Tokyo Game Market

Izobretenik, un francophone expatrié au Pays du Soleil-Levant et fan de jeux de société, nous a contacté il y a quelques jours pour nous demander si ça nous intéressait de relayer ses articles sur la culture ludique nippone. Et là nous avons crié : « mais oui! ». Désormais, nous nous ferons le plaisir de co-publier régulièrement ses articles sur notre site en même temps qu’il le fera sur son site à lui, Japan Boardgames.
Le jeu japonais à la conquête du monde?
Merci pour la collaboration Izobretenik et heureux de t’accueillir au sein de la Gus&Co Team!

Tokyo Game Market

Le jeu de société au Japon est marqué par deux gros événements, où se retrouvent nombre de joueurs passionnés et d’auteurs déjà installés ou en devenir. Le Tokyo Game Market est vraiment le lieu où se déplacer pour découvrir les nouveautés japonaises et les “imports” les plus difficiles à se procurer. J’ai déjà participé au salon en avril. Vous pouvez d’ailleurs retrouver la chronique que j’en ai faite sur le site de Proxi-Jeux, ainsi qu’un retour audio rapide sur leur podcast.

Le deuxième gros salon de l’année pour moi, bien qu’il en existe un aussi à Osaka, aura lieu le lundi 4 novembre. Le 4 novembre est un jour férié ici et j’imagine qu’il y aura une foule de joueurs prêts à se jeter sur les jeux présentés en exemplaires limités. J’avais déjà parlé des jeux à “500 yens”, créés par la plupart des auteurs présents au salon. En avril, Seiji Kanai, Hiroshi Hayashi, et bien d’autres, avaient présenté des jeux à petit prix mais malheureusement en nombre d’exemplaires très restreint. Parmi ces jeux, Lost Legacy, pour Kanai, et Sail to India ainsi que Patronize pour Hiroshi Hayashi. Ces trois jeux sont depuis devenus des petits succès, puisqu’ils ont été réédités sous forme de jeux officiels, avec maintenant une vraie boîte et un matériel de bonne qualité. Sail to India et Lost Legacy, dont une extension sera présentée lors de ce salon, ont d’ailleurs été très rapidement sold out à Essen, et sont en passe d’être occidentalisés dans les mois à venir.

J’ai décidé de vous présenter les jeux considérés comme les plus attendus lors de ce salon. Les informations sont pour le moment très limitées et il s’agit donc de teasers plus que d’un véritable travail d’enquêteur. La plupart des jeux n’ont pas encore de titres définitifs en langue française, ni en anglais. C’est parti pour quelques images et une présentation rapide des jeux :

1) Senretsu Penguin 戦列ペンギン: Ce jeu aux graphismes tout mignon imagine une guerre fratricide entre deux armées de pingouins armés jusqu’aux dents. Le mélange “jeu de guerre” et “pingouins” ne peut qu’être attachant. Seuls les gens au cœur de pierre peuvent sérieusement résister à ce jeu. J’espère pouvoir me le procurer facilement. Il s’agit d’un jeu pour deux joueurs âgés de 8 ans et plus pour une durée de 15 mn. Il est annoncé à 1000 yens, 7-8 euros, en gros. Une ou deux illustrations et le livret de règles en japonais :

Règles JP

C'est pas mignon, ça ?

C’est pas mignon, ça ?

Je suis déjà conquis !

Je suis déjà conquis !

2) Alpaka Burger アルパカバーガー: J’attends avec impatience Alpaka Burger parce que… l’obsession des Japonais pour cet animal est particulièrement étonnant. Je ne sais pas vraiment d’où vient cette passion pour ce mammifère pour le moins bizarre. Ça ressemble à un lama et c’est pas super sympa. Il y en a désormais dans toutes les fermes aux enfants des environs et pas moyen d’échapper aux T-shirts recouverts de ce bestiau peu commun.

Jolie boîte qui fait sans doute référence aux restaurants où on peut vraiment manger de la viande d'Alpaka...

Jolie boîte qui fait sans doute référence aux restaurants où on peut vraiment manger de la viande d’Alpaka…

Encore un qui me fait craquer... En 2014 pour Essen ? :)

Encore un qui me fait craquer… En 2014 pour Essen ? :)

Vous trouverez une vidéo NicoNico d’explication pour le jeu ici. Le jeu se joue de 2 à 5 joueurs, pour une durée de 20 mn. Il est annoncé à 1500 yens.

Le principe du jeu est simple. Vous êtes le nouveau propriétaire d’un restaurant de hamburgers mais vous n’avez malheureusement pas beaucoup d’ingrédients à votre disposition pour satisfaire les demandes des clients. Vous allez donc faire ce que fait tout restaurateur en détresse : aller piquer ce dont vous avez besoin chez les autres ! Mais attention à ne pas trop abuser des stratégies aisées… Un jour ou l’autre, vous vous ferez attraper et là, vous devrez en payer les conséquences.

3) Ansatsukyo Jidai 暗殺狂時代: Voilà un titre qui fait froid dans le dos. Ça tombe bien, on est en pleine saison de Halloween ici. Et puis, finalement, quand on jette un œil attentif aux graphismes, il n’y a pas de quoi frémir trop longtemps. Très kawaii, le jeu propose d’incarner plusieurs personnages : un homme politique, un assassin, une cuisinière… Je vous renvoie vers une vidéo très sympa mise en ligne il y a quelques temps :

Il s’agit d’un jeu de draft, qui me semble à première vue inspiré des jeux de Seiji Kanai, même s’il est difficile aujourd’hui d’en être certain. Le but du jeu est de parvenir à assassiner le roi. Le jeu se déroule en 3 phases : chaque joueur reçoit en début de partie 7 cartes représentants des personnages différents. Il y a quatre sets de 7 cartes dans le jeu. Au début du tour, chacun des joueurs va sélectionner une carte et la poser face cachée ou face découverte (ce choix doit s’expliquer par les effets des cartes, dont on ne sait pas encore grand chose). Une fois la carte choisie, le joueur passera alors le reste des cartes à son voisin de gauche et recevra lui-même les cartes de son voisin de droite.

On passe ensuite à la deuxième phase, celle de résolution. Pendant cette phase, on découvre tous la carte choisie. On encoure le risque d’être assassiné par un autre joueur. Les cartes représentent aussi le nombre de points de victoire gagnés lors de cette manche. Mais attention, le joueur qui ne parvient pas à rester vivant jusqu’à la fin de la partie perdra l’intégralité des points de victoire accumulés jusque là. Lors de la dernière phase, celle de l’assassinat, le joueur qui aura gagné le plus de points est considéré comme vainqueur de la manche, et le roi est assassiné.

Le jeu se joue à partir de 10 ans, de 3 à 4 joueurs pour une durée de partie de 15 à 30 mn.

J'adore les boîtes roses et rouges... Franchement, ça me fait craquer à chaque fois.

J’adore les boîtes roses et rouges… Franchement, ça me fait craquer à chaque fois.

Les cartes.

Les cartes.

4) Waritori Penguin ワリトリペンギン: D’abord, une petite vidéo du jeu présenté par son auteur. Euh… c’est malheureusement pour la plupart d’entre vous tout en japonais mais ça permet de se faire une idée des composants et des illustrations.

Encore un jeu de pingouins me dira-t-on et vous n’aurez pas tort. Les alpaka et les pingouins, deux des obsessions animalières des créateurs nippons. Il va vraiment falloir que je pose les bonnes questions lors des rencontres d’auteurs, cette fois. Le jeu se joue de 3 à 4 joueurs, mais l’auteur conseille vivement d’y jouer à 4, pour des parties d’une durée de 15 à 20 mn, à partir de 6 ans. Les composants ont l’air de bonne qualité, à en croire les quelques photos du jeu sorties et les illustrations sont, comme souvent au Japon, enfantines.

Encore des graphismes auxquels il est difficile de résister...

Encore des graphismes auxquels il est difficile de résister…

Le matériel et le plateau.

Le matériel et le plateau.

Le but du jeu est de savoir qui sera nommé le “Pingouin de l’année”. Et oui, il s’agit d’un trophée qui n’est pas à prendre à la légère ! Quatre équipes de pingouins sont donc réunies pour cette confrontation finale et chacun va devoir faire preuve de subtilité et d’intelligence pour contrevenir aux projets des autres et ainsi les vaincre. L’auteur a déjà sorti un jeu qui a été vu à Essen cette année. Il s’agit de Akazukin (Eat Me If You Can)… le Petit Chaperon Rouge, dont vous avez sans doute entendu parler ou entrevu les jolies illustrations à base de petite fille en danger, de loup affamé et de cochons gloutons de pitreries.

Le petit chaperon rouge et les cochons... Hummm, it didn't come out right.

Le petit chaperon rouge et les cochons… Hummm, it didn’t come out right.

5) GooGooPon : Un jeu de 3 à 4 joueurs, pour des parties de 10 à 15 mn à partir de 5 ans… et c’est à peu près tout ce que vous saurez. Le jeu est déjà sold out avant même le début du salon et les règles sont… aussi discrètes qu’une pièce de 1 centimes au milieu d’une botte de paille !!

Euh... si vous en savez plus, vous me prévenez, hein ? Allez, soyez chics !

Euh… si vous en savez plus, vous me prévenez, hein ? Allez, soyez chics !

6) Hannin wa odoru 犯人は踊る: Je vous envoie d’abord vers un lien qui présente le jeu, les cartes, et les règles. Cliquez ici, non, pas là, ici. Un crime a eu lieu. Tous les témoins et personnes présentes au moment des faits sont désormais réunies au même endroit. Il est temps de savoir qui a commis ce crime horrible (j’en rajoute, histoire de créer une ambiance, là…). Le jeu se joue de 3 à 8 joueurs pour des parties de 10 à 20 mn. Il sera disponible à 300 exemplaires sur le salon. Il faudra aller vite pour mettre la main dessus, je pense.

Chaque joueur reçoit 4 cartes en début de partie. Ces cartes représentent tout un tas de personnages et de moyens d’arriver à retrouver le coupable. Il y a d’abord la carte coupable, qu’il faut à tout prix garder secrète au risque d’être découvert et éliminé. Il y a des cartes “alibi”, ou encore “échange d’informations”… Le vainqueur de la partie sera celui qui découvrira le “coupable” ou le “coupable”, s’il est parvenu à rester caché jusqu’à la fin. Un jeu dans la mouvance des Loups de Thiercelieux, que les Japonais reprennent un peu à toutes les sauces. Et là, je suis sûr que mes semi-compatriotes belges me répondront, le sourire aux lèvres, “la sauce Samouraï” !!!

La boîte, très jolies, avec... un loup !

La boîte, très jolie, avec… un loup !

Hannin, "le coupable"

Hannin, “le coupable”

Une carte qui permet d'échanger des informations.

Une carte qui permet d’échanger des informations.

La carte "alibi", prononcé à l'anglaise ici, "aleubaï" !

La carte “alibi”, prononcé à l’anglaise ici, “aleubaï” !

7) Koro Colosseum ころころシアム : Un jeu de dés pour jusqu’à 4 joueurs dont le principe est de frapper les autres joueurs… Ça me plaît déjà, rien qu’à lire le pitch, non que je sois d’un naturel agressif mais pouvoir lancer des dés et frapper avec (enfin, avec leur résultat), quoi de plus sympa pour se libérer l’esprit d’une mauvaise journée au boulot ?

On lance à son tour les 6 dés qui nous sont impartis. On peut les lancer trois fois d’affilée. On peut garder jusqu’à deux séries de dés identiques. Au premier lancer, on garde les dés identiques pour sélectionner un type d’attaque. Au deuxième lancer, même chose. Au troisième et dernier lancer, on peut encore garder des dés pour compléter les deux premiers types d’attaques. On compare le résultat des dés (et leur nombre) au joueur qui nous précède. Si on a moins de dés, on prend des points de dommages, si on en a plus, on donne des points de dommages.

Chaque joueur commence avec 10 points de vie. Certaines combinaisons permettent de faire plus de dégâts à un joueur et parvenir à utiliser l’intégralité de ses dés pour deux types d’attaque permet de se protéger des attaques de l’ennemi. Le dernier joueur à être encore en vie à la fin du jeu est déclaré vainqueur. Simple, amusant, ce jeu fait partie de mes envies. Espérons qu’il sera encore disponible à mon arrivée !

C'est pas joli, ça ?

C’est pas joli, ça ?

Les fiches perso et les dés. Dommage que les dés ne soient pas personnalisés pour le jeu.

Les fiches perso et les dés. Dommage que les dés ne soient pas personnalisés pour le jeu.

8) Dungeon of Mandom : (Oink Games) A chaque fois qu’un jeu Oink Games sort sur le marché, je ne peux m’empêcher de me ruer dessus. Pour deux raisons : la première, c’est que je trouve les graphismes des jeux de la boîte de Jun “Hattari” Sasaki toujours sublimes, et la deuxième, c’est parce que je ne suis jamais déçu. Les mécaniques sont toujours originales et les jeux agréables à jouer tout en étant suffisamment simples pour être expliqués en trois minutes.

Pour le moment, peu d’informations pour ce jeu, dont seuls les graphismes ont vraiment été présentés. Mais soyez sûr que je serai l’un des premiers à me le procurer si je parviens à trouver le booth assez vite. Comme d’habitude, 2000 yens, mais ce jeu les vaut déjà, j’en suis certain !

Regardez donc comme c’est beau :

Les cartes, sombres et finement illustrées.

Les cartes, sombres et finement illustrées.

Les cartes en gros plan !

Les cartes en gros plan !

Comme toujours, une petite boîte qui renferme sûrement un grand jeu.

Comme toujours, une petite boîte qui renferme sûrement un grand jeu.

Je tiens à remercier tous les auteurs et éditeurs qui ont accepté de garder un exemplaire des jeux sur le côté pour moi. Les contacter m’a pris du temps, mais leur réactivité, toute japonaise il faut le dire, et leur gentillesse font chaud au cœur. Merci à eux et les reviews des jeux devraient arriver très bientôt. Au programme, aussi, des photos, une chronique radio sur Proxi-Jeux sans doute et des interviews…

16 Comments

  1. Coucou. Genial mais super frustrant car comment se procurer ces jeux? amazon jp j’y trouve rien et n’y comprend rien 🙂 ( de toute facon le shipping ne doit pas exister pour des jeux a 500 yens). Bref de la frustation…

      1. Gus : tu n’es pas le premier à me le proposer. Olivier, de Proxi Jeux, m’avait aussi parlé de ça 🙂
        Kub2boa : tu ne serais pas le premier à qui j’envoie des jeux depuis le Japon. Il suffit d’une liste précise, avec des jeux encore trouvables, et au moins une à deux semaines pour me laisser le temps de trouver, attention redondant, le temps d’aller à la Poste quand je travaille. 🙂

      2. Izo, merci pour ta sollicitude…Dis moi stp, comment te contacter car sur ton blog je ne vois pas d’onglet pour des « mp ». Je ne pense pas que ma shopping list interresse tout le monde. Et surtout je ne voudrais pas ‘abuser » de ton temps libre pour rien…Donc combien de jeux dois-je « commander » decemment pour un eventuel envoi postal ?

        Cordialement

Laisser un commentaire