Jeux de plateau

Comment Lorcana lorgne sur Magic, Pokémon ou Hearthstone

Tout ce qu’on pense savoir sur Lorcana, le jeu de cartes à collectionner de Disney et son inspiration de Magic, Pokémon ou Hearthstone.


Lorcana

Il y a quelques jours, nous vous révélions les toutes premières cartes de Lorcana, le jeu de cartes d’affrontement à collectionner Disney.

Ravensburger, l’éditeur du jeu, qui travaille en collaboration avec Disney, n’a pas encore publié les règles officielles. Lorcana ne sera pas disponible avant 2023. Mais si on s’amusait un peu à examiner les cartes et à déduire des règles probables ?

Et comme le jeu est un jeu de cartes à collectionner, comme d’autres, on peut se demander : Qu’est-ce que Disney Lorcana emprunte à Magic, Pokémon, Gwent et Hearthstone ?

Un jeu de cartes à la carte

Il y a un dicton dans le milieu du jeu de cartes à collectionner : la carte explique la… carte. On peut dire, on peut faire la même chose avec Disney Lorcana.

Lors de sa convention D23 à Anaheim il y a quelques jours, Disney a donc présenté les sept toutes premières cartes. On a donc eu un tout premier aperçu du jeu. Un tout premier aperçu des personnages, des modèles de cartes et de la direction artistique de Lorcana.

Oui, mais.

Pour peu que vous jouiez à d’autres jeux de cartes à collectionner, comme Magic, Hearthstone, Pokémon ou Gwent, vous avez pu en déduire plusieurs éléments. Comment ces jeux ont infusé quelques mécaniques dans ce jeu ?

Voici ce que nous pensons savoir jusqu’à présent.

Hyp(r)othèses

Sur la base des éléments visibles sur ces toutes premières les cartes, en nous reposant sur les caractéristiques permanentes et les différences, subtiles, sur chaque carte, nous pouvons faire quelques suppositions. Des suppositions plus ou moins solides basées sur des mécaniques d’autres jeux de cartes à collectionner, dont Lorcana s’est certainement inspiré. D’une manière ou d’une autre.

Ressources

Dans le coin supérieur gauche de chaque carte de personnage se trouve un nombre, bien visible, qui ressemble à ce que les autres jeux de cartes appellent généralement le coût de lancement. Sur Stitch, ce nombre est 6, et sur Capitaine Crochet, c’est 1.

C’est probablement le « coût » en ressources pour déplacer des personnages, des cartes de sa main sur la table pendant une partie. On ne sait pas encore de quel type de ressources on parle. Il faudra attendre encore un peu pour connaître cette information. Mais de nombreux autres jeux de cartes à collectionner proches partagent cette mécanique de coût de lancement. Et le système de ressources à gérer semble être une mécanique « universelle » dans ce type de jeux.

Dans Magic, on utilise une ressource appelée « mana » qui correspond aux cartes terrain que l’on tourne à 90° pour indiquer qu’on a utilisé leur ressource, leur énergie, leur mana. Le mana est une ressource avec une couleur spécifique qui apparaît sur chaque carte, dans le coin à droite de chaque carte. La couleur de la mana correspond à celle de la carte à lancer, à jouer.

Si le chiffre en haut à gauche sur ces cartes de personnages Disney représente leur coût de lancement, cela pourrait commencer à nous en dire beaucoup sur le rythme du jeu. Un autre jeu qui utilise un coût de lancement est Hearthstone de Blizzard.

Dans Hearthstone, le mana est une ressource renouvelable, automatique. Au début de chaque tour, vous gagnez un mana supplémentaire de manière automatique. Pour lancer une carte puissante à quatre manas par exemple, il faudra donc attendre, tenir quatre tours. Un peu comme Magic somme toute. Puisqu’on ne peut jouer qu’une seule carte Terrain par tour.

Si Lorcana adopte un système similaire, on pourrait constater que le gameplay s’avère lent en début de partie mais accélère au cours de la partie. Jouer plusieurs cartes en un seul tour pourrait être réservé au milieu de partie, lorsque vous pourriez avoir quelques cartes à deux au tour quatre. Ce qui offrirait un aspect stratégique de jouer des cartes bon marché tôt dans la partie pour ensuite attendre de pouvoir jouer des cartes plus onéreuses, et plus puissantes, plus tard. Lorsque plus de manas, de ressources seront disponibles.

On peut également s’imaginer une mécanique « à la Splendor« . Avec des cartes qui deviennent de moins en moins chères si on en possède déjà d’autres.

Lorcana, les types de cartes

Bien que le système de ressources semble être assez évident, et qui se retrouve dans d’autres jeux de cartes à collectionner, on pourrait également déduire une certaine forme de synergies entre les cartes.

Ces sept premières cartes dévoilées semblent avoir différents types. Et ces types pourraient produire des avantages stratégiques en fonction de la façon dont ils sont utilisés pour créer un deck donné. Nous voyons ces synergies apparaître sur une fine ligne juste sous le titre de chaque carte.

Storyborn – Villain

Pour l’instant, parmi les sept personnages prévisualisés, nous voyons deux mots-clés récurrents : « storyborn » et « dreamborn », qui sont également répartis entre les héros et les méchants.

Sur la base d’autres jeux de cartes à collectionner, à l’instar de Magic, ces catégories pourraient signifier que les futures cartes ou règles offriront des avantages et des synergies entre les personnages qui partagent certains types.

Peut-être verrons-nous des cartes qui rendent les héros sur le plateau plus forts. Ou des cartes qui rendent les cartes moins chères à lancer, voir plus haut, à la Splendor. Ou même, pourquoi pas, des règles qui limitent le nombre de chaque personnage que vous pouvez avoir dans un deck.

Certaines cartes ont des types supplémentaires dans cet espace de conception, rappelant les types de créatures que l’on peut voir dans Magic. Stitch est un extraterrestre, le Capitaine Crochet est un pirate. Robin des Bois, lui, n’a pas de type de personnage. C’est juste un… héros. Classe.

Ces types de créatures et de types de cartes suggèrent des opportunités de construction de deck que l’on va pouvoir équilibrer dans son deck lors de sa construction en amont. Lors du développement de nouvelles stratégies.

Bastoooooooon

Lorcana lorgne du côté d’un jeu de combat. Les personnages déboulent et s’affrontent. Avec des cartes s’affrontant comme dans le jeu de cartes à collectionner Pokémon. Plusieurs indices pointent vers une caractéristique de combat. Y compris un détail spécifique qui apparaît sur chaque carte, directement à droite des noms des cartes.

Les deux nombres qui apparaissent côte à côte sur les cartes de personnage de Lorcana ressemblent beaucoup aux statistiques d’attaque et de défense que nous voyons dans Magic et les créatures dans Yu-Gi-Oh!. Sur les cartes, on peut également voir une référence à une fonctionnalité appelée « Challenge« . Qui peut faire référence à un aspect belliqueux entre deux personnages.

Par exemple, Cruella dispose d’une capacité qui se produit chaque fois qu’elle est mise au défi, Tandis que le Capitaine Crochet semble obtenir une augmentation de puissance chaque fois qu’il relève le défi. Alors que Mickey semble difficile à défier, attaquer, car sa capacité « Evasive » indique que « seuls les personnages avec Evasive peuvent défier ce personnage ».

Et chaque carte indique deux chiffres. Un entouré de… piques. S’agit-il de la valeur de l’attaque de la carte, du personnage ? L’autre semble ressembler à un… bouclier ? Donc à sa valeur de défense, de protection ? Ses points de vie ?

Levez la main si vous avez une question

Malgré tous les indices glanées sur ces toutes premières cartes, qui nous permettent ici de faire des suppositions sur le jeu, des questions demeurent.

Agencement du tableau

Comment placerons-nous les cartes ?

Étant donné que les personnages se « défieront » les uns les autres, nous pourrions voir deux personnages centraux s’affronter comme les monstres actifs dans le jeu cartes Pokémon. Ou le tableau de cartes pourrait être disposée en… couloirs, comme dans Adventure Time : Card Wars ou Gwent. Ou comme dans Magic et Hearthstone, dans lesquels le combat n’est pas dicté par le positionnement des cartes les unes par rapport aux autres, mais par d’autres règles plus spécifiques.

Pour l’instant, ces détails en liant avec tableau ne sont pas affichées sur les sept cartes révélées. C’est toutefois un aspect fondamental de tout jeu de cartes à collectionner.

Lorcana, les diamants

Quels sont ces diamants sous les statistiques probables d’attaque et de défense ? Mickey en affiche quatre. Elsa un seul. Mais chaque carte, chaque personnage en dispose au moins d’un. De quoi s’agit-il ? S’agit-il d’un indicateur de rareté en lien avec les chances de découvrir une certaine carte dans un booster ? Ou ces diamants, ces pictos sont-ils intégrés au système de règles ? Les possibilités sont… infinies.

Couleurs

Enfin, les cartes ont-elles une sorte de désignation de couleur distincte de leurs coûts de lancement ? Sur les sept premiers personnages dévoilés, on découvre six barres de couleurs différentes. Des barres sur lesquelles nous voyons le héros, le méchant, l’histoire et d’autres qualités de personnage.

Chacune de ces barres de couleur semble avoir un symbole corrélé, basé sur le symbole et la couleur partagés de Maléfique et de Mickey. Les cinq autres cartes ont des symboles différents adjacents à leur ligne de type. Ce qui pourrait indiquer davantage de synergies dans le jeu entre les cartes qui partagent des symboles. Ou même des règles qui limitent la construction de decks.

Il va encore falloir patienter quelques mois avant d’avoir plus de réponses. Le jeu est attendu pour l’automne 2023. Mais on peut s’imaginer que Ravensburger et Disney vont s’amuser à nous titiller plus d’ici-là. Cela s’appelle du teasing / de la comm.

Multipass

(Mise à jour du 21.9 à 12h45) Comme l’a repéré Antoonin (voir les commentaires, la carte de Robin des Bois affiche une phrase quelque peu… ambiguë.

À la suite de la compétence « Feed the Poor », nourrir les pauvres, il est indiqué « if AN opponent has more cards ». Et non pas « if THE opponent has more cards ». Est-ce à dire que Lorcana se joue à plus qu’à deux ? Et qu’on jouerait alors en mode mêlée, ou par équipe, comme un « troll à deux-têtes » comme dans Magic ?

De quoi augmenter alors encore plus l’interactivité du jeu. Et son attractivité ? Merci Antoonin pour l’ajout.


Article écrit par Gus. Rédacteur-en-chef de Gus&Co. Travaille dans le monde du jeu depuis 1989 comme auteur et journaliste. Et comme joueur, surtout. Est également pilote de chasse pour l’armée américaine, top-modèle, bio-généticien spécialiste en résurrection de dinosaures, champion du monde de boxe thaï et de pâtisserie végane, dompteur de tricératops, inventeur de l’iPhone et mythomane.

Votre réaction sur l'article ?
+1
12
+1
1
+1
1
+1
0
+1
0
+1
3

5 Comments

  • Antoonin

    Merci pour cet article ! Du coup cela m’a invité à jouer aux enquêteurs également ^^

    Voici ce que j’ajouterais :

    – Pour ce qui est des diamants / étincelles je me demande si cela ne correspond pas à des points de victoire. Les personnages avec de grandes valeurs de défense semblent avoir plus de diamants/étincelles. Le fait qu’ils soient plus difficiles à battre pourrait justifier que l’on obtienne plus de points victoire en contre partie.
    – Le jeu n’est peut-être pas uniquement jouable en 1v1 mais à plusieurs. Sur la carte de Robin, sur la compétence « Feed the Poor », il est indiqué « if AN opponent has more cards » et non pas « if THE opponent has more cards »

    Voilà pour mes déductions 😉

  • Erik

    Gus & co., que j’aime beaucoup, participe à cette com et ça me fait un peu mal au derrière.
    En plus il le fait en mode « On ne sait rien alors on va imaginer que… ». Le truc farpaitement (sic) inutile. Sinon à DisneyBurger.

    J’avoue pour ma part ne pas être du tout tenté par un univers à la fois si hétéroclite et chargé qu’il me serait impossible d’y imaginer des affrontements.

    Bon, je suis peut-être trop vieux pour cette mainmise sur l’imaginaire du vieux studio réactionnaire. Lequel a gâché des aventures que j’aimais tant – StarWars, Pixar.

À vous de jouer ! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :