Analyses & psychologie du jeu,  Jeux de plateau

Les 14 excuses que vous avez peut-être utilisées pour ne pas jouer

Jouons-nous aussi souvent que nous le désirons ? Voici les 14 excuses les plus courantes qu’il nous arrive d’utiliser pour ne pas jouer.


Les excuses pour ne pas jouer

Combien de fois par semaine, par mois est-ce que vous vous lancez un jeu de société ? Est-ce que vous jouez autant que vous le souhaite ? Étonnement, ce n’est pas toujours facile de sortir un jeu et de se lancer une partie. Il y a des raisons valables pour ne pas jouer (pas le temps parce qu’on part au boulot dans 5 minutes. Ou boulot). Et il y a des excuses pour ne pas jouer, que nous avons toutes et tous inventées, utilisées.

Voici une liste de 14 excuses très courantes que vous avez probablement utilisées à un moment ou à un autre pour remettre votre partie au lendemain. Ou à l’année prochaine. Et les moyens d’y répondre.

Non, je n’ai pas le temps

Mais comment ça, pas le temps ? Si certains jeux peuvent durer plusieurs heures, d’autres peuvent au contraire être très rapides et ne durer que 10-25 minutes.

Et la vie est courte, très courte. Quels seront les moments auxquels vous vous souviendrez sur votre lit de mort ? Ceux passés seul dans votre coin ou ceux passés à s’amuser, à avoir du plaisir entre amis ?

Je suis trop occupé

Une excuse qui rejoint un peu la précédente. En méditation, on dit : « si tu n’as pas le temps méditer vingt minutes, c’est que tu dois méditer deux heures ». On devrait dire pareil pour une partie de jeu de société.

Si on est trop occupé pour faire un jeu, pour s’amuser, alors on devrait jouer encore plus ! La vie est courte. Très courte. Trop courte.

Je suis un parent célibataire et j’élève seul onze enfants

Onze ? Pas mal ! Mais alors, pourquoi ne pas vous lancer une partie de jeux de société ensemble, en famille ? Pourquoi ne pas les inclure ? Alors soit, des jeux à onze, il y en a relativement peu, je vous l’accorde. Mais des jeux à 8, ça existe.

J’ai déjà joué hier

Et ?

Je joue déjà demain

Et ?

Je n’aime pas jouer

Quelle excuse ! Comment peut-on ne PAS aimer jouer quand le jeu est le propre de l’être humain ? Et de l’animal aussi d’ailleurs ? Si vous avez un chien, ou chat, une mygale domestique, vous l’aurez aussi constaté. Jouer détend, fait rire, fait rentrer en contact des autres. Et pour certains, remplir sa déclaration d’impôts devient même un jeu en soi.

Ce n’est pas que certaines personnes n’aiment pas jouer. C’est qu’ils n’ont pas encore trouvé « chaussures jeu à leurs pieds » : jeux de gestion, jeux d’ambiance, jeux de communication, jeux de dés, de cartes, la liste est longue.

Je ne suis plus un gamin

Sérieux ? On n’arrête pas de jouer parce qu’on vieillit. On vieillit parce qu’on ne joue plus. Le jeu est bien trop souvent considéré comme une activité puérile, peu sérieuse- Alors qu’il n’en est rien ! Beaucoup de jeux demandent des efforts intellectuels importants, stratégies, tactiques, réservés aux adultes. Nombreux jeux de société actuels sont d’ailleurs réservés aux adultes puisqu’ils annoncent des âges dès 12 ou 14 ans.

J’ai déjà joué à tous mes jeux

Et alors ? C’est impossible de re-re-rejouer aux mêmes jeux ? Alors certes. Certains jeux, narratifs, ou en mode Escape game sont des jeux… Kleenex. On y joue une fois, et puis c’est tout. Mais c’est l’exception qui fait la règle. La plupart des jeux non pas de date nombre de parties de péremption.

Et d’ailleurs, plus on joue à un jeu, à un bon jeu, et plus on s’améliore, plus on trouve de nouvelles stratégies. Une excuse… foireuse.

Je ne comprends rien aux règles

Oui bon d’accord, certains jeux de société peuvent être trèèèès complexes. Mais ce qui définit les jeux de société modernes d’aujourd’hui, ce sont des règles courtes pour des parties riches et variées. Les éditeurs ont bien compris qu’il fallait éviter d’effrayer les gens avec des règles longues et complexes.

Ils font désormais, certains en tout cas, des efforts pour les rendre aussi claires et brèves que possible. Le mieux est encore d’essayer un, deux, trois tours de jeu, juste pour voir.

J’ai trop joué quand j’étais gosse

Vous êtes peut-être dégouté des jeux de société traditionnels, comme le Monopoly, le Pictionary ou le Trivial Pursuit. Mais les jeux de société modernes proposent des expériences, des sensations différentes. Le plus souvent concentrées et intenses.

Et dire qu’on peut être dégouté de jouer, c’est comme dire qu’on peut être dégouté du cinéma à la suite d’un film médiocre qu’on aurait vu. Alors qu’il y a tant de films qui sortent chaque année. Pareil pour les jeux, avec plus de 3 000 – 4 000 nouveautés par année !

Je suis trop mauvais perdant

Alors ça c’est autant une bonne excuse, qu’une excuse bidon. Bonne excuse parce qu’il n’y a rien de pire qu’un mauvais perdant à une table. Mieux vaut ne pas jouer pour éviter de pourrir la partie à tout le monde.

Excuse bidon parce que 1. il suffit de ne pas perdre 2. plus on joue plus on se… « soigne ». On apprendra peu à peu à perdre. Voire à jouer sans vouloir impérativement gagner, encore mieux ! Perso, je ne joue jamais pour gagner. Mais pour m’amuser (en même temps, je n’ai pas le choix, je perds tout le temps !).

Je n’aime pas les jeux de…

Et pourquoi donc ? Une mauvaise expérience avec ce type de jeu ou avec cet auteur précis ? Alors pourquoi ne pas essayer le même type mais avec un autre jeu, histoire de confirmer / infirmer son aversion ? Ou alors tout simplement se laisser tenter par un autre genre de jeu ?

Je suis trop fatigué. Je n’ai pas envie de me concentrer

Et je préfère me vautrer sur mon canap’ à binger une énième série (très moyenne) sur Netflix. Jouer réveille. Car jouer c’est s’amuser. Jouer réveille. Car jouer, c’est être actif. Peut-on s’endormir en riant, et/ou en passant un bon moment ? Une excuse qui ne tient pas.

De toute façon, je perds tout le temps

Cette excuse rejoint celle du mauvais perdant ci-dessus. Car après tout, on joue pour s’amuser. Dans nos sociétés hyper-productivistes, il est bon parfois de « lâcher prise ». Et de ne pas forcément viser la victoire. Juste passer un bon moment entre amis. Pourquoi jouons-nous ? Pour créer du lien.


Article écrit par Gus. Rédacteur-en-chef de Gus&Co. Travaille dans le monde du jeu depuis 1989 comme auteur et journaliste. Et comme joueur, surtout. Est également pilote de chasse pour l’armée américaine, top-modèle, bio-généticien spécialiste en résurrection de dinosaures, champion du monde de boxe thaï et de pâtisserie végane, dompteur de tricératops, inventeur de l’iPhone et mythomane.


Et vous? Avez-vous entendu d’autres excuses (bidons) pour ne pas jouer ?

Votre réaction sur l'article ?
+1
9
+1
8
+1
0
+1
6
+1
1
+1
2

2 Comments

  • OlivR

    Hummm ne serait-il pas un tout petit peu prosélytique cet article ? 😉 😀

    Il y a peu, j’ai eu l’excuse « Je ne souhaites pas tomber dans ce travers. Je n’ai pas de temps pour une nouvelle addiction ».
    Et là, j’avoue ne pas avoir trop su quoi répondre…

À vous de jouer ! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :