Critiques de jeux,  Jeux de plateau

Welcome to the Moon. Décocher la lune

Après les années 50, décollez Dans Welcome to the Moon, la suite de Welcome to.


Welcome to the Moon

Welcome to the Moon et le dernier opus de la trilogie des Welcome to. Après avoir joué aux agents immobiliers dans un quartier USA des années 50. Après avoir fait un petit détour par Las Vegas en 1960, Benoît Turpin s’est associé à Alexis Allard pour nous faire faire un grand pas dans le futur et nous envoyer, avec Welcome to the Moon, en mission lunaire !

Contrairement aux précédents volets de la série, Welcome to the Moon se décline en 8 missions différentes pour un crescendo d’aventures. La première démarre avec le Décollage et se termine par L’affrontement.

Les aventures sont toutes différentes avec des mécaniques de jeux innovantes. Le thème fort porté par les illustrations réussies de Anne Heidsieck est très cohérent et immersif. Il nous entraine par des mécaniques, plateaux et stratégies variées, à vivre une aventure spatiale avec toutes les avaries et rencontres qu’elle peut comporter (décollage, construction d’une colonie, exploitation des ressources lunaires, gestion d’un virus. Eh oui ! la lune a aussi ses problèmes de virus ! la fuite et pour finir l’affrontement avec vos partenaires directs.

Bien que l’on vous vous conseille grandement de vivre ces aventures une première fois dans l’ordre croissant, pour la cohérence de l’histoire, chaque aventure est jouable et rejouable de manière individuelle et séparée.

Cette boite de jeu, par sa diversité de propositions, offre une rejouabilité à l’infini. Impossible de se lasser ou de ne pas aimer le jeu ! Parmi les 8 plateaux différents, on trouvera forcément une aventure à son goût. L’écueil des boites précédentes qui n’ont peut-être pas toujours fait l’unanimité est corrigé.

Quand il n’y en a plus, il y en a encore !

Welcome to the Moon, en parfait couteau suisse toulousain (Blue Cocker est un éditeur de la Ville Rose), propose en plus dans cette boite un mode solo, avec ASTRA, mais surtout, grande nouveauté, un mode « campagne » évolutif ou vous pourrez influencer le cours des évènements et revisiter et modifier les 8 missions. Ce mode séduira les adeptes des jeux Legacy.

Pour toutes ces aventures, il faut se rendre à l’évidence, le matériel de jeu est très complet. Tout d’abord les plateaux de jeu sont désormais plastifiés et effaçables, imprimés recto-verso, pour être utilisés avec les crayons effaçables fournis. Les deux jeux précédents tournaient avec un cahier de feuillets jetables ou via une application mobile.

Plus écologique, cette innovation très bienvenue permet également d’éviter les ratures pour les personnes hésitantes ou tête en l’air. Néanmoins, plutôt épais et peu pratiques, les crayons effaçables auraient mérité d’être plus fins. L’inconvénient également, même s’il est moindre, est de limiter le nombre de joueuses et de joueurs au matériel fourni, soit pour 1 à 6 joueurs. Avec Welcome to, premier du nom, on pouvait jouer jusqu’à 200 000 en même temps, environ. Mais rien n’empêche dans l’absolu de coupler plusieurs boites de jeu.

Welcome to the règles

Les cartes de jeu, base de la mécanique flip and write, tu pioches et tu coches (on dirait le slogan d’une pub sur Antenne 2 dans les années 80), sont à répartir en trois piles égales prêtes à être tournées.

Elles fonctionnent de manière identique aux boites précédentes mais avec une iconographie propre au thème. Elles sont appelées ici cartes vaisseau avec des symboles et actions qui leur sont propres : Robot, Énergie, Plantes, Eau, Astronaute et Planning.

À cela s’ajoutent les cartes missions, 6 cartes pour chacune des 8 aventures et pour finir tout le matériel lié au mode campagne (97 cartes).

Des boites individuelles, estampillées par des logos différents, s’insèrent parfaitement dans la boite de base et permettent de ranger facilement les cartes des différents modes de jeu. Le tout est vraiment bien conçu et réfléchi.

Welcome to the Moon, la tête dans la lune. Verdict

Est-ce que Welcome to the Moon nous envoie au 7e Ciel ?

Oui, clairement ! On ne peut qu’apprécier le gros travail fait par les auteurs pour offrir sur cette nouvelle boîte un large choix de missions cohérentes et l’effort particulier mis sur le matériel présent.

L’immersion est totale et certaines aventures amènent une réelle interaction, ce qui est vraiment innovant et unique dans ce type de jeu à la mode roll ou draw & write.

Alors oui, il faut compter un achat un tiers plus cher que pour les volets précédents. Mais pour le coup, vous en aurez vraiment pour votre argent !

Un petit bémol peut être apporté sur l’explicatif de certaines missions pas toujours claires à interpréter. Exemple : dans l’aventure 1, le décollage nécessitant de rayer toutes les erreurs systèmes nous a posé des problèmes d’interprétation.

Pas d’hésitation ! Welcome to the Moon, nous fait décrocher, décocher la lune.

Un très très bon jeu

Note : 4.5 sur 5.
  • Auteurs : Benoit Turpin et Alexis Allard
  • Illustratrice : Anne Heidsieck
  • Éditeur : Blue Coker
  • Nombre de joueurs et joueuses : 1 à 6 (tourne bien à toutes les configurations)
  • Âge conseillé : Dès 10 ans (bonne estimation)
  • Durée : 25′ par aventure
  • Thème : Expédition lunaire
  • Mécaniques principale : Flip and write

Pour vous offrir une expérience de lecture plus agréable, nous vous proposons un site sans aucune publicité. Nous entretenons des relations d’affiliation avec Philibert et Play-in. Ainsi, lorsque vous achetez un jeu en cliquant sur les liens menant aux boutiques, vous nous soutenez. Grâce à vous, nous pouvons obtenir une petite part des revenus. Ceci nous permet alors d’acheter d’autres jeux et de continuer à pouvoir vous proposer de nouveaux articles.

2 Comments

  • Lionel

    Bonjour

    Je rebondis sur l’assertion selon laquelle cette boîte serait plus écologique que les autres de la gamme puisqu’on ne jette rien. Cela ne me paraît pas aussi trivial.
    Les cartons plastifiés nécessitent (je pense) bien davantage de ressources à produire que du simple papier imprimé (qui peut par ailleurs être recyclé après usage).
    Les feutres en plastique doivent être remplacés plus souvent que des crayons en bois, et demandent également davantage de matière pour les produire.

    Merci pour cet article (et les autres), et bonnes fêtes.

À vous de jouer ! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :