Oubliez les échecs. Le vrai défi, c’est d’apprendre à l’IA de jouer à D&D

Temps de lecture: 5 minutes

Le fameux site d’innovation technologique WIRED vient tout juste de publier un article hier vendredi 28 février 2020 sur la possibilité d’enseigner aux IA de jouer à Donjons et Dragons. Il fait écho à cet autre article que nous vous avons proposé, avec un algorithme qui génère tout seul des aventures en mode « livre dont vous êtes le héros ». Voici notre traduction de l’article de WIRED, si vous faites du jeu de rôle, et/ou si vous travaillez dans la programmation et les IA, il peut vous intéresser


WIRED, Will Knight, 28.2.20

Les fans de jeux comme Donjons et Dragons savent que le plaisir vient en partie d’un Dungeon Master créatif, un narrateur tout-puissant qui suit un scénario mais a toute latitude pour improviser en réponse aux actions des joueurs et joueuses et au sort des dés.

Ce type de narration spontanée mais cohérente est extrêmement difficile pour l’ intelligence artificielle, même si l’IA maîtrise des jeux de société plus complexes tels que les échecs, le go, ou même Hanabi. Les meilleurs programmes d’IA générant du texte produisent trop souvent une prose confuse et décousue. Certains chercheurs considèrent donc la narration spontanée comme un bon test de progrès vers des machines plus intelligentes.

Une tentative de construire un Dungeon Master artificiel offre l’espoir que des machines capables d’improviser un bon scénario pourraient être construites. En 2018, Lara Martin, étudiante diplômée à Georgia Tech, cherchait un moyen pour l’IA et un humain de travailler ensemble pour développer et narrer et a proposé Dungeons & Dragons comme moyen pour relever le défi. « Après un certain temps, cela m’a frappé », dit-elle. « Je vais voir mon conseiller et je lui dis: » Nous proposons essentiellement un Dungeon Master, n’est-ce pas?  » Il a fait une pause et a dit « Ouais, je suppose que c’est ça ! »

Les récits produits par l’intelligence artificielle offrent un guide pour savoir où nous en sommes dans la recherche de machines aussi intelligentes que nous. Lara Martin dit que ce serait plus difficile que de maîtriser un jeu comme le Go ou le poker, car à peu près tout ce qui peut être imaginé peut se produire dans un jeu.

Depuis 2018, Martin a publié des travaux qui décrivent les progrès accomplis vers l’objectif de créer un DM en IA. Son approche combine des algorithmes d’apprentissage automatique de pointe avec des fonctionnalités plus anciennes basées sur des règles. Ensemble, cela permet à un système d’IA d’imaginer différents récits tout en suivant le fil d’une histoire de manière cohérente.

Le dernier papier de Martin, présenté lors d’une conférence tenue ce mois-ci par l’ Association for the Advancement of Artificial Intelligence, décrit une façon pour un algorithme d’utiliser le concept d ‘ »événements », composé d’un sujet, d’un verbe, d’un objet et d’autres éléments, dans un récit cohérent. Elle a formé le système sur le scénario de spectacles de science-fiction tels que Doctor WhoFuturama et The X-Files. Ensuite, lorsqu’il est alimenté par un extrait de texte, il identifie les événements et les utilise pour façonner une suite de l’intrigue produite par un réseau de neurones. Dans un autre projet, achevé l’année dernière, Martin a développé un moyen de guider un modèle linguistique vers un événement particulier, comme… le mariage de deux personnages.

Malheureusement, ces systèmes sont encore souvent confus, et Martin ne pense pas qu’ils feraient un bon DM. « Nous ne sommes pas encore loin de ce que cela soit une réalité », dit-elle.

Noah Smith, professeur à l’Université de Washington, spécialisé dans l’IA et le langage, explique que le travail de Martin reflète un intérêt croissant pour combiner deux approches différentes de l’IA: l’apprentissage automatique et les programmes basés sur des règles. Et bien qu’il n’ait jamais joué à Donjons et Dragons lui-même, Smith dit que créer un DM convaincant semble être un défi intéressant.

« Parfois, les grands objectifs du défi sont utiles pour faire bouger beaucoup de chercheurs dans une seule direction », dit Smith. « Et une partie de ce qui tourne est également utile dans des applications plus pratiques. »

Le maintien d’un récit convaincant reste un problème fondamental et épineux avec les algorithmes de langage existants.

De grands réseaux de neurones formés pour trouver des modèles statistiques dans de grandes quantités de texte extraits du Web se sont récemment révélés capables de générer des extraits de texte convaincants. En février 2019, la société d’IA OpenAI a développé un outil appelé GPT-2 capable de générer des récits en réponse à une brève instruction. La sortie de GPT-2 peut parfois sembler étonnamment cohérente et créative, mais elle produirait également inévitablement un charabia étrange.

Pourtant, GPT-2 a été utilisé pour développer une sorte de Dungeon Master. En décembre 2019, Nick Walton, un étudiant de premier cycle à l’Université Brigham Young spécialisé dans l’apprentissage automatique, a créé un jeu d’aventure texte, AI Dungeon, en utilisant GPT-2 pour générer des scénarios ouverts.

Walton dit qu’il a d’abord joué à Donjons et Dragons quelques mois avant de construire AI Dungeon, et le jeu de société faisait partie de l’inspiration. « Une chose qui est tellement cool avec Donjons et Dragons, c’est que vous pouvez tout faire, et le Dungeon Master peut décider de ce qui se passera à la suite de cela », dit-il. « Vous pouvez être beaucoup plus créatif que dans d’autres jeux. »

Jouer à AI Dungeon ressemble souvent plus à une session d’improvisation exaspérante qu’à une aventure de texte, car l’algorithme vire dans des directions bizarres et perd rapidement l’intrigue. Malgré cela, Walton dit que plus de 1,3 million de personnes ont joué à son jeu, certains accumulant plus de 30 heures de jeu. « Il y a certainement des utilisateurs qui apprécient, dit-il, « genre, c’est ce qu’ils attendaient. »

Alors que les joueurs peuvent actuellement donner de l’argent à AI Dungeon via Patreon, Walton a récemment décidé qu’au lieu de rejoindre une start-up de voiture autonome, il transformerait AI Dungeon en une entreprise commerciale.

De nouvelles approches, telles que celles décrites dans les recherches de Martin, pourraient aider à produire des jeux d’aventure textuels ou des Dungeon Masters plus cohérents et plus convaincants. Mais même s’il était possible de construire un AI Dungeon Master parfaitement convaincant, certains experts avertissent que cela ne refléterait certainement pas la véritable intelligence ou la maîtrise du langage. C’est parce que ces programmes ne relient la signification du texte à rien.

« Le problème est que le traitement du langage naturel est loin d’extraire ou de manipuler le sens du texte », explique Simone Teufel, professeur qui travaille sur l’IA et le langage à l’Université de Cambridge au Royaume-Uni. « Mais il est facile de nous faire croire que quelque chose « d’intelligent » se passe. »

En fait, Tuefel pense que l’engouement actuel pour les méthodes statistiques d’apprentissage automatique entraînera finalement une déception. « La première vague d’IA a échoué vers 1985 car elle était naïve et ambitieuse, et elle ne réalisait pas à quel point le langage et la communication étaient complexes », dit-elle. « La deuxième vague d’IA, en ce moment, va bientôt échouer car trop de tromperie (trickery en VO, ruse, tromperie), et même d’auto-tromperie sont utilisés. »

Pourtant, qui sait, avec D&D connaissant ce qui semble s’apparenter à une renaissance grâce à la nostalgie de Stranger Things style 80s, peut-être que le jeu pourrait même captiver l’imagination du public comme le prochain grand défi pour l’IA.

Lara Martin espère également que l’effort pourrait également révéler quelque chose sur la façon dont la narration exploite des éléments de l’intelligence tels que le bon sens, l’incarnation et l’imagination. « Si nous pouvions créer un DM en IA convaincant, cela nous en dirait plus sur la façon dont nous créons et expérimentons ces mondes », dit-elle.

Quiconque cherche un dé à 20 faces alors que son personnage est attaqué par une « bête déplaçante » ou un « cube gélatineux » pourrait simplement trouver un DM artificiel fun, surtout s’il a du mal à trouver suffisamment de personnes pour une bonne quête.

Qu’en pensez-vous ? Un DM en IA, ça vous branche ? Bientôt tous les DM humains au… chômage ?

A vous de jouer ! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.