Jeux de plateau

La polémique autour de Daniele Tascini secoue le milieu du jeu de société

Suite à des allégations de racisme, l’auteur de jeux Daniele Tascini est lâché par ses éditeurs.


Daniele Tascini est l’auteur italien de plusieurs gros jeux de plateau récents. Nous en avons souvent parlé ces derniers temps, avec notamment Tekhenu et d’autres jeux de civilisations pré-colombiennes. Il a raflé le Swiss Gamers Awards avec son Tzolk’in en 2012.

Depuis quelques jours, l’auteur transalpin se trouve pris dans la tourmente. Tout a commencé avec un post sur Facebook, effacé depuis par son auteur, mais qui a pu être retrouvé.

Dans son post, l’auteur dit : « Je n’appellerai jamais les gens de couleur « noirs », parce que leur peau n’est pas noire. J’ai beaucoup d’amis originaires d’Afrique. Je ne ferai jamais référence à leur type de peau parce qu’ils ne sont PAS noirs, pourquoi devrais-je faire une distinction sur la base de leur genre ou de leur race ? Si je les appelle “nègre” quand nous sommes entre nous, ils ne le prennent pas comme une offense parce que le sens des mots change avec le contexte. »

La phrase « Si je les appelle “nègre” quand nous sommes entre nous » est mal passée. Les réactions ne se sont pas faites attendre.

Ce qui est reproché à l’auteur, c’est d’avoir utilisé un terme considéré comme raciste.

Suite à ces mots sur Facebook, l’éditeur polonais de son Teotihuacan a coupé le ponts et contrats avec l’auteur, en l’annonçant sur son site et Twitter.

L’éditeur y dit : « Nous condamnons sans équivoque tous les aspects et actes de racisme, intentionnels ou non, y compris les commentaires, épithètes, insultes, blagues ou tout autre langage considéré comme haineux, inapproprié ou indésirable par le groupe de personnes auquel ces mots font référence ».

Choqué par les nombreuses réactions, l’auteur s’est alors excusé pour ses paroles. Mais selon l’éditeur, les excuses sont arrivées trop tard.

Le jour d’après, c’est Hans im Glück qui décidé de couper son contrat avec Daniele Tascini pour son jeu Marco Polo sorti en 2015.

L’éditeur allemand dit ne plus éditer le jeu. Les ventes des boîtes qui restent dans les boutiques seront versées à des associations qui s’engagent contre le racisme. 

Est-ce que d’autres éditeurs vont décider de lâcher l’auteur ? Comment est-ce que les éditeurs francophones vont se positionner ? On peut parier que cette affaire va faire des remous dans la communauté des jeux de société !

%d blogueurs aiment cette page :