Critique de jeu : The Resistance

Un GRAND jeu dans une PETITE boîte !

The Resistance est un excellent jeu; il parvient à exploiter le meilleur de deux jeux, les Loups-Garous de Thiercelieux, et Battlestar Galactica : discussions, manipulations, méfiance. Tout en évitant le moins bon, i.e. les éliminations dans le premier et le plateau et sa lourdeur dans le second.

Dans Resistance, il y a deux équipes, les résistants qui veulent renverser un gouvernement corrompu, et des espions infiltrés parmi eux. Les espions se connaissent, quant aux résistants, ils ne savent bien évidemment pas qui est qui. Le but des résistants, réussir trois missions tandis que les espions doivent en saboter trois. Au moyen de votes secrets (et cartes mélangés, comme dans BSG pour ne pas savoir qui a voté quoi), on détermine si la mission en cours est réussie ou ratée.

A la différence des LG de Thiercelieux, aucun joueur n’est éliminé, tous participent à l’entier de la partie, même si l’identité des uns ou des autres venaient à être perçues, d’où aucune frustration de quitter la partie après… dix minutes lors de la première nuit. Resistance est donc vraiment plus mieux bien.

La mécanique est hyper simple, et tant mieux, puisque le grand intérêt du jeu réside dans les discussions, les alliances, les manipulations. Les résistants doivent tenter de trouver les espions, bien cachés, pour mettre toutes leurs chances de leur côté et ainsi atteindre leur objectif, et les espions doivent quant à eux faire échouer les missions sans se faire découvrir. Une belle ambiance paranoïaque s’installe à la table!

Resistance est une version encore plus légère et tendue que Shadow Hunters, déjà très bon, mais plateau et objets qui le rendent moins fluide.

Avant chaque vote de mission, nous apprécions nous accorder cinq minutes en-dehors de la table (voire même éloignés du groupe) pour discuter et déjouer ou façonner les complots.

Extension.

L’éditeur, pour en rajouter une couche, a même offert une extension avec le jeu. Cette extension n’est pas nécessaire du tout, elle casse un peu de la fluidité du jeu, mais le rend plus profond, plus stratégique. Certaines cartes « complot » permettront aux joueurs de voir les cartes personnages des autres joueurs, de les forcer à jouer certaines cartes, ou bien de changer l’issue d’un vote. Bref, on perd un peu de jouabilité et de tchatche pour plus de tactique et de réflexion. L’extension est à déconseiller aux débutants, il faut avoir jouer au jeu de base quelques fois avant d’utiliser ces cartes spéciales.

Enfin, la boîte est toute petite, et son prix tout petit également. Alors que l’on voit souvent des formats de boîtes démesurées pour des jeux au final au matériel bien moins conséquent, tel que 7 Wonders par exemple, Resistance fait dans le light et compact. Comme consommateur-acheteur-joueur l’on n’a pas furieusement l’impression d’être une vache à lait.

Au contraire d’un Loups-Garous où il faudra être plus d’une dizaine pour que la partie se révèle intéressante (et souvent également malheureusement longue), Resistance se joue entre 5 et 10. Préférez plutôt 7 à 8 joueurs, à moins il n’y aura pas beaucoup d’espions, et à plus cela deviendra quelque peu chaotique.

Bref, The Resistance est vraiment un très bon jeu, pour autant que vous aimiez discuter, argumenter, trahir, mentir et manipuler. Mais qui n’aime pas ça?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s