Space Cowboys. Le line-up 2016

space-cow-boy

A Essen 2015 nous avons rencontré François et Vincent, les deux chafouins chargés de com des Space Cowboys, cette « jeune » maison d’édition créée en 2013 et qui fait partie de l’écurie Asmodée.

Après des titres forts en 2014 et 2015, je cite, en vrac, Splendor, un énorme carton, Elysium, Black Fleet, et bien évidemment le tout récent et très remarqué Time Stories, voici ce que les vachers de l’espace nous préparent pour 2016 (voire aussi 2017, selon).

Mais attention

Tous les titres et informations cités ici peuvent bien évidemment changer selon l’avancement des projets.

Via Nebula (titre définitif)

Via Nebula
Le visuel officiel de la boîte

via-nebula2

Stone
Un proto du plateau

Un jeu de plateau de Martin Wallace pour 2 à 4 joueurs d’une durée de 30 à 45′. Prévu pour Cannes 2016.

Une sorte de Ticket to Ride, mais pas vraiment, dans un univers fantastique et beaucoup plus opportuniste et subtil. Un Age of Steam du même auteur, mais en beaucoup plus light et fun. Presque coopératif. Ou pas.

Avec deux mécaniques intéressantes: vous pouvez ouvrir des mines de ressources et les autres joueurs peuvent également en profiter. Mais si en fin de partie il reste des ressources dans votre mine, ça vous fait perdre des PV.

Et également, le plateau commence avec une brume, empêchant les connexions. Il vous faudra d’abord retirer cette brume pour poser vos « rails ». En fait, des chemins.

Franchement, la présentation du jeu m’a donné très, très envie. Vivement la sortie du jeu fin février 2016 pour Cannes.

Route 666

Road666

L’autre jeu de Martin Wallace. Un jeu de zombies. Avec comme objectif de le sortir pour la Gen Con (du 4 au 7 août) 2016. Les Américains sont friands de zombies.

Oui, encore un autre jeu de zombies. Mais avec une esthétique extrêmement originale. C’est comme si le jeu avait été créé par un survivant. Donc du pseudo-matos de récup et du crafting. Très fort. Du coup, tous les visuels prennent un temps fou à réaliser.

Imaginez, ils doivent paraître moisis, mais en même temps lisibles. Ca donne aussi très envie. Même si bon, les zombies, ça fait tellement 2013.

Final Touch (titre définitif)

Un petit jeu de cartes de Mike Elliot pour 2 à 4 joueurs. Mike Elliot, rappelez-vous, c’est l’auteur américain de Quarriors et Thunderstone. Jeu prévu pour Cannes ou juin 2016.

Il s’agit d’un jeu de cartes sur le thème des faux tableaux avec une mécanique hyper simple. J’y ai joué sur le proto, et je dois vous avouer que le jeu ne m’a pas vraiment emballé. Le tout sonnait plutôt creux et insipide. A voir ce que cela donne à sa sortie dans 1d6+2 mois.

Victorian

12122535_908582742558501_721607734597581825_n
Photo récupérée du mur FB des Space Cowboys

Certainement un des gros cartons de 2016. Antoine Bauza et Eric M. Lang, les deux auteurs parmi les plus bankables du moment. Qui se retrouvent pour signer un jeu à deux.

giphy (1)

Time Stories

Et pendant ce temps, les Space Cowboys continuent de travailler sur la gamme Time Stories. Ils ont comme projet de sortir un scénario tous les trois mois. Les six suivants sont prévus. Et les deux prochains déjà annoncés.

time stories next

Et après?

Après, il est prévu :

Expédition : Endurance. Un scénario écrit par Croc lui-même. Se passant au Pôle Nord. Un The Thing-like?

Un scénario PG18. Autrement dit, réservé à un public adulte. Sexe, drogue et rock n’roll.

Et vous pouvez toujours aider les Space Cowboys pour leurs prochains choix en votant sur des univers qui vous botteraient.

En fait, pour chaque scénario, les éditeurs cherchent à surprendre les joueurs. Pas uniquement en terme narratif mais également dans la mécanique. La base du jeu est là, les scénarios doivent à chaque fois proposer une expérience, un gameplay différent.

Quel jeu des Space attendez-vous tout particulièrement?

13 réflexions au sujet de « Space Cowboys. Le line-up 2016 »

  1. !Attention, ce commentaire peut heurter la sensibilité de l’auteur de l’article et de pas mal de gens. En plus, il est truffé d’affreuses parenthèses!

    J’avoue que l’enchaînement des articles est pour le moins… cocasse. Parce que pour moi ce que je viens de lire ressemble exactement au teasing sur les films, pratique qui me donne de l’urticaire quand j’y réfléchis (le reste du temps pas, sinon ma peau serait dég’).

    Je crois que c’est une des raisons qui me pousse à de moins en moins lire les sites sur les jeux (de société mais aussi vidéos): cet emballement autour de choses pas encore sorties. C’est bien de communiquer sur le sujet, mais on communique pour communiquer dans la majorité des cas. Je préfère environ 2300 fois un article qui m’explique un jeu, ses mécanismes etc. à un article qui me donne le thème ou un mécanisme de 12 autres. Ce qui m’intéresse, c’est le jeu fini, même si ce qui vient avant peut aussi être intéressant, c’est moins important à mes petits yeux.
    Si je prends l’article au-dessus, Stone est suffisamment présenté pour être intéressant, les scénario Time Stories ben… on peut pas en dire grand’chose et sinon, c’est de la pure comm’ dans le vide pour moi (oui oui je précise régulièrement que c’est personnel et que je pense pas détenir la vérité universelle et refonder le jeu de soc’, la comm’ et l’univers). Route 66? Un titre et un argument esthétique. Quand on est un « gros » joueur comme moi, on est méfiant quand on nous parle d’un jeu qui s’annonce beau mais avec un thème surexploité et zéro info sur la mécanique. J’ai un peu l’impression qu’on me fait de la promo pour une bouteille de vin en vantant son étiquette et non son nectar. Sauf que moi, je veux que mon vin soit bon, si l’étiquette est belle et que mon vin est une piquette, c’est dommage (même si l’étiquette est laide c’est dommage ceci dit).

    Creator? On en sait pas mal, mais pas assez, vu que dire « une mécanique hyper simple » me dit rien d’objectif sur la mécanique (je joue des cartes, je mise du fric?). Autant dire que je suis pas plus avancé qu’avant d’apprendre qu’il existait.

    Victorian, j’en parle plus loin.

    Oui oui je sais, je deviens vieux et con, mais à force qu’on me pousse à acheter et à investir dans des produits avant même de savoir ce dont il va s’agir, j’ai de la peine.
    Si c’est parfois -notamment dans le cas du crowdfunding- une idée intéressante, la pratique permanente et systématique de ce matraquage tend à me tendre. Dès qu’on a le début du quart d’une information sur un truc, faut écrire dessus. Je suis sans doute un papy (même si j’ai pas trente ans) mais je regrette presque le temps où on attendait la sortie d’un jeu ou a minima une version quasi finie pour en parler. Parce qu’en fait, tout ce qui se passe avant me sert à fichtre rien, juste à préparer mon petit cerveau au susucre. J’ai l’impression qu’on cherche de plus en plus à me vendre un concept de produit et non un produit fini. Sauf que moi, c’est le produit fini qui m’intéresse. Signe de cette « folie »? On peut précommander des jeux de soc’ comme on précommande des jeux vidéos. Pour moi, c’est là qu’on cesse d’être suffisamment critique. Quand on achète les yeux fermés, sur un nom, un visu ou que sais-je encore. On sera pas forcément déçu, mais on approuve un système intrinsèquement vicieux où un produit en chasse un autre et où l’on ne peut plus attendre. J’exclus le crowdfunding qui lui suppose (normalement) un intérêt et un soutien pour un projet. Evidemment, depuis, on trouve des rigolos qui s’en servent pour financer des projets sur le dos du consommateur. Mais c’est un autre débat.

    Enfin, je vois un symptôme du problème de cette comm’ dans cet article quand je lis: « Certainement un des gros cartons de 2016 » pour Victorian. On est en 2015, 2016 va voir sortir des milliers de jeux, mais on sait déjà lesquels seront des cartons. Mince alors, on se croirait à la bourse à spéculer de la sorte.
    J’y ai pas joué à ce jeu, c’est ptêt une tuerie, mais tabler sur un carton pour un jeu pas encore sorti, même avec deux bons auteurs, ça frise un peu l’hystérie en rasant le manque d’objectivé crasse pour dire les choses crument. Même si c’est soutenu par les chiffres, c’est pas une science exacte. L’article sur les auteurs bankable mentionne d’ailleurs un manque de succès pour un jeu récent de Bauza.

    Bref, je suis déçu de lire une telle publication ici. J’ai été habitué à plus de réflexion et d’objectivité en ce lieu et je sens qu’on glisse avec un article comme ça vers une forme de promo particulièrement insidieuse. Je répète que ces propos n’engage que moi, que je les assume et qu’un gros bash de Gus dans ma face me fera pas chouiner. Il a le droit à son avis. moi au mien et si je trouve son avis totalement inconciliable avec le mien, au lieu de lui vomir dessus, je cesserai de le lire.

    La bise aux folles et aux fous qui auront tout lu sans dormir.

    Aimé par 2 people

    1. Sous cette façade analytique et critique toujours savoureuse se cache parfois un esprit midinette-groupie assez attendrissant. Moi j’aime bien cette contradiction tant qu’elle reste équilibrée 🙂

      Aimé par 1 personne

    2. N’empêche, Nadir, je suis extrêmement heureux de ton commentaire. Que tu te sentes suffisamment libre et bienvenu pour critiquer. D’autant que ta critique est aussi riche qu’éloquente et pertinente.

      Je ne te dirais qu’une seule chose :

      Bras ouverts sur Gus&Co ! Continue à nous lire et à nous donner ton avis. Précieux. Et en même temps respectueux.

      J'aime

      1. Bon anniversaire à toi Gus :). Entre balances, ça balance. oui j’ai osé la faire et j’ai pas (trop) honte. J’aime toujours la qualité du blog et la zénitude du proprio, ce qui me permet de poster des commentaires comme celui-ci, sans doute un peu outrancier, mais dont l’intention générale est bien perçue. Je suis même prêt à te pondre un article sur le sujet, si tu m’ouvres tes lignes. Parce que je pense être au bon endroit pour causer et réfléchir à cette problématique, sans apporter de solutions ni le seul regard valable sur la question.Après, tu restes le patron et c’est une offre spontanée, libre à toi de la rejeter je n’en prendrai pas ombrage.

        PS: il est possible que je fasse un double message, ne me souvenant plus si mon message précédent s’est perdu dans le Warp ou si tu modères a priori. Si c’est le second cas, mes excuses pour ce doublon.

        Aimé par 1 personne

    3. Je me vois obligé d’être d’accord avec toi 😀 C’est creux et médiatique.
      Tout le monde essaie de faire comme le cinéma qui a ouvert le voix du susucre comme tu le dis si bien !

      J'aime

  2. beau et juste commentaire de Nadir. Un peu le même sentiment. Il reste a trouver une expression pour les jeux comme celle que les journaleux utilisent pour les groupes :XX ce sont les « nouveaux beatles »… Quant aux SPace Cowboys, qui croit encore qu’ils vont tout péter….?

    J'aime

    1. Perso, je n’ai pas apprécié un seul de leurs jeux donc je me vois obligé de les laisser de coté pour les prochaines sorties. C’est souvent beaucoup trop mainstream, et souvent beaucoup trop opportuniste pour moi.
      Time Stories, on me le pretera mais c’est le modèle économique qui me hérisse le poil.

      J'aime

    2. « Qui croit encore …. ? »

      Heu, moi ? Splendor est dans mon top 3 2014 et Elysium et Time Stories dans mon top 5 2015. Pour un éditeur qui a sorti 4 jeux, ça me parait un bon score, quand même.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s