Critique de jeu: Attack of the Jelly Monster. Ca patauge dans la gelée

Temps de lecture: 3 minutes

Fun, frénétique, familial. Mais insipide.

  • Date de sortie : Février 2018
  • Auteur : Antonin Boccara
  • Illustrateur : Guillaume Duchemin
  • Editeur : Libellud
  • Nombre de joueurs : 3 à 5 (optimum 4)
  • Age conseillé : dès 8 ans
  • Durée : 15 minutes
  • Thème : extra-terrestre
  • Mécaniques principales : simultané, dés, majorité, rapidité

De quoi ça parle?

D’une histoire d’un monstre extra-terrestre en gelée se déversant (littéralement) sur une ville. Le but: récolter sa gelée pour l’analyser

Un thème fun, certes, mais artificiel

Et comment on joue?

Pas de tour de jeu. Tout le monde joue en même temps. On lance ses sept dés en même temps et on les place un à côté de quartiers, des portions de plateau. Soit on place un dé et on relance, soit on relance tout simplement si l’on n’est pas satisfait du résultat

Dès qu’un ou une joueuse a placé tous ses dés, un quartier est bloqué et le sablier est tourné. Il ne reste alors plus que ce temps aux autres pour placer ce qu’il leur reste de dés

Les dés 1-2 permettent d’en dégager un autre présent sur le quartier, un 3-4 de déplacer la cible pour en ajuster la récompense, pour l’augmenter ou la diminuer

Une fois le temps écoulé, on procède alors au décompte par quartier. Un décompte de majorité. La valeur par couleur de dés la plus élevée obtient la récompense correspondante au quartier. De la gelée, uniquement

Des règles extrêmement fluides et fun

Et comment on gagne?

Après quatre manches, on décompte les gelées obtenues

Voilà, c’est tout

Simple, léger, familial, efficace

Hasard?

C’est un jeu de dés, donc du hasard, il y en a

Mais pas punitif, on le gère très bien puisqu’on peut jeter les dés autant de fois qu’on le désire jusqu’à obtenir les bonnes valeurs, et même les dés aux valeurs les plus basses, donc moins profitables pour les majo, ont des effets intéressants (dégager d’autres dés ou ajuster les récompenses)

Du hasard, oui, mais parfaitement maîtrisé

Interaction?

Oui, très forte

On est toujours aux prises avec les autres pour les majo, à virer leurs dés grâce à un 1-2 ou à ajuster les récompenses, un coup d’enfoirasse (ou de stratège) grâce à un 3-4

Et à combien y jouer?

A 4

Pourquoi?

A 3, la tension des majo n’est pas sidérante

A 5, c’est le foutoir, on ne suit plus rien

A 4, c’est le chiffre optimal, le parfait équilibre entre tension, interaction et (semblant de) contrôle

Alors, Attack of the Jelly Monster, c’est bien?

Non

Pas nul. Juste creux

Attack est un peu produit familial ou un filler pour des joueuses et joueurs aguerris qui cherchent à se chauffer ou reposer les neurones entre deux parties. C’est tout

Les jeux Libellud offrent d’habitude des jeux et des univers riches, intenses, baroques, originaux ou amples. Ce qui n’est de loin pas le cas ici

Attack s’apparente à du fast-food. Très vite consommé, très vite oublié. Comme s’il avait fallu à Libellud une sortie rapide et légère taillée pour le public familial de Cannes. En grattant les fonds de tiroir, il est en sorti Attack

Et ça se ressent dans la finition. Habitués à des produits Libellud aux packagings et thermo aboutis, ici la boîte d’Attack est à la mesure du jeu. Un fourre-tout fini à la va-vite

Bref, un jeu fun, mais rien de transcendant. Dés, simultané, majorité

Score:

Anticipation: 3/5. Un jeu Libellud. Toujours une attente positive. Mais autant le thème que le format du jeu ne suscite pas d’appétence particulière

Pendant le jeu: 3/5. Un jeu de rapidité, de majo, de placement de dés. Fun, mais le tout est tellement chaotique et frénétique qu’on passe sa partie à subir le jeu. Au moment du décompte, c’est la soupe à la grimace. Tout va tellement vite que c’est le foutoir. C’est le but, certes, mais le fun laisse peu à peu place à la déception. Tout ça pour ça

Après la partie: 1/5. Une autre partie? Non merci

Score final: 2/5. Libellud nous a habitués à mieux. Beaucoup mieux. Une sortie à la va-vite peu inspirée. Pardonnons à Libellud ce petit écart ludique et souhaitons-leur de nous revenir avec des titres plus oniriques, plus originaux, plus téméraires, plus voluptueux. Ils n’ont pas pu perdre leur mojo

Vous pouvez trouver le jeu chez Philibert,

Et chez Jeu du Bazar

2 Comments

  1. Bah, l’auteur étant productif, tout ce qui sort ne peut pas être bon (son Doggy bag était moyen alors que Panic island bien marrant). ça ressemble surtout beaucoup à Grumpf.

Laisser un commentaire