Critique de jeu: Agra. Tout ça pour ça

Temps de lecture: 6 minutes

Agra, comme un plat indien trop épicé. Avec tellement de goûts variés qu’on se laisse balader sans vraiment s’attarder sur une seule saveur. Less, is more. Dans Agra, c’est clairement le contraire

  • Date de sortie: octobre 2017
  • Auteur: Michael Keller (auteur 🇨🇭 de jeux. Qui a aussi signé La Granja)
  • Illustrateur: Michael Menzel (Andor)
  • Editeur: Quined Games
  • Nombre de joueurs: 2 à 4 (optimum 3)
  • Age conseillé: dès 12 ans (mais conseillé 14)
  • Durée: 90 à 120 minutes (comptez facilement le double lors de votre toute première partie)
  • Mécaniques principales: placement d’ouvriers, gestion de ressources

Agra, de quoi ça parle?

De lopin de terre. En Inde. Au 16e

Les joueurs et joueuses incarnent des exploitant·e·s de terre qui essaient de se dépatouiller pour agrandir leur domaine, faire de la lèche au régent en lui livrant de précieuses ressources, tout en construisant des bâtiments et en faisant appel à des notables

Tout ça en gérant 600 ressources comme des ouf

Si le thème n’est pas super, super sexy, l’Inde au 16e, il est quand même bien intégré puisque les ressources, les nobles, le régent, tout est bien exploité. Mais le jeu n’est pas du tout immersif pour autant, il s’agit surtout d’un jeu de gestion de ressources, ne vous imaginez pas vivre une aventure trépidante

Et comment on joue?

A son tour, on peut méditer (coucher un ou plusieurs de ses meeples sur le plateau), ce qui confère des actions bonus

Puis on doit placer un de ses meeples sur le plateau. Soit sur un bâtiment déjà construit pour y produire un type de ressource, soit sur l’un des quatre personnages disponibles qui offrent des actions spécifiques: construire un bâtiment, livrer et tenter de pécho du notable, procéder à des échanges de ressources ou encore upgrader son plateau perso

Les règles sont vraiment, vraiment cossues, touffues, complexes. Et le plateau et le matos en général surchargés de picto. Ad nauseam. Alors qu’au final, le tout est plutôt instinctif et fluide

On produit des ressources qu’on utilise pour: honorer des commandes ou construire des bâtiments. Sachant qu’il existe trois types de ressources. Oui parce que sinon ça serait trop simple, on se serait cru dans un party-game d’Uwe Rosenberg. Des ressources basiques, bois, coton, des ressources améliorées, planches, huile ou tissu, puis des ressources de luxe, toujours les mêmes ressources mais super upgradées: papier, vêtements…

Bref, on passe sa partie à améliorer ses ressources, car vous pouvez l’imaginer, les ressources de luxe seront plus compliquées à obtenir et rapporteront plus de points

Et comment on gagne?

A la fin de la partie, qui arrive selon quelques critères précis, on décompte les marqueurs posés sur le plateau lors des commandes honorées (régent + guildes) et l’argent récolté pendant la partie

Cet argent, qui sert aussi de PV, peut être utilisé tout au long de la partie, notamment pour réactiver l’un de ses meeples présents. Il va donc falloir faire très attention de ne pas le dilapider

Interaction?

Oui mais non mais oui

L’interaction n’est pas super, super torride

Agra est surtout d’un jeu de course, le premier à être capable d’honorer des commandes, de livrer telle ou telle ressource. Comme le plateau change constamment, avec des actions déjà occupées, des bâtiments déjà construits, des notables déjà livrés, il va falloir s’adapter à chacun de ses tours

Avec un gros kudos pour le système d’occupation des actions. Dans la plupart des jeux de placement d’ouvriers, quand une action est déjà occupée, il va falloir se la mettre derrière l’oreille (l’action). Pas dans Agra. Quand un meeple de l’un·e de ses partenaires de jeu occupe une action, on ne fait que le renvoyer au bercail. Hop c’est tout. Mais le faire offre une faveur, une action bonus à l’autre (si le meeple est encore debout=s’il n’a pas médité)

Donc pas punitif, mais avec le danger de favoriser les autres à la table et leur offrir des avantages

Et si son meeple occupe déjà une action que l’on veut reproduire, on peut la répéter, moyennant une dépense de 2 pièces=2PV

On risque de prendre Agra pour un « jeu vaisselle », mais on se mettrait l’omoplate dans le coude et jusqu’aux oreilles. Il faut bien suivre le jeu pour voir ce que les autres manigancent dans leur coin, quelles ressources sont produites, transformées, livrées

Et à combien y jouer?

A 2 et 3, des adaptations mineures sont apportées au jeux. Blocage de commandes par une couleur neutre, moins de noble dispo, mais c’est tout. Donc une interaction plus faible, (encore) moins passionnante

Mais à 4 le jeu devient très, très lent. Et le plateau change très rapidement entre ses tours

3 joueurs est l’optimum, un bon équilibre entre interaction, tension, chaos et durée

Alors, Agra, c’est bien?

Oui

Mais

Non

Oui, car le jeu fonctionne bien

Il offre une myriade de possibilités et est finalement beaucoup plus fluide qu’il n’y paraît malgré son déluge nauséeux de règles, de matos, de picto. Le jeu est complexe, riche et bourrée de règles extrêmement originales qui viennent épicer le jeu. C’est normal, on est en Inde après tout. Le marchand qui bouge. Le bâtisseur qui se balade. Les faveurs qu’on refile aux autres. La méditation, un tout petit plus qui en devient un grand quand on sait bien l’utiliser (oui, comme dans la vraie vie)

Attention, Agra est vraiment destiné à un public de joueuses et joueurs exigeants, prêt·e·s à chauffer du neurones pendant 2-3h (voir plus)

Mais Agra souffre de plusieurs défauts:

Après une heure de jeu, il devient extrêmement répétitif. Production, transformation, livraison. Une partie risque de suffire

L’envie, le besoin, la nécessité de planifier ses 8 prochains tours puisqu’il n’y a pratiquement aucun hasard, tout est connu, hormis la présence de deux figures, marchand et bâtisseur, dont la position est tirée au dé. Mais leur emplacement ne change pas grand-chose, à part un bonus. Donc oui, un jeu extrêmement stratégique qui pourrait demander beaucoup de planif, de prépa. Mais au final, non, c’est tout le contraire. Comme dans Five Tribes, le plateau change constamment dû aux actions des autres

On aura passé 4 tours à planifier de produire, transformer et livrer une guilde, un noble, et pouf, quelqu’un d’autre vous fait une queue de poisson et sabote tous vos plans. Donc une stratégie de pacotille. Il faudra gérer tactique (ce que je fais à ce tour-ci =>optimisation) et stratégie (ce que je peux préparer, planifier =>anticipation)

Le plateau est surchargé et peu ergonomique. Les illustrations de Menzel, baroques, en deviennent ici bordéliques et diminuent la facilité de lecture du plateau. Une question de graphisme plus que d’illustration

Le matériel, pléthorique et mal pensé. L’enfer est pavé de bonnes intentions. Avec son plateau surélevé, les éditeurs ont voulu se la jouer originaux et attirer l’œil. Mais l’effet tombe à plat. C’est le cas de le dire. Les marqueurs ne sont pas stables, ils tombent tout le temps à peine on place un nouveau marqueur, et les pièces sont toutes tronquées pour y être placées et donner une impression de surélévation. Sauf que non, parce que sur le plat plateau ça détonne. L’enfer est pavé de bonnes intentions, encore une fois

Trop de choix tue le choix. Est-ce que vous est arrivé dernièrement d’aller acheter une télé? Laquelle prendre, quand les murs en sont recouverts? Analysis-paralysis, nous connaissons toutes et tous cette horrible état. Qu’acheter? Pourquoi celui-ci plutôt que celui-là?

Dans Agra, c’est pareil, il y a tellement de choix possibles et différents (notables, guildes, bâtiments, prod, régent, méditation ou pas, faveurs ou pas…) qu’à son tour on aura bien vite l’impression d’être perdu. Dans un magasin d’électroménager, on finira toujours pas demander de l’aide. Dans Agra, on risque de se figer. Ou de jouer « au petit bonheur la chance » à l’instinct. Ca marche aussi, mais pas toujours aussi bien

Une traduction française écrite à la moufle (voir plus bas)

Agra, l’un des titres forts de 2017 pour son matériel XXL et sa grande richesse.

Agra, comme un plat indien trop épicé. Avec tellement de goûts variés qu’on se laisse balader sans vraiment s’attarder sur une seule saveur. Less, is more. Dans Agra, c’est clairement le contraire

Mais encore

Attention, deux erreurs maladroites se sont glissées dans la trad VF

Il manque une partie au point Méditation, qui pourrait induire en erreur

Dans la langue de Trump

Dans la langue de Goethe

Cela peut paraître logique et évident, mais non, car ses meeples sont placés dans sa réserve perso, on pourrait penser qu’il suffit de les y coucher. Alors qu’il faut qu’ils soient placés sur le plateau. La VF pourrait prêter à confu

Et merci à Phane d’avoir réagi dans les commentaires pour cette erreur-ci, bien plus grave:

Donc on ne paie que 3 points de méditation pour ne livrer qu’une seule ressource à un seul notable. Grosse grosse nuance qui pourrait prétériter l’équilibre du jeu

Donc rien à voir

Les trois traducteur VF (oui, trois!) devaient avoir un peu trop abusé du pastis à l’apéro, parce que WTF.

Ou, et ça arrive aussi souvent, ils auraient pu avoir travaillé sur une ancienne version des règles de l’éditeur, qui lui aurait ensuite updaté les autres versions et pas la VF. Oui, cela arrive, et c’est moche, les traductions sont parfois foireuses

S’il y a déjà deux erreurs remarquées, c’est à se demander s’il y en n’a pas d’autres… Vous en avez repérées ailleurs?

Vous pouvez trouver Agra chez Philibert

25 Comments

  1. Plutôt que cette écriture inclusive qui coupe la lecture (le cerveau,enfin le mien, découpe suivant les poi.in.tillé.éééé comme disait BAshung), je propose un roulement : un article écrit au masculin, puis le suivant écrit au féminin. Confort de lecture et parité respectée. non ?

  2. Je ne suis pas du tout convaincu, mais tu t’en doutes. 🙂
    Et surtout, je trouve le plateau peu lisible, sans contraste. Les bâtiments à construire sont peu visible, et c’est un peu fouilli.

  3. y a une coquille bien plus grave dans les regles FR. Sur le livreur, y a marqué « payer 3/5/9 PM pour livrer 1/2/3 marchandises ». alors que dans la regle originale, on ne peut livrer qu’une seule marchandise, pour 3PM. je sais pas où le traducteur a pêché cette fantaisie…

  4. point d’apéro mais comme vous l’avez précisé ensuite, l’auteur ou éditeur file une règle VO à traduire, apporte des modifs sans prévenir le ou les traducteurs, et la trad se fait sur une mauvaise base. C’est ce qui c’est passé ici, car il s’agissait de l’ancien point de règle de la VO.

    Et pas la peine de demander, je n’ai pas bossé sur cette règle. L’info est indiquée sur BGG, c’est tout.

  5. Incroyable ! Voilà le mot qui me vient à l’esprit quand mes yeux tombent sur « exploitant-e-s » (désolé je ne sais pas faire le point milieu et ne cherche pas). Je trouve cette nouvelle pratique orthographique (qui n’a toujours rien d’officiel, soit dit en passant) totalement désastreuse. Ca ne sert nullement la cause féministe, ça n’empêchera pas les machistes d’être machistes ni les connards de frapper leur femme. Notons même que ces personnes se moquent bien de la façon dont s’écrivent certains mots ^^ C’est lourd à appliquer et ça complique la lecture. Ce qui pourrait s’apparenter (en tirant les cheveux autant que certain-e-s féministes ^^) à de la discrimination envers les dyslexiques …

  6. Je suis évidemment pour une parité totale femme/homme (notez l’ordre que j’ai employé 🙂 ) mais je ne crois pas que la vie de ma petite fille de 4 ans sera meilleure parce que l’écriture inclusive se verra appliquée et rendue obligatoire par l’académie française. C’est malheureusement symptomatique de notre société moderne où la forme l’emporte de plus en plus sur le fond, où les apparences prévalent sur la valeur réelle des choses et des gens, où le virtuel prend de plus en plus de place au détriment du réel, du tangible, de l’essentiel.

    Je veux l’égalité des sexes, je ne veux pas que ma fille soit agressée par des connards ou battue par un connard, je n’ai pas de solution (rien d’autre que ce que je peux mettre en oeuvre autour de moi, à mon niveau) mais je suis certain que le problème ne sera pas réglé avant que ma fille n’ait 60 ans. Et je suis certain que l’écriture inclusive n’apportera rien à la cause, si ce n’est de perdre de la crédibilité.

    Occupons-nous plutôt de redorer l’image de la femme sur internet, dans les autres médias et dans nos habitudes.

    Les progrès de la condition féminines ont été énormes (même si insuffisants) lors du derniers siècles et ça s’est fait sans avoir recours à un changement d’accord ^^.

    L’alcool, non ! L’eau ferrugineuse, oui ! (ou le contraire 🙂 )
    L’écriture inclusive, non ! L’égalité des sexes, oui !

  7. Je n’ai pas de solution, mais on ne peut plus continuer avec la règle du masculin qui l’emporte sur le féminin…
    Comme pour le reste, les vieilles barbes de l’académie française seront débordées par la réalité.

    Pour ce qui est d’Agra, déçu je suis. J’attends quand même le retour des vin d’jeu avant de le virer de ma liste…

    1. Pour ce qui est d’Agra, il y a plusieurs soucis rédhibitoires. Après mes collègues et amis de VdJ donneront leur ressenti. Et j’espère différent, je suis contre le dogmatisme et la pensée unique

      Outre la trad foireuse que tu pourras corriger par toi-même, il y a:

      c’est de la stratégie, tu as besoin de préparer tes 6 prochains coups de prod et transo pour livrer. Mais. Mais quelqu’un peut te passer devant, et toute ta strat s’écroule. C’est frustrant. Et chiant après 2-3 fois sur 2-3 heures

      Le plateau est limite-limite (pas) lisible

      Et surtout, au final, le jeu est du vu et revu ailleurs. Prod, livraison. Les épaules, les géants, tout ça. Mais là, au final, la grimpette n’arrive pas très haut

      Pourtant je devrais défendre le jeu d’un compatriote suisse 😆

          1. Tous les exemplaires ont été vendus à Essen à quelques pièces prêt. Le jeu ne sort en France qu’en Février (seconde édition). C’est donc le moment de préciser tout ce que vous voulez voir modifié 😉
            Ces deux points ‘souci de trad, qui sont du fait de l’éditeur) sont déjà prévus d’être corrigés, donc.

    2. Le masculin ne l’emporte pas sur le féminin. La formulation était juste maladroite mais peut être plus simple à retenir. Le masculin est simplement considéré comme « genre neutre » et la langue française n’a nul besoin d’être alourdit ou simplifiée sur ce sujet, qu’on veut nous faire avaler en y greffant une idée de sexisme farfelue où toute personne bien pensante ne devrait donc pas être contre. Et le pire, c’est que ces couleuvres ont été avalées en masse…

  8. Bonjour,
    J’ai un peu de mal à te comprendre Gus : tu voudrais plus d’interactivité entre les joueurs et pouvoir prévoir tes coups X tours à l’avance ? N’est ce pas un poil incompatible ?

    Je fais parti des heureux possesseurs d’Agra, et après 3 parties je ne suis pas du même avis que toi.
    Tout d’abord Agra est un gros jeu de gestion de ressources : il faut donc s’attendre a beaucoup de types de ressources et une course aux objectifs, et sur ce point là Agra répond parfaitement aux critères (et est même bon).
    Par contre, c’est clair, j’en conviens, qu’il n’y a pas excessivement de gobelins et de trolls à occire… ça manque. Peut être dans une futures extensions ? 😀
    En bref, avec Agra on est clairement dans de l’Allemand, du lourd, mais toutefois où tout est logique.

    Le jeu est magnifique, avec encore une fois du très grand Menzel. Ok peut être est-il pas très lisible et avec plein de pictos, mais on s’y fait vite et les pictos sont bien pratiques (autant pour expliquer que pour jouer)
    Quand au matériel, le plateau est immense, le matériel somptueux et pléthoriques (qui n’a pas fait « wouaah » en le voyant ?). Pour dire, la boite est pleine a craquée une fois tout dépunché (ça change de pas mal de boites de jeu actuelles qui sont quasi-vides).
    Sur le plateau annexe, ok les pions tiennent pas excessivement bien, mais si on a pas parkinson, ni joue avec des moufles et que l’on fait un peu attention, y a pas de souci de ce coté là. En tout cas, on en a pas encore rencontré durant nos 3 parties.

    Bref, Gus je te trouve un poil dur sur ce jeu qui ne le mérite pas, me semble-t-il. Je pense qu’une deuxième partie dans un contexte différent avec d’autres joueurs(euse), te fera probablement changé d’avis. 🙂

    1. Merci pour ton retour et ouf

      Ouf que tu ne sois pas d’accord avec moi

      Tu as raison

      Sur tous les points

      C’est ton avis, ton ressenti, ton expérience, ta réflexion

      J’apprécie énormément que tu ne sois pas d’accord avec moi

      Je détesterais plus que tout d’avoir raison

      Merci d’avoir pris le temps et l’énergie pour partager ici ton argumentaire extrêmement clair et articulé

      Au plus de te relire très vite 🖖🏼

    2. Tout à fait d’accord! 😉
      Pour ce qui est de la stabilité des pions, il suffit de comprendre qu’ils ont un sens: le côté plat en dessous pour le plateau de jeu et le côté biseauté en dessous pour les pistes du plateau annexe (Empire).

  9. Autre problème de lar règle VF: après le 6.1.3. – actions secondaires, 3. Actions Marchandises de Luxe: la trad française diverge de l’anglaise (qui est est clairement juste): on ne dit pas que la marchandise est perdue!!! Donc dans la VF on pourrait techniquement effectuer l’action de luxe indéfiniment à chaque tour…

  10. Un peu surpris de ce reportage à charge pour un jeu complexe…
    Agra fait parti des jeux complexes édités par l’occasion par Quined Games spécialiste dans ce genre. Si la diversité des actions possibles, les capacités de développements très élevées et l’interaction forte vous dépasse, ne rédigez pas de critiques !
    Étonnant pour un joueur blogueur que vous jugiez qu’une seule partie suffit et qu’il n’y a aucun goût de reviens-y avec une règle du jeu aussi complexe et complète en points de détails.
    La thématique est forte (ce jeu ne se résume pas qu’à une mécanique), l’interaction élevée et c’est même l’essence même du jeu avec l’observation de ce que font les autres (transformer des ressources permet aux adversaires de faire de même, blocage des actions de méditations, livraisons aux nobles…), les stratégies sont très diverses (offrir à Akbar en est une, livrer les nobles une autre, ne faire que construire les bâtiments sans se soucier d’Akbar encore une autre…). On peut facilement atteindre les 60 points de diverses façons, il faut observer et étudier ses concurrents pour savoir profiter de leurs actions et savoir provoquer la fin de partie au bon moment.
    La critique sur le matériel est assez décevante et montre que vous n’avez pas vraiment saisi l’intérêt du plateau incliné. Vu la taille du plateau magnifique (avec un bémol sur la lisibilité des traits entres usines), heureusement que le plateau secondaire est incliné ! Bien pratique pour qu’à plus d’un mètre de distance, on puisse voir où chacun en est sans devoir d’une part se lever, et d’autre part se déplacer. Les pions biseautés ne sont pas là pour un effet relief, mais tout simplement pour qu’ils tiennent debout sur le plateau !
    Quant à imaginer qu’un joueur puisse penser que coucher un personnage de sa réserve puisse lui permettre de méditer, c’est une blague ??? Ce jeu n’est pas à destination aux novices restés sur Catan et les Aventuriers du Rail ! Quels sont les « gros » joueurs qui imagineraient une telle absurdité ? Idem pour la livraison de marchandises de luxe dont un autre joueur soulève un défaut de précision dans la règle : comment imaginer qu’une ressource puisse être utilisée à l’infinie ???
    Juste d’accord avec vous sur un point : le jeu est bien plus adapté à 2 ou 3 joueurs, non pas parce qu’il est plus court, mais surtout parce qu’à 4, nous perdons en maîtrise de notre propre jeu , et les gains annexes (transformations gratuites, faveurs…) sont trop élevés.
    Agra est un jeu complexe, ce n’est pas un Age de Pierre like ni un Caverna like.

    1. Merci Seb pour votre réaction et le temps que vous y avez consacré

      A la lecture de votre commentaire passionné, on voit bien que le jeu vous a plu

      A très vite Seb!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.