Histoire et Culture,  Jeux de plateau

Le seul jeu de société qui dure 1’500 heures

Vos jeux de société, vous aimez quand ils durent 1’500 heures ? C’est le temps qu’il vous faudra pour finir The Campaign For North Africa.


Histoire et culture

Si vous vous baladez sur notre blog, c’est que vous vous intéressez à la chose ludique, sous toutes ses formes, que nous essayons, depuis plus de 13 ans, de couvrir : psychologie, analyse, gamedesign, critiques, sorties et… histoire.

Tous ces prochains jours, en plus d’autres articles quotidiens, nous vous proposons un cycle spécial, une série d’articles qui explorent l’histoire et la culture du jeu de société.

Voici le programme de ces prochains jours, en détail. Un menu… copieux :

La durée moyenne d’un jeu est de 45 minutes. Il en existe certains qui durent moins, voire un peu plus. Et pourtant, il y a un jeu qui se démarque avec ses plus de 1’000 heures de jeu, The Campaign For North Africa, un wargame unique en son genre, à découvrir ici.

The Campaign For North Africa, le jeu de société qui dure 1’500 heures

Un article paru sur Kotaku en février 2018 que nous traduisons aujourd’hui pour vous.

Par Luke Winkie

L’épais livre de règles en noir et blanc fourni avec chaque exemplaire du wargame de 1979 The Campaign For North Africa est plein de décrets obtus, mais la communauté du jeu a toujours eu une appréciation particulière pour le paragraphe 52.6, affectueusement connue sous le nom de « règle du macaroni ». Les troupes italiennes de la Seconde Guerre mondiale étaient équipées de rations de nouilles et, au nom du dogme historique, le joueur responsable des Italiens est tenu de distribuer une ration d’eau supplémentaire à ses troupes, afin que leurs pâtes puissent être bouillies. Les soldats qui ne reçoivent pas leur « point de pâtes » peuvent immédiatement devenir « désorganisés », les rendant inutiles sur le terrain. C’est une réalité : si les Italiens ne peuvent pas faire bouillir leurs pâtes, les Italiens peuvent déserter.

C’était d’ailleurs une blague. Richard Berg, le légendaire auteur du jeu The Campaign For North Africa, le dit lui-même. Il admettra volontiers que c’était un jeu fou pour des gens fous, mais quand même, un point de pâtes ? Il y a le souci du détail, et puis il y a la plaisanterie. Comme l’explique Berg, la règle n’était même pas entièrement exacte sur le plan factuel. « La réalité est que les Italiens cuisinaient leurs pâtes avec la sauce tomate qui accompagnait les boîtes de conserve », dit-il. « Mais je ne voulais pas faire de règle là-dessus. » Oui, au sommet des excès ridicules du jeu The Campaign For North Africa, même Berg n’a pas pu s’empêcher de se moquer un peu des obsessionnels dans son sillage.

Il vous faudra environ 1’500 heures (ou 62 jours) pour terminer une partie complète de The Campaign For North Africa. Le jeu lui-même couvre les célèbres opérations de la Seconde Guerre mondiale en Libye et en Égypte entre 1940 et 1943. En plus du livre de règles opaque, la boîte comprend 1’600 jetons en carton, quelques dizaines de tableaux récapitulant les dégâts, le moral et les défaillances mécaniques, et un plateau de 3 mètres de long qui place le Sahara sur votre table de cuisine. Vous devrez recruter 10 joueurs au total (cinq alliés, cinq de l’Axe) qui dirigeront chacun une division spécialisée. Les commandants de première ligne et de l’air donneront des ordres aux troupes au combat, les commandants de l’arrière et de la logistique transporteront le ravitaillement vers les zones de combat, et enfin, un commandant en chef sera responsable de toutes les décisions macro-stratégiques au cours du conflit. Si vous et votre groupe vous réunissez pendant trois heures à la fois, deux fois par mois, vous termineriez la campagne en 20 ans environ.

Dans la saison 11, épisode 16 de The Big Bang Theory, l’équipe joue à The Campaign… Sheldon annonce que la partie va prendre entre… 5 et 8 semaines pour y jouer !

C’est manifestement absurde. Richard Berg le savait lui-même. Il a conçu des centaines de wargames, en se concentrant sur tout, de la bataille de Gettysburg à l’âge d’or de la piraterie, et The Campaign For North Africa était aberrant dès le début. Il était destiné à être un méga projet collaboratif pour tous les experts de wargames employés par la célèbre société (et maintenant disparue) Simulations Publications Inc (SPI).

Au départ, tout ce dont Berg était responsable fut le plateau. Six mois plus tard, après que les autres concepteurs eurent abandonné, SPI a demandé à Berg s’il était intéressé à finir le jeu par lui-même. Il l’était, et deux ans plus tard, il a livré le jeu de société le plus tristement célèbre de l’histoire.

Berg n’a jamais terminé une partie de The Campaign For North Africa. Le jeu n’a jamais subi aucun des tests nécessaires requis pour éliminer les incohérences et équilibrer les problèmes qui sont généralement présents dans un livre de règles fraîchement imprimé. Berg s’en fichait. Il n’a jamais vu l’intérêt. « Quand j’ai dit ‘publions ce truc’, ils ont dit ‘mais nous le testerons jamais ! On ne sait pas si c’est équilibré ou pas. Ça va prendre sept ans pour jouer !’ Et j’ai dit « vous savez quoi, si quelqu’un vous dit que c’est déséquilibré, dites-lui « nous pensons que c’est de votre faute, rejouez-y ».

The Campaign For North Africa est arrivée à l’été 1979 et s’est vendu 44 $ dans une grosse boîte de 10 centimètres de profondeur. Le jeu n’a jamais été un énorme succès commercial ou critique. Il arbore un 5,8 médiocre sur BoardGameGeek, le témoin des goûts de la communauté, et objectivement parlant, les systèmes sont extrêmement capricieux et nécessitent un œil d’aigle pour les règles et exceptions obscures. À bien des égards, The Campaign For North Africa est simplement un produit de son temps. La fin des années 70 a été le pic commercial des wargames, avec des dizaines de nouveaux titres sur les étagères des magasins chaque semaine. The Campaign n’était pas unique, bien qu’il s’agissait d’un archétype standard poussé à l’extrême. Naturellement, vous devez payer un prix plus élevé pour les boîtes usagées du jeu sur eBay, mais cela a plus à voir avec la nouveauté de posséder le « jeu de société le plus long du monde » qu’autre chose.

Si quelqu’un vous dit que c’est déséquilibré, dites-lui : « nous pensons que c’est de votre faute, rejouez-y ».

Cependant, il y a encore une poignée de joueurs qui considèrent le design de Berg comme un triomphe, plutôt qu’un gag à très long terme. Geoff Phipps, un ingénieur logiciel de 54 ans vivant à Seattle, est l’un d’entre eux. Phipps n’a jamais possédé The Campaign For North Africa, mais il l’a loué dans un magasin de jeux local après avoir profité de nombreux autres titres moins lourds de Berg. Il n’avait aucune idée dans quoi il allait s’embarquer. Ce dont il se souvient le mieux, c’est la façon dont les réserves de carburant fonctionnaient.

« Chaque division militaire dispoe d’une feuille de papier, et dessus vous avez une boîte pour chaque bataillon. Elle vous indique combien d’armes vous avez, mais plus intéressant encore, elle répertorie également le carburant et l’eau. À chaque tour de jeu, trois pour cent du carburant s’évapore, à moins que vous ne soyez les Britanniques avant une certaine date, car ils utilisaient des fûts de 180 litres au lieu de jerricans. Au lieu de cela, sept pour cent de leur carburant s’évapore », explique Phipps. «À chaque putain de tour, vous faites le relevé et notez au crayon combien de carburant vous avez. La règle des pâtes est amusante, mais c’est le but du jeu. Juste effectuer des calculs fastidieux tout le temps.

Comme vous pouvez vous y attendre, Phipps n’a pas terminé The Campaign For North Africa. Lui et ses amis ont joué pendant exactement une session, se résolvant à traverser le premier jour de la guerre pour un avant-goût des systèmes de combat et de la gestion des ressources, avant de passer rapidement à quelque chose qui n’allait pas exiger une décennie. Ses raisons étaient évidentes : le jeu est fastidieux, non intuitif, et il impose des équations fractionnaires très délicates. Mais près de 40 ans plus tard, il rêve encore de l’expérience. « Nous nous sommes bien amusés parce que certaines des règles que vous ne trouverez dans aucun autre jeu », a déclaré Phipps. « Juste le fait qu’ils se souciaient du type de réservoir de carburant dont disposaient les Britanniques ! »

En tant que concepteur de jeux amateur lui-même, Phipps prévoit de retourner en Afrique du Nord après sa retraite pour moderniser certaines des lacunes de la conception. Le module de combat aérien maladroit, qui a suscité la colère de nombreuses personnes dans la communauté du jeu, sera sa première cible (Berg lui-même se dit heureux que le système « est nul ». Les unités de vol sont traitées comme des avions individuels et des pilotes individuels, ce qui est exceptionnellement pointilleux, même pour les normes de wargame.) Mais avec l’œil vif de Phipps pour les révisions, peut-être qu’un jour il traversera encore le Sahara.

Jake était enchanté de la même manière. C’est un jeune de 16 ans du Minnesota qui a obtenu une copie de The Campaign For North Africa il y a quelques mois en imprimant des copies PDF géantes du livre de règles et de la carte (il dit que c’était le seul moyen d’éviter de payer 400 $.) Comme la plupart des membres de la communauté du jeu de société, il a entendu parler de The Campaign For North Africa comme une fable, que c’était long, que c’était rare, que c’était parfois idiot. Alors qu’il se penchait sur le livre de règles, sa curiosité a été piquée par les régles strictes sur le traitement des prisonniers de guerre et par la façon dont ils pouvaient faire défection dans leur propre milice et potentiellement plonger la campagne dans un état impossible à gagner. Imaginez ça, le jeu de société le plus long du monde se terminant par deux perdants.

La table des matières des règles. Ça donne tout de suite envie

L’objectif de Jake est de terminer North Africa avant d’obtenir son bac. Le mois dernier, il a envoyé les livres de règles par courrier électronique à chacun de ses amis recrutés avant leur première session. Ensemble, ils s’installèrent dans la salle à manger familiale pour faire leurs premiers pas. Jake a encore deux ans avant l’université, ce qui est déjà proche.

« Pour moi, c’est une passion. Certains de mes amis aiment l’idée de jouer au jeu le plus long du monde, ce qui est génial, je m’en fiche », dit-il. « Mais ce n’est pas ça pour moi. J’aime la structure, j’aime la complexité.

C’est la résolution du culte de The Campaign For North Africa. Ils sont attirés par le jeu non pour son intelligence ou son flair, mais pour sa nature absurde et maximaliste. Les jeux de société ont tendance à privilégier une communion amicale avec leurs joueurs, simplement parce qu’il est difficile de vendre des copies d’une création que personne ne comprend. Mais North Africa n’a jamais reçu le mémo. C’est pénible et volontairement difficile, sa sortie commerciale ressemble à une grave erreur de calcul ou à un ultime défi lancé par un éditeur hystérique. Mais son audace a touché quelques-uns. Enfin, la chance d’avoir votre courage et votre résilience mis à l’épreuve par un tas de carton.

Richard Berg a une attitude assez plate envers la légendarisation de son œuvre la plus notoire. Comme pour tous les autres produits de son répertoire, l’homme a construit North Africa uniquement parce que quelqu’un le payait, et il considère quiconque tente sérieusement de conquérir toute la campagne d’être idéaliste ou insensé. « Est-ce que quelqu’un a terminé le jeu ? Je pense que les gens l’ont fait », dit-il. « Mais le point avec The Campaign For North Africa était que c’était plutôt amusant de jouer pendant quelques semaines ou quelques mois. Après ça ? Achète-toi une vie. »

Berg a vendu son dernier exemplaire de North Africa il y a quelques années, parce que « tout un tas de dollars semblait être une chose plus intéressante à avoir ». Il est désinvolte, mais ce n’est pas parce qu’il pense que le jeu a été mal conçu. « Il a fait ce qu’il avait prévu de faire », explique Berg. « C’était censé être un manuel harmonieux et intensif, et je pense qu’il fonctionnait à ce niveau. Est-ce que vous devriez vous asseoir et jouer à ce jeu ? Non, il y a plein de bons jeux sur l’Afrique, à moins que vous ne vouliez vraiment descendre à ce niveau.

Nous sommes au milieu d’une renaissance du jeu de plateau. Les ventes mondiales de jeux de société ont explosé au cours des dernières années, et un regain d’intérêt pour le loisir s’est infiltré dans les cafés, les éditeurs de jeux vidéo et les publications comme la nôtre. Malgré cela, le wargame historique hexagonal classique, les véritables bases de l’industrie, est une race mourante. C’est la génération Catane : la Génération Y sevré de mécaniques fluides et instinctives perfectionnées par les maîtres allemands.

Phipps a de bons souvenirs de la fin des années 70 « l’âge d’or » du wargame, où les éditeurs essayaient régulièrement de se mettre au défi les uns les autres avec leurs conceptions, car sûrement, plus un jeu est complexe, plus il doit être impressionnant. « Après cet âge d’or, les créations se sont améliorées », dit-il. « Mais à l’époque, il y avait ce sentiment d’excitation, tout était nouveau et possible. »

Peut-être qu’un jour les wargames feront un retour, mais en attendant, il y aura toujours The Campaign. Les rations d’eau italiennes, les mille jetons de carton, le panache unique et spécifique à une époque pour commercialiser et vendre une expérience de 1’500 heures. C’est une bénédiction d’être enthousiasmé par l’évaporation du pétrole, de trouver enfin un jeu de société qui colle à la peau de vos obsessions. Mais c’est too much. Le jeu est bancal et prétentieux. Et pourtant, The Campaign For North Africa attisera de nouveaux joueurs jusqu’à la fin des temps.

Et encore une chose

➡️ Si vous avez le cœur bien accroché, et que vous n’avez rien à faire ces prochaines 18h, vous pouvez lire les règles du jeu, sur 192 pages quand même, ici, en anglais.

➡️ Quelqu’un a adapté The Campaign sur Tabletopia en mars 2020, en plein pendant le Grand Confinement du printemps 2020. De quoi « bien » s’occuper, confiné.

Et pour vous, quel est le jeu qui a duré le plus longtemps ?

À vous de jouer ! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :