Jeux de plateau

Un éditeur sulfureux de jeux de société expulsé de la Gen Con

Jeff Bergren, le patron de The Gaming Goat, persona non grata à la Gen Con.


The Gaming Goat

Décidément, l’année 2021 du jeu de société aura été secouée de plusieurs scandales, de plusieurs affaires de mœurs et de morale. Après l’affaire Cards against Humanity, après l’affaire The Broken Token, voici le cas aujourd’hui de The Gaming Goat, qui vient tout juste de se voir escorter hors des murs de la Gen Con, qui commence tout juste aujourd’hui.

C’est sur son mur Facebook que le patron de la maison d’édition de jeux de société The Gaming Goat s’est exprimé pour raconter sa mésaventure.

Bergren raconte qu’il a été escorté hors de la convention, sans connaître les raisons de son expulsion. Dans son post sur Facebook, effacé depuis, il a également expliqué que la direction de la Gen Con ne l’a jamais informé de la raison de son expulsion.

Bergren explique également qu’il a dépensé 40 000 dollars pour participer à la manifestation. C’est un responsable du salon qui s’est approché de lui pour l’escorter hors des murs, en lui expliquant qu’il était là pour le raccompagner et qu’il recevrait un email d’explication plus tard. Ce que, visiblement, Bergren n’a pas encore reçu.

La Gen Con a toutefois publié l’explication de l’expulsion de l’éditeur sur son forum ici.

« À la lumière des événements récents et du comportement actuel de Jeff Bergen et d’autres employés de TGG-Games et de The Gaming Goat, cette entreprise sera-t-elle toujours autorisée à participer à Gen Con ? Leur comportement (blagues sur le viol, commentaires/mèmes racistes, menaces, incitation à l’intimidation) est bien en dehors du code de conduite de Gen Con et de l’industrie du jeu en général. »

« Jeff Bergren ne participera pas à la Gen Con. Nous apprécions ceux qui ont fourni des informations concernant cette situation.

Mike, pour la Gen Con

La Gen Con explique que le comportement de Bergren est inacceptable et en désaccord complet avec les valeurs humanistes et de tolérance prônées par l’événement, et par toute l’industrie du jeu de société.

Le scandale The Gaming Goat

Mais que s’est-il passé pour que le patron de The Gaming Goat se fasse escorter hors de la Gen Con et soit déclaré persona non grata ?

Bergren a fait l’actualité ces derniers temps sur le net après qu’une image sur la page Kickstarter de son prochain jeu Tournament Fishing montrait une image d’une grenouille faisant OK avec ses mains pattes.

Et alors ? Quel est le lien entre une grenouille et l’expulsion de l’éditeur de The Gaming Goat ?

Aux US, ce geste anodin est considéré comme renvoyant à l’idéologie suprémaciste blanche.

Comment le signe OK est-il devenu un symbole de suprémaciste blanc ?

Le geste a été utilisé comme symbole positif pendant des siècles, avant d’être détourné par les mouvements extrémistes alt-right.

Toucher le pouce et l’index pour former un cercle, avec les trois doigts restants tendus, est un geste que les gens du monde entier font depuis des siècles qui porte une signification bénigne depuis des générations. On l’utilise pour indiquer « OK », ou tout va bien. Il est utilisé à plusieurs fins dans les langues des signes et dans le yoga comme symbole pour démontrer la perfection intérieure. En plongée, c’est un signe récurrent qui indique que c’est bon, tout va bien.

Mais ces dernières années, il a également été utilisés à d’autres fins aux US, notamment comme moyen de signifier «pouvoir blanc».

Et d’où vient le signe ?

L’utilisation moderne du signe OK pour l’approbation ou l’assentiment semble avoir surgi avec le terme « OK » au 19ème siècle. Certains chercheurs ont fait remonter le mot OK en 1839, lorsque Charles Gordon Greene a écrit en plaisantant dans le Boston Morning Post qu’il s’agissait d’une abréviation intentionnellement mal orthographiée pour « tout est correct ». Le terme a fait son chemin, et le geste de la main, avec les doigts formant un semblant de O et de K, est devenu lié à celui-ci.

Mais alors comment est-il devenu lié au « pouvoir blanc », au point de vouloir exclure le patron de The Gaming Goat de la Gen Con ?

Tout a commencé début 2017 avec une plaisanterie. Des utilisateurs anonymes de 4chan, un forum de discussion en ligne anonyme et sans restriction, ont commencé ce qu’ils ont appelé « l’opération O-KKK », pour voir s’ils pouvaient tromper le monde entier en nous faisant croire que ce geste anodin était en fait un symbole caché du pouvoir blanc.

Le canular de 4chan a trop bien réussi. Au point de n’en plus être un, de canular. Les néo-nazis, le KKK et d’autres nationalistes blancs américains ont commencé à utiliser le geste en public pour signaler leur présence et repérer des sympathisants et des recrues potentiels. Pour eux, les lettres formées par la main ne représentent plus O et K, mais W et P, pour « white power », pouvoir blanc.

Retour à The Gaming Goat

Il y a quelques jours il y a eu un fil de discussion sur BGG qui a finalement été verrouillé. Et un utilisateur sur BGG a également publié un article détaillé sur l’histoire des controverses impliquant Bergren et The Gaming Goat.

À la suite de toute cette affaire, le patron de The Gaming Goat a été banni de Board Game Geek, le site américain expliquant que les valeurs de Bergren rentraient en conflit avec celles de leur communauté.

Plusieurs auteurs et éditeurs de jeux de société se sont également exprimés pour se distancier et condamner les propos et l’imagerie véhiculés par Bergren.

%d blogueurs aiment cette page :