Les jeux de société connaissent-ils eux aussi une obsolescence programmée?

PM Waste Scraper, Flickr, CC, by  nolnet
PM Waste Scraper, Flickr, CC, by nolnet

Est-ce que ça ne vous étonne, pas, vous, quand vous lisez une critique de jeu, sur Gus&Co ou ailleurs, quand on parle de durée de vie d’un jeu? Moi ça me fait toujours sauter au plafond.

Est-ce que les jeux connaissent une date de péremption? Évidemment non, quand on parle de durée de vie on parle de nombre de fois auxquelles on peut y jouer avant de s’en lasser, avant qu’il ne devienne répétitif. Dingue quand même, quand on y pense. Ça voudrait dire que les jeux peuvent être joués plus ou moins de fois? Que les meilleurs « durent » plus longtemps, et vice versa? Comment créer, publier et vendre un jeu à durée limitée? Là j’ai envie de lâcher un gros OUATE de PHOQUE! Ok il est était assez gros là.

L’obsolescence programmée, on en entend tous parler depuis quelques années. Certaines entreprises, électronique, informatique, électro-ménager, construisent leurs produits pour qu’au bout d’un certain temps, plutôt court, ce produit perd de son efficacité / rapidité / attractivité. Pourquoi? Logiquement pour pousser le consommateur à acheter un nouveau modèle. Et ça tombe bien qu’on parle de tous ça, vu que demain, c’est la sortie française des nouveaux iPhones. Déjà des millions de pré-commandes au niveau mondial. On peut se demander ce qui pousse autant de clients à lâcher leur iPhone 4, voire même 5, vieux de 1-2-3 ans. Question de mode, de reconnaissance, d’appartenance. Mais certainement aussi d’améliorations techniques: écran, rapidité, fonctions.

Quel rapport entre électronique et jeux de société? Entre obsolescence et jeux de société? J’ai parlé de l’iPhone, mais est-ce que le marché du jeu ne fonctionnerait-il pas de la même manière, une fuite en avant?

À moins d’un mois du plus grand salon du jeu au monde, Essen, et de ses centaines de nouveautés, on peut se demander ce qui pousse 150’000 personnes sur 4 jours à vadrouiller entre les stands à l’affût des nouveaux jeux?

HGHS0014

Est-ce que les jeux ont eux aussi une obsolescence programmée comme les appareils électroniques? Clairement non! L’obsolescence programmée est… Programmée, i.e. construite intentionnellement. Ce qui n’est évidemment pas le cas pour les jeux. À part bien sûr pour les JCC-JCE ou tout jeu de figurines qui vous poussent à la consommation pour améliorer le jeu, l’enrichir. Et le nouveau bloc Magic sort justement la semaine prochaine, sans parler des toutes nouvelles figurines X-Wing après la GenCon. N’empêche, les nouveautés en chassent d’autres. Et les jeux en remplacent d’autres: jeux plus beaux, plus riches, aux mécaniques plus originales, abouties, approfondies.

Est-ce que dans tout ça les éditeurs sont de méchants capitalistes qui font tout pour produire des jeux et nous en vendre continuellement? Certainement pas. Ils font ce qu’ils aiment, c’est tout. Si nous devions remettre le système en question, avec ses 2’418 jeux par année, ce ne sont pas les auteurs ni les éditeurs de jeux qui sont responsables de cet consommation effrénée, mais bien nous, consommateurs, joueurs. Car au final, c’est nous qui achetons. Et qui maintenons le marché.

Avec la mouvance de « moins mais mieux », moins acheter de jeux, mais mieux les sélectionner, mieux y jouer / plus y jouer, on peut rêver d’une déconsommation (pas décroissance, rien à voir).

Quelques jours avant Essen et ses innombrables sorties, quels sont vos critères réguliers d’achat?

  • L’esthétique d’un jeu, son matériel, ses illustrations?
  • Le thème d’un jeu?
  • Les critiques lues par-ci par-là?
  • Le buzz?
  • La mécanique, captivante et originale?
  • Ou la « durée de vie » d’un jeu? Sachant que vous préférerez acheter un jeu parce qu’il va vous « tenir » longtemps?

Je ne sais pas pour vous, mais je vais être honnête, le dernier critère est le moins crucial en ce qui me concerne (je joue à Magic, je peux vous en parler…).

 Ca ne vous choque pas, vous, cette fuite en avant? Et avez-vous déjà joué à un jeu plus de 10 fois avant d’en acheter un autre?

30 Comments

  1. Nous sommes dans une société basée sur la consommation. Notre croissance économique dépend énormément de notre consommation. A tel point que depuis des années on nous a bien éduqué pour fonctionner comme il faut dans ce monde…
    Et même si on s’assagit en vieillissant, il est difficile d’inverser le courant.

    J'aime

    1. Pourtant il n’est bien difficile de se « rebeller » : je ne regarde jamais la pub (depuis bien 20 ans), d’ailleurs je ne regarde plus la TV et peu la radio (surtout en podcast ce qui me permet de choisir finement les émissions). J’achète après mur réflexion et je revends si c’est finalement peu utilisé.

      J'aime

      1. Désolé Seb, mais je vais devoir me permettre de rebondir et quelque peu contrarier ton commentaire. C’est le suppo j’imagine 😉

        Ne pas regarder la pub à la TV ou radio n’est malheureusement plus gage de refus du consumérisme.

        Suivre n’importe quel blog ludique (dont le nôtre) ou réseaux sociaux (FB, Twitter) te place constamment dans un flot publicitaire: ouah le prochain jeu qui sort ouah le dernier jeu auquel tout le monde joue etc etc. Du coup même en refusant la « pub 1.0 » je crains qu »il devient très difficile (impossible?) d’éviter la « 2.0 ».

        L’important, selon moi, et c’était le but de l’article, c’est d’en parler. Pour conscientiser. A commencer par moi, déjà.

        J'aime

      2. Note : je réponds à Gus (Le 18 septembre 2014 à 18 h 11 min) mais le lien Répondre ne semble pas exister (ou alors je ne comprends pas bien comment cela est agencé) :

        > Suivre n’importe quel blog ludique (dont le nôtre) ou réseaux sociaux (FB, Twitter) te
        > place constamment dans un flot publicitaire:

        Bonne remarque. C’est pour cela que je choisis ce que lis à travers les flux RSS. Je zappe donc consciencieusement tous les articles qui ne m’intéressent pas et j’attends gentiment la TTTv (je suis abonné) :). Car cela veut dire 1/ qu’il va bientôt sortir et 2/ que je peux bien mieux jauger. J’évite aussi les threads de jeux pas sorties sur le forum TT.

        Et je n’ai pas FB (horreur de ce truc qui en plus à des algos bizarres pour filtrer l’information) et pratiquement personne du jds sur Twitter.

        Mais je fais beaucoup de veille donc j’ai l’habitude trier rapidement l’information.

        J'aime

        1. Veille-TTTV-Twitter = également pub?

          Loin de moi l’idée de vouloir avoir raison et je te présente mes excuses si c’est ainsi que tu pourrais le prendre mais ça réconforte mon avis qu’il est aujourd’hui impossible de vivre sans pub. Nouvelle pub.

          Sélectionner les lectures / visionnement est certes exercer une positionnement actif et intelligent, mais on reste toutefois captif d’une comm.

          J'aime

  2. Rien ne dit sur tous les jeux dorment au fond d’un placard au bout de 1-5 parties. Je suis certain que plus que quelques jeux sont actifs très longtemps. Et je ne parle pas des grands classiques comme le Tarot.

    Un moyen pour montrer que tous les jeux ne sont pas à durée de vie déterminée serait de créer (par les fans du jeu) un site communautaire regroupant : informations sur les parties, les initiations organisées par-ci par-là, des éléments de stratégies… Chaque jeu aurait ainsi sa vitrine, son actualité. Certains n’en auraient pas, d’autres en aurait un dormant depuis plusieurs années, d’autres en auraient bien vivants.

    J'aime

    1. On trouve ce genre de choses. Par exemple, sur BGG, il y a une liste mensuelles pour les jeux qui n’ont été joués que par une seule personne un mois donné. Elle permet de regarder des jeux souvent confidentiels mais dignes d’intérêt. Ce sont les utilisateurs qui rajoutent le jeu après avoir fait la vérification et expliquent pourquoi le jeu est intéressant.
      En fouillant, je suis sûr qu’il y a plein d’autres exemples de geeklist de ce type. Là comme ça, c’est la seule qui me vienne en tête 🙂

      J'aime

  3. d’où l’intérêt du défi 10×10, 10 jeux joués 10 fois dans l’année. On ressort nos jeux. Certains joueurs ont des pratiques : de jouer au moins deux fois à un jeu avant un nouvel achat. Moins de buzz, moins de consumérisme à outrance. j’essai de jouer à tous mes jeux de ma ludothèque, et de revendre ce qui ne sortent plus.

    J'aime

      1. Là je suis assez d’accord avec Sebastien, ce truc du défi 10×10 lancé sur TT me paraît assez absurde, fin, sérieux on a besoin de se forcer à jouer à nos jeux ? Non mais comme dirait Gus : Ouate de Phoque ? Et puis les pratiques que tu cites de « jouer au moins 2 fois à un jeu avant un nouvel achat » ça me troue le c**… Mais ne prends rien de tout ça contre toi cher Vince, je m’insurge juste contre ce consumérisme galopant et cette course au buzz qui font qu’on assiste à du grand n’importe quoi de la consommation ludique… Fin bon, chacun son truc, je prétend pas avoir la science infuse ni détenir la vérité absolue mais bon, ça me dépasse tout ça…

        J'aime

      2. Ce n’est pas se lancer un défi pour jouer à ses jeux. C’est décider d’essayer de s’impliquer plus dans la découverte d’un jeu. C’est se dire, plutôt que de ne jouer qu’à des nouveautés, je vais prendre le temps de creuser un jeu, trouver et juger de sa réelle pertinence. Ce n’est certainement pas s’obliger à jouer à contre-coeur …
        Et ce défi n’est pas nécessairement lié à des achats. Bon nombre de jeux auxquels j’ai joué plus de 10 fois ne sont même pas mes jeux. Simplement des jeux d’amis, avec lesquels on profite du plaisir qu’on retrouve sur un même jeu …

        J'aime

      3. Rimsk, justement, je pense que tu poses le problème à l’envers. Quand tu dis « je m’insurge juste contre ce consumérisme galopant », je suis complètement d’accord avec toi. Et la personne qui a décidé de ne pas racheter de jeux avant d’avoir 2 parties, je la connais, et je vais donc t’expliquer pourquoi tu te trompes de « cible ».
        Lui aussi s’insurge contre le consumérisme à outrance. Et du coup, en revenant d’Essen avec ces plusieurs boites, il s’est dit : « Tiens, et si j’essayais d’être raisonnable ? Est-ce que mes achats sont bien ciblés ? Est-ce que je n’achète pas n’importe quoi ? Et pour prendre de mes bons choix, si je me disais que je n’achetais rien de nouveau tant que je n’aurai pas joué à tous mes achats ? ».
        Et il fera un article pour l’expliquer mieux que moi, puisque je ne fais pas comme ça. Mais il t’expliquera qu’il a apprit plein de choses sur sa consommation, qu’il est content de l’avoir fait et qu’il achètera désormais différemment. Pas qu’il achetait n’importe comment. Seulement, il a décidé de regarder sa consommation autrement. Et que ce « défi » était justement un nouveau point de vue.
        De la même façon, je pratique le défi 10×10. Pourquoi ? Au départ, je ne pensais pas le faire, car je ne jouais pas beaucoup. Le hasard de ma vie fait qu’aujourd’hui je joue beaucoup plus et surtout régulièrement avec les mêmes personnes. Et en regardant mes parties, finalement, le défi 10×10 était « accessible ». Sur le principe du « et pourquoi pas ? », je me suis lancé.
        Et bien ça m’a permit de découvrir le plaisir d’approfondir un jeu. Un prétexte à pousser un jeu à d’autres joueurs qu’on n’aurait pas forcément poussé car tout le monde court à la découverte. Et j’ai découvert le plaisir de jouer à un même jeu avec plein de gens différents.
        Voilà, c’est simplement un autre éclairage, un autre point de vue, une autre façon de pratiquer sa passion. Est-ce mieux ? Absolument pas. Le referais-je l’année prochaine ? Sans doute en partie, car j’ai pris plaisir à cumuler les parties de certains jeux. Mais j’ai surtout pris de nouvelles habitudes qui me plaisent et que je garderai, défi ou pas.
        Il faut voir ça comme un prétexte à changer ses habitudes. J’ai trouvé des choses plaisantes que je garderai. J’ai poussé certains jeux inintéressants et ne le referai pas. Un peu de bon et de moins bon. Reste à trouver ce qui me convient et que je veux garder.
        Voilà j’espère un éclairage qui te fera voir les choses autrement. Mais n’étant pas un gourou du 10×10, c’est sans peine que je te laisserai voir ça comme une expérience à ne surtout pas tenter … 😉

        J'aime

      4. (J’espère que mon post va se caler au bon endroit…)

        UltraLord, quand tu dis que celui qui rentre d’Essen se pose la même question je ne suis pas d’accord, ou alors il nous faut faire plusieurs catégories parce que quand je vois les photos ou listes « d’esseniens » qui reviennent avec 20 boîtes et qui j’en suis sûr joueront à peine à la moitié + de 2 fois, la prise de conscience sur le consumérisme galopant me fait doucement sourire…
        Après, cette histoire de 10×10, encore une fois je ne critique pas, chacun fait fait fait, c’qui lui plait plait plait (toussa…) et si c’est déclencheur de parties tant mieux, franchement je voudrais pas passer pour un donneur de leçon mais ça fait un moment que je me suis dit qu’il fallait arrêter de succomber aux sirènes du moubourrage et que j’essaye d’approfondir mes jeux. Dernier exemple en date : Un Monde Sans Fin, ressorti récemment (qu’il est bon !) en me disant que justement, j’ai des bons jeux qui dorment et que je voudrais pratiquer +. Je dis pas que je n’achète plus de jeux, ma dernière acquisition c’est Abyss, mais juste que je cible beaucoup plus qu’avant et que j’essaye de cerner des jeux que je vais pratiquer.
        En gros il me semble qu’on est d’accord mais c’est simplement le fait d’avoir à se le dire, pas de se « forcer à jouer » donc (quelle horreur) mais simplement une prise de conscience, à un moment donné, de se dire qu’on ne pourra pas jouer à tout et que du coup, ça sert à rien d’acheter de manière frénétique tout un tas de jeux auxquels on ne jouera même pas. Il suffit de voir les sujets (sur TT ou ailleurs) du genre « combien de jeux sous blister avez-vous dans votre ludo ? », ça me fait halluciner…

        J'aime

  4. Oula Gus, je crois qu’il est temps de prendre un suppo et de se mettre au lit, tu vois les choses de plus en plus en noir.

    > Est-ce que ça ne vous étonne, pas, vous, quand vous lisez une critique de jeu, sur Gus&Co
    > ou ailleurs, quand on parle de durée de vie d’un jeu?

    Non, si cela vient du critique du jeu et pas de l’éditeur. Il m’arrive souvent de voir un jeu intéressant à la 1ere partie mais dont on sent clairement que cela ne veut pas durer. Dans ce cas, autant le dire. Par contre si cela vient de l’éditeur alors c’est un aveu de faiblesse.

    L’obsolescence programmée est une fumisterie (qui vient notamment d’un reportage), les boites font des compromis, bon ou mauvais entre investissement, R&D, prix de revient, estimation de vente… Presque tout ce que j’achète tient des années sans soucis et le peu qui se casse vite et rapidement éliminé de mes prochains achats (la liste est courte).

    Je pense que c’est surtout le consommateur qu’il faut blâmer, on ne peut pas toujours l’excuser. Pour ma part, j’ai 21 jeux dont 9.

    > Quelques jours avant Essen et ses innombrables sorties, quels sont vos critères réguliers d’achat?

    Dans cet ordre :

    1 .Règles
    2. Ergonomie
    3. Qualité du matériel
    4. Documentation

    Je teste le jeu 2/3 avant d’acheter.

    J'aime

    1. L’obsolescence programmée un vaste fumisterie ? Non, c’est surtout qu’aujourd’hui, on est beaucoup plus à même d’évaluer la durée de vie d’un produit avec fiabilité. Comme le SAV coute cher, on s’assure qu’un produit ne lâchera pas avant fin de garantie. Et comme on sait évaluer avec 95% de fiabilité la durée de vie, on fait juste ce qu’il faut. Avant, c’était moins fiable, donc on prenait plus de marge.
      La fumisterie, s’il y a, est dans le complotisme qui dit que c’est fait exprès pour qu’on achète. La vérité est beaucoup plus simple. Il s’agit d’une optimisation des coûts de production et de SAV … Plus de marge, moins de perte … Certains verront ça comme un acte machiavélique. D’autre, la conséquence pure et simple du capitalisme qu’on pousse dans ses retranchement.
      Toujours est-il qu’aujourd’hui, la durée de vie des appareils est moins importante … et que ça n’a absolument rien à voir avec les jeux de société …

      J'aime

  5. rimsk en fait soit tu m’a mal lu soit j’ai mal rédigé, l’idée de ces défis c’est limité sa consommation en ajoutant un jeu autour, un challenge entre joueur. rien de sérieux, juste un jeu

    La personne qui n’achète pas de jeux sans avoir au moins jouer deux fois les derniers achats va limiter les achats compulsifs. Moi j’essaie de jouer à toute ma ludo, juste pour cibler les jeux qui ne sortent pas et ça m’amuse.

    @sdouche; je crois que toi aussi, tu ne comprends rien ^^( il faut dire que j’avais tapé ça à l’arrache ) Le défi 10×10 est là pour profiter de tes jeux, y jouer dix fois approfondir éviter le zapping ludique.

    perso je serai incapable de sélectionner uniquement 20 jeux dans mu ludo.

    J'aime

  6. J’ai depuis un an arrêté d acheter des jeux sans les avoir testé…’j ai la chance de pouvoir le faire certes dans mon magasin, et 2 j ai un moral d acier !!! les jeux c est comme les films…c est après quelque temps, quand on ne les a pas approcher qu’ils vous manquent, et là on sait qu’on les aimez. Mes derniers achats: glenmore / yedo. Et pourtant entre temps j aurai essayer 5 tribes ,abyss, zombies 15, what the fake, musiciq, kingsport festival, Ko NY….

    J'aime

  7. Il y a une espèce d’emballement de la production et de panique chez les gros joueurs de ne pas pouvoir au moins tester tous les bons jeux. Les plus addicts courent derrière les sorties. J’ai l’œil sur les jeux de société, sur les wargames et un peu sur les jeux de rôle ; la différence des cycles de consommation est particulièrement amusante.
    Les wargamers achètent souvent tout dans les thèmes qui les intéresse, avec peu de discrimination et n’ont clairement jamais le temps de jouer aux monster games (World In Flames ou Advanced Squad Leader et leurs parties de plusieurs jours, voire semaines). Les joueurs de jeu de rôle achètent peu et jouent longtemps à peu de jeux.

    Dans mon club, où il y a somme toute assez peu voir pas d’acheteurs fous, il y a une envie de tester beaucoup de nouveautés, mais en même temps un certain conservatisme. En effet, il est difficile d’expliquer plusieurs jeux complexes d’affilée dans une soirée jeux qui dure environ 5 heures. Donc il y a au max une grosse nouveauté qui sort par soirée, éventuellement une ou deux petite mais au final pas non plus des dizaines par mois, d’après mon ressenti. Une alternance entre découverte et jeux pantouflards qu’on aime (Splendor, Las Vegas et 7 Wonders, entre autres).
    Bref, boulimie de tester des jeux, mais au fond, seuls certains durent, pour des raisons justifiables ou pas.

    En ce qui me concerne, avec une très modeste collec d’à la louche de 35 jeux et achetant environ 60% de mes jeux d’occasion, j’ai la sensation de parcourir l’histoire à reculons et de plutôt rechercher de bons jeux déjà éprouvés voir essorés par certains.
    Mais j’ai déjà envie d’épurer ma collection des jeux qui s’avèrent ne pas m’intéresser sur le long terme. Déjà trop d’achats impulsifs de jeux d’occase pas chers et quasi impossibles à revendre…

    Ce long terme semble actuellement être un lieu étrange. Un lieu où on pose plein de jeux qui y disparaissent sous la poussière des meubles Ikéa et ne ressortent que par les week-end pluvieux, quand on a eu marre de tester les 20 nouveautés achetées ce trimestre.

    J'aime

  8. Permettez moi quand même, à la vue des commentaires de type « bouh !!! tout ces vilains consumméristes qui achètent 20 jeux à Essen …. bouh !!! et qui sont trop nouilles pour ne jamais y jouer … bouh !!! », de soulever la « légère » pointe d’hyprocrisie que j’y trouve.

    Vous êtes vous déjà posé la question du pourquoi ? Et quand je parle du pourquoi, je ne dis pas, pourquoi, à votre place ? Mais pourquoi, en se mettant à la place des gens concernés. Il est tellement facile de répondre aux questions en restant qui on est. Mais se mettre de temps en temps à la place des autres. Tiens, et si on essayait ?

    Pour avoir vécu Essen l’année dernière avec de nombreux bloggeurs, podcasteurs, reviewers et même de simples passionés (car nul besoin d’avoir une vitrine pour aimer le jeu, ne l’oublions pas), il y a une bien grande multitude de raison à cse achats.

    Premier de la liste, la mule et/ou fournisseur de jeu. Dans son groupe de joueur, c’est lui qui fournit les jeux. Plus il joue souvent, plus il pourra rapporter de jeux, sachant qu’il lui sera alors facile d’y jouer. Pour ma part, je fais une soirée jeu par semaine. On y fait facilement 2 parties. Rien que le mardi soir, je peux compter sur 100 parties. Rapporter 20 boites, ça fait 5 éventuellement parties par boite.

    Et puis il fournit des jeux, mais pas que pour lui. Dis, tu me prêterai Abyss que j’essaie ? Il est tellement beau, mais j’aimerai savoir s’il est à la hauteur du buzz ? Un peu mon n’veu, mais tiens, va tester … Oui, parce que des fois, on achète des jeux, et ce sont d’autres gens qui y jouent … Le consumérisme du partage … ça en ferait un titre raccoleur pour un nouvel article, n’est-ce pas ?

    Du coup, quand à côté de moi, un mec qui joue en club toutes les semaines et dit avec fierté qu’il n’a que 30 jeux dans sa ludothèque, comme un signe d’une meilleure consommation … et que je ne suis pas sûr de l’avoir vu jouer deux fois au même jeu, j’ai envie de lui demander ce qui se serait passer si personne n’avait acheté 20 jeux à Essen et qu’il n’avait pour jouer de toute sa vie que 30 boites ? Quelle frustration ce serait … mais n’arrêtons pas là la liste.

    Le reviewer, pour sa part, achète pour faire des reviews. D’ailleurs, parfois, il ne les achète pas, ce sont des cadeaux. Il n’enchaînera souvent pas 20 parties de chacune de ces boites. Pour autant, il touchera généralement à tout, avant de se débarrasser des jeux qui l’intéressent moins. Oui, combien ai-je de boites données par des reviewers …

    Demandez par exemple à Gus combien de review il a fait l’année dernière. Gus ? Demandez aussi, combien de jeux il n’a pas ouvert. Gus ? Demandez lui aussi si ce sont des cadeaux. Gus ? Non, en fait, ça, on s’en fou … 😉 Demandez lui aussi combien de jeux il a gardé pour lui. Gus ? Et si Gus n’est pas un bon exemple, il y en a plein d’autres. JeuxADeux ? JeDisJeux ? LudoVox ?

    Et pourquoi donc toutes ces reviews ? Et bien justement, pour vous … pour vous aider à acheter mieux, plus utile. Acheter moins pour jouer mieux, d’accord. Mais on fait comment sans avis sur les jeux ? Il faut bien que quelqu’un vous aide un peu et fasse du tri ? Enfin oui, bien sûr, vous pouvez aussi vous taper les règles des 2000 sorties de l’année pour savoir lesquels vont vous plaire … Oui, Gus, dans ton article, tu as oublié d’évaluer le temps que ça ferait de juste lire les règles des jeux … 😉

    Il y a aussi le passionné, qui aime découvrir. Là comme ça, je pense à MerlinDuMesnil. Je lui aurai bien mis une étiquette de reviewer, d’autant qu’il se lance dans le podcast. En même temps, le personnage est touche à tout, et sera facilement se trouver là où vous ne l’attendiez pas.

    Merlin revient chaque année avec une bonne 20aine de boites. Dépunchées à l’hotel et réarrangées pour arriver à rentrer dans les valises, il pourrait être le symbole du consumérisme à outrance. Mais dis donc Merlin, c’est ti pas vilain ? Hé bien non. Merlin doit jouer à tout ce qu’il achète.

    Pire, il a une gestion de stock impeccable. Le monsieur revend à outrance. Si ça ne lui plait pas/plus, qu’il n’y joue pas, qu’il estime ne pas avoir assez de place, il vend. Sa ludothèque, ce sont les jeux qu’il aime et auquel il joue, et uniquement ça. Si, un stock de à tester avant de savoir si ça part en ludothèque ou à la revente …

    Pire, le vil faquin, non content de découvrir je ne sais combien de jeux par année, se permet d’être le premier (ou presque … il y a en fait polémique pour savoir qui de lui ou moi avons réussit en premier …) à réussir le défi 10×10 … Quoi ? Il joue beaucoup, à plein de choses et il joue en plus plein de fois aux mêmes jeux ? Oui, Merlin est un passionné passionnant .. Si vous ne le connaissez pas, vous auriez tord de ne pas courrir à la pêche aux infos concernant ces récents projets podcastiques.

    Il y a aussi le premier Essen. Vous savez, quand vous découvrez, que vous voyez les stands d’occasion, et que vous voyez tout ces jeux que vous pourriez sortir avec votre fillee, votre femme, votre frère, votre père, votre tante, votre grand mère ? Et vous savez, autour de moi, les gens savent que je joue, et du coup ils sont curieux, ils me demandent.

    Et vous savez quoi, et bien tout ces gens n’ont pas les mêmes goûts. Alors on prend 3 boites pour la petite, 4 pour le plus grand, 2 jeux de dés pour maman. Oh, et puis cette perle ludique oubliée à moitié prix ? Oui, parce que mon frère pousse un peu plus loin le jeu que mes autres partenaires.

    Pour ma part, quand je vois un jeu, je vois la personne à qui il plaîra. Pourquoi ? Parce que mon plaisir, ce n’est pas de jouer, c’est de partager le jeu. Trouver le meilleur jeu pour mon frère, le meilleur jeu pour ma fille, le meilleur jeu pour ma mère. Pire, trouver le meilleur jeu pour jouer avec mon père et ma mère, celui qui sera le meilleur pour aussi jouer avec ma compagne ?

    Alors oui, j’ai beaucoup de jeux, j’en achèterai sans doute encore d’autres. Mais qu’importe. Acheter des jeux à des éditeurs pour ne pas y jouer, c’est aussi financer leur travail, le reconnaître. Oui, je pourrai faire un don. Mais je repars avec une jolie boite signée …

    Parce que mon Takenoko XXL n’a peut-être pas encore servit … mais putain, cette boite signée par toute l’équipe Matagot, non seulement elle est magnifique, mais ce sont des souvenirs. Passez une heure à faire signer tout le monde, animatrices incluses. La faire rappatrier par une amie qui n’habite qu’à 3 heures de route de chez moi et trouver là un prétexte pour manger ensemble avant le prochain Essen. L’avoir sorti à l’hotel et voir les étoiles dans les yeux de tout ces passionnés qui disaient « mon Dieu … je peux mourrir à cet instant, car j’ai connu le bonheur devant le Beau … ».

    Oui, j’achète, encore et encore … Pire, je continuerai sans le moindre remors. Parce que l’achat n’est rien en soi. J’ai les moyens de mes achats et le stockage qui va avec. Non, ce qui compte, c’est le partage qui le suis.

    Dans un registre assez proche finalement, je connais un joueur qui donne régulièrement des jeux. Il pourrait les vendre. Ben non, il te balance comme ça Les Demeures de l’Epouvant et l’extension qui va avec. A 30€, ça partirait en 32 secondes. Mais non, il achète, et quand il a besoin de place, il donne … Il fait plaisir et ça lui fait plaisir … Pas sûr qu’il ait acheter 50 boites à Essen, mais qu’importe. Au coeur du jeu, il place le partage … Une possession temporaire, car ce qu’il a acheté n’est pas pour lui un objet, mais des moments de partage …

    Et quand je vois ma ludothèque, chaque jeu acheté est un souvenir d’une partie, ou la promesse d’un échange avec untel ou untelle. Pour certains, l’attente sera plus longue que pour d’autres … Mais oui, là magie du jeu est là : le partage avant l’objet … Vous pronez l’achat raisonnable ? Je ne peut que me révolter … face à une telle promesse NE SOYEZ JAMAIS RAISONNABLE !!! ACHETEZ !!! PARTAGEZ !!! DONNEZ !!! VIVEZ !!!

    J'aime

    1. La question n’est pas une question morale. On s’en fiche de savoir si c’est bien ou pas d’acheter plein de jeux, ou de sortir plein de jeux, au fond. Je pense qu’il est plus intéressant de se demander si on ne loupe pas quelque chose justement en essayant de ne manquer aucun jeu, et donc en jouant moins à nos jeux.
      Je pense que challenge 10×10 ne cherche pas fondamentalement à faire acheter moins de jeu. Il cherche à faire jouer et rejouer à des jeux. Il faut savoir s’arrêter et regarder à nouveau un vieux film dont on a acheté le DVD sur un coup de tête, qu’on avait pourtant regardé qu’une ou deux fois. Ce livre qu’on a lu une fois puis rangé négligemment sur une étagère, ce serait peut-être pas une mauvaise idée de le relire.
      L’idée générale est de regarder au moins autant ce qu’on a déjà que ce qu’on peut ou qu’on va avoir, dans sa collec ou le temps d’une utilisation, et surtout d’apprécier les deux à leur juste valeur.

      J'aime

  9. Personnellement j’ai une faim insatiable parce que ce qui me motive c’est de découvrir les mécaniques. J’aime tomber sur des nouvelles façon de faire et j’adore la sensation que me procure une mécanique qui « clic » dans mon esprit, quand tout se met en place. Du coup effectivement je consomme beaucoup de jeu, ce qui n’empêche pas d’avoir mes préférés auquel je reviens souvent: ceux qui sont les plus doux à mon esprit.

    J'aime

  10. L’obsolescence programmée concernant les jeux est le fait des joueurs eux-même qui en multipliant les achats impulsifs, ou pas (peu importe), programment l’obsolescence des jeux auxquels ils n’auront de toute façon pas le temps de jouer…

    J'aime

  11. Le jeu est un loisir, et l’achat est un loisir. Combinez ces deux plaisirs, cela donne l’achat compulsif.

    Je suis personnellement revenu des achats compulsifs.
    C’était une période fun et faste où je m’amusais, sans trop comprendre.
    Aujourd’hui je construis ma ludothèque différemment, et je me force à jouer chacun de mes jeux une fois par an. Les autres disparaissent dans les limbes et je les donne.
    Certains restent sur le carreau (5 a 10%) MAIS cela me permet comme beaucoup l’ont dit au dessus de les redécouvrir sous un nouveau jour.

    Critique je suis lorsque je compare un jeu avec ceux de ma ludothèque pour voir si je n’ai pas équivalent, voire meilleur à la maison sur plusieurs critères :
    1 La mécanique
    2 Le thème
    3 Les critiques de joueurs qui me ressemblent en gout

    Alors à Essen je risque de ramener autant de vieilleries éprouvées que de jeux effarouchés …

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s