12 jeux à utiliser en classe pour développer son apprentissage des langues étrangères

Après avoir posé les bases théoriques de la pratique ludique pour développer l’apprentissage des langues étrangères en classe, voici une liste de jeux que j’utilise souvent en classe et que je peux conseiller.

J’utiliserai ces lettres pour abréger leurs domaines d’expression :

  • A : Argumenter, les joueurs doivent prouver, affirmer, contredire
  • N : Négocier, les joueurs doivent échanger
  • I : Inventer, les joueurs doivent développer un récit, raconter. I, pour inventer, Improviser.
  • E : Exprimer, les joueurs doivent deviner et faire deviner

La fonction langagière d’écoute est, dans la plupart des cas, automatiquement activée dans la pratique ludique. La fonction de lecture n’est pas fondamentale en jeu pédagogique, même si elle intervient assez souvent, notamment dans la lecture des consignes. Comme je l’ai déjà indiqué dans mon article théorique, je favorise les domaines langagiers actifs. Tous les jeux présentés ci-dessous développent principalement la communication orale.

Exploitation ciblée

Grammaire

Pour utiliser le jeu de manière ciblée, i.e. pour pratiquer un point de grammaire spécifique, pour l’anglais je ne peux que conseilleur les éditions Cambridge et leurs ouvrages fort pratiques : Games for Language Teachers, avec moult jeux ciblés, ou encore Keep Talking, également très bon.

Thème

Pour plonger les étudiants dans un contexte particulier abordé en classe, l’excellent site anglais Interactive Dramas permet de faire jouer / improviser des étudiants dans un contexte et thème particulier, théâtre shakespearien, époque romantique, etc.  Il faudra toutefois un sérieux travail de préparation en amont pour faire jouer, puisqu’il faudra lire le scénario, distribuer les rôles, etc. La plupart de ces « interactive dramas » se jouent sur 3-4h.

Pareil pour LARP Scenarios, un site qui met à disposition de nombreux scenarii de jeux de rôle qui font faire plonger les joueurs dans un univers particulier

Exploitation libre

La liste suivante, de loin pas exhaustive, propose des jeux à la pratique langagière libre, pas focalisée sur un aspect spécifique tout en favorisant l’apprentissage de la langue puisque ainsi pratiquée.

Notons que la difficulté de ces jeux est relative aux compétences langagières des joueurs, puisque ce sont eux qui y participent, le niveau sera alors adapté.

Enfin, notons que tous ces jeux sont multilingues et présentent l’avantage de pouvoir être joué dans des cours d’anglais, espagnols, allemands.

1. Loups-Garous : A

Le jeu du Loup-Garou est fort pratiqué, les étudiants le connaissent tous pour la plupart. Je conseillerai toutefois d’essayer plutôt Sporz ou Garous, qui limitent les éliminations de joueurs, défaut principal du jeu. Nous avons publié un guide comparatif de tous les LG-like ici.

Attention toutefois, ces LG-like nécessitent d’être entre 10 et 15 joueurs, et ils peuvent prendre beaucoup de temps, surtout avec des grands groupes, compter en tout cas 60-80’.

The Resistance est toutefois différent, il se joue très bien avec 7-8 joueurs et est extrêmement apprécié par les étudiants de par son format court, simple et incisif.

2. Time’S Up : E

Le jeu du Time’s Up est très répandu dans le milieu ludique de loisir. Le jeu se joue par équipe, fort pratique pour grands groupes, et les joueurs doivent faire deviner des célébrités (Time’s Up ordinaire), œuvres (Time’s Up Academy) ou objets, professions et animaux (Time’s Up Family) aux autres membres de leur équipe.

Ce jeu reprend le principe du Taboo et du jeu des charades, tout en rajoutant deux phases hilarantes, l’emploi limité d’un seul mot puis enfin le mime (ces deux phases ne présentant pas forcément un intérêt fort pour l’apprentissage des langues, mais elles closent la première partie de devinettes de manière passionnante).

3. Fabula : I

Dans Fabula, un des joueurs incarne Grimm à la recherche d’inspiration, et les autres joueurs doivent l’aider à continuer / finir son conte. Grimm choisit à chaque fois une image, somptueuses, et lit la présentation du fragment du conte.

Fabula permet également une exploitation ciblée pour un travail sur le conte.

4. Who Would Win : A

WWW est un jeu drôle qui pousse les joueurs à devoir argumenter pour gagner. Lire notre critique du jeu ici. Les parties sont courtes, nerveuses, comiques.

5. Jeux de rôle : I

Les jeux de rôle (JDR) ont été développés à la fin des années 70 et ont connu depuis un beau succès, surtout à voir le nombre d’univers et de jeux à disposition.

Le principe est le suivant : un maître de jeu place le décor, les personnages rencontrés, l’aventure de départ, et les joueurs, incarnant un personnage, annoncent leurs intentions et actions pour venir à bout du récit. Il s’agit donc d’un conte interactif et hautement imaginatif, puisque tout se joue par la parole.

Les jeux de rôle peuvent être joués à table, avec du papier, crayon et quelques dés pour représenter les actions, voire même en live en costume avec des accessoires de théâtre.

Les JDR à table ont le défaut majeur de ne pouvoir être joués au maximum que par 6-7 joueurs dont un maître du jeu. La partie devra avoir été préparée à l’avance, puisque les joueurs seront impliqués dans une péripétie, et les parties risquent fort de durer 3-4h. Prévoir plusieurs séances, ou même une demi-journée de congé.

Le jeu de rôle est, d’après moi, de loin la plus riche et la plus immersive activité ludique, puisque les joueurs / étudiants seront immergés dans un récit et qu’ils devront interagir, donc s’exprimer. Il existe de nombreux univers et jeux de rôle sur le marché, le mieux est de se flâner sur le net et de voir ce qui peut vous intéresser. Il n’est d’ailleurs pas impossible que nous publions un article consacré uniquement à ce sujet dans un futur proche.

6. Bohnanza : N

Bonhanza est un tout petit jeu de cartes qui ne paie pas de mine, on achète et cultive des haricots, et une fois passé la gestion quelque peu alambiquée du jeu, les négociations deviennent alors rudes et implacables. Un excellent jeu de commerce. On peut y jouer jusqu’à 7.

7. Intrigue : N, A

Intrigue peut faire jouer jusqu’à 5 joueurs. Ce jeu est une véritable mine d’or d’expression, il faudra user des meilleurs arguments pour gagner le plus d’argent en se plaçant dans des portions de manoirs chez les autres joueurs. Attention, ce jeu est extrêmement méchant puisque les joueurs ne devront pas à hésiter à trahir leurs alliances.

8. Speech : I, E, A

Petit jeu dans un tout petit format, les cartes recto-verso comportent toutes des illustrations différentes. Si le jeu propose de base quelques règles et variantes, rien ne vous empêche de développer les vôtres afin d’exploiter les cartes pour mener à l’expression.

9. Kaleidos : A

Kaleidos reprend le fameux jeu du « petit bac », il faut retrouver des mots commençant par une lettre sur une image. Les images sont somptueuses et tarabiscotées (superbe expression…), laissant place à de nombreuses interprétations. Tout l’intérêt du jeu, outre la pratique lexicale, réside dans l’argumentation, et la mauvaise foi, lors de la résolution.

10. Comedia : I

Comedia vient de sortir en petit format, certes en français, mais il peut être alors joué dans n’importe quelle langue. Le principe est simple, il faut jouer une scénette et suivant les instructions sur la carte.

11. Freeze : I

Dans le même genre que Comedia, les joueurs ont des scénettes à improviser, en se répartissant l’importance des rôles en secret. Le public doit alors deviner les premiers, seconds rôles et figurants.

12. Cyrano : I

Cyrano est un excellent jeu subtil et… poétique. C’est le cas de la dire, car il sera question de créer des quatrains au thème et rimes imposés.

Le jeu est multilingue pour une parfaite exploitation en cours d’anglais, espagnol, allemand. Une fois les quatrains rédigés, tous les joueurs votent pour le meilleur poème. Peut être joué à 9, ce qui le rend d’autant plus intéressant.

L’article et les bases théoriques de l’utilisation du jeu en classe est ici.

Verriez-vous d’autres jeux à rajouter à la liste ?