Jeux de plateau

LA DÉCISION DU SCRABBLE D’ÉLIMINER DES MOTS INSULTANTS ÉNERVE

Temps de lecture: 10 minutes

Un article de Slate revient sur le scandale du Scrabble d’éliminer plus de 200 mots offensants et les réactions, parfois furieuses.


Il y a quelques jours à peine, nous vous parlions de la décision de la décision de l’Association Nord Américaine des Joueurs de Scrabble d’éliminer plus de 200 mots offensants du dictionnaire pour les tournois officiels.

Sur notre page Facebook, les réactions ne se sont pas faites attendre. Il y en a eu plusieurs, et souvent très, très fâchées.

Le site Slate.com vient tout juste de publier hier vendredi 10 juillet 2020 un riche article pour revenir sur les réactions suite à cette décision, une décision qui a énervé les joueuses et joueurs de Scrabble. En voici la traduction.


D.R.A.M.E.

Slate.com, par Stefan Fatsis, vendredi 10 juillet 2020

En mai, la North American Scrabble Players Association (NASPA) a fait une grande annonce. Scopely avait accepté d’ajouter le lexique officiel du tournoi à sa toute nouvelle application, Scrabble Go. Cela a traité une plainte parmi les joueurs : que le dictionnaire bowdlerized de l’application n’incluait pas les 192’000 mots autorisés en jeu compétitif, y compris plusieurs centaines de mots offensants, de BLOWJOB à MINDFUCK en passant par YINGYANG, du type qui ont été autorisés depuis l’émergence des tournois dans les années 1970. Dans un e-mail aux membres, l’association Scrabble, connue sous le nom de NASPA, a déclaré qu’elle était «ravie».

En un mois, cependant, et à la suite du meurtre de George Floyd et des manifestations de Black Lives Matter à travers les États-Unis, les dirigeants de la NASPA, soutenus par certains de ses membres, se sont battus pour retirer définitivement des tournois de Scrabble certains des mots pour lesquels ils venaient de se battre pour pouvoir les utiliser. Et cette semaine, le propriétaire de Scrabble, le géant des jouets et des jeux Hasbro, a annoncé que la NASPA supprimerait «toutes les insultes» de sa liste de mots et que la société réécrirait les règles «pour préciser que les insultes ne sont autorisées sous aucune forme de le jeu. »

La décision était prévisible. Alors que les drapeaux et les statues de Confédérés (NdT : pendant la Guerre de Sécession américaine entre 1861 et 1865, les Confédérés regroupaient les États du Sud qui étaient en majorité pro-esclavage, et qui se battaient contre ceux du Nord qui voulaient l’abolir), les logos de sirop et les noms des équipes sportives sont confrontés à leur destin (NdT : même des cartes Magic ont été supprimées). Hasbro ne pouvait pas être considéré comme approuvant passivement le droit d’un petit groupe de fans de mots de pouvoir épeler JUIF ou SPIC (NdT : Spic est un mot insultant et infériorisant utilisé aux États-Unis pour désigner une personne d’origine hispanique) sur une grille en plastique. 

Contrairement à ces totems indubitablement racistes, cependant, les insultes ont, en ce qui concerne leur utilisation au Scrabble, une large coalition de défenseurs, franchissant les lignes de race, de sexe, d’identité sexuelle et de religion. En conséquence, la volonté de les éliminer a suscité plus de contentieux que je n’en ai été témoin au cours de mes 20 années et plus dédiées au jeu, rempli d’accusations de distorsion factuelle et de gestion de mauvaise foi par cette association de Scrabble, sans parler des invocations inquiétantes de Fahrenheit 451 et 1984. Le résultat a été une décision maladroite de purger plus de 200 mots qui ont aliéné les joueurs à la fois pour et contre l’élimination, ce qui ne satisfait presque personne. « En ce moment, tout le plaisir de jouer est évacué du Scrabble« , a déclaré Nicky Deco, un joueur dans le Kent, en Angleterre, qui gère une page de Scrabble sur Facebook et a observé le débat sur les mots se répandre à l’étranger, « et les divisions augmentent de manière plus profonde au fil des jours. »

Comme je l’ai écrit dans Slate le mois dernier, l’idée de supprimer les insultes qui font référence à l’identité personnelle, y compris la race, l’ethnie, le sexe et l’orientation sexuelle, est née d’une suggestion d’un joueur que le Scrabble fasse quelque chose pour répondre aux protestations. Un autre joueur a suggéré de supprimer le mot commençant par la lettre N (NdT : Les Américains parlent ici du « N-Word », en français, nègre, un terme extrêmement péjoratif pour les Afro-Américains) de la liste de mots officiels. Le chef de la direction de la NASPA, John Chew, un programmeur de Toronto, est allé plus loin en proposant formellement d’interdire toutes les insultes du jeu et en diffusant une enquête demandant si les gens étaient favorables à la suppression de tout langage offensant, juste des insultes, juste le mot commençant par la lettre N, ou ne rien faire.

Malgré le nom de l’organisation, les 2’200 membres cotisants de l’association des joueurs n’ont collectivement aucun contrôle sur sa gestion. La NASPA est un organisme à but non lucratif privé avec une licence de Hasbro pour utiliser le nom de Scrabble et pour superviser la liste de mots autorisés par les clubs et les tournois aux États-Unis et au Canada. Les bénévoles regroupent divers comités et un conseil consultatif, mais la prise de décision est centralisée au sein d’un petit groupe de personnes, dirigé par Chew.

Chew était catégorique pour que les insultes soient bannies. Il a rassemblé une liste de suppressions proposées, de ABO à YIDS, et a déclaré que laisser de tels mots dans le jeu équivalait à « contribuer aux problèmes du monde ». Il a expliqué que les joueurs compétitifs ont approuvé les mots pendant des décennies parce qu ‘«on leur a dit» que les mots sont vides de sens lorsqu’ils sont joués dans le jeu. Il a déclaré à un journaliste que jouer une injure au Scrabble constituait un «discours de haine» et que «le droit d’utiliser un discours de haine» était «une opinion très populaire parmi les joueurs de Scrabble».

Comme beaucoup de joueurs, je n’étais pas d’accord avec ces arguments. Les mots sur un plateau de Scrabble ne constituent pas un «discours de haine» dans un dictionnaire ou au sens juridique. Ils ne constituent même pas, dans une compréhension commune du mot, un « discours ». Merriam-Webster définit le «discours de haine» comme « un discours exprimant la haine d’un groupe particulier de personnes. » The Oxford English Dictionary le définit comme un discours «incitant… à la haine ou à l’intolérance». Les joueurs de Scrabble ne font rien de tel. Ils n’envoient pas de message. En plaçant des lettres, ils affirment qu’un mot est un mot, et rien de plus. Il peut y avoir un inconfort momentané. Au cours des dernières semaines, les joueurs ont raconté des anecdotes de jeux dans lesquels CUNT (NdT : un mot qui signifie à l’origine « vagin », et qui est utilisé aujourd’hui comme une insulte dirigée contre les femmes) et JIGABOO (NdT : un mot provenant des langues Bantoues, signifiant pauvre, doux, servile, qui est devenu dans la langue anglaise une insulte dirigée contre les personnes racisées) ont atterri sur la plateau. Mais je n’ai jamais joué ni entendu parler de quelqu’un qui joue un mot avec une intention au-delà d’une stratégie, et cela pourrait, en fait, violer le code de conduite de la NASPA.

Pour de nombreux joueurs, dont moi, le Scrabble de haut niveau est plus un jeu de mathématiques qu’un jeu de mots. C’est un jeu de probabilité, de reconnaissance de formes, de géométrie sur plateau et de réflexion stratégique. Les lettres et les mots sont ses outils. Cela ne signifie pas que les joueurs sérieux sont inconscients de la signification des mots ou insensibles aux messages qu’ils contiennent. Les joueurs ne rationalisent pas l’utilisation de mots offensants pour marquer des points, comme l’a expliqué Chew. J’ai passé beaucoup de temps à réfléchir au rôle du langage dans le Scrabble, y compris le langage offensant, et à apprendre également la signification de centaines de mots obscurs que je n’utiliserais que dans le jeu. La plupart d’entre nous étaient des amateurs de mots avant d’être des joueurs de Scrabble.

Je suis conscient de ma couleur de peau (blanc), de mon sexe (masculin) et des biais implicites. Mais je pense qu’il devrait être possible de concilier ces deux pensées: certains mots sont offensants, vulgaires, mais ce sont toujours des mots. C’est pourquoi je me suis opposé au nettoyage de la liste de mots. Rendre des mots offensants inadmissibles à un jeu de société ne les fera pas disparaître, ni leurs opinions. Cela voudrait dire que même le simple fait de voir un mot est offensant, et cela semble être une idée dangereuse et erronée. Comme l’a écrit un joueur du Scrabble, «les mots ne sont pas dans un dictionnaire pour les honorer».

Pourtant, il est également correct de soutenir, comme certains joueurs l’ont fait, que l’acte de former le mot LEZ (NdT : complété, il renvoie au mot « lesbienne ». Ainsi abrégé, il est offensant pour les lesbiennes) ou COLOREDS (NdT : un mot infériorisant pour désigner les personnes de couleur racisées) ou pire sur un plateau de Scrabble pourrait être blessant pour quelqu’un qui doit le regarder pendant toute la durée d’une partie. Et que nous devons nous efforcer, en tant que société, d’éliminer toute utilisation d’un langage blessant dans n’importe quel contexte. Et que supprimer un petit ensemble de mots aurait un impact pratique minime sur le jeu. À part quelques mots courts, les insultes se produisent rarement, et pourrait représenter un geste positif dans une période d’agitation et de réflexion. Tout cela est vrai, c’est pourquoi ce sujet était si puissant.

J’ai interrogé le professeur de la Harvard Law School Randall Kennedy sur ce débat sur le Scrabble. Kennedy, qui est Noir, est l’auteur du livre de 2002 Nigger: The Strange Career of a Troublesome Word. Il n’est pas un joueur de Scrabble compétitif. Il m’a dit qu’il est tout à fait raisonnable de craindre que tout déploiement d’une insulte confère au mot une légitimation. Il a également déclaré qu’il est sain de remettre en question l’utilisation des mots dans le climat actuel autour de la justice sociale, mais pas au détriment d’autres valeurs.

« Mon opinion est que le contexte dans lequel un mot est utilisé conditionne toujours le sens du mot », m’a dit Kennedy. « Si vous utilisiez un terme dans un contexte où il est clair qu’aucun message n’est envoyé, et qu’il s’agit en fait d’une agglomération, d’une série de symboles, a, b, c, d, e et le reste, je ne vois pas quel est le problème. Si le mot est utilisé d’une manière dégradante, si le mot est utilisé d’une manière qui rabaisse les gens, je suis contre. Mais si le mot est utilisé d’une autre manière, alors cela devrait être reconnu et compris. »

Dans son livre, Kennedy plaide contre les «éradicationnistes» qui veulent que le « mot N » soit supprimé de la langue. Cela, m’a-t-il dit, diminuerait James Baldwin, Mark Twain, «Lettre d’une prison de Birmingham», Richard Pryor, Eudora Welty, et d’autres encore. «Je préférerais plus de discours que moins. Je préfère la connaissance à l’effacement», a-t-il déclaré. « Je pense qu’il y aura une perte énorme dans cette campagne de bowdlerization (NdT : la bowdlerization, également connue sous le nom d’expurgation, une forme de censure qui consiste à purger tout ce qui est jugé nocif ou offensant).

En ce qui concerne le cas précis du Scrabble, Kennedy a déclaré que les insultes pouvaient rendre un joueur ou son adversaire nerveux ou anxieux, et le devraient, parce que ces mots «font peur». Au lieu d’expurger, cependant, il a suggéré que Scrabble crée un guide expliquant l’histoire et la puissance de chacun de ces mots. « Si vous allez l’utiliser, sachez que vous allez signifier quelque chose », a déclaré Kennedy. «Je ne dis pas que tu ne peux pas. Je dis simplement que vous avez une responsabilité supplémentaire. » En effet, un certain nombre de joueurs de Scrabble ont suggéré de créer un avertissement que des insultes pourraient être vues pendant les parties de club ou de tournoi ou lorsque les parties sont diffusées ou reportées en ligne.

Une grande partie de la colère de la communauté du Scrabble concerne un processus orienté vers l’expulsion. Après avoir diffusé son enquête auprès des membres de la NASPA et du grand public, Chew résumait périodiquement les commentaires sur sa page Facebook personnelle, pas celle de la NASPA. Il a souvent dénoncé des commentaires extrêmes, ignorants et parfois ouvertement racistes, incitant à la nomination ou à l’interdiction de leurs auteurs. «J’ai lu beaucoup de pensées vraiment hideuses qui se lisent comme si elles étaient prononcées par un propriétaire d’esclaves colonial», a écrit Chew un jour. Dans un e-mail à toute la communauté après l’annonce d’Hasbro, il a déclaré: « Nous avons beaucoup de racistes et nous avons beaucoup de libéraux au cœur sensible. »

Mais Chew a également noté que les remarques marginales représentaient environ 4% des réponses. La principale plainte des joueurs était que Chew ne semblait pas disposé à reconnaître qu’une défense éthique du maintien des insultes était tout de même possible. Dan Horowitz, un avocat de Wilmington, Delaware, m’a dit qu’un long commentaire qu’il avait écrit dans l’enquête sur les différences entre les symboles offensants et les mots offensants était tronqué de manière à le rendre « aussi trompeur que le « résumé » de William Barr du rapport Mueller. » (NdT : William Barr est le procureur général aux États-Unis, très allié à Trump, et qui a rédigé un résumé très biaisé de la commission d’enquête sur Trump de l’agent du FBI Robert Mueller).

Dans l’ensemble, les résultats de l’enquête favorisaient clairement la conservation des mots offensants. Sur près de 1’200 réponses, seulement 1 répondant sur 3 a soutenu la suppression des insultes ou de tous les mots offensants. Quarante-six pour cent se sont prononcés en faveur du maintien de la liste de mots inchangée, et 11 pour cent ont préféré ne supprimer que le « mot N ». L’écart entre ceux qui jouent de manière compétitive et ceux qui ne le font pas était encore plus large : 50% des membres de la NASPA ne souhaitaient aucun changement dans la liste, contre seulement 8% des autres répondants.

Lorsqu’il a dévoilé sa proposition, Chew a promis de respecter un vote du comité consultatif des joueurs du groupe. L’annonce de Hasbro mardi a lancé la controverse. Un responsable de la NASPA m’a dit que Hasbro avait contacté Chew la semaine dernière et qu’une réunion avait eu lieu lundi. Un membre du comité consultatif a déclaré sur Facebook que « le choix était apparemment de supprimer les insultes ou de perdre votre licence. » Jeudi soir, le conseil d’administration est allé de l’avant et a quand même voté, réprimandant Chew et Hasbro et votant 6-4 pour ne pas modifier la liste de mots. «Je suis heureux que nous ayons fait notre travail, qui était de représenter les membres», m’a dit Jason Idalski, membre du conseil d’administration. « Je suis en quelque sorte en paix avec le fait que nos suzerains (NdT : overlord, en anglais) d’entreprise viennent de nous renverser. »

Si Chew avait consulté Hasbro avant de rendre la décision publique, la communauté du Scrabble aurait probablement pu éviter des semaines de rancune et de division. Et le débat est loin d’être clos. Il y a déjà une discussion sur l’opportunité de supprimer des mots qui ne figurent pas sur la liste car ils ont d’autres sens inoffensifs: BITCH, DICK, FAG, FAGOT, GYP, HO, REDSKIN, RETARD, etc. Ou pour ne pas supprimer les mots de la liste actuelle qui semblent bénins, comme BALDIE et HICKSVILLE. Laisser des vulgarités et des obscénités variées pourrait s’avérer gênant. «La marque d’une décision irréfléchie et mal conçue est qu’elle nécessite un nettoyage continu de la négligence qui s’ensuit invariablement», a déclaré Robin Pollock Daniel, un joueur expert canadien.

Les dictionnaires n’étiquettent pas les mots comme des «insultes», donc la compilation d’une liste finale est susceptible de générer davantage de désaccord. Le rédacteur en chef de Merriam-Webster, Peter Sokolowski, m’a dit que la société avait partagé avec la NASPA sa liste de mots étiquetés offensants, vulgaires, obscènes et dénigrants, mais ne sera pas impliqué dans la décision de ce qui est une insulte et de ce qui ne l’est pas. « Il y a évidemment beaucoup de mots avec ces étiquettes qui n’ont rien à voir avec l’identité et qui ne sont pas susceptibles de provoquer une infraction personnelle, et donc tous ces appels doivent être passés par la NASPA », a-t-il déclaré.

Un autre problème épineux est que les sanctions de la NASPA jouent en Amérique du Nord à l’aide d’une liste de mots gérée par son homologue à l’étranger, la World English Language Scrabble Players Association. Le président de ce groupe, un joueur américain, Chris Lipe, m’a dit qu’il discutait des insultes avec le fabricant de dictionnaires Collins, qui publie la liste internationale. (Le scrabble en dehors de l’Amérique du Nord appartient à Mattel) À en juger par les commentaires en ligne, les joueurs internationaux semblent extrêmement opposés à l’élimination. Si leur liste de mots n’est pas purgée, la NASPA peut-elle héberger des événements où les insultes sont interdites sur certains plateaux mais pas sur d’autres?

La NASPA a déclaré que ses suppressions prendront effet en septembre. En attendant, le statut du jeu, et les mots ciblés, seront dans l’esprit des joueurs. « Le N-word a été joué contre moi par un autre joueur de la NASPA dimanche dernier », a déclaré Nicholas Tam d’Ottawa après l’annonce. «Heureusement, nous étions des adversaires qui se faisaient confiance pour être des adultes sur la nature des mots du jeu. J’ai le regret de dire que je suis obligé de profiter du moment. »

%d blogueurs aiment cette page :