coupable de prostitution en 1936, le leadership est passé à Frank Costello, qui a étendu la portée de l’organisation à Las Vegas, puis à Vito Genovese, qui a planté son nom sur le mât de la famille avant sa propre condamnation pour stupéfiants en 1959.

Les dernières décennies du XXe siècle ont vu les Genovese dirigés par le puissant et paranoïaque Vincent « The Chin » Gigante, qui a resserré le contrôle sur les rackets syndicaux et de construction, mais aurait également interdit à ses hommes de prononcer son nom sous peine de mort, et a erré dans les rues dans un peignoir dans un effort malheureux pour convaincre le FBI de sa folie.

La famille Bonanno

L’une des plus anciennes familles de la mafia américaine a également connu certains de ses scandales les plus notoires, à commencer par l’assassinat de Maranzano, ordonné par Luciano, qui a placé Joe Bonanno, 26 ans, à la tête de l’organisation.

Bien qu’il ait renforcé son autorité en s’alliant avec la famille Profaci, Bonanno est parti après que son projet d’assassiner Tommy Lucchese et Carlo Gambino ait été découvert en 1964, déclenchant une lutte de pouvoir familiale connue sous le nom de « guerre des bananes ».

Au cours de la décennie suivante, le chef par intérim Carmine Galante s’est attiré davantage de problèmes en tuant les gangs rivaux qui s’immisçaient dans ses opérations de trafic de drogue, ce qui a conduit à son assassinat en 1979.

Entre-temps, l’agent du FBI Joe Pistone avait infiltré la famille sous le pseudonyme de Donnie Brasco, ses six années d’infiltration ayant abouti à une centaine de condamnations. Malgré tout, les Bonanno ont réussi à reprendre pied sous la direction de Big Joey Massino, jusqu’à ce qu’il devienne le premier patron du crime new-yorkais à devenir informateur après son arrestation en 2003.

Donnie Brasco. Ce nom vous dit certainement quelque chose. Johnny Depp campait le personnage dans le film de 1997.

La famille Colombo

La plus jeune des cinq familles a été fondée en 1928 par l’importateur d’huile d’olive Joe Profaci, un homme d’affaires qui respectait la loi mais qui lorgnait toutefois vers les activités extraprofessionnelles comme l’extorsion, la prostitution et les stupéfiants.

Cet homme de la… vieille école a également agacé ses subalternes par ses exigences inflexibles en matière de partage des bénéfices, ce qui a déclenché une mutinerie de « Crazy Joe » Gallo et de ses frères au début des années 1960. Le passage du flambeau à Joe Colombo, avide de visibilité, a causé d’autres soucis, provoquant une tentative d’assassinat en 1971 qui a plongé l’homonyme de la famille dans le coma.

Après une période de stabilité relative, l’organisation a de nouveau dégénéré en guerre civile dans les années 1990, en raison d’une lutte pour reprendre les opérations quotidiennes du patron condamné Carmine Persico. Un article du New York Post de 2011 a fait état de nouveaux coups portés à la hiérarchie des Colombo, tout en notant que la famille était loin d’être finie grâce à son contrôle du syndicat des travailleurs du ciment et du béton.

Les bikers

Il n’y a pas que la mafia italienne qui peut être considérée comme une organisation criminelle avec des gangsters. Il y a aussi les bandes de bikers. Que l’on retrouve dans l’excellente série Sons of Anarchy ou son spin-off Mayans MC.

Voici deux bandes existantes.

Les Hells Angels

Les Hells Angels Motorcycle Club (HAMC) est un club de motards et un gang de criminels organisés fondé en 1948 à Fontana, en Californie. Leurs couleurs sont le rouge et le blanc et leur logo est un aigle à deux têtes. Le club est devenu l’un des gangs de motards les plus célèbres et les plus controversés du monde.

Les origines du club remontent à la fin des années 1940, lorsque des membres de clubs de motards distincts, le Pissed Off Bastards of Bloomington et le Market Street Commandos, se sont réunis à San Bernardino, en Californie, pour former la première branche des Hells Angels. En 1953, le club a ouvert une autre branche à Oakland, en Californie, et depuis, le club s’est considérablement étendu à travers les États-Unis et dans le monde entier.

En parlant de Hells Angels, pas plus tard que ce printemps, deux bandes rivales de bikers ont sorti leurs armes et se sont affrontés, en pleine rue de Genève !

Les membres du club sont connus pour leur engagement dans des activités criminelles, notamment le trafic de drogue, le blanchiment d’argent, le racket et parfois même le meurtre. La plupart des membres du club sont des anciens combattants et ils considèrent leur code d’honneur comme l’un des plus importants aspects de leur vie.

Au fil des années, les Hells Angels ont fait l’objet de nombreuses arrestations et de nombreuses enquêtes de la part des autorités fédérales et locales. En 2007, le FBI a mené une opération en Californie et à l’échelle nationale qui a conduit à une série d’arrestations et de poursuites pour des crimes liés au club.

Malgré les efforts des autorités pour les arrêter, les Hells Angels sont restés une force importante dans le monde du crime organisé. Le club est toujours très actif aujourd’hui et compte des milliers de membres à travers le monde.

L’histoire « complète » des Hells Angles est à écouter ici, sur la Radio et Télévision Suisse du 11 juin 2022.

Les Bandidos

Les Bandidos Motorcycle Club est un club de motards fondé en 1966 à San Antonio, au Texas. Le club a été fondé par Don Chambers, un ancien Marine et ancien membre du Paratrooper Club, qui a démissionné pour former le Bandidos. Le club a été créé en réponse à la fondation du Hells Angels Motorcycle Club, qui était le premier grand gang de motards aux États-Unis.

Le club s’est rapidement étendu à travers les États-Unis et a été reconnu comme l’un des plus grands gangs de motards du pays. Le club s’est rapidement étendu à l’international, avec des chapitres en Australie, en Europe, au Canada et en Amérique du Sud. Les Bandidos ont été impliqués dans de nombreuses activités illégales, notamment la contrebande, le trafic de drogue et le trafic d’armes.

Le club est l’un des plus grands gangs de motards aux États-Unis et est considéré par la plupart des autres gangs comme une organisation très puissante et respectée. Les Bandidos sont connus pour leur code de conduite très stricte et sont également connus pour leur engagement envers leurs membres.

En 2001, le FBI a lancé une enquête sur les activités illégales des Bandidos. La même année, plusieurs membres du gang ont été arrêtés et inculpés pour diverses activités criminelles. Depuis lors, le band a été moins actif et n’est plus considéré comme l’un des gangs de motards les plus dangereux aux États-Unis.

Malgré les difficultés, les Bandidos sont toujours considérés comme l’un des gangs de motards les plus actifs et respectés aux États-Unis. Le club compte plus de 2 000 membres à travers le monde et est actuellement présent dans plus de 20 pays. Dont la Suisse. Lire plus haut.

Et en Asie ?

En Asie aussi on peut trouver des organisations criminelles. Notamment les Yakuza et les Triades.

Les Yakuza

Les Yakuza sont une organisation criminelle japonaise qui a ses racines à la fin du XVIIe siècle, lorsque des groupes de hors-la-loi, appelés bakuto, se sont organisés dans le but de gagner de l’argent par des activités criminelles telles que le jeu, la contrebande et le racket.

Les bakuto étaient des joueurs professionnels itinérants qui sillonnaient le Japon féodal entre les années 1700 et le milieu du XXe siècle. Ils se distinguaient par leurs tatouages élaborés et par leurs activités de jeu et d’arnaques. Les bakuto étaient les précurseurs des yakuza et certains groupes de bakuto sont devenus des clans yakuza plus importants après la Seconde Guerre mondiale.

Au cours du XIXe siècle, les bakuto se sont transformés en yakuza, une organisation plus structurée et plus violente. Les yakuza étaient divisés en familles et se réunissaient en clans, chacun dirigé par un chef. Ces gangs ont commencé à acquérir plus de pouvoir et d’influence au fil des ans, et ont même forgé des alliances avec des politiciens et des fonctionnaires.

Au cours du XXe siècle, les yakuza ont étendu leur influence et leurs activités criminelles, notamment le blanchiment d’argent, le trafic de drogue et le trafic d’êtres humains. Ils ont également commencé à se livrer à des activités légales telles que les entreprises de divertissement et la construction.

Les yakuza sont toujours actifs aujourd’hui, et ils sont considérés comme l’un des principaux groupes criminels au Japon. Bien qu’ils ne soient pas légaux, ils jouissent d’une certaine tolérance sociale et sont généralement considérés comme une force de stabilisation par leurs membres et leurs alliés.

Et en parlant de Yakuza, ne ratez pas l’excellente et récente série Tokyo Vice réalisée par Michael Mann.

Les Triades

Les Triades sont des sociétés secrètes fondées en Chine au 17ème siècle. Elles sont connues pour être des organisations criminelles qui pratiquent le trafic de drogue, le trafic d’armes et les activités illégales. Les triades sont également connues pour leurs croyances et leur culture religieuse, qui sont basées sur des principes taoïstes et bouddhistes.

Les Triades ont été fondées par des réfugiés chinois qui fuyaient la répression politique et religieuse du gouvernement chinois de l’époque. Ils se sont réunis pour former un réseau de sociétés secrètes qui pourraient les protéger et leur offrir un soutien financier. Au fil du temps, les Triades sont devenues une source de pouvoir et d’influence dans les communautés où elles sont présentes.

Au cours des siècles, les Triades ont étendu leurs activités criminelles à d’autres parties du monde. Elles sont maintenant présentes dans de nombreux pays, en particulier en Asie et en Amérique du Nord. Elles sont connues pour leur influence dans le trafic de drogue, le trafic d’armes, la contrefaçon et le blanchiment d’argent. Elles sont également impliquées dans le racket, le meurtre et le chantage.

Les Triades sont également connues pour leur code de l’honneur spécifique et leurs cérémonies complexes. Ils croient en la fraternité et le respect des règles strictes. Les membres des Triades sont tenus de s’en tenir à un code d’honneur strict et sont encouragés à satisfaire leurs devoirs à l’égard des autres membres.

Aujourd’hui, les Triades sont toujours impliquées dans des activités criminelles et sont considérées comme l’une des plus puissantes organisations criminelles du monde. Elles sont également devenues une force de plus en plus influente dans le monde des affaires et de la politique, ce qui en a fait l’une des organisations les plus puissantes et les plus redoutées de la planète.

Et pourquoi est-ce que les jeux de société avec des gangsters nous plaisent (autant) ?

Comme dans District Noir, les jeux de société de gangsters sont devenus de plus en plus populaires ces dernières années, et il est facile de comprendre pourquoi. Les jeu de gangsters sont devenus un incontournable de l’industrie ludique. Ces jeux regorgent souvent d’action, de suspense palpitant et de personnages fascinants qui ne manqueront pas de capter l’attention des joueureuses.

Ces jeux suivent et développent généralement l’histoire d’un anti-héros ou de quelqu’un qui est prêt à faire tout ce qu’il faut pour obtenir ce qu’il ou elle veut. Les histoires racontés par les jeux peuvent aller de situations dramatiques, intenses et épiques, à des situations et contextes plus… loufoques.

L’attrait pour les jeux de gangsters ne se limite pas à leur valeur de divertissement. Ces histoires illustrent souvent le pouvoir d’une personne prête à aller à contre-courant et à faire ce qu’elle juge nécessaire pour atteindre ses objectifs. De quoi générer une certaine inspiration. Pas de faire le « mal », dans se lancer dans une carrière illégale, mais jouer à des jeux de société avec des gangsters renforce l’idée qu’une seule et unique personne peut vraiment faire la différence. Même si les personnages du jeu sont des criminels, ils démontrent souvent un niveau de dévouement et de courage qui les rend admirables.

En plus de fournir de l’inspiration, les jeux de gangsters peuvent également être informatifs. Ces jeux donnent souvent un aperçu de la pègre et de son fonctionnement. Cela peut permettre aux joueureuses de comprendre comment fonctionne le crime et comment il est souvent traité dans différentes parties du monde. En voyant comment différents gangs et organisations interagissent, on peut avoir une meilleure idée du fonctionnement du système judiciaire.

Les jeux de gangsters peuvent aussi faire réfléchir. Ces histoires explorent souvent les thèmes de la moralité et de la responsabilité personnelle, incitant les joueureuses à réfléchir aux choix qu’ils font et à la manière dont ils peuvent avoir des conséquences. En explorant ces enjeux, ces jeux peuvent être l’occasion d’une réflexion et d’une introspection.

La popularité des jeux de gangsters n’est pas seulement due à leur valeur divertissante et éducative. Ces histoires offrent également une brève évasion du quotidien. Il peut être excitant de regarder des personnages qui sont prêts à prendre des risques et à enfreindre les règles. Même si ce n’est que dans un jeu.

Nos 7 jeux de société de gangsters préférés

MOB – Big Apple

Dans MOB : Big Apple, incarnez des mafieux dans le New York de la Prohibition. Trépidant !

Dans MOB : Big Apple vous plongez dans les bas-fonds des rues de Big Apple (New York) en 1926 au temps de la Prohibition. La Prohibition était une période dans l’histoire des États-Unis entre 1920 et 1933, durant laquelle la production, la vente et la consommation d’alcool étaient illégales. La loi fédérale interdisant la production et la vente d’alcool était connue sous le nom de Loi sur la Prohibition de l’alcool, ou loi sur la Prohibition.

Bien qu’elle ait été conçue pour réduire la consommation d’alcool et réduire les problèmes sociaux associés à l’alcoolisme, elle a entraîné l’augmentation des crimes liés à l’alcool et a contribué à la naissance du crime organisé. C’est malin. La Prohibition a finalement été abolie en 1933 avec l’adoption de la loi fédérale sur la réglementation des boissons alcoolisées.

Dans MOB : Big Apple, vous incarnez deux familles italiennes de gangsters qui s’affrontent pour régner en maître sur la ville et remporter le plus grand nombre de caisses de contrebande d’alcool en fin de partie. Tous les coups sont permis !

Le jeu est vif et impliquant. Le hasard est limité au lancer de dés, tout le reste de la victoire ou défaite de vos troupes dépend uniquement de vous, de votre réflexion et anticipation des coups ennemis.

Le bluff est également important sans y être trop présent. Le déplacement des hommes de main et les actions de l’adversaire créent de belles interactions et de la tension dans l’échange. La baston se fait avec… classe.

MOB : Big Apple est un jeu d’affrontement pour deux au thème frappant, au jeu rapide et sanglant qui requiert une stratégie fine pour arriver à contrôler au mieux les quartiers les plus fournis en caisse d’alcool. Il est facile à prendre en main et possède un matériel et graphisme remarquable. Un soupçon de hasard et de bluff couronne le tout !

Un vrai must-have à deux ! Ce serait vraiment dommage de s’en passer !


District Noir

District Noir, un jeu à deux avec de la prise de risque et du bluff. Faites les bons choix et amenez votre adversaire à en faire de mauvais.

District noir est un jeu de carte pour deux joueureuses, sur fond de lutte de territoire entre gangsters dans les bas-fonds du New Jersey des années 50. C’est un jeu de collection de points, tactique, avec une pointe de hasard et un zeste de stop-ou-encore. Et du bluff. Beaucoup de bluff.

Dans les plus grandes organisations criminelles de la ville, des hommes et des femmes s’affrontent pour faire grandir leur influence. Le contrôle du District Noir, une zone très contestée, est un enjeu majeur et primordial pour dominer la ville.

District Noir est un petit jeu de carte, facile à comprendre, la règle est lue en 5 minutes et rapide à jouer !

À première vue, on pourrait s’attendre à un jeu de collection un peu basique, plan-plan et sans saveur. Mais c’est sans compter un joli équilibre entre hasard et stratégie.

Une grande part de cette stratégie réside dans le fait de se saisir, au temps opportun, des 5 dernières cartes disposées devant vous (parfois même moins). Cette action ne pouvant être réalisée qu’une fois par manche, il va falloir l’appliquer ni trop tôt, ni trop tard et du coup, prendre des risques.

District Noir, un jeu compact, addictif, rapide et accessible par le plus grand nombre, mais à 2. Petit prix, grand plaisir !


Unlock 11

Des gangsters, on en retrouve dans la récente et 11e boîte Unlock et le scénario Hollywood confidential, clairement le meilleur de la boîte !

Le pitch : « Votre patron, le détective Jack Marlowe, a disparu. Menez l’enquête dans les coulisses de la machine à rêves hollywoodienne. »

Un scénario de difficulté 2 sur 3. Les énigmes sont plutôt évidentes, fluides, instinctives.

Selon moi, Hollywood confidential est l’un des meilleurs scénarios Unlock! Il coche toutes les cases d’un bon, d’un excellent scénario :

✅ Une ambiance forte, immersive. Avec un bande-son jazzy

✅ Des énigmes fluides, logiques

✅ Une app qui sait se montrer utile et discrète, et non gadget

✅ Un scénario, certes classique pour le genre, comme un hommage aux films noirs, avec moult rebondissements. Un film noir est un genre cinématographique qui met en avant des thèmes sombres et des personnages complexes dans des histoires qui tournent souvent autour du crime et de la corruption. Et des gangsters, que l’on retrouve ici dans ce 11e Unlock. À noter que les films noirs sont généralement caractérisés par des styles narratifs spécifiques, tels que les flashbacks, les monologues intérieurs et les rebondissements de ouf.

Hollywood confidential, un excellent scénario, extrêmement narratif, immersif, passionnant ! Qui reprend de nombreux aspects de Sherlock Holmes Détective Conseil, également chez Space Cowboys (tel que l’annuaire par exemple), pour les implanter dans une ambiance Hollywood des années 50, un poncif des films noirs, des films de gangsters.


Cash n’Guns

C’est une fusillade pour voir qui peut gagner le plus de pépètes ! Ca$h ‘n Guns est un jeu fun de bluff et de… gangsters, très certainement inspiré du film Reservoir Dogs de Tarantino sorti en 1992.

Vous incarnez des gangsters dans un entrepôt après un casse, et vous allez sortir les flingues (des vrais, dans le jeu. Mais en mousse) pour menaces autres et rafler une plus grande part du pactole. En mode « Mexican standoff ».

Si vous êtes visé, vous pouvez vous rendre et passer le tour ou risquer la balle.

Les joueureuses reçoivent cinq cartes Click et trois cartes Bang pendant toute la partie. Si votre tireur affiche une carte Click pendant le tour, vous êtes en sécurité. Si c’est une carte Bang, vous pouvez deviner ce que cela signifie ! Après cette phase, les survivants restants choisissent une carte de butin au milieu de la table.

Ca$h ‘n Guns est un jeu rapide et fun avec une forte interaction entre gangsters. Malheureusement plus édité en français, le jeu vient tout de juste de ressortir en septembre rethématisé Harry Potter. C’est plus… vendeur. Il s’appelle à présent Stupéfix !. Les apprentis-sorciers remplacent désormais les gangsters.


The Boss

« The Boss » est un jeu de majorité sorti il y a… 13 ans. Une éternité dans le monde du jeu de société. Inspiré de l’univers d’Al Capone ou du Parrain, on révèle peu à peu les informations sur les gains des différentes villes contrôlées par les gangsters.

Les cartes sont tirées aléatoirement et les joueureuses n’ont pas de contrôle sur le temps des parties, ce qui rend les paris et les risques difficiles à prévoir. Les parties sont intenses et rapides, et demandent une réflexion et une stratégie minutieuses.

Micro-jeu, pour un maximum de plaisir dans l’univers des gangsters et de la mafia italo-américaine présentée en détails plus haut. Malheureusement, 13 ans plus tard, le jeu n’est plus édité.


Mafia de Cuba

Fidèle au thème, ce jeu est présenté dans une boîte à cigares classique. Cette boîte sans prétention est secrètement remplie de diamants. Le Parrain a confié son contenu à ses « fidèles » hommes de main.

Comme dans toutes histoires de mafia et de gangsters qui se respectent, il y a des traîtres dans la pièce. Les joueureuses vont soit voler les diamants, soit choisir un rôle de personnage dans la boîte. Les personnages peuvent être des hommes de main, des chauffeurs, des agents de la CIA ou des gamins des rues. Le Parrain va ensuite interroger la salle, en posant à chaque personne des questions sur qui il est et ce qu’il sait.

Le Parrain doit faire preuve de flair pour deviner correctement et savoir qui lui a chouravé des diamants. Tous les autres doivent rester loyaux envers le patron. Ou se la jouer (c’est le cas de le dire) « poker face » pour s’en tirer avec le plus de pierres précieuses !

En plus de ça, le matériel est original, puisqu’on joue avec la boîte elle-même, que l’on fait tourner. Et les jetons personnages comme les diamants sont juste parfaits.

Dans Mafia de Cuba, il va falloir mentir, un max !


Escape Plan

La plupart des jeux de mafia, de gangsters, traitent du vol, de cambriolage. Escape Plan ne s’intéresse qu’à l’après-coup. Vous et vos collègues voleurs avez déjà dévalisé une banque et emporté le butin. Vous l’avez caché et investi dans toute la ville. Mais les flics sont sur votre piste, et vous avez trois jours pour vous échapper.

Que la bataille des gangsters commence ! Qui va collecter le plus d’argent et s’échapper de la ville ? Qui se fera attraper par les keufs ? Déplacez-vous sur le plateau pour récupérer le butin et mettre de bâtons dans les roues des voitures pimpées de vos complices. Allez-vous informer un flic ? Ou engagerez-vous des gangs pour faire votre sale boulot ? Vous avez trois jours et un nombre limité de tours pour vous décider avant que les sorties de la ville ne soient bloquées et que la partie ne soit terminée.

Le temps presse ! Quel sera votre Escape Plan – plan d’évasion ?

Gros jeu de gestion de gangsters de l’auteur portugais bien connu Vital Lacerda, sorti en 2019, Escape Plan n’a malheureusement jamais été traduit en français.


La citation du début d’article « “L’homme le plus riche est celui qui a les amis les plus puissants.” est tirée du film le Parrain 3.


Pour vous offrir une expérience de lecture plus agréable, nous vous proposons un site sans aucune publicité. Nous entretenons des relations d’affiliation avec Philibert et Play-in.

Ainsi, lorsque vous achetez un jeu en cliquant sur les liens menant aux boutiques, vous nous soutenez.

Grâce à vous, nous pouvons obtenir une petite part des revenus, entre 5 et 8% du prix d’achat. Ceci nous permet alors d’acheter d’autres jeux et de continuer à pouvoir vous proposer de nouveaux articles.

Vous pouvez également nous aider à soutenir notre blog directement en faisant un don sur la plateforme française uTip.


Article écrit par Amélie. Passionnée de jeux de société. A commencé à jouer à des jeux de société à l’âge de 1 année, environ, et n’a jamais cessé depuis. Kiffe les jeux de plateau, coopératifs, narratifs et d’autres qui finissent aussi en « tif ». Adore partager sa passion et aider les autres à découvrir les top et éviter les flop.


Avez-vous essayé l’un de ces jeux ? On a oublié l’un de vos jeux de gangsters préférés ? Envoyez-nous un commentaire ci-dessous !

Votre réaction sur l'article ?
+1
16
+1
3
+1
0
+1
0
+1
0
+1
2

17 Comments

  • Gérard DAVID

    Je viens d’acquérir le Jeu « Narcopolis » qui rentre tout à fait dans cette catégorie puisque nous sommes des clans qui géront des.zones sur fond de gestion de casinos, bordels, trafics d’armes..,

    Je possède également District noir et MOB Big apple, excellents jeux pour 2 joueurs

  • Francois Edelin

    Excellent article, fouillé et plaisant (comme souvent). Au titre des jeux de gangster, je voudrais ajouter un vénérable ancêtre qui dort au fond de mon armoire : Supergang. Edité en… 1990, l’un des premiers achats de ma collection… Le jeu était fourni avec le pistolet à flechette pour les réglements de compte ! 🙂

    • Amélie

      Ooooooh mais bien sûr, j’aurais dû y penser. Je suis trop jeune pour l’avoir connu, mais je sais que dans le milieu du jeu de société, Supergang est clairement culte ! Peut-être une reddition dans le futur ? Restoration Games, si tu nous entends…

  • El Charlot

    Je venais pour parler aussi de Supergang ! Le meilleur jeu de gangster pour moi, ce que je regrette de ne plus l’avoir et de ne trouver qu’à des prix indécents ! (Je suis jaloux que tu l’ai dans une armoire :)). Le dealeur de petits pois, le flingue à fléchette, les deux flics joués à tour de rôle, la vamp … ce jeu était vraiment incroyablement bien foutu 🙂
    Ludodelire était un éditeur super talentueux (j’ai toujours full métal planète, exceptionnel aussi)

  • Ced

    Il faudra compter sur SCARFACE 1920 à présent, qui retranscrit très fidèlement l’univers de la mafia entre business à monter, guet-apens à mener, gros bras à recruter et jobs malsains à accomplir. Très bon !

  • boubou95

    « Règlement de compte » était assez marrant où il fallait contrôler des affaires voire la caisse principale (mais très risqué) et s’éliminer à coup de double somnifère, de gâteau d’anniv explosif, et armes plus classique lors d’une réunion de gangs autour d’une grande table. Sinon je suis surpris de ne pas voir Le Parrain de cmon que je n’ai pas joué mais qui a belle réputation.

  • boubou95

    Ah si, je voulais rajouter Dig your way out, où l’on peu prendre le contrôle d’un gang même si ce n’est pas obligatoire. Très bon jeu où il faut trouver le moyen de creuser pour se libérer d’une prison, tout en mettant des petits coups de surins à ces adversaires.

  • Javinoa

    Je serais curieux de connaître l’avis de la rédaction sur le jeu La Cosa Nostra, de l’auteur de MicroMacro. Il est on ne peut plus dans le thème en tout cas !

  • patybulle

    Il est toujours subjectif de faire une sélection, elle est propre à chacun. Et pourquoi une liste de 7 seulement ? Bref, c’est un choix, pourquoi pas.
    Personnellement, après n’avoir conservé que les 3 derniers de la liste, je complèterai ma propre liste avec :
    Le Parrain
    Famiglia
    Deal American Dream
    Speakeasy

    et encore ceux-ci parce qu’avec des noms comme ça, comment les écarter 😉 :
    Supergang
    Mafia
    Capone
    Prohibition (proto)

  • patybulle

    J’ai oublié deux incontournables jeux de gangsters créés par Tim Fowers :
    Burgle Bross et Fugitive
    Un « Ocean 11 » (le film) en version jeu de plateau coopératif superbe !
    Le second est un 1c1 de poursuite et évasion excellent !
    Comme quoi, une sélection, ce n’est pas simple…

    Pour finir je proposerai bien Illegal de Christophe Boelinger !

À vous de jouer ! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :