Critique de jeu: Unearth. Le jeu qui hype

Somptueux, mais creux

  • Date de sortie: août 2017 en VO
  • Auteurs: Matthew Ransom et Jason Harner
  • Editeur: Brotherwise Games
  • Age: dès 8 ans
  • Nombre de joueurs: 2 à 4
  • Durée de jeu: 30 à 45′
  • Mécaniques: dés, majorité, placement de tuiles

Unearth, de quoi ça parle?

D’un univers fantastique. Les joueurs incarnent des tribus qui ont vu leur prestigieuse civilisation détruite et qui décident de la reconstruire

Le thème est plutôt bien rendu puisque les joueurs passeront leur partie à bâtir leurs temples et bâtisses détruites, c’est cohérent

Après, la mécanique repose principalement sur des jets de dés. En fonction de ses lancers on recevra l’un ou l’autre avantage. Donc même si le thème est bien exploité, il ne faut pas se leurrer. On passe sa partie à jeter des dés

Mais

Mais ce qui permet au thème d’être bien rendu, et au jeu d’être autant buzzé et hypé ce sont ses illustrations. Somptueuses. Au style brutalement pompé à l’excellentissime jeu vidéo Monument Valley (dont le second opus est sorti il y a quelques semaines)

Donc y croit. L’espace d’un instant lors de la mise en place. Dès les dés lancés, le tout devient plutôt abstrait

Unearth, comment on y joue?

En lançant un seul dé

A son tour, un joueur peut décider de jouer une carte de sa main pour influencer le jeu, son prochain lancer

Puis, le joueur actif choisit l’un de ses dés à sa couleur, chacun en dispose 5 à plusieurs faces (1d4, 3d6, 1d8) et annonce la bâtisse sur laquelle il va placer son dé une fois lancé

Et là, c’est le drame

Le joueur doit alors assumer le jet. Impossible de changer de dé, de lancer ou de bâtisse. Ce dé est placé sur la bâtisse slash carte et c’est là qu’on évalue le total des dés déjà placés, sachant que chaque bâtisse possède une valeur minimum à atteindre ou dépasser

Si c’est le cas, le joueur qui a placé le dé au plus haut résultat remporte la bâtisse enfin construite

Des règles simples, fluides, expliquées en une minute

Mais mais. Et si je fais un jet pourri, j’ai tout raté? La bâtisse, le dé, ma vie, en général?

Non

Si le jet est tout pourri, 1, 2 ou 3, le joueur reçoit en compensation l’une des tuiles dispo sur la bâtisse. Cette tuile sera alors posée sur la table devant le joueur adjacentes à d’autres pour encercler un vide, vide qui pourra être rempli par un temple dispo. Selon la couleur des tuiles environnantes

Donc non, un mauvais jet de dés n’est pas (particulièrement) handicapant

Et comment on gagne?

On place une carte de fin de jeu à la fin du deck « bâtisse ». Quand elle est tirée, pouf, on passe au scoring

On compte alors ses bâtisses obtenues pendant la partie. Plus on dispose de bâtisses aux couleurs similaires et plus on gagne de points. Avec un bonus pour un set complet (scoring à la 7 Wonders, donc). Mais également les temples qu’on aura réussi à placer sur la table grâce à son ajustement de tuiles

Un scoring simple

Interaction?

Oui, pas mal, avec la majorité des dés, la course aux bâtisses, aux temples. Mais peu d’incidence directe sur les autres joueurs. Une interaction plutôt froide, sans être inexistante non plus

Mais à moins de jouer en solo, TOUS les jeux de société (de société) sont interactifs. Oui c’est vrai

Et à combien y jouer?

A 2-3, bof bof, la tension n’est pas à son comble et il faudra plus de dés pour parvenir à atteindre les minima des bâtisses. C’est vraiment à 4 que le jeu est mieux

Attention, cela ne veut pas dire qu’à 2-3 le jeu est mauvais, juste qu’à 4 il déploie tout son intérêt, sa force, sa saveur

Alors, Unearth, c’est bien?

C’est surtout un très, très beau jeu. Les illustrations sont incroyables. On a juste envie de posséder le jeu pour se laisser transporter par son univers

La boîte est pratique, thermo, et le reste est fonctionnel, sans plus. Ni les dés ni les tuiles sont chatoyants, ils détonnent par rapport aux grandes cartes format tarot des bâtisses

Mais à part ça, Unearth, c’est bien?

Disons que c’est un jeu fonctionnel. Un bon jeu, sans être trépidant non plus. On en fera 2-3 parties, mais pas sûr que le jeu devienne culte pour autant

Il a joui d’un buzz du tonnerre à la Gen Con et juste après. Mais soyons lucides, s’il n’avait pas bénéficié de telles illustrations, pas sûr qu’on en aurait fait un tel foin. Le moine, l’habit, tout ça

C’est un jeu de dés, de majorité, au hasard bien équilibré (cartes, tuiles) et la mécanique bien huilée. La gestion de l’agencement des tuiles pour obtenir les temples et sympatoche, mais voilà, pas un jeu incroyable au point de vouloir se relever la nuit ou de le posséder de toute urgence dans sa ludothèque. Somptueux, mais creux

La hype va passer. Remplacée par une autre

En attendant une hypothétique VF, vous pouvez le trouver en VO chez Philibert (mais attention, il y a quand même pas mal de texte sur les cartes, sur les temples)

6 Comments

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s