Luxor. Dans la peau d’Indiana Meeple Jones

Temps de lecture: 3 minutes

Un jeu de parcours et de course qui réinvente le jeu de l’oie. Avec des mécaniques originales et subtiles. Indispensable

Luxor, de quoi ça parle?

Vous contrôlez une armée d’aventuriers qui va s’immiscer dans un temple égyptien pour y piller des trésors

Le but ultime? Rentrer dans la chambre funéraire au centre du plateau/temple

Le thème est quelque peu copié-collé et réchauffé, on n’y croit pas un seul instant, mais qu’est-ce que c’est fun

Et comment on joue?

Le jeu regorge de mécaniques subtiles

A son tour, on joue une et une seule carte pour avancer

C’est tout

Voilà

Le jeu s’explique en un quart de secondes

C’est tout?

Oui

A peu près

Sauf que, on n’a jamais le droit de mélanger les cartes de sa main. Un peu comme le cultissime Bohnanza d’Uwe Rosenberg

On peut jouer que les deux cartes aux extrémités, à gauche ou droite. Et quand on pioche à la fin de son tour, on place la nouvelle carte au milieu de sa main

La carte pourra alors être utilisée plus tard, au mieux dans deux tours, ce qui permet de préparer ses prochains tours

Subtil

Et c’est tout?

Oh non

Il existe encore encore un malin système de deck-building

Pendant la partie, selon les tuiles sur lesquelles on tombe, on peut faire l’acquisition de nouvelles cartes plus puissantes. Ces cartes se placent comme toujours en milieu de main et pourront être jouées plus tard

Une fois jouées, les cartes se défaussent. Et une fois épuisé, le deck commun se mélange et est rejoué. Les cartes spéciales peuvent donc réapparaître plus tard pour tout le monde. Yeeeeah

Et c’est vraiment tout?

Non

Quand on atterrit sur une tuile, on l’active aussitôt. La plupart du temps, il s’agit d’une tuile « trésor » que l’on peut prendre. Si tout va bien

La plupart des tuiles « trésor » comporte une indication du nombre d’aventuriers nécessaire pour acquérir la tuile. Donc oui, le jeu est fourbe

Vous arrivez sur une tuile, vous êtes seul.e, il faut être deux pour la prendre, et pouf, votre voisin.e débarque juste après et s’en saisit. S’il débarque à deux. Ô rage, ô désespoir, ô vieillesse ennemie trésors aux ennemis…

Et comment on gagne?

Dès que deux aventuriers, les deux à soi ou métissés, seront rentrés dans la chambre funéraire centrale et finale, la fin de parcours, on arrête la partie et on décompte les points

Pendant la partie on gagne des points pour les trésors remportés, et à la fin, on gagne encore:

Un nombre de PV en fonction des sets de trésors accumulés. Plus on en a et plus on en a

Des PV en fonction de sa position de chaque aventurier dans le temple. Certaines cases valent 0, d’autres 13 au max

Des PV sur des trésors spéciaux (les scarabées)

Des PV pour le.s sarcophage.s de fin

Des PV pour les clés pas utilisées

Des conditions de victoire extrêmement évidentes et fluides

Le but du jeu: se dépêcher pour arriver le plus vite et le plus loin dans le temple

Interaction?

Oui, plutôt forte

On ne peut jamais bloquer ou s’en prendre directement aux autres, mais on passe sa partie à chouraver les trésors aux autres en atterrissant sur les tuiles au bon moment plus vite que les autres

Opportuniste

Ca va chouiner dans les chaumières temples

A combien y jouer?

Toutes les config tournent bien

A deux il y a moins d’interaction, mais également moins de chaos

A quatre le jeu devient plus trépidant

Alors, Luxor, c’est bien? Critique

Oui, mais vraiment

Un « petit » jeu de course, de parcours, une sortie de jeu de l’oie réinventé et servi par des mécaniques extrêmement subtiles et fluides

Le jeu a été nommé au Spiel des Jahres avec The Mind et Azul, et c’est mérité. Le jeu n’a pas connu un gros retentissement, et c’est bien dommage car ses mécaniques sont tellement subtiles, fluides et bien imbriquées qu’il vaut la peine d’être découvert

Un excellent jeu de Rüdiger Dorn, très familial+. Mais mêmes les esprits les plus stratèges et taquins apprécieront

Et un gros kudos 👏🏼👏🏼👏🏼 à Queen Games pour les règles, très claires et didactiques

Score:

Anticipation: 4/5: Le nouveau jeu de Rüdiger Dorn, l’auteur d’Istanbul, entre autres? Et nommé au Spiel? Classe. Sauf que, c’est chez Queen Games, en grosse, grosse perte de vitesse depuis quelques années

Pendant la partie: 5/5. A la première partie, on pourra trouver le jeu un peu fade, un peu cucul. Carte, déplacement, tuile. Et c’est tout. Mais ça serait se tromper sur le jeu, extrêmement malin et cinglant

Après la partie: 5/5. On rejoue? Oui, vite, encore une fois

Score: 5/5. Un bon jeu quelque peu passé sous les radars et c’est bien dommage. Il a été nommé pour le Spiel 2018, et ce n’est pas pour rien. A essayer de toute urgence

Et encore une dernière chose

Vous pouvez consulter les règles du jeu en français ici

Vous pouvez trouver Luxor chez Philibert ici

  • Date de sortie : Septembre 2018 pour la version multilingue
  • Auteurs : Rüdiger Dorn
  • Illustrateur : Dennis Lohausen
  • Editeurs : Queen Games
  • Nombre de joueurs : 2-4 (optimum: 2-4)
  • Age conseillé : dès 8 ans (peut-être même moins, 6-7 bien réveillés)
  • Durée : 45′
  • Thème : Egypte Antique, archéologie
  • Mécaniques principales : cartes, déplacement, parcours, course, deck-building

10 Comments

  1. A la lecture du compte rendu je suis pris d’unDoute … pour prendre une tuile… il faut bien un nombre d’aventuriers suffisant de SA couleur ? Et non au total ?

    1. Merci Stéphane pour votre intervention, fort pertinente

      Vous avez bien fait de relever ce point, clair dans ma tête, pas dans ma plume. Je vous prie d’excuser mon manque de clarté

      Du coup j’ai rajouté la capture d’écran explicitant ce point et rajouté 2-3 éléments pour clarifier l’explication

      Je résume: il faut en effet avoir suffisamment d’aventuriers de SA couleur pour pécho la tuile. Mais rien n’empêche un ou une autre joueuse d’atterrir sur la tuile et de camper dessus en attendant d’être suffisamment pour la chouraver avant vous. Malin. Méchant

      Merci pour votre fine lecture Stéphane. A très vite sur Gus&Co

      1. Avec plaisir…
        Et merci pour ce travail de tous les jours que nous suivons de près depuis la Martinique…
        Cela nous permet de voir que l’on jouait avec les bonnes règles… lol

      2. What ?
        Nous avons ce jeu depuis le 25 décembre environ et nous avons fait également un grand nombre de partie en famille et sur ce point je n’avais pas du tout la même lecture que vous… du coup lorsque le nombre est atteint le dernier arrivé remporte la mise … opportunisme( IGUS=3 ?) … le jeu tourne très bien comme ça également pour info 🙂 … j’essaierai avec la lecture que vous proposez et j’essaierai de vous faire un retour comparatif !

        D’ailleurs comme précisé sur ce blog (mysterium – il me semble) , parfois le jeu est « meilleur » avec d’autres règles (ce n’est pas forcément le cas ici) 🙂

  2. Tout à fait d’accord avec cette analyse du jeu. Avec les Charlatans de Belcastel, Luxor est une de mes plus belle surprise de cet automne. C’est simple, c’est le jeu auquel j’ai le plus joué que ce soit à 2 ou à 4 joueurs. Des règles simples, une tension qui va crescendo, un plaisir ludique certain. Tel une course cycliste, qui va déclencher le sprint final?.. Bref, je ne comprend pas non plus comment ces jeux n’ont pas eu l’écho qu’ils méritent.

  3. J’ai acheté le jeu sur foi de cette critique et tant mieux car on adore! Par contre, j’ai l’impression que lorsqu’on est dernier, on est extrêmement pénalisé malgré les 2-3 tuiles qui permettent une possible remontée (passages secrets, tuiles animaux). J’ai donc ressenti un petit côté win-to-win, lose-to-lose. Et vous?

    1. Non pas particulièrement Nicolas, car bcp de PV sont obtenus à la toute fin selon l’emplacement de ses meeples, ce qui n’a rien à voir avec un win-to-win

      Et le nombre de meeples en jeu compte également

      Bonne partie!

      1. « car bcp de PV sont obtenus à la toute fin selon l’emplacement de ses meeples, ce qui n’a rien à voir avec un win-to-win »
        => pour moi c’est exactement la définition d’un win-to-win : je suis en tête, j’ai pris le bonus des sarcophages (voire les 2 si j’ai 2 meeples dans la chambre) et en plus je score la position maximale pour mes 2 meeples (2×13). Non? Ou alors je me trompe de définition 🙂

        Par contre en effet les « tuiles secondaires » aident un peu les joueurs à la traîne, mais j’ai quand même l’impression que lorsque le tirage est peu favorable et que les 2-3 adversaires caracolent en tête en prenant les bonnes tuiles, c’est vraiment difficile.

        1. Bonjour Nicolas,

          Vous avez entièrement raison

          Si vous avez ressenti un win-to-win effect, c’est que vous avez raison

          Pour nous, selon notre définition du win-to-win, nous n’avons pas eu la même expérience sur la dizaine de parties jouées, et ceci pour plusieurs raisons:

          Pour nous, selon notre définition, le win-to-win implique que plus un.e joueur.se prend de l’avance et plus il a des chances de gagner. Or, dans luxor, les PV octroyés en fin de partie selon sa position n’implique pas une avance de ouf dans la partie, car certaines cases très avancées confèrent des… zéros PV

          Ensuite, certain.e.s joueur.se.s peuvent décider, ou pas, de survitaminer leur main avec des cartes plus « rapides ». Même des joueur.se.s « en retard » peuvent utiliser leurs cartes spéciales et rattraper ce retard

          Ensuite, un retard n’implique pas des PV en moins et donc de perdre la partie. Car on peut très bien se concentrer sur une stratégie « reliques » et pas « course », ce qui confère également beaucoup de PV

          Car non, dans Luxor on ne peut PAS tout faire. Foncer ou ramasser, il faut choisir. Ménager la chèvre course et le chou la relique

          D’autant que tout dépend de sa main et de comment on la gère. Les cartes font tout le jeu

          Pour nous, selon notre définition du win-to-win, plus un joueur.se avance et plus il aurait un avantage sur les autres. Ce qui n’est pas le cas dans Luxor puisque les cartes restent en main et doivent être plus ou moins bien gérées. Beaucoup avancer et/ou pécho beaucoup de reliques n’implique en rien d’avoir un avantage pour avancer

          Nicolas, vous avez raison, c’est l’expérience que vous avez vécue. Nous en avons eue une autre. Loin de moi l’envie de vous contredire

          Excellent weekend à vous Nicolas et merci pour cette très intéressante discussion

          A très vite sur Gus&Co

          1. Merci d’avoir pris la peine de développer, je comprends mieux. Nous avons beaucoup moins de partie que vous à notre actif, d’où l ‘ « impression » qui peut être fausse à l’épreuve des fais.

            Bon we à vous Gus et encore merci pour vos critiques de qualité.. Et d’ailleurs, nous adorons Luxor (même si je chipote).

            Bien cordialement,

A vous de jouer! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.