Critiques de jeux,  Jeux de rôle

L’Anneau Unique seconde édition. Le retour du roi !

Le jeu de rôle L’Anneau Unique revient dans une magnifique deuxième édition, plus épique (et sandbox) que jamais.


L’Anneau Unique

L’Anneau Unique est un jeu de rôle médiéval fantastique directement inspiré des ouvrages de J.R.R Tolkien. Il s’agit de la deuxième édition de ce jeu de rôle épique chez Edge Studios France. Cette nouvelle version est de la traduction de l’édition sortie en anglais chez les Suédois de Free League l’année dernière.

Loin au-delà des montagnes embrumés…

L’Anneau Unique situe son action durant le 3éme âge du monde d’Arda. Entre la reconquête de la montagne solitaire par les nains, après la bataille des 5 armées, et le retour de Sauron en Terre du Milieu.

Vous êtes déjà largués ? C’est normal. Ce genre d’informations est surtout connu par les Tolkien-zouze. Je vais faire de mon mieux pour rendre cet article le plus accessible possible. Si vous êtes vraiment, vraiment trop largués, n’hésitez pas à briser la vitre et à saisir le Silmarillion de secours.

Après la chute de Smaug le terrible, une période d’accalmie, voire de prospérité, se présente. C’est dans cette époque de grands espoirs que vous allez partir à l’aventure, afin de vous forger un nom et une fortune. Ou du moins, des souvenirs à raconter au coin du feu aux enfants de Hobbitbourg, ou encore à quelques seigneurs nains dans une taverne Bardide !

Mais peu de gens savent que dans l’ombre, Sauron prépare son retour depuis la forteresse de Dol-Guldur au cœur de la forêt noire, sous l’identité du Nécromancien.

Ce jeu de rôle sort juste après la diffusion de la série Les anneaux du pouvoir… Hmm. Coïncidence ?

Pure coïncidence.

Car le jeu a été repoussé de plusieurs mois en raison de gros délais d’impression. Mais la série, bien qu’imparfaite, est fort intéressante à regarder. Allez donc y jeter un œil (de Sauron). Mais je m’égare.

Dans un trou vivait un Hobbit

L’univers de L’Anneau Unique se veut très fidèle à l’œuvre du maitre Tolkien. On peut incarner des humains, des elfes, des nains. Mais surtout, des hobbits ! Les cultures de départ proposées ici sont différentes de celle de la première édition. Ce qui offre d’alléchantes variations.

La création de votre personnage s’articule autour de 3 valeurs : le corps le cœur et l’esprit. Ces statistiques seront définies en grande partie par la vocation que vous choisissez pour votre personnage. Pas besoin d’écrire un background. Le jeu le fait pour vous.

Le livre est assez généreux dans les options proposées : un fier capitaine n’aura pas les même compétences qu’un érudit ou qu’un chasseur de trésor.

Il y a un nombre de points de départ à répartir dans des compétences communes regroupés par thème (survie, personnalité, coutume etc.) et la maitrise des armes. Une fois cela effectué, le reste est plutôt simple, fluide, cohérent. Pour accomplir une action, vous lancez un dé à douze faces, ainsi qu’un certain nombre de D6 selon la valeur que vous attribuez à une compétence. Une effigie de Gandalf affichée sur le dé équivaut à une réussite automatique. Un œil de Sauron, un échec automatique.

Il y a des blessures qui ne guérissent jamais vraiment

Il faut aussi que je vous parle de la vaillance et de la sagesse. Ces deux attributs déterminent votre profil psychologique. Profil qui va avoir un impact durant les rencontres. Mais il vous offre aussi des vertus ou des récompenses selon vos choix durant les montées de niveau (armes améliorées, capacités uniques etc.) Il y a de quoi personnaliser son alter-ego avec labeur et saveur.

Et surtout, l’une de mes mécanique favorites dans L’Anneau Unique repose sur l’espoir et l’ombre ! De nombreuses actions peuvent être améliorées en utilisant votre espoir : les hobbits sont plus faibles, mais disposent d’un haut niveau d’espoir. Ils deviennent ainsi très plaisants, palpitants à jouer !

Les points d’ombre, quant à eux, avilissent votre personnage. Il peut alors totalement perdre pied en cas de gros coup du sort, et se voir ainsi affublé de défauts (paresse, paranoïa), voire des obsessions. Un nain qui a trop été exposé à l’ombre va céder au mal du dragon. Un elfe en souffrance ne va plus rêver que de partir pour les terres éternelles de Valinor.

Je pars pour une aventure !

Cette version du jeu est clairement plus « Sandbox » que sa première mouture. Les règles sont plus souples sur les rencontres, les combats et surtout les voyages. De plus, la région de l’Eriador à explorer dans ce jeu est immense !

Les cartes sont détaillées et permettent de calculer la difficulté de déplacement selon le terrain, si vous avez de l’encombrement, une monture, etc. Et surtout, les périls ou alliés rencontrés.

En outre, les membres de la compagnie sont répartis selon 4 rôles possible : éclaireur, guide, guetteur et chasseur. Un aspect plaisant en jeu pour vous prémunir de certains problèmes, mais également très plaisant pour le roleplay.

Le système de combats a subi une petite révision. Ils sont toujours aussi stratégiques, mais un brin plus fluides. Ont aussi été revisités : les talents culturels, les compétences, ainsi les seuils de réussites.

En bref L’Anneau Unique s’offre quelques corrections nécessaires. Pas uniquement au niveau esthétique (le livre est un pur plaisir pour les yeux), mais bien dans le cœur de son système.

La communauté de l’anneau (unique)

En parlant de roleplay, je dois aussi saluer ici les phases de communauté ! À la fin de chaque aventure, vous allez en vivre une autre. C’est le moment où vous pouvez utiliser votre expérience acquise, pour apprendre de nouvelle compétences et de nouveaux dons. Ou retourner au pays pour l’hiver, chercher un garant, augmenter votre réputation et votre niveau de vie.

Voire vous marier afin d’avoir un ou une héritière qui poursuivra votre quête. Entre deux périples épiques, cette phase offre une belle respiration. Le MJ laisse ainsi la main aux joueurs et joueuses pour qu’ils elles puissent co-écrire, co-construire l’histoire, plongés dans des moments narratifs. Sans périls ni combats. Reprendre de l’espoir et guérir de l’ombre peu prendre du temps.

J’ai remarqué que certains groupes de jeu minimisent ou oublient cette phase. C’est passé outre un réel aspect, un réel plaisir offert par le jeu. Je vous conseille vivement de vous y attarder. Plus que plaisante, elle est passionnante !

Un anneau pour les gouverner tous

Je ne vais pas jouer le suspens plus longtemps. Oui ! Cette nouvelle mouture de l’Anneau Unique est une réussite totale ! La traduction en français est très propre et agréable à lire.

Le système est très complet et aide vraiment à plonger dans l’univers de J.R.R Tolkien. Là ou « Aventures en terre du Milieu » (l’autre jdr Tolkienien) est un brin trop générique à mon goût, L’Anneau Unique dispose d’un véritable pouvoir immersif. On vit au fil des aventures, des saisons, des rencontres et de la bonne fortune.

Cette seconde mouture situe l’action en 2965, i.e. 24 ans après les événements de la première édition. On sent que le jeu à pris de l’ampleur. Mais aussi que l’ombre progresse.

L’ouvrage s’ouvre d’ailleurs sur un courrier de Gandalf, qui nous écrit depuis l’auberge du Poney Fringant. Oui, les événements du Seigneur de Anneaux se rapprochent.

L’Anneau Unique. Mon précieux !

Le seul reproche que l’on peut faire au jeu est clairement qu’il reste proche et fidèle de la première édition. Avec L’Anneau Unique seconde édition, on a plus droit à un gros lifting qu’une véritable rupture. L’Anneau Unique est plus une évolution qu’une révolution.

À titre personnel, je trouve toutefois que c’est une très bonne chose. Je redécouvre, retrouve ce jeu que j’aime. Mais écrémé de la pesanteur de certaines règles et de divers problèmes d’écriture. Et cadeau bonus, on peut même rencontrer TOM BONBADIL, nom d’une pipe en bois de la Comté !

Si vous découvrez le jeu, cette seconde édition est la version idéale. Elle est la plus aboutie. En revanche, celles et ceux qui possèdent déjà l’édition revisitée des règles (version 1.5) risquent un peu de… tousser avant de passer sur cette nouvelle mouture, car il y peu d’évolution majeure. Mais je chipote.

Pour conclure, je vous recommande très chaleureusement l’Anneau Unique deuxième édition ! C’est mon jeu de rôle coup de cœur de 2022 !


Pour vous offrir une expérience de lecture plus agréable, nous vous proposons un site sans aucune publicité. Nous entretenons des relations d’affiliation avec Philibert et Play-in.

Ainsi, lorsque vous achetez un jeu en cliquant sur les liens menant aux boutiques, vous nous soutenez.

Grâce à vous, nous pouvons obtenir une petite part des revenus. Ceci nous permet alors d’acheter d’autres jeux et de continuer à pouvoir vous proposer de nouveaux articles.


Article écrit par Didi. Sa passion : les jeux, mais surtout, les jeux de rôle. Ses chroniques sur Gus&Co vous présentent des nouveautés, et dépoussièrent aussi quelques raretés débusquées sur ses étagères.

Votre réaction sur l'article ?
+1
9
+1
118
+1
1
+1
1
+1
0
+1
0

2 Comments

À vous de jouer ! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :