Histoire et Culture,  Jeux de plateau

À ses débuts, Destins, le Jeu de la Vie, était sinistre

Des articles sur l’histoire et la culture des jeux de société. Aujourd’hui, les origines glauques de Destins, le Jeu de la Vie.


Histoire et culture

Si vous vous baladez sur notre blog, c’est que vous vous intéressez à la chose ludique, sous toutes ses formes, que nous essayons, depuis plus de 13 ans, de couvrir : psychologie, analyse, gamedesign, critiques, sorties et… histoire.

Tous ces prochains jours, en plus d’autres articles quotidiens, nous vous proposons un cycle spécial, une série d’articles qui explorent l’histoire et la culture du jeu de société.

Voici le programme de ces prochains jours, en détail. Un menu… copieux :

Et pour continuer le Cycle Histoire et Culture du jeu de société, voici un article sur les origines glauque de Destins, le Jeu de la Vie.

Pourquoi Destins, le jeu de la vie, incluait la pauvreté, le suicide et la ruine

Un article paru sur Vox.com en janvier 2020 que nous traduisons aujourd’hui pour vous.

Par Phil Edwards

Le jeu original de Destins, le Jeu de la Vie était déprimant. Vraiment déprimant.

Quand nous pensons au Jeu de la Vie, la version des années 50 et 60 aux couleurs bonbon nous vient à l’esprit, mettant en vedette le rêve américain étincelant d’acheter une maison, d’entasser des enfants dans la voiture et de devenir millionnaire.

Mais il n’en a pas toujours été ainsi. Le jeu de la vie a plus de 150 ans et ses premières incarnations étaient très, très différentes. Le but n’était pas d’être millionnaire, mais simplement de vivre une bonne vie. Et cela incluait le risque de subir des conséquences incroyablement déprimantes, comme le suicide ou la pauvreté :

Pourquoi le début de Destins, le Jeu de la Vie présentait-il la possibilité d’une ruine totale aux côtés d’objectifs nobles comme l’honnêteté, la persévérance et le travail ? Pourquoi était-ce si déprimant ? Et comment un jeu sur les valeurs s’est-il transformé en un jeu sur l’enrichissement ? La réponse est enracinée dans les passions inhabituelles et fantastiques de l’inventeur du jeu, un homme nommé Milton Bradley.

Comment Milton Bradley a fait Destins, le Jeu de la Vie, après avoir bousillé le portrait de Lincoln

Né en 1836 dans le Maine, Milton Bradley a grandi à Lowell, dans le Massachusetts, où il a abandonné l’université pour commencer une carrière dans l’imprimerie. Il a rapidement acquis un monopole. Il possédait l’une des seules machines de lithographie du Massachusetts en dehors de Boston – et cela lui a procuré un succès fou.

Le portrait de Milton Bradley d'un Abraham Lincoln imberbe.

Mais en 1860, la catastrophe a frappé. Bradley avait imprimé des milliers de portraits d’Abraham Lincoln, espérant de fortes ventes basées sur la nomination présidentielle de Lincoln. Malheureusement, Lincoln s’est laissé pousser la barbe entre-temps et les portraits n’ont pas réussi à se vendre, ce qui a failli mettre Bradley en faillite.

De cet échec, cependant, est né son plus grand succès. Peu de temps après, Bradley a inventé le Checkered Game of Life, avec un plateau de jeu reflétant les hauts et les bas de sa propre carrière. C’est devenu un véritable succès. En 1861, il avait vendu 45’000 exemplaires du jeu et l’intégrait dans un colis de jeu connu pour les soldats de la guerre civile. En 1866, Bradley fait breveter le jeu et sécurise sa fortune.

Bradley, avec son collaborateur George Tapley, était devenu un créateur à succès. Mais le succès inhabituel du Checkered Game of Life était dû aux obsessions uniques de Bradley. Ce jeu simple financerait sa véritable passion.

Milton Bradley était un éducateur avec un penchant profondément moral

« Bradley était vraiment un produit de son époque », a déclaré Jennifer Snyder. Elle est professeure adjointe d’éducation artistique à l’Université d’État d’Austin Peay et elle a écrit sa thèse sur la vie unique de Bradley. « C’était un homme très religieux … il semblait très intéressant, mais à certains égards probablement assez rigide en termes de point de vue sur ce qui était approprié ou non. »

Snyder dit que l’intérêt de Bradley pour les jeux est né de son expérience en tant que graveur, mais il a également intégré ses autres passions : l’éducation et la quête d’une vie vertueuse.

Bradley était un disciple de Friedrich Froebel, un éducateur allemand généralement crédité d’avoir inventé l’école maternelle. Les innovations de Froebel comprenaient les cadeaux Froebel, du matériel de jeu qui aidait les enfants à apprendre. Bradley a également assisté à des conférences d’ Elizabeth Peabody, qui a développé la première école maternelle anglophone en 1860 (Bradley était un tel fan que sa société a publié son portrait).

Snyder pense que les antécédents de Bradley en éducation préscolaire l’ont amené à créer des jeux qui, comme les cadeaux Froebel, pourraient aider les gens à apprendre par le jeu.

« Tout ce que Milton Bradley a publié avait un ton moral très fort lorsqu’il était encore en charge de l’entreprise », a déclaré Snyder. « Il considérait tout comme une opportunité éducative. C’était une opportunité pour les gens d’être éduqués de la manière qu’il pensait qu’ils devraient l’être. Destins, le Jeu de la Vie consiste en grande partie à emprunter la voie morale et à suivre le chemin approprié. »

Cette philosophie donnait au Jeu de la Vie un double objectif : celui de gagner de l’argent et de véhiculer l’instruction morale. Souvent, l’argent de Destins a même alimenté d’autres projets éducatifs, comme la production de fournitures pour enseignants et de matériel pédagogique.

La trame de fond morale derrière la roue de Destins, le Jeu de la Vie

Le jeu de la vie spinner.

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi le jeu de la vie a une roue ?

« Milton Bradley ne croyait pas aux dés, car les dés étaient associés au jeu », explique Snyder. « Et le jeu était mauvais. » Comme alternative, Bradley a développé une roue, bien que le mécanisme d’origine ait été une toupie appelée Toton.

La morale de Bradley était également profondément ancrée dans le jeu original de Destins à d’autres égards. Contrairement aux versions ultérieures, le jeu original n’avait pas d’argent. Il s’appuyait plutôt sur des points sur des carrés pour calculer le gagnant. L’objectif n’était pas un gros fonds de retraite, mais plutôt « une vieillesse heureuse ». Ceux qui y sont parvenus l’ont fait en menant une vie industrieuse (et en jouant le jeu avec prudence).

Une des premières brochures du jeu affirmait que « ce n’est que par un effort constant et renouvelé que le terrain perdu peut être regagné ». Et la victoire était obtenue en étant approprié, pas en gagnant de l’argent. Cela signifiait que les joueurs devaient courir le risque d’atterrir sur des cases déprimantes, comme le suicide, qui montraient les conséquences de jouer à Destins (et de vivre la vie) dans le mauvais sens. Si vous touchez la case suicide, vous êtes exclu du jeu.

« Milton Bradley a envisagé une vieillesse heureuse comme le but du jeu de la vie », a déclaré Snyder. « C’était beaucoup plus moral dans son interprétation originale. »

Quand la vie de Bradley a pris fin, son sens de Destins aussi

Le portrait de Milton Bradley.

Après la mort de Milton Bradley en 1911, le jeu de la vie a commencé à se transformer de jeu de société en tant que tract moral en jeu de société en tant qu’évasion. La version familière aux joueurs modernes fait du succès une question d’argent et de réussite plutôt que de vertu (comme le note Danielle Kurtzleben de Vox, c’est le reflet d’un rêve américain plus matérialiste). Ce changement peut être inévitable pour un jeu de société destiné à être joué et oublié. Un jeu sans cases suicide, débauche et ruine est moins choquant que le jeu de Milton Bradley, mais la suppression des cases a également effacé la vision morale de Bradley pour la vie en faveur de l’évasion et de l’argent.

Cela rend quelques questions étonnamment difficiles à répondre : quel devrait être le sens de la vie et de Destins ? Et quelle version du jeu est réellement la plus déprimante ?

One Comment

  • Frederi Bac

    Encore un super article !
    Je ne connaissais pas cette histoire et je sens que je vais bien aimer ce cycle d’article ^^
    Après, ça soulève un paquet de questions sur la place du jeu dans la « Morale » (je ne sais pas trop comment le dire autrement ^^)

À vous de jouer ! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :