Critiques de jeux,  Jeux de plateau

3 jeux de société à essayer en famille

Découvrez Go Gecko Go!, Dragon Parks et Midnight Exchange, 3 jeux à essayer en famille.


Comme nous le faisons souvent sur Gus&Co, nous nous intéressons aux jeux de société, en général, aux gros jeux, pour public averti et expert, et, pour changer, également aux jeux destinés aux familles, enfants et (grands)parents. Découvrez-en trois aujourd’hui, plutôt récents, Go Gecko Go!, Dragon Parks et Midnight Exchange. Bonne découverte !

Mais au fond, c’est quoi, un (bon) jeu familial ?

Un bon jeu familial doit être en même temps accessible, captivant, rapide à mettre en place et au matériel beau et engageant

Trouver cet équilibre subtil entre complexité et simplicité paraît impossible. Et pourtant, plusieurs jeux familiaux y parviennent. Ce qui n’est pas nécessairement le cas de ces 3 jeux aujourd’hui…

Go Gecko Go!

Go Gecko Go! est un petit jeu de course dès 6 ans. À son tour, soit on place une tuile sur une colonne d’eau, qui fait avancer toute la colonne, un peu à la Labyrinthe, je pousse, déplace, soit on lance les dés et on avance l’animal correspondant. Le premier à attendre le côté opposé du plateau remporte la partie. Voilà, c’est tout. Ou presque.

Go Gecko Go! repose sur deux subtilités.

Le plateau compte deux ponts, sous lesquels il va falloir passer. Et lors de la course, à l’instar du très bon jeu de pari Camel Up, on peut grimper sur d’autres animaux pour se « taper l’incruste » et avancer avec, grâce à eux.

Sauf que. Vous avez compris le souci.

Plus on grimpe, et plus on augmente le risque de se prendre un pont dans le museau et de tomber en arrière. Passera, passera pas ? La même question que toute famille suisse se pose en décembre-janvier avec son porte-ski sur le toit quand on entre dans un parking souterrain.

Dans Go Gecko Go!, il va donc falloir prendre 2-3 décisions : grimper, ou pas, et quand. Il a été nommé au Spiel des Jahres pour enfants en 2019. C’est La Vallée des Vikings qui a fini par remporter le fameux prix. Il faut croire que la sélection de cette année-là était plutôt… pauvre, parce que le jeu est, au final, plutôt creux et pas trop engageant.

Les enfants s’y amusent, peu. On y jouera 2, 3 fois maximum, mais le jeu n’offre pas assez de possibilité, de sensations différentes. Ni fun, ni frais, au final, Go Gecko Go! remplit plus qu’il ne divertit.

Go Gecko Go!, verdict

Sympathique !

Un petit jeu de course familial, mais pas folichon.

Note : 3 sur 5.
  • Auteur : Jurgen Adams
  • Éditeur : Zoch zum spiel
  • Illustratrice : Gabriela Silveira
  • Nombre de joueurs et joueuses : 2 à 4 (tourne mieux à 4)
  • Âge conseillé : Dès 6 ans (bonne estimation)
  • Durée : 20-30′ par partie
  • Thème : Animaux
  • Mécaniques principales : Course, estimation de hauteur, prise de risque

Midnight Exchange

Le pitch : « Volez le meilleur butin pour l’échanger contre les plus belles œuvres d’art, et complétez vos collections afin de gagner le plus de points à la fin de l’échange de minuit.« 

On incarne des voleurs, et on doit voler le plus de butins, vite, avant les autres, pour compléter ses collections et les revendre ensuite à de receleurs.

Midnight Exchange est composé de deux phases, hachées : une phase de vitesse, en simultané, pendant laquelle on se rue sur les tuiles, phases cachées, au centre de la table, avant les autres, puis une phase pendant laquelle on place, utilise ses jetons obtenus.

Ce Midnight Exchange a justement été créé par le couple Wilfried et Marie Fort, qui a remporté le Spiel en 2019, voir ci-dessus, et qui, encore une fois, vient tout juste d’être nommé pour celui de 2021.

Jeu de rapidité, d’observation, mais pas que. Il va falloir bien choisir, puisqu’on est limité à six tuiles, donc on ne peut pas tout prendre, juste pour bloquer les autres. Et les tuiles sont séparées en trois couleurs. Celle de départ, puis une autre qu’on peut prendre si on a pris la clé nécessaire, puis l’autre, enfin. Malin !

Une fois cette phase, frénétique, passée, on rentre dans un moment plus calme, pondéré, pour savoir quel jeton placer où pour débloquer quel objectif avant les autres.

Le jeu est très bon, mais pour être honnête avec vous, j’ai toujours un peu de peine avec ces jeux à deux phases, hachées, clivées, qui finissent par ralentir la partie, et parfois la plomber. On s’amuse dans une, moins dans l’autre, avec le risque de ne pas s’amuser, du tout.

Midnight Exchange est un bon jeu, certes, mais pas un jeu incroyable non plus. Il rejoint la cohorte de ces jeux sympa, qui gonflent catalogues et étagères, sans déchaîner passion ni exaltation.

Midnight Exchange, verdict

Pas mal !

Un jeux frénétique malin, aux deux phases hachées qui finissent par enliser la partie

Note : 3.5 sur 5.
  • Autrice et auteur : Marie et Wilfried Fort
  • Éditeur : Blue Orange Games
  • Illustrateur : Sylvain Aublin
  • Nombre de joueurs et joueuses : 3 à 6 (tourne mieux à 4-5)
  • Âge conseillé : Dès 8 ans (6-7 aussi possible)
  • Durée : 20-30′ par partie
  • Thème : Cambriolage
  • Mécaniques principales : Rapidité, observation, objectifs, collection

Dragon Parks

Dragon Parks est, en quelque sorte, la suite spirituelle de l’énorme blockbuster pour famille Draftosaurus. Même éditeur, même configuration, même thème, ou presque, même public, et surtout, même mécanique, le draft.

Si dans Draftosaurus on vient apprécier un zoo rempli de… dinosaures, ici, dans Dragon Parks, tout est dans le titre. On accueille les gens pour qu’ils puissent apprécier les dragons.

Le cœur du jeu repose sur des cartes de son avec des emplacements déjà dessinés, ou vides, que l’on place devant soi. Se déroule ensuite la phase de draft. Non pas de ces cartes, mais de cartes plastifiées, transparentes, recouvertes de pastilles de dragons et autres. Et oui, les cartes transparentes peuvent être placées l’une sur l’autre. Ce qui génère encore plus de possibilités au fil de la partie !

Vous l’aurez compris, ces cartes transparentes se placent sur les autres cartes. Et les pastilles vont venir ainsi recouvrir des emplacements sur les cartes.

Dragon Parks est extrêmement subtil et savoureux. D’autant que le jeu se joue en 3 phases, et qu’à chaque phase, on remporte des points selon les dragons visibles dans son parc : majorités, couleur pour la manche, etc. Avec une mécanique palpitante : il faut veiller à avoir autant, ou plus, de moutons que de dragons visibles, pour les nourrir, au risque de perdre des points si ce n’est pas le cas.

Dragon Parks est du même acabit et tout aussi passionnant que Draftosaurus. Les deux sont autant réussis et font le consensus auprès des familles. Le meilleur jeu de cette sélection aujourd’hui.

Un mini micro bémol toutefois, la finition du jeu laisse quelque peu à désirer. Les cartes transparentes, et leurs pastilles, ne sont pas toujours bien produites, ce qui fait que les pastilles ne sont pas toujours exactement au bon endroit sur les cartes. Le matériel manque de précision, ce qui confère au tout un air quelque peu bancal, brouillon. Mais le jeu reste toutefois captivant.

Dragon Parks, verdict

Vraiment très bon !

Un jeu de draft malin et savoureux à déguster en famille

Note : 4.5 sur 5.
  • Auteur : Nicolas Sato
  • Éditeur : Ankama
  • Illustratrice : Ayumi Kakei
  • Nombre de joueurs et joueuses : 2 à 5 (tourne bien à toutes les configurations)
  • Âge conseillé : Dès 8 ans (bonne estimation)
  • Durée : 20-30′ par partie
  • Thème : Dragons
  • Mécaniques principales : Draft, majorité, observation

Pour vous offrir une expérience de lecture plus agréable, nous vous proposons un site sans aucune publicité. Nous entretenons des relations d’affiliation avec Philibert et Play-in. Ainsi, lorsque vous achetez un jeu en cliquant sur les liens menant aux boutiques, vous nous soutenez. Grâce à vous, nous pouvons obtenir une petite part des revenus. Ceci nous permet alors d’acheter d’autres jeux et de continuer à pouvoir vous proposer de nouveaux articles.

%d blogueurs aiment cette page :