Les soldes. Un piège à cons?

Les soldes sont pour tout bientôt, dans six jours. Du mercredi 11 janvier à 8h au mardi 21 février inclus. Décret ministériel français. C’est du sérieux. Alors qu’en Suisse, il n’existe pas de date de soldes fixée par le législateur. Les soldes d’hiver suisses commencent généralement un peu plus tôt qu’en France, juste parce que.

Alors oui, en dehors des périodes légales et selon la loi, les boutiques peuvent « proposer tout au long de l’année des opérations promotionnelles avec une réduction de prix, qualifiées de promotions de déstockage ou de ventes privées, sur les marchandises pour lesquelles ils ne reconstituent pas de stocks, dès lors que le terme soldes n’est pas utilisé et qu’ils ne pratiquent pas de vente à perte. Ces ventes s’adressent à une clientèle par définition restreinte (par exemple clientèle titulaire d’une carte de fidélité) et les promotions qui y sont pratiquées n’ont pas vocation à s’appliquer à l’intégralité de la clientèle. Le fait de proposer juste avant les soldes une prétendue vente privée qui s’adresse en réalité à une très large clientèle est de nature à constituer une pratique déloyale. » Donc tout est extrêmement réglementé. En France. Parce qu’en Suisse, c’est la fête à la saucisse (végétarienne). C’est « fais comme tu veux ».

Vous est-il déjà arrivé de craquer pour un jeu ou des habits, juste parce qu’ils étaient soldés? Avez-vous trouvé que vous aviez fait une bonne affaire?

Sauf que.

Les soldes, prix cassés, dégriffés, déstockage, actions spéciales 2 pour 1, ventes privées, réductions, prix bas et attractifs, etc, ne le sont jamais au profit de l’acheteur mais toujours pour celui du vendeur.

Comment où quoi quand?

Les promos, les soldes, les prix cassés reposent sur deux principes:

La boutique baisse les prix. L’objet est moins cher. Du coup on en achète plus.

La boutique offre plus. L’objet est au même prix et est accompagné d’un cadeau. On a l’impression qu’on fait une bonne affaire. Du coup on achète.

En réalité, les soldes permettent aux magasins de se défaire des invendus et de gagner ainsi de la place en stock. Tout bénéf pour le magasin, puisque:

Il réalise un (maigre) bénéfice sur la vente, même soldée.

Il récupère de la place au stock.

Win-win. Ou presque.

Les bas prix qu’exercent certains magasins, ponctuellement ou de manière plus permanente, sont uniquement là pour nous donner envie d’acheter plus. Nous connaissons tous le « syndrome de la bougie Ikea ».

Levez la main si vous n’avez jamais, jamais acheté 2-37 bougies en sortant du magasin de meubles jaune et bleu juste avant les caisses parce qu’elles n’étaient pas chères. Et que les bougies, c’est quand même super pratique en 2017.

Parce que le produit n’est pas cher, le client aura plus de probabilité de l’acheter. Voire même à en acheter plus puisque le prix n’est pas élevé. Ce qui augmente le chiffre d’affaires pour le vendeur.

Avec les soldes, l’acheteur aura l’impression de faire une bonne affaire. Mais au final, il aura acheté un produit qui ne lui sera pas forcément nécessaire. Après tout, s’il en avait eu besoin, il l’aurait acheté de toute façon.

Les promos / soldes fonctionnent toujours de la même manière. Elles nous poussent à acheter quelque chose que nous n’achèterions pas sans les soldes. Ou à en acheter plus.

Équilibre?

Si vous vous baladez souvent sur les sites de ventes privées qui proposent des prix réduits, vous aurez remarqué leurs méthodes habituelles. Proposer un produit à la vente, 20-30-50% moins cher. Mais moins cher que quoi? D’où provient le prix original indiqué? En magasin? Mais lequel, où, et surtout, quand?

D’autant que la plupart du temps, ces produits sont des fins de stock, des invendus, des invendables, parce que « trop vieux ». Le prix de base est souvent surgonflé, juste pour que la différence paraisse particulièrement intéressante pour l’acheteur. Quoi, 50% de réduction? Là ça vaut vraiment  la peine. Sauf que si la réduction est trop importante, passés les 70%, l’acheteur aura l’impression que le produit n’est pas de bonne qualité et qu’on cherche vraiment à s’en débarrasser. Tout est question d’équilibre.

Certains magasins en Suisse pratiquent d’ailleurs une remise constante. En annonçant une réduction automatique. Comment est-ce possible? Le prix de départ dépasse souvent celui de la concurrence. Ces 10-20% continuels donnent ainsi l’impression de faire une bonne affaire, que le magasin est vraiment moins cher que les autres.

My precious!

L’effet de rareté est souvent le moteur principal des soldes. Une technique (plus ou moins) subtile en marketing. Moins il y en a, plus on est tenté. Parce que le produit est rare. Les boutiques annoncent quand certains produits sont déjà épuisés, pour signifier que d’autres le seront bientôt aussi. Ce qui motive le client à se dépêcher avant de rater l’offre. Ce qui est rare est précieux. Enfin, c’est ce que l’on croit.

Des jeux des jeux des jeux.

Et les jeux de société dans tout ça?

Dans six jours à la date légale française, de nombreuses boutiques online proposeront soldes et actions. Mais tout au long de l’année, des promos et prix cassés sont également de mise: jeux d’occasion parce que très peu abîmés, offres spéciales ou prix réduits pour les préco afin de motiver les joueurs à commander tôt, et ainsi éviter tout accumulation au stock.

Beaucoup de joueurs attendent d’ailleurs les soldes pour mettre la main sur des « perles » ratées pendant l’année. Les soldes, une occasion à ne pas manquer, ou un événement futile? Il faut quand même admettre que les « meilleurs » jeux ne seront pas soldés. Ils se vendent déjà très bien tout seul de toute façon. Et que la marge est ainsi plus importante.

 

Et vous? Est-ce que vous achetez souvent des jeux en soldes? Vous vous réjouissez des soldes de janvier?

10 Comments

  1. Il y a un autre angle intéressant sur les soldes. J’ai remarqué que la durée de vie d’un jeu est de 6 mois a 1 ans, après il passe en promo. Exemple l’année dernière est sorti Descendance avec les dés, aujourd’hui on peut le trouver a certaines périodes a 15 € soit moitié prix. Et c’est le cas pour la plupart des jeux même des trés bons jeux. Du coup quand on dit que le marché se porte bien j’ai quand même des doutes.

    Aimé par 1 personne

    1. Bonne intervention Atom, merci.

      Parfois même moins que 6 mois! Surtout aujourd’hui où la fenêtre de tir d’un jeu se réduit. Si un jeu n’est pas buzzé à donf avant, une fois sorti il tombe rapidement dans l’anonymat. Et en soldes rapidement. Et à Essen chez les soldeurs. Pour voir si un jeu n’a pas marché, il suffit de faire un tour sur ces stands pour constater l’hécatombe. Car encore une fois: un jeu qui marche n’est jamais soldé. Le contraire serait absurde.

      Bonne année Atom!

      J'aime

      1. Je n’osais pas dire moins, mais c’est rare que ça dépasse un an. le pire c’est qu’un jeu a un cycle de vie en 3 phases, la première sa sortie officielle, la deuxième il est déclassé et mis en promo, enfin il est en rupture et on le retrouve plus cher (parfois) sur les sites de ventes d’occasion.

        Tu as raison un bon jeu est rarement soldé mais parfois le jeu peut être bon mais la communication n’a pas suivi, ou son prix était trop élevé par rapport au jeu. Je pense a Starfighter pour le premier, et a Quantum pour le second. Quantum qui est un bon jeu mais un peu trop « luxueux » pour le type de jeux et son prix le place en concurrence directe avec des jeux qui ont une com plus agressive.

        Après il y a des éditeurs qui produisent beaucoup de jeux, mais en peu de temps, donc il y a de la casse, et d’autres qui au contraire produisent peu mais prennent leur temps et il y a peu de casse, je crois pas avoir vu des jeux soldés chez Ludonautes, Matagot ou Repos production. Mais qu’est qui est rentable je ne saurais pas le dire.

        Ce qui est sur, c’est que la surproduction rends le joueur consommateur exigeant, il veut la qualité pour le moindre prix. Et je pense que ça favorise notre coté papillonneur. (enfin j’assume le mien, même si je me soigne).

        J'aime

        1. « c’est que la surproduction rends le joueur consommateur exigeant ». Certes. Mais je me tiens en porte-à-faux avec le terme de « surproduction ».

          Selon moi, non, il n’y a pas de surproduction. « sur » signifie « trop ». Trop en fonction de quoi? Qui décide quand c’est trop, ou pas assez? Question de point de vue. Est-ce que 200 dans les années 90 ce n’était pas déjà trop? Ou 4’000 en 2016? Je pense personnellement que non. Opinion déjà détaillée ici: y a-t-il vraiment trop de jeux?, il n’y a pas trop de jeux.

          Mais il y a beaucoup de jeux par rapport à notre temps et notre budget à disposition. S’il était plus facile de suivre les nouveautés dans les années 90, et encore, aucun réseaux sociaux, peu d’internet, donc non, pas aussi facile en fait, aujourd’hui c’est la multiplication des canaux et médias qui rend le tout extrêmement compliqué. L’information est diffuse et multiple.

          Et perso, cette pseudo « surproduction » ludique est, selon moi, extrêmement positive. Atom, compare la différence artistique entre les jeux d’aujourd’hui et d’hier. C’est la concurrence qui pousse en avant. Et 2017 s’annonce juste dé-men-tiel!

          J'aime

  2. Je rejoins atom,

    Dans le monde du jeu, les jeux qui ne se vendent pas ne sont pas forcément les moins bons. Beaucoup de jeux passés inaperçus et pourtant excellents sont soldés.
    La faute au fait que le jeu n est pas un bien culturel et que les invendus ne sont jamais récupérés. Ainsi une boutique achete toujours qq gros jeux qu’elle n’est pas sure de vendre. Ce n’est pas son coeur de cible mais il en faut qq uns pour les core gamers. Ceux ci vont très certainement être soldés à un moment ou un autre.

    Tu oublies encore le phénomène de rareté cité par atom qui fait que certains éditeurs comme Ystari font des tirages massifs de leurs boites une fois pour toute. créant un phénomène d’inondation du marché qui donne au jeu un prix bien moindre et plus de chances d etre soldé, et un grosse quantité dispo en occasion.

    Perso, je n’achète jamais rien en solde qui ne soit pas sur ma wish liste qui est très restreinte, mais je sais que je ne suis pas un joueur consommateur lambda 🙂
    Seul que j’ai acheté ainsi, c’est Navegador … pour 13 euros. Ca ne se refuse pas pour un si bon jeu ! Qui était sur ma wish list.

    Bref, bon article de fond.

    J'aime

  3. Même si j achète rarement en solde,je me réserve un petit pécule sur des jeux qui me tentaient mais sur lesquels je n avais pas vraiment de retour. A petit prix je me permets de franchir le pas. Cela ne concerne que deux ou trois références.
    @ atom…descendance avec les dés c est clochermerle..mais tu le sais 🙂

    J'aime

    1. Oui mais je ne trouvais plus le nom sur le moment ^^

      @Tgtbmp : Moi a l’inverse j’achète pas mal en solde car parfois je tombe sur des pépites ou je n’aurais pas investi sur son prix sans solde (exemple : Dominant Spécies, Battle at Kemble Cascade, Aquasphére, Hyperborea ou bien Planet Steam) Alors bien sur il y a des erreurs de casting mais dans ce cas la pas de sentiment je le vends ou échange.
      J’ai plus fait d’erreur sur des jeux payés plein pot qui me vendait du rêve ah les joies du buzz : (Elysium ou Settlers).
      Au final solde ou pas, ça n’empêche pas de réfléchir de télécharger la règle pour voir si le jeu va me plaire.

      J'aime

  4. Longtemps, je n’ai fréquenté que Ludikbazar pour acheter mes jeux, garnissant mes rayonnages de dizaines de boîtes à chaque soldes et opérations promo. Je n’ai rien gardé de toutes ces dépenses, ma ludothèque se composant désormais d’achats sur Okkazeo, basés sur des comparatifs et des échanges avec d’autres ludovores. Et même pour des jeux de qualité, l’on trouve des prix hallucinants, en effet à peine un an après. J’essaie d’acheter un jeu par mois en boutique, pour faire vivre le loisir en local, mais leurs promos et leur choix ne peuvent rivaliser. Au final, je zappe totalement le phénomène des soldes ludiques, où l’on retrouve en effet toujours les mêmes jeux, pas forcément mauvais, mais en tout cas à la rejouabilité rarement intéressante.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s