Critique de jeu: Bunny Kingdom. Un royaume « Magic »?

Cette critique vous est proposée par Altaripa de la Team Gus&Co

  • Date de sortie: octobre 2017
  • Auteur: Richard Garfield (Magic, King of Tokyo)
  • Illustrateur: Paul Mafayon
  • Editeur: IELLO
  • Nombre de joueurs: 2 à 4 (optimum 3 à 4)
  • Age conseillé: dès 12 ans
  • Durée: 40 à 60 minutes.
  • Mécaniques principales: draft, placement, construction, objectifs de fin de partie.

Bunny Kingdom, de quoi ça parle ?

“Bunny Kingdom est un jeu  pour 2 à 4 joueurs où vous incarnez des seigneurs Lapin qui partent à la conquête d’un nouveau monde pour le compte du roi Lapinot.”

Bien… pour le thème on aurait pu mettre n’importe quoi d’autre, mais c’est plus mignon avec des lapins.

Les illustrations de Paul Mafayon sont magnifiques et permettent de se plonger dans ce monde imaginaire, mais c’est avant tout un jeu de draft dans lequel on cherche à optimiser son placement sur le plateau ou augmenter la valeur de ses fiefs.

Comment on joue ?

Le jeu se déroule en 4 manches composées de 3 phases. Le but: remporter le plus de carottes d’or (points de victoires).

Un fief est un ensemble de lapins adjacents avec au moins une cité et une production de ressources.

Draft

Les joueurs reçoivent 10 cartes (à 4 joueurs) ou 12 cartes (à 3 joueurs), ils en conservent 2 et passent les autres au joueur suivant.

Les 2 cartes sont jouées, puis on choisit les 2 cartes suivantes et on recommence jusqu’à épuisement des cartes.

Si la carte est un territoire du plateau (désigné par ses coordonnées), on y place un de ses lapin.

Si la carte est un parchemin, on la garde face cachée. Ça permettra de marquer des carottes d’or en fin de partie (par exemple 2 carottes par production de bois).

Si la carte est une construction, on pose le jeton ou la cité sur la carte. Les constructions pourront être mises sur le plateau à la phase suivante.

Construction (facultatif)

Dans cette phase les joueurs peuvent mettre sur le plateau les cités ou jetons, qui sont sur les cartes  devant eux, en les plaçant dans un territoire avec un de ses lapins.

Les cités ajoutent 1, 2 ou 3 tours dans un fief.

Les relais aériens permettent de relier 2 fiefs et de considérer que c’est maintenant un seul fief.

Les campement permettent de prendre possession d’un territoire vide (ce territoire sera repris par celui qui joue la carte territoire correspondante).

Certains jetons ajoutent des productions de ressources dans les fiefs.

Collecte

Pour chacun de leur fiefs, les joueurs multiplie le nombre de tours de leurs cités par le nombre de productions de ressources différentes et avancent sur la piste de score des carottes d’or.

Pour ceux qui sont fâchés avec les multiplications, l’aide de jeu fournit un tableau à deux entrées.

Et comment on gagne ?

A la fin des 4 manches, les joueurs reçoivent, en plus de la collecte, les carottes d’or que leur octroient les parchemins qu’ils ont collectés.

Celui qui a le plus de carottes d’or gagne.

Interaction

Faible.

Malgré le système de draft, il est souvent peu rentable de contre-drafter (c’est-à-dire prendre une carte qui ne nous intéresse pas pour éviter de la donner à l’adversaire).

Contrairement à d’autres jeux de draft, si on prend un territoire qui ne nous intéresse pas on ne va rien pouvoir faire d’autre avec la carte que poser un lapin qui ne nous rapportera rien.

Dans d’autres jeux de draft on peut prendre une carte qui ne nous intéresse pas, car on ne la jouera pas ; ici on joue toutes les cartes, donc on aura certainement laissé à l’adversaire une carte plus intéressante pour nous.

A combien y jouer ?

A 2 joueurs, le draft change un peu. La partie sera plus tactique, il faudra peser le pour et le contre pour chaque carte, mais moins fluide et moins amusante.

A 3 ou 4 jours, oui.

Il est à noter, qu’à 4 joueurs, il sera plus difficile d’être isolé dans une partie du plateau et de faire de grands fiefs. Le score score s’en ressent, environ 80 points de différences.

Alors, Bunny Kingdom, c’est bien ?

Oui.

Il y a plusieurs stratégies possibles : occuper le terrain pour essayer de relier ses fiefs, optimiser ses fiefs avec des cités ou des productions de ressources ou se concentrer principalement sur les parchemins.

Et les lapins sont trop cute.

Mais petits bemols, l’interaction est (trop?) peu présente et le décompte final de tous les parchemins un peu longuet.

Mais encore

Vous pouvez consulter les règles ici

Vous pouvez trouver le jeu chez Philibert

Chez Ludikbazar,

et chez Ludibay

2 Comments

  1. Mmmh une petite relecture aurait été la bienvenue pour corriger les fautes d’orthographe et de grammaire ( et les répétitions). Sinon, je n’ai pas très bien compris ce que veut dire la phrase « A deux joueurs le draft change en peu ». Change quoi et pourquoi en peu ?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s