Critique de jeu: 3 Secrets. Noir c’est noir

Franchement ni fou ni fun, 3 Secrets est un jeu vite joué, vite oublié

3 Secrets est sorti en juin chez l’éditeur italien DV Giochi, en italien et en anglais, créé par Martino Chiacchiera (Deckspace), Pierluca Zizzi (Signorie).

3 Secrets est un tout petit jeu de cartes sans prétention autre que nous divertir pendant quelques minutes. 15, précisément.

3 Secrets est un jeu d’observation et surtout de déduction. Une carte, un visuel, une scène, avec trois éléments en couleur, personnages, objets, qui aideront à comprendre la situation.

Le jeu est assistée d’une mini-app gratuite, un timer, en réalité.

Ça parle de quoi?

3 Secrets est un jeu se déroulant dans l’univers mafieux, dans la pure veine gonzo noir. Toutes les cartes mettent en scène des crimes, des situations délictueuses plutôt chéman: extorsion, meurtre, trafics en tous genres

Et comment on joue?

3 Secrets est un jeu coopératif. L’un des joueurs peut voir le verso des cartes, avec des indices, la réponse, tandis que les autres ne voient que le recto avec la situation illustrée. Ils ont 5 minutes maximum pour trouver l’explication de chaque élément coloré. Les 15 minutes passées la partie est perdue

Et comment on joue, alors?

Les joueurs doivent poser des questions, tout simplement, et le « vérificateur » ne peut répondre que par oui, non ou vraiment pas du tout. Et c’est tout

Oui, c’est comme Black Stories ou le jeu des 20 questions. Ou le jeu des post-it qu’on se colle sur le front, tout simplement. En thématisé noir

Interactif?

Ben oui, forcément, puisque le jeu est coopératif

Alors, 3 Secrets, c’est bien?

1-2 images, oui. Mais pas plus. D’autant que les réponses sont souvent capillotractées, pas très logique ni cohérente. On finit pas poser un peu n’importe quelle question au petit bonheur la chance. Quand on a envie qu’un jeu finisse vite, qu’importe comment, c’est qu’il y a un souci. Un (bon?) petit jeu d’apéro pour initier un public non-joueur (mais pas familial, vu les scènes plutôt sombres)

Un bon point à relever, la complexité des situations a été différenciée et visualisée grâce aux couleurs. Mais même les plus simples (vertes) sont quand même bien capillotractées

Si les joueurs aguerris ne se relèveront pas la nuit pour y jouer, 3 Secrets est toutefois un candidat idéal pour rentrer dans la panoplie ludique de tous profs de langues qui essaie de développer l’apprentissage (et le plaisir!) de ses élèves par le jeu. En effet, 3 Secrets représente un formidable outil pédagogique pour développer l’écoute (compétence langagière passive), la parole (compétence langagière active), le vocabulaire, l’argumentation et la déduction. Ou à utiliser dans toute académie de police ou de crimino pour développer ses capacités d’observation et de déduction

Mais sinon, c’est un peu tout. Franchement ni fou ni fun, 3 Secrets est un jeu vite joué, vite oublié

Vous pouvez trouver 3 Secrets chez Philibert

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s