Critiques de jeux,  Jeux de plateau

Murder Party – Château Hanté. Tous les coups sont permis

Dans Murder Party – Château Hanté, un crime a été commis au château… Serait-ce l’œuvre de l’une des âmes qui hantent les lieux ?


Murder Party – Château Hanté

Vous avez reçu un carton d’invitation de Lord Arthur MacRashley pour vous rendre dans son immense château assister à une fête dont il a le secret. Des membres de sa famille et connaissances proches sont également présents. Lord Mac Rashley est un homme de goût, qui sait accueillir. Il vous fera certainement visiter son immense demeure qui regorge de fantômes et d’histoires fantastiques. C’est ce qui vous attend dans Murder Party – Château Hanté.

Vous vous attendez à vivre un moment unique mais la soirée dépasse vos espérances, lorsque vous apprenez qu’un crime vient d’être commis ! À vous de découvrir la vérité…

Murder Party – Château Hanté est un pur jeu d’ambiance, en mode Killer Party, sur fond d’enquête policière. Vous devrez « tuer », sans aucun scrupule, vos partenaires de jeu afin de récolter un maximum d’indices et tenter de résoudre l’énigme!

Les Killer Parties, ça vous rappelle peut-être quelque chose ? Vous y avez peut-être joué au collège ou au lycée quand vous étiez ado dans les années 80-90. Instant nostalgie ! Rappelez-vous de Killer, le jeu de rôle grandeur nature édité par feu-Descartes en 1988. Ou encore, le plus moderne Killer Party chez Cocktail Games. Murder Party – Château Hanté, c’est ça. Avec une couche narrative en plus. Attention chérie, ça va trancher !!!

Murder Party – Château Hanté, matos

Le jeu se présente sous la forme d’une petite boite carrée en tartan écossais pour une première mise en ambiance. À son ouverture, la base se déplie complétement pour révéler le plan du château dans lequel aura lieu les 6 meurtres pour 6 enquêtes palpitantes. Un matériel au design plutôt très, très sympa !

Comme c’est généralement le cas dans les Murder Parties, ce jeu nécessite d’avoir un maître ou une maîtresse de jeu (MJ) qui va coordonner le déroulement de la partie, avec comme support un livet de règles. Le livret est petit mais très clairement rédigé. Cela rend le jeu totalement accessible à des novices en la matière.

Fantômes, fantômes êtes-vous là ?

Quand on n’a rien à se reprocher dans la journée, on ne craint pas que les fantômes viennent hurler à la porte au milieu de la nuit.

Proverbe Chinois

Les 6 enquêtes se déroulent dans ce mystérieux château écossais en compagnie de personnages plus ou moins suspects. Et bien évidemment, que serait un château écossais sans son lot inévitable de fantômes et de coins sordides, avec un grenier sombre et un cimetière brumeux.

Votre mission : user des stratagèmes les plus ingénieux, ou perfides, pour éliminer à tour de rôle vos adversaires et récupérer leurs indices qui vous permettront de résoudre l’énigme proposée avec 3 composants requis :

  • Le/la coupable
  • Son mobile
  • Son mode opératoire

Et maintenant, on fait quoi ?

Le-la MJ distribue à chaque personne invitée une carte mentionnant un indice qui permettra de résoudre une partie de l’énigme ainsi qu’un gage à faire réaliser à sa cible. Le-la MJ désigne secrètement le nom de votre cible parmi les personnes présentes.

Pour chaque enquête proposée, les 7 cartes Suspect et celle de la victime sont mises à disposition et consultables tout au long de la partie.

Le scénario, qui se résume en quelques lignes, détaillant l’affaire en cours est lu à haute voix et la partie peut commencer. Les énigmes sont relativement faciles à résoudre dès que l’on arrive à gagner 2 ou 3 indices supplémentaires.

Le jeu prend fin lorsque quelqu’un a trouvé les 3 éléments permettant de résoudre l’énigme ou lorsqu’il ne reste plus qu’un ou une survivante.

Tout le piment de ce jeu réside dans le fait de réussir à contraindre sa cible à réaliser le gage imposé par sa carte indice, à… l’insu de son plein gré, et ainsi relever le défi.

Il va de soi, du moins on peut l’espérer, que toutes tortures physiques ou psychologiques sont proscrites pour parvenir à ses fins…quoique… en même temps la fin justifie les moyens, non ? Les œufs, les omelettes, tout ça.

Il m’est impossible ici de vous révéler les gages de manière précise sous peine de spoiler et gâcher toute la saveur de ce jeu.

J’te gage que

Ce qu’on peut dire c’est que les gages sont suffisamment complexes à réaliser pour qu’il faille plus d’une soirée pour compter y parvenir avec classe et méthode. Cela devient vraiment idéal sur un week-end, donnant ainsi l’occasion de se faire la main sur la première enquête et gagner en confiance manipulatoire pour l’enchainement des enquêtes suivantes.

Les gages sont complexes, mais c’est justement cela qui est jouissif et lance un défi ! À la première lecture, on se dit qu’on n’y arrivera jamais et finalement, on se retrouve à créer tout un scénario pour parvenir à ses fins. La satisfaction lorsqu’on y arrive et à la mesure du défi !

Au bout de quelques heures de jeu et quelques tentatives avortées il est impossible de ne pas devenir parano ! La moindre discussion, la moindre question ou demande de service devient le risque de se voir griller et éjecté de la partie.

Lorsqu’une cible a été tuée, l’assassin récupère l’indice de sa victime, mais également sa cible. C’est parfois là que le jeu s’enraille si, lors de la création des premiers duo, les cibles n’ont pas été pensées en conséquence.

C’est peut-être sur ce point qu’une amélioration pourrait être proposée avec un lien vers une application de répartition automatique des cibles.

Le moyen de remédier à cela est tout simplement que le-la MJ réattribue une cible autre. Mais dans ce cas, une personne se retrouve doublement visée.

Enquêtes policières ?

Qu’en est-il des enquêtes à résoudre une fois que votre parquet est jonché des cadavres de vos cibles ?

Elles sont plutôt sympas à résoudre, pas trop complexes et elles tiennent la route. Ne vous attendez pas à un scénario digne d’un roman policier, cela n’aurait pas de sens ici. L’enquête est plus un prétexte qu’une fin en soi.

Un petit bémol tout de même sur l’enquête  » Le grenier hanté » dans laquelle une coquille s’est glissée empêchant la résolution complète de l’énigme.

Murder Party – Château Hanté, verdict

Alors, Murder Party – Château Hanté, c’est bien ?

Oui, oui, oui ! Mais….

Mais le plaisir et la réussite de ce jeu dépend en grande partie des personnes avec qui vous allez le vivre. Si vous manquiez encore d’une très bonne raison de bien choisir vos potes ou les membres de la famille avec qui partager des week-ends, voilà un argument de plus.

En fonction de ce choix, vous passerez un moment top ou flop.

Bien accompagnée, comme c’était le cas lors de mon test, par des adversaires suffisamment perfides, tordus et tenaces pour faire sortir tout le piment de ce jeu, Murder Party – Château Hanté s’est avéré être une petite pépite !

Interaction garantie ! Vous allez vivre une expérience ludiques qui vous poursuivra les jours suivants… mais non je ne spoilerai pas… disons que dorénavant, je m’applique à ne plus faire de bruitage !

À conseiller, à condition d’être bien entouré ! (mais pas de trop près non plus, on ne sait jamais qui vous a pioché comme cible)

Note : 5 sur 5.

  • Auteur : Bernard Puard
  • Illustrateur : Non mentionné
  • Éditeur : Hachette Heroes
  • Nombre de joueurs et joueuses : 6 à 12 (tourne bien à toutes les configurations)
  • Âge conseillé : Dès 14 ans (difficilement moins)
  • Durée : Variable. De préférence sur 1 ou 2 jours
  • Thème : Murder Party
  • Mécaniques principales : ambiance, gages, déduction

Pour vous offrir une expérience de lecture plus agréable, nous vous proposons un site sans aucune publicité. Nous entretenons des relations d’affiliation avec Philibert et Play-in. Ainsi, lorsque vous achetez un jeu en cliquant sur les liens menant aux boutiques, vous nous soutenez. Grâce à vous, nous pouvons obtenir une petite part des revenus. Ceci nous permet alors d’acheter d’autres jeux et de continuer à pouvoir vous proposer de nouveaux articles.


Article écrit par Aline, membre de la Team Gus&Co. Elle travaille dans le domaine social. Elle est tombée toute petite dans la marmite du jeu sous toutes ses formes (plateau, jeux vidéo, escape room, murder). Écrire sur le blog lui permet de découvrir de nouveaux jeux et partager de vrais coups de cœur.

One Comment

  • Ange

    Aah killer ! Cela me rappelle celui que j’avais organisé avec mon pote à la fac de sciences de Rouen dans les années…. 85 (1985 ;-)). Mon seul regret fut que boucle fut bouclée trop rapidement ! En moins d’une semaine. Et d’ailleurs dans nos règles le tué devait donner sa cible à son assassin, et le tueur (ou plutôt le tué, car sinon il suffisait d’attendre sa victime à la boîte aux lettres) devait nous mettre la carte du joueur tué dans une boîte aux lettres. En tant qu’organisateurs, nous n’avions pas besoin d’intervenir. Autre regret, pas vu les meurtres ! Juste les commentaires. Ou alors parfois on assistait à une cavalcade dans des couloirs.(un tueur s’´étant fait repéré !) Car l’un des trucs sympa était aussi que les joueurs ne se connaissait pas! Du moins personne, à par nous, savait Qui jouait. Toute personne croisée pouvait être son assassin !
    Donc je pense que je vais regarder ce jeu de plus près.

À vous de jouer ! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :