Faillite d’une boutique de jeux à Genève. Gros, gros déstockage de jeux de société

Temps de lecture: 1 minute

La (première) boutique Helvétia Games de Genève a fermé ses portes en mars 2017. Elle a ensuite été reprise et réouverte quelques mois plus tard

Malheureusement, depuis mi-juillet 2017 et 651 jours d’activité, les ventes de la nouvelle boutique n’ont pas réussi à couvrir leurs dépenses. Ils ferment 😢

Il faut dire qu’à G’nève, les loyers sont chers hors de prix exorbitants onéreux vraiment pas donnés. Et que la concurrence avec la France voisine et le net n’aident pas vraiment non plus

Et n’oublions pas que le jeu de société reste un marché de niche. Ils auraient vendu des tamagotchi qu’ils auraient été multimillionnaires. Avec le net, tenir une boutique « en dur » n’est pas jouasse. Selon des économistes, aux US, ce seraient 75’000 boutiques en tous genres qui seraient menacés de fermeture d’ici à 2026

Bref

Du coup, pour se débarrasser de leur (gros) stock et faire plaisir aux joueuses et joueurs que nous sommes, toute la semaine prochaine, du mardi 22 au samedi 27 avril, Helvétia Games Shop Genève déstocke, avec des réduc allant de 20 à 80%

Si vous cherchez des jeux de société moins chers (que gratuits), que vous êtes une assoc, une ludo, une bande de potes, ça peut vous intéresser. Une fois la semaine écoulée, tous ces jeux seront brûlés, comme en Chine. Non je déconne

Une super opportunité à saisir, donc

Ouverture de mardi à samedi, de 13h à 19h

L’adresse: rue Jean-Antoine-Gautier 9, aux Pâquis, près de la place de la Navigation, 1201 Genève, Suisse (voir le plan ici), à 11 minutes à pied de la gare (en marchant en reculant)

Leur page FB

Ça vous intéresse? Vous irez y faire un tour?

20 Comments

  1. On peut être sûrs que tous les vautours francophones seront là. Une fermeture de boutiques est toujours une nouvelle déprimante, la venue de tous les vautours les derniers jours d’activité encore plus.

    1. quand un magasin ferme sur annecy et que des vautours suisses réservent plus 1000 €,les Français peuvent aussi de plaindre

    2. Très juste Matt. Me souviens du déstockage de la boutique précédente, ils n’ont jamais eu autant de client.e.s que ça…

      Maintenant, les traiter de « vautour » est peut-être un peu fort. Ça me rappelle l’histoire du Nutella vendu 70% moins cher dans un supermarché et l’émeute engendrée (la « fameuse » vidéo ici). Juste hallucinant

      N’empêche

      Quand tu as peu ou pas les moyens de t’acheter un pot de Nutella, ou un jeu de plateau à 30-50-80-140 CHF (les prix suisses sont ce qu’ils sont, les loyers et les salaires pareilles), tu es super content.e de l’aubaine que représente une telle annonce de déstockage

      C’est hyper triste, et je te rejoins entièrement Matt, pour la boutique et les deux patrons qui perdent leur taf, c’est hyper triste pour des distributeurs et éditeurs qui perdent ici un partenaire, et bien entendu c’est hyper triste pour les joueurs et joueuses qui perdent ici une boutique locale « en dur » avec un conseil en or et ultra-nécessaire aujourd’hui avec autant de jeux qui sortent slash inondent le marché. Mais traiter de vautours les gens, les assoc qui ne touchent pas un sou (le cas de Gus&Co, par exemple, et de notre Bar à Jeux à Genève), des ludo qui ne touchent pas bcp de subsides des collectivités, c’est peut-être un peu dur

      Ce déstockage est une aubaine pour (re)faire et compléter son stock et (faire) découvrir des jeux que tu n’aurais pas pu t’acheter à plein tarif

      Mais une boutique (de jeux) qui ferme, c’est toujours triste en effet

      La bise à Paname

      1. Très moche en effet, triste et peut importe, qu’il suisse, français ou papou.
        Internet tue trop de petit commerce, il faut savoir l’utiliser à bon escient. Tous dans le même bateau ! N’achetez QUE sur des sites spécialisés !!

      2. C’est normal n’importe qui veut profiter d’une bonne affaire, moi le premier.
        Dommage je suis trop loin.
        Ça n’empêche pas que je suis triste d’une telle situation.
        Je suis principalement client de ma petite boutique à Clermont Ferrand.
        C’est pas pour ça que les gens sont tous des requins.
        Tout le monde n’est pas responsable d’une telle situation économique.

    1. Merci Seb pour votre réaction à chaud

      Je me demande si notre blog est vraiment le lieu et le moment de lancer une guerre fratricide entre nos deux patries. De toute façon on s’en fout, on gagne:

      1. on vous a déjà laminés en 1602 (à coup de soupe, qui plus est)
      2. on monte une catapulte à fondue et on vous attaque à distance
      3. on renomme le lac Léman en lac de Genève et vous pleurez votre maman

      1. bilan du conflit ,vous perdez tout vos petites mains françaises et nos prix redeviennent normaux….ça se tente
        plus serieusement j’ai beaucoup de respect pour toi et ton travail,j’ai traversé plusieurs fois la frontière à mes risques et périls pour venir perdre lamentablement à tes énigmes sherlock à l’époque ou il y avait moins de 100 inscrits mais je tolère pas tout non plus surtout que les suisses sont eu même responsable de la fermeture du shop en allant acheter en France

        1. « surtout que les suisses sont eu même responsable de la fermeture du shop en allant acheter en France » c’est justement ce qui est écrit dans l’article Seb 😉

          Maintenant, le commentaire de « vautour » n’est pas de moi hein, bien au contraire, je me tiens en porte-à-faux de ce que Matt (éditeur de Cocktail Games) pense des clients et clientes qui vont se ruer sur le déstockage de la boutique

          Perso, je continue à penser qu’une boutique qui ferme, c’est triste. Et que les raisons sont multiples et diverses et variées. Les 75’000 boutiques menacées aux US (voir l’article) en sont un témoignage. Maintenant, Suisse, France, là n’est pas le débat. Ce sont plutôt nos (les tiennes? les miennes? les nôtres? leurs leurs?) habitudes de consommation qui changent et qui mettent en péril des structures plus fébriles, comme celle de ce magasin à Genève: marché de niche + loyer élevé…

          Vautour ou pas vautour, le jeu de société est cher, et à juste titre (voir commentaire précédent)

          Et les soldes, on en parle, ou pas?

          Belle journée à toi Seb, et merci pour tes commentaires engagés

  2. Comme dans tout système écologique, les charognards sont utiles. Entre les tarés pour un pot de Nutella et des joueurs et des joueuses qui viennent acheter des jeux a prix raisonnables? Le choix et vite fait.

    Il serait peut être temps de parler plutôt des marges atroces qui sont faites, Si les jeux, ou autres marchandises, n’étaient pas aussi margés du fait d’un système capitaliste abusif…. Chaque intermédiaire se rajoute 50% de marge. Un jeu qui a la base coute 7.50 euros va au final pour nous, simple mortel, nous couter 75 euros!!! (et je sais de quoi je parle, je tiens cette info d’auteurs de jeux avec qui je « travail »).

    Alors, oui, c’est malheureux pour cette boutique, mais j’irais voir parce que je ne suis pas Macron ou un de ses potes bourrés de tune (ou équivalent Suisse). J’aime jouer, mais cette passion coûte chère, alors, oui je vais charogner!! ET ça aidera les patrons a rembourser leurs dettes pour éviter qu’ils ne soit plus dans le caca.

    La nature est bien faite, non? 😉

    1. Ouah, quelle matinée. Jamais je n’aurais imaginé que ce petit article entraîne une telle discussion et réflexion, jolie et surprenante surprise. Merci Matt de l’avoir initiée

      « les tarés pour un pot de Nutella ». Les « tarés » n’est pas le mot le plus adapté et bienveillant dans cette situation. Rappelons que 13% des Français et Françaises vivent sous le seuil de pauvreté. Un peu plus de 8 millions de citoyens et citoyennes. Pour cette population, chaque centime se compte. Un pot de Nutella à 1 euro au lieu de 2,3 (ou genre, je ne suis pas un spécialiste du Nutella 😂) représente une solide économie. Mais alors, pourquoi acheter du Nutella quand on n’a déjà pas beaucoup de moyens? Parce que c’est peut-être l’un des seuls plaisirs que l’on peut se payer, oubliez vacances et loisirs souvent hors de prix (je parle de ma région, le Grand Genève, où tu t’en sors difficilement à moins de 40 euros pour une sortie en famille à 4)

      Donc « tarés », non, juste en situation économique précaire. De là à bloquer un giratoire et porter un gilet, il n’y a qu’un pas…

      Maintenant, WiZe, si je peux me permettre, j’aimerais revenir sur: « Il serait peut être temps de parler plutôt des marges atroces qui sont faites, Si les jeux, ou autres marchandises, n’étaient pas aussi margés du fait d’un système capitaliste abusif…. Chaque intermédiaire se rajoute 50% de marge. Un jeu qui a la base coute 7.50 euros va au final pour nous, simple mortel, nous couter 75 euros!!! (et je sais de quoi je parle, je tiens cette info d’auteurs de jeux avec qui je « travail »).

      50% de marges à chaque fois, non, peut-être pas autant. Les distributeurs se prennent entre 20 et 35% de comm, et les boutiques entre 40 et 50%. Et pourquoi est-ce que ça ne serait pas « normal »? Ils doivent bien vivre et être correctement payés pour leur travail, non? Ils prennent des risques financiers, et doivent payer salaires, loyers, charges, etc.

      OK, comme joueurs et joueuses nous aimerions toutes et tous payer notre jeu CMON ou FFG bourrés de fig 7 euros, max. Mais ce n’est pas comme ça que ça se passe dans la vraie vie. On a beau râler sur des prix peut-être parfois « exorbitants », mais il faut payer toute une chaîne qui fait son taf. Ou alors on passe par KS et on élimine certains intermédiaires et on s’en met plus dans les popoches (pour lancer d’autres jeux derrière)

      Les auteurs, éditeurs, distributeurs et vendeurs ne sont pas tous millionnaires. Le jeu de société reste un marché de niche, encore une fois. Demandez à vos vendeurs combien ils gagnent par mois, vous verrez, ça pique. Alors que la boutique est le dernier kil, et souvent l’intermédiaire qui se taille la part du lion en marge. Arnaque? Non. Charges. La preuve avec cette boutique qui fait faillite. À Genève. L’une des deux villes les plus riches de Suisse avec Zürich. Mais également l’une des deux les plus chères, ça va souvent de pair

      Pour alimenter le débat, j’aimerais, WiZe, déterrer ce « petit » article qui parle de la situation spécifique du marché suisse du jeu, que nous avions publié il y a cinq ans déjà. Certains éléments ont certes évolué, mais en gros, l’article donne une bonne idée générale d’une situation complexe et compliquée

      Et enfin, « J’aime jouer, mais cette passion coûte chère ». En plein dans le mille. Tous les auteurs, tous les éditeurs, tous les distributeurs, tous les vendeurs aimeraient que TOUS leurs jeux cartonnent et connaissent un succès de ouf pour être vendus à plusieurs dizaines, centaines de milliers d’exemplaires. Sauf que, avec 3’000 jeux qui sortent par année, on fait comment, nous, pour tout acheter???

      En tout cas, merci à vous pour vos interventions et débat

  3. Triste nouvelle qui me fait un pincement au coeur.
    J’ai moi-même été gérant de ma propre boutique, (dans un tout autre domaine, le tattoo/piercing) et je peux (un peu) comprendre les sentiments que peuvent ressentir les patrons tirant les rideaux. Un entremêlement de soulagement, de tristesse, déception aussi.
    Il est vrai que l’on souvent plus de clients lors du destockage (et il est vrai aussi qu’on aurait préféré les avoir aussi avant d’en arriver là 🤣) mais cela peut se comprendre, ceux qui n’ont pas ou peu les moyens « profitent » pour se procurer un produit de « luxe » pas forcément accessible de prime abord.

    Ah et coucou, ma boutique française était proche frontière suisse, les vautours, comme dit plus haut, étaient d’une part minoritaires, mais autant français que suisses donc bon…les clichés sont tenaces, c’est triste.
    C’est moins cher pour nous de venir chercher tout ce qui est écrans/ordis etc tout comme c’est moins cher pour les suisses de venir acheter la viande à Leclerc ou autres produits.

    La guerre de la soupe, ça fait longtemps qu’elle est terminée, ce serait peut-être temps de passer à autre chose et que surtout sur un sujet sensé être rassembleur, on ne se tire pas à boulets rouges dessus hein…
    Le plaisir ludique n’a pas de frontières, les jeux proviennent de tous les coins du monde, on s’en tamponne la saucisse sur un silex (oui ça fait mal, et oui c’est pas simple à se procurer un silex…quoique 🤣) d’un comportement dommageable qui se retrouve dans toutes les nationalités…

    Bref…don’t feed the troll comme on dit 🙂

    Courage aux patrons, j’éspère que leur prochaine aventure se passera bien, je souhaite du plaisir à celles et ceux qui vont peut-être acquérir des pépites ludiques à prix sympas.

    La concurrence avec internet est rude, et bien que ce soit quand même des boutiques « dématérialisées », il y a des gens qui bossent derrière, ils ne sont pas forcément responsables non plus d’un modèle économique faillible et eux aussi doivent galérer je pense dans un milieu ultra concurrentiel. (En plus ce n’est pas forcément moins cher…)
    Je suis un peu de la vieille école, je passe toujours par ma petite boutique à une heure de chez moi, je préfère le contact avec le vendeur, quand bien même je sais déjà ce que je veux acheter lorsque j’y suis, étant un joueur « aguerri ».
    Mais le plaisir de discuter avec lui m’est précieux.

    D’autres font le choix de passer uniquement ou presque que par les boutiques sur le net, c’est tout autant un choix respectable.

    Là où j’ai du mal, même si je respecte, c’est avec ceux qui veulent couper les intermédiaires.
    J’ai eu un débat « houleux » sur un autre forum à propos de The 7th Continent et Claustrophobia 1643…
    Je n’arrive pas à comprendre les arguments avancés pour ne pas qu’ils sortent en boutique.
    Je respecte la façon de faire, de toute façon je ne suis personne pour leur dire quoi faire.
    Mais je n’adhère pas…

    Enfin bref.

    La bise au chocolat d’un français portant une Rolex faisant le zizicoptère devant le jet d’eau ! 😀😁

    (Bon…j’ai pas de Rolex…j’aime pas le chocolat suisse…par contre je peux quand même faire le zizicoptère…faut juste que je cours très vite après, la police suisse est plus rapide que la notre 🤣🤣)

  4. Gus ! Non ! Pas le droit de nous ressortir la guerre de la soupe nom di diou ! 🤣
    De toute façon on s’en fout, le Salève il est à nous ! 🤣🤣

  5. Peut-être même que parfois ce sont ces clients qui étaient venus des années à la boutique, qui y reviennent avant qu’elle ne ferme.

    Les mêmes qui font des choix parmi les jeux qui les tentent parce qui les porte-monnaie sont moins extensibles que les fils de fondue au fromage suisse.
    Les mêmes qui sont également sensibles à la douleur que ce doit être de devoir fermer sa boutique.

    Les mêmes qui ont un jour acheté le jeu  »stupide vautour ».

    Les mêmes qui savent pertinemment que ça ne sauvera plus le commerçant d’acheter trois boites plutôt qu’une, mais que ça ne sera pas mieux d’ajouter une tranche de solitude lors des derniers jours au chagrin de devoir fermer.

    Les mêmes qui ont une fois encore l’occasion de témoigner de leur sympathie à leur commerçant, et, soyons fous, de les remercier.

    Belle journée a vous tous.

  6. Un magasin de jeux (ou de passionnés quel qu’en soit le thème) est triste, une perte d’échange entre personnes ayant la même passion.
    Pour le côté « profiter de bonnes occas' », j’ai toujours été étonné du nombre de personnes prêtes à faire la queue des heures (3-4h), même avant l’aube pour acheter des jeux d’occasion (action du magasin « la contrée des jeux » sur Grenoble). Et certes mes enfants, encore étudiants ou tout jeunes embauchés, y vont car comme dit plus haut, c’est l’occasion de trouver des jeux qui n’auraient jamais pu s’offrir autrement, voir en tester des inconnus…

    1. Très juste, Ange

      Il n’y a qu’à voir la boutique de déstockage prise d’assaut chaque jour à Essen dans le hall 1 (si je ne m’abuse). Une file d’attente de ouf chaque année

A vous de jouer! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.