6 activités ludiques pour profiter de la torpeur estivale

Flickr – Sun Field – Stefano Costanzo

Chaque année c’est la même chose. Entre environ le 14 juillet et le 20 août, on constate une certaine torpeur estivale, et c’est tant mieux. Les gens partent bien évidemment en vacances, et on profite de la météo (quand elle est au beau fixe, c’est pas toujours gagné) pour sortir plus. Moins de trafic internet, moins de posts sur Twitter, sur FB, sur G+ (quoique, pour G+ c’est déjà mort le reste de l’année…). L’été voit une sorte de creux, avant qu’une effervescence toute bouillonnante ne jaillisse en septembre.

Voici 6 conseils d’activités ludiques à faire cet été pour profiter de la torpeur estivale:

1. Faire le ménage dans sa ludothèque : l’adage commun dit que si l’on ne sort plus un habit en tout cas une fois dans l’année, on devrait s’en débarrasser. Profiter de l’été pour se débarrasser des jeux auxquels on ne joue plus depuis des mois / années présente trois avantages:

– petit a, cela vous permet de faire de la place pour ranger de nouveaux jeux / exposer vos superbes figurines de D&D / mettre plus de photos de vos chats (je dis ça pour mes 5 chats).

-Petit b, cela vous permet de garder « l’essentiel », et le meilleur. Je sens que je ne vais pas me faire des amis auprès des auteurs de jeux, mais quand on ausculte la liste des différentes mécaniques de jeux, on réalise que finalement, dans la SURproduction ludique actuelle (lire à ce propos notre édito remontant à janvier 2011), de nombreux jeux ressortent des mécaniques similaires, juste épicées et apprêtées de manières différentes. Prenez l’exemple des deck-building, même si le soufflé est quelque peu retombé depuis 2008 et la sortie de Dominion, ou le placement d’ouvriers, indémodable depuis 2005 et Caylus, d’ailleurs réédité et revampé en 2012. Donc conserver LE meilleur -à votre avis- jeu de majorité / deck-building / coopératif / enchères etc. vous évitera redondance et lassitude.

-Petit c, cela vous permet de faire des heureux. Car si faire le ménage dans votre ludothèque paraît être une excellente idée, que faire des jeux dont vous allez vous débarrasser. Les jeter? JAMAIS! Recycler leur matériel pour en faire des prototypes de création de jeux? Mais pourquoi pas. Mieux encore, et si vous les offriez, tout simplement, à vos amis, à vos voisins, à votre ludothèque publique? Et pourquoi ne pas envisaver un gamecrossing? S’il existe le bookcrossing, le fait d’abandonner un livre dans un espace public pour quelqu’un le découvre et le lise à son tour, ne pourrait-il pas y avoir un gamecrossing? C’est-y pas une bonne idée qu’elle est bonne?

2. Préparer Essen 2012: comme chaque année depuis beaucoup d’années, à la mi-octobre a lieu LE raout du jeu de société dans la übercharmante (sic) ville rhénane d’Essen en Allemagne. Et comme chaque année, c’est une trâlée (expression québécoise) de nouveautés qui sont déversées sur les stands.

L’année passée, ce n’est pas moins de 750 nouveautés qui y furent présentés. Oui, j’ai bien écrit 750. Si vous aimez les jeux de société, ce qui devrait être le cas sinon vous ne me liriez pas, et que vous n’y êtes jamais allé, déjà, c’est la honte, je ne sais même pas comment vous faites pour vivre, et ensuite, il vous faut impérativement vous préparer pour vous y rendre en tout cas une fois dans votre carrière d’übergeek gamer. Oubliez les festivals du jeu à Cannes, Toulouse, Indianapolis (GenCon), Saxon (en Suisse), Murmansk (et pourquoi pas?), c’est véritablement à Essen que cela se passe. TOUS les éditeurs du monde entier et d’ailleurs font le déplacement pour présenter leurs jeux, ainsi qu’auteurs, illustrateurs et revendeurs allemands de saucisses végétariennes, ou presque.

Si vous y êtes déjà allés, vous connaissez déjà tout sur tout, les meilleurs stands, les horaires d’ouverture, comment faire pour trouver des belges à sombrero, etc. Sinon, vous pouvez toujours lire nos 6 conseils pour survivre à Essen, ou consulter la liste des nouveautés prévues à Essen 2012 sur JedisJeux.

3. Ré-écouter ProxiJeux : ProxiJeux, c’est LE podcast ludique du moment, qui en est quand même à passées 30 émissions et qui est écouté par plus de 8 milliards d’auditeurs et traduit en une trâlée de langues, dont le québécois.

Olivier et Jérémie, les deux animateurs superstars lyonnais, décortiquent les sorties ludiques, autant « en dur » (plutôt en carton) qu’en portage numérique sur tablettes. Profitez de l’été pour (ré)écouter tout ça, d’autant que leurs épisodes sont loooongs et boooons (au passage, une liste de tous les podcast ludiques qui existent dans l’univers ici). Le site de Proxi-Jeux c’est ici, et vous pouvez même vous y abonner gratuitement sur itunes.

4. Jouer plus : forcément, qui parle été parle terrasses, amis, grillades de saucisses allemandes végétariennes et soleil (quoique, pas toujours, surtout en 2012). Donc l’été est idéal pour jouer plus, jouer plus et jouer plus. Et jouer plus tard aussi, et jouer plus dehors par ailleurs. Dès que les frimas de l’automne et de l’hiver montrent leur frimousse, les gens préfèrent rester calfeutrés à la maison et du coup sortent moins. Nous vous avons proposé une liste de 7 jeux à absolument éviter cet été, qu’il vaudrait mieux lire avant qu’il ne soit trop tard et que vous ayez un accident ludique fatal. On vous aura prévenus.

5. Découvrir de nouvelles formes de jeux : il n’y a pas que les jeux de plateau dans la vie. Non, il y a aussi le jeu de rôle, les street-games, le poker, les jeux sportifs, le Go, le Mah-Jong, les grandeurs natures, les murders, etc. (je mets « etc. » parce que j’arrive au bout de mes idées, c’est toujours pratique le « etc. », ça fait genre que vous en savez beaucoup plus que vous ne le montrez. Etc.). Pourquoi ne pas justement profiter de l’été pour découvrir autre chose que le type de jeu auquel vous êtes habitué?

Comme petite anecdote, quand je jouais encore beaucoup au poker il y a quelques années, j’ai remarqué que les joueurs autour de moi étaient de parfaits monomanes (la définition sur WP : délire caractérisé par une préoccupation unique); il n’y avait que le poker dans leur vie, et ils ne voulaient JAMAIS ô grand jamais essayer un jeu de plateau. Comme si le poker était LE jeu, et que tout le reste était pour les gamins, pas digne d’intérêt.

L’été est donc la saison idéale pour tester autre chose, rien que pour vous offrir un bon bol d’air ludique et revenir sur vos « classiques » cet automne. Une partie de jeu de rôle un soir de mois d’août, perdu au milieu d’une clairière d’Ardèche, quelqu’un?

6. Préparer des projets ludiques pour la rentrée. Consommer des jeux, c’est bien, tout éditeur / auteur / vendeur de jeux pourra vous le dire. Mais pourquoi ne pas profiter de l’été pour passer de consommateur à acteur, producteur? Être un « simple » consommateur ne vous apportera pas autant de satisfaction et de sentiment d’accomplissement qu’en réalisant un de vos projets ludiques.

Vous avez une idée de jeux à développer? Paf, montez un proto, faites-le tester à vos amis et prenez contact avec un éditeur. A vous la célébrité, la richesse, les limousines, le tofu.

Vous avez des envies de lancer un festival de jeux dans votre ville / hameau? Contactez le maire, les associations et lancez votre projet pour la rentrée ou l’été prochain.

Une idée de portage de jeux en live, en street-game ? Un PacMan Urbain, un Zombie, une chasse au trésor, un Caylus ou un Carcassonne grandeur nature ? Mais pourquoi pas. Comme a dit Bernard Baruch qui était maraîcher : « des millions ont vu une pomme tomber, mais seulement Newton s’est posé la question de savoir pourquoi ». Alors, pourquoi pas vous?

Profitez de l’été pour innover, créer, développer, réfléchir à des projets ludiques. Car oui, le jeu fédère, socialise, divertit et… rend intelligent. Et si vous voulez vraiment ne pas être créatif cet été, voici 15 conseils pour surtout ne pas être créatif.

7. Relire des articles de fond sur Gus&Co: parce que je suis très nul en maths (ma comptable / épouse pourra vous le certifier) et que je ne sais pas compter jusqu’à 6, voici une 7e proposition d’activité ludique pour cet été. Rien de tel que les journées estivales rallongées pour (re)lire nos articles de fond sur le phénomène ludique, tels que des avis croisés d’auteurs de jeux sur la critique, mais aussi sur la gloutonnerie ludique, ou que la critique ludique ne sert à rien, ou à quoi servent les extensions, ou aussi que jouer augmente le QI, ou encore et surtout, pourquoi joue-t-on.

La rétrospective de nos articles de 2011 est ici, en attendant celle de 2012.

Que pensez-vous de nos 6 7 idées d’activités ludiques pour cet été? Une autre proposition?

Laisser un commentaire