Jeux de plateau

Espresso Doppio, un café et l’addition

Juste l’addition, en fait.


Espresso Doppio

Le café. La drogue légale qui nous fait tenir toute la journée. Et dans Espresso Doppio aussi, un petit jeu de société à deux uniquement.

Le café, un peu d’histoire. Mais vraiment un peu

L’utilisation du café comme aliment est relativement récente. C’est vers le 10e siècle que les Éthiopiens commencent à consommer la graine du caféier. Il faudra attendre le 15è siècle pour que son usage se répande dans le monde arabo-musulman, en remplacement de l’alcool, puis le 16e siècle pour l’Europe, au gré des conquêtes ottomanes (siège de Vienne, en 1529). Les premiers cafés, les lieux pour en consommer, ouvrent au 17e siècle dans les grands pays européens, qui pratiquent le commerce avec les arabes.

Il faudra toutefois attendre le 19e siècle pour que la production de café se déplace vers l’Amérique du Sud, avec le succès que l’on connait aujourd’hui, puis l’Afrique et l’Asie, le Vietnam devenant le deuxième producteur mondial au tournant du 21e siècle juste derrière le Brésil.

Le café est un marqueur social très fort dans plusieurs cultures, et en particulier en Italie, où la torréfaction et la préparation de l' »or noir » ont été élevés au rang d’arts.

Votre café, vous le préférez noir et serré ou au lait ? C’est génétique

Selon une étude récente, préférer le café, et le chocolat aussi, noir aurait des origines génétiques. C’est la conclusion d’une nouvelle étude scientifique, publiée le 13 décembre dernier dans la revue Scientific Reports1.

À l’aide de données génétiques provenant de cohortes britanniques et américaines, les chercheurs de l’école de médecine de la Northwestern University à Chicago ont constaté que les amateurs de café noir ont une variante génétique accélérant le métabolisme de la caféine.

En d’autres termes, ça n’est pas tellement le goût qui occasionne ces préférences, mais le fait que ces personnes associent l’amertume du café, et du chocolat aussi, à l’augmentation de la vigilance qu’ils tirent de la caféine que ces deux aliments contiennent. Selon l’une des chercheuses, ces individus métabolisent la caféine plus rapidement. À tel point que les effets stimulants s’estompent également plus rapidement. Ils doivent donc en consommer, en boire plus. Ces personnes assimileraient l’amertume naturelle de la caféine à un effet psychostimulant. Ils apprennent à associer l’amertume à la caféine et au coup de fouet qu’ils ressentent. Quand ils pensent à la caféine, ils pensent donc à un goût amer.

Et vous, vous le buvez comment votre kawa ? 

Oui, mais, et le jeu ?

Espresso Doppio le jeu n’a aucun rapport avec le café. Le café est un prétexte à un jeu de permutation, d’échange, avec des soucoupes, des tasses et des cuillères.

On va déposer sur un chemin de table, composé de 5 napperons, 3 soucoupes, 3 tasses et 3 cuillères, de trois couleurs différentes : blanc, beige et marron.

On va ensuite devoir reproduire, sur ce chemin de table, différentes combinaisons qui rapporteront des points. Chaque personne dispose de 8 combinaisons, avec 3 visibles à la fois devant soi. Pour reproduire ces combinaisons, on pourra, à son tour effectuer jusqu’à 3 actions. Chaque action consistant en un échange de 1 à 3 objets d’un napperon à l’autre, ou un déplacement de 1 à 3 objets d’un napperon à l’autre. La seule condition bloquante à un mouvement est qu’il est interdit d’avoir deux fois le même type d’objet sur un napperon : deux soucoupes, deux tasses ou deux cuillères.

Une fois qu’une des deux personnes aura rempli les conditions de ses 8 cartes, on échangera ses cartes, et une deuxième manche commence alors, avec les même contraintes. La personne ayant le plus de points à la fin de la partie gagne. Logique.

Un autre petit kawa ?

Une fois l’effet waouh suscité par le matériel évaporé, la déception est grande. Non, clairement, Espresso Doppio ne passe pas et on n’a vraiment pas envie de s’en faire une deuxième tasse partie. Le jeu ressemble plus à du… jus de chaussette qu’à un expresso raffiné, corsé.

Les interactions sont glaciales. Un comble pour un jeu sur le café. Un comble pour un jeu à deux. Il n’y a pas de moyen pour bloquer l’autre, le nombre d’actions possibles est trop important. Chaque personne va faire sa partie dans son coin, et puis c’est tout. Pour un jeu à deux, on ne peut qu’être déçu !

Les combinaisons ne représentent d’ailleurs aucun défi. Elles sont simples et répétitives. On se retrouve rapidement à déplacer les objets sans devoir, sans pouvoir mettre de stratégie en place.

À relever enfin que le matériel est raté. Alors certes, c’est peut-être le seul jeu de société qui propose un tel matériel disruptif, avec des soucoupes et des tasses en porcelaine. Soyons lucides. C’est peut-être le seul argument de vente d’Espresso Doppio. Proposer un « vrai » (vous apprécierez les guillemets) jeu avec un tel matériel.

Mais ça coince. Les objets sont blancs, beiges et marrons. Et les objets sur les cartes sont blancs, marrons et noirs… Ça ne colle pas ! De quoi se faire des nœuds au cerveau pour pas grand-chose. Et avec des soucoupes et des tasses en porcelaine, pourquoi mettre des petites cuillères en plastique ??? Ça fait cheap.

Espresso Doppio, verdict

On a voulu faire un beau jeu avec un beau matériel. Une bonne (?) idée de cadeau pour Noël. Mais non. Comme un mauvais café pris sur un relais d’autoroute, Espresso Doppio déçoit. On le sait bien. L’habit ne fait pas le moine. Ici, c’est plutôt « la porcelaine ne fait pas le jeu. »

Le même jeu avec des formes et des couleurs aurait sans doute aussi bien marché, avec un public plus large, plus familial, et aurait pu être produit en Europe.

👉 Vous cherchez un bon, un meilleur jeu à deux ? Essayez plutôt ceux-ci.

Bof bof. 2 étoiles, pour la forme

Note : 2 sur 5.

Et encore une chose

Il y a quelques jours, nous vous avions proposé notre sélection des meilleurs jeux sur le thème du thé. Espresso Doppio nous incite à faire pareil avec le café !

  • Auteur : Walter Obert
  • Éditeur : Huch !
  • Nombre de joueurs et joueuses : 1 à 2 (« mieux » à 2)
  • Âge conseillé : Dès 8 ans (bonne estimation)
  • Durée : 30 minutes
  • Thème : Café
  • Mécaniques principale : Permutation/échange, combinaisons

Pour vous offrir une expérience de lecture plus agréable, nous vous proposons un site sans aucune publicité. Nous entretenons des relations d’affiliation avec Philibert et Play-in. Ainsi, lorsque vous achetez un jeu en cliquant sur les liens menant aux boutiques, vous nous soutenez. Grâce à vous, nous pouvons obtenir une petite part des revenus. Ceci nous permet alors d’acheter d’autres jeux et de continuer à pouvoir vous proposer de nouveaux articles.

One Comment

  • Ange

    Merci de cette analyse. J’avais été un peu attiré au moment de sa sortie, puis je n’avais pas passé le pas. Tant mieux de fait et donc merci de cette confirmation !

À vous de jouer ! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :