Power Rangers: Heroes of the Grid, le jeu de plateau. Force Jaune devant et marron derrière

Temps de lecture: 4 minutes

Après sa chronique sur le très attendu jeu de plateau de civilisation Tapestry, Olivier nous revient avec une critique de Power Rangers: Heroes of the Grid. Le jeu de plateau Power Rangers, donc


Power Rangers: Heroes of the Grid, de quoi ça parle ?

Le pitch : 

« Incarnez un héros Power Rangers pour défendre la Terre contre les forces maléfiques de Rita Repulsa et de ses néfastes sbires. » 

Les Power Rangers, ça vous dit quelque chose ? Peut-être pas. Mais vous vous souvenez certainement de ceci (si vous avez plus de 40 ans…)

En gros, ça parle de héros badass en armure aux couleurs diverses et variées vivant des aventures chatoyantes et mouvementées

Renegade Game Studio nous amène ici sur un plateau du héros vintage mais toujours d’actualité !

Après Clank ! Altiplano, Pillards de la mer du nord etc., on est sur un jeu de figurines à licence, et c’est Jonathan Ying aux manettes du gamedesign. Un habitué du genre qui a collaboré avec FFG sur Imperial Assaut et Doom notamment, donc pas un noobie des jeux à licence avec un festival de fig

Pour le concept du jeu (mais peut-on véritablement parler de concept ?):

Nous les gentils, on va poutrer du vilain en équipe !

Et comment on joue?

Chaque ranger autour de la table disposera de deux marqueurs d’action (trois à trois joueurs) et d’un deck de 10 cartes qui lui seront propres et qui mettront en valeur ses qualités : force, soutien, combo, leadership …

Les marqueurs d’actions vous permettront de vous déplacer dans la ville ou d’initier les combats. Une fois toutes les actions utilisées, les ennemis se renforceront et débarqueront dans les différents quartiers via un tirage de cartes.

Il y a quatre quartiers dans la ville, avec chacun une limite de panique. Celle-ci correspond aux nombres d’ennemis maximum sur la zone, avant que celle-ci ne devienne paniquée. Toutefois, si un boss ou un maître ennemi débarque, c’est la panique immédiate ! Et bien sûr si toutes les zones sont en situation de panique… c’est la fin, nos héros sont débordés et perdent la partie.

Il faudra donc régulièrement vider les zones pour éviter cela. D’autant plus qu’une fois saturée, les ennemis débarquent sur les zones adjacentes.

Dernière zone de la ville, votre QG, qui vous permettra de vous reposer. Et oui, il faudra y penser car votre deck de dix cartes représente également votre énergie vitale. Donc quand vous jouez une carte elle est défaussée, et ne reviendra dans la pioche qu’au moment du repos (sauf pouvoir, bien sûr). Et ces cartes vous allez les utiliser lorsque vous entrerez en mode combat (on pioche pour avoir 5 cartes en main), pour lancer des attaques mais aussi réagir en défense ou en soutien. Cela va filer vite !

Ajoutons que pour jouer certaines cartes, il faudra dépenser de l’énergie personnelle ou du pot commun. Énergie durement gagnée, et qui pourra disparaître à cause de certains monstres.

Une fois un combat initialisé, on va tirer les cartes ennemies qui apporteront une séquence d’action adverse aléatoire, pour chacune des espèces en présence. Les plus rapides attaqueront avant les rangers, les gardes vous empêcheront de cibler certains et, entre autres, ils vous infligeront des dégâts.

Ces dommages pourront être défendus grâce à des cartes, mais sinon il faudra encaisser en défaussant des cartes de la pioche. Plus de cartes ? Retour au QG pour le ranger qui ne pourra plus donc participer au combat en cours, et ne pourra qu’encourager le ou les combattants restants. Chaque mob éliminée permettra d’avancer sur la piste Zord et obtiendront des cartes à usage uniques, jusqu’à la mise à disposition du MégaZord 😀

Et on enchainera les combats pour libérer les quartiers de la ville jusqu’à l’apparition du maître ennemi, le gros boss balèze qui vous en fera baver sur au moins deux phases de combat, et votre seule issue pour la victoire !

Et à combien y jouer ?

Entièrement coopératif, on pourra jouer de deux à cinq joueurs et joueuses. À deux joueurs on incarnera deux héros chacun et on aura une difficulté à peu près équivalente que sur une partie quatre joueurs. A trois joueurs, l’affaire se corse, il faudra jouer serré et ne pas enchainer les coups du sort.

J’imagine qu’on pourra jouer seul en incarnant plusieurs personnages, mais on perd une dimension essentielle de ce jeu je pense.

Interaction ?

Sur l’IGUS, l’échelle de mesure de l’interaction dans les jeux, Power Rangers Heroes Of The Grid atteint un 5/5

Pourquoi?

On va discuter pour se répartir les tâches, se soutenir, s’encourager et vivre un moment ludique partagé !

Mais n’oubliez pas, c’est le ranger rouge le leader 😉 Il tranche les discussions !

Et puis accessoirement… on va cogner ! Et se faire cogner 😅

Alors, Power Rangers, c’est bien ?

C’est fun !

Alors, on est bien en présence d’un titre créée pour passer un bon moment sans grosse prise de tête. On combotte entre potes, on jette des dés et on s’organise pour botter des fesses.

Alors attention, si on ne calcule pas un peu, on va dans le mur, car c’est plutôt tendu et vous risquez d’être surpris par les ennemis.

Du coup le temps passe vite et on rigole bien dans l’univers des héros de notre enfance, avec un thème respecté et un matos correct, qui est juste ce qu’il faut vintage pour être cool sans être kitsch non plus.

La rejouabilité est au rendez-vous également, promettant pas mal de soirées épiques.

 🔴Power Rangers Heroes Of The Grid, score final: 3/5

Et encore une chose

Vous pouvez consulter le lancement sur KS (parce que forcément) ici. Il a quand même levé plus de 700K

Et vous pouvez trouver Power Rangers Heroes Of The Grid en anglais chez Philibert ici

Pour vous proposer une expérience de lecture plus agréable, nous ne vous proposons aucune publicité et tentons de rester le plus simples possibles. Notre équipe prend soin de recommander des jeux et espérons que vous apprécierez! Juste pour que vous le sachiez, Gus&Co entretient des relations d’affiliation avec Philibert. Ainsi, si vous achetez quelque chose en cliquant sur nos liens, nous pouvons obtenir une petite part des revenus, ce qui nous permet d’acheter d’autres jeux et de continuer à pouvoir vous proposer de nouveaux articles

  • Éditeur : Renegade Game Studios
  • Auteur : Jonathan Ying
  • Illustrateur : Daniel Mora
  • Date de sortie : Late Pledge à venir en octobre ou novembre 2019.
  • Langue : Anglais (Pas de date prévue en VF)
  • Durée du jeu : Entre 45 mn et 1h pas plus
  • Dès : 14 ans
  • Nombre de joueurs et joueuses : de 2 à 5
  • Produit en : Chine
  • Ecoscore : Du pur E, vu la ribambelle de figurines

Pour en savoir plus sur l’EcoScore dans les jeux de société, c’est ici

A vous de jouer! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.