Le Top 10 Gus&Co des jeux 2011

Après notre palmarès de 2010, voici celui de 2011.

Sélectionner les 10 meilleurs jeux de l’année fut un exercice difficile, laborieux et acrobatique. Jamais dans l’histoire de la planète n’y a-t-il eu autant de jeux publiés, près de 1’400 titres! À faire tourner la tête, et à rendre la sélection du Top 10 2011 périlleuse.

Nonobstant (j’adore cette expression sexy et désuète), voici notre palmarès. Nous l’espérons objectif, représentatif et éloquent.

NB : nous n’avons évidemment pas testé tous les 1’400 jeux, mais pas loin d’une bonne moitié, en tout cas les jeux les plus visibles (non, surtout ne me demandez pas ce que cela signifie). De plus, notre voyage à Essen nous a permis de prendre le pouls de la planète ludique.

Si certains auteurs, éditeurs ou joueurs se verraient déçus ou floués de ne pas voir leur titre préféré, nous assumons entièrement notre palmarès qui correspond à nos attentes et analyses.

Ce palmarès se veut objectif et neutre, il a été réalisé sans aucune pression ni copinage, je tenais à le préciser. Non mais.

Le classement est par ordre croissant, le 1 remportant la première place sur le podium. Le 10e ne signifie pas qu’il est mauvais, au contraire, puisqu’il s’immisce dans le Top 10.

 

10. Les Demeures de l’Épouvante

Très bon jeu, nous en avons très souvent parlé sur notre site cette année. En 10e position car DE est avant tout un jeu fun, on explore, on se déplace, pas de grande richesse stratégique mais une ambiance et un thème lovecraftien épiques. Notre critique ici.

9. Olympos

Le meilleur plateau Ystari depuis bien longtemps. Une gestion du temps inspirée de Theben, un mécanisme de ressources et construction somme toute assez banale, mais un mélange explosif, fluide et tendu, de l’auteur de Small World.

8. Fortunes de Mer

Un gros jeu de pirates et d’aventure. A consommer sans modération, un verre de rhum et un gouvernail à la main. Beaucoup de hasard, des parties longues et des règles pas toujours très claire, mais un réel plaisir de s’évader dans les Caraïbes et de partir à l’aventure. Notre critique dithyrembique à lire ici.

7. Trajan

Le nouveau Stefan Feld, d’après nous, le plus abouti, qui dépasse même Strasbourg et les Châteaux de Bourgogne, moins riches que Trajan. Oui, c’est possible. Et devinez quoi, nous en avons écrit une critique ici.

6. La Gloire de Rome

Pas facile à tout comprendre au début tellement les cartes peuvent être utilisées de 1’000 manières différentes, mais une fois les mécaniques bien maîtrisées, on enchaîne les parties. Les illustrations sont toutefois un peu plates.

5. Civilization

Peu d’actions à disposition pour un jeu d’une richesse et d’une ampleur stratégique inouïes. 3-4h de jeu intense, avec des mécaniques abouties.  Notre critique, encore, ici.

4. Dungeon Petz

Superbe, au thème drôle et à la mécanique fluide. Riche et profond. Notre critique ici.

3. Tournay

Après être rentré dans notre Top 10 2010 avec Troyes, les Belges de Pearl Games remontent à nouveau sur le podium. Matériel de qualité, jeu fluide et riche. Moins profond que son grand frère, il n’a toutefois rien à lui envier. Un excellent jeu! Notre critique ici.

2. Innovation

Certainement la bombe ludique de 2011. Mais à ne pas mettre entre toutes les mains. Lire justement à ce propos notre édito sur « la révélation flagrante ». Il faudra 2-3 parties d’Innovation pour véritablement commencer à en apprécier la richesse et le pseudo chaos contrôlé. Mise en place rapide, parties relativement courtes, 30-45′, tension extrême, du rarement vu. La mécanique de course est ici démentielle. A noter, Gloire de Rome en position 6 dans notre top 2011 du même auteur. La critique du jeu ici.

1. Sherlock Holmes Détective Conseil

Le jeu qui remporte les Lauriers Gus&Co 2011 est l’outsider d’Ystari Sherlock Holmes Détective Conseil. Sorti à la toute fin 2011, il parvient à se propulser sur le podium in extremis.

SHDC pour les intimes mérite amplement de siéger sur la première place du podium. Pourquoi?

SHDC est bien plus qu’un jeu, il est un appareil narratif. Exigeant, littéraire, intelligent, il permet à tout public de se voir offrir une soirée immergé dans un contexte londonien du 19ème siècle pour pas cher ni trop compliqué.

La machine à remonter le temps existe, Ystari l’a créée. Notre critique du jeu à lire ici.

SHDC est, pour nous, clairement le meilleur jeu de 2011, bien qu’il devrait plutôt trôner sur le podium de 2012 au vu de sa sortie tardive de 2011. SHDC n’est pas destiné à tout public, et pourtant tout public peut y jouer.

Bravo à Ystari qui place son poulain sur les marches de la gloire (ok j’en fais un peu trop là), et qui avec Olympos parvient à élever deux de ses jeux parmi les meilleurs de 2011.

Conclusion

Comme vous pouvez le constater, la plupart des jeux dans notre Top 10 sont plutôt des jeux moyen-lourds, entre 60 à 180 minutes, sans aucun party games ou jeux familiaux. Nous sommes en effet plus amateurs de jeux gros jeux de stratégie, même si nous testons aussi des jeux plus légers.

A l’heure où nous bouclons cet article, pour des raisons de délai, nous n’avons pas encore pu jouer à Takenoko, Vendredi ou Ora & Labora, trois jeux qui sentent très bon. Tant pis, ça sera pour 2012.

Vous en pensez quoi de ce classement? Des jeux à rajouter?

6 Comments

  1. Grrr, 10, c’est court. J’aurais bien aimé rajouter Quarriors!, Le Seigneur des Anneaux JCE, Olympus (sorti en 2011 en vf), Kamakor, tous d’excellents jeux également. Mais bon, voilà, il a fallu sélectionner les 10 jeux les plus percutants…

    1. Chez Gus&Co nous ne traitons pas des jeux pour enfants, désolé.

      Nous te renvoyons sur l’excellent site de nos amis belges Mon Petit Ludigaume. Tu pourrais leur suggérer une pareille action.

  2. Pas tous testés, mais j’aurai mis ces deux là:

    – Tschak: jeu malin mais qui même s’il semble simple n’est pas un jeu familial, car c’est assez subtil de savoir comment maximiser sa main. (Testé 2 fois avec des joueurs occasionnels, ils ont fini en négatif).

    – Helvetia: une mécanique simple mais fluide (comme toujours chez Matthias Cramer auteur de Glen More et Lancaster) pour des parties au résultat serré. Sympa le fait de pouvoir marier ses habitants dans les villages voisins pour profiter de la production d’un bâtiment.

Laisser un commentaire