Critiques de jeux,  Jeux de rôle

La ville en jaune, Strasbourg à la sauce Lovecraftienne

Dans La ville en jaune, plongez dans un Strasbourg terrifiant. Une campagne pour le jeu de rôle Cthulhu Hack.


La Ville en jaune – Campagne Cthulhu Hack

La ville en jaune est une œuvre inédite publiée chez l’éditeur Les 12 Singes. Il s’agit d’une campagne horrifique qui tourne sur le moteur de jeu Cthulhu Hack.

Saucisses de Str-Hastur

Derrière ce jeu de mot d’un niveau Carambar, je cache en réalité un message informatif : cette campagne se déroule dans les années 1920 à Strasbourg en France. La ville est en pleine expansion. Une bonne partie du centre-ville est en travaux de modernisation, appelée la Grande percée.

Les citoyennes et citoyens sont heureux, ça crée du travail, du prestige. Et surtout, aucun risque que l’Allemagne vienne bombarder cela… 20 ans plus tard…

Mais pas de chance. On est dans du Cthulhu (Hack), alors forcément. Quelques cultistes locaux ont décidé de profiter de toutes cette agitation pour tenter d’invoquer un grand ancien : Hastur. Parce que pourquoi pas, ce sont les Années folles après tout.

Cthulhu Hack, c’est quoi ?

Cthulhu Hack est un système de jeu utilisé pour les jeux de rôle horrifiques et d’épouvante, en particulier l’univers de HP Lovecraft. Le système est plus léger. Certaines personnes le trouveront moins complet que le système leader dans le domaine : L’appel de Cthulhu.

Il se base sur quelques caractéristiques et actions qui font quelque peu penser à Donjons et Dragons. Hasard ? Non, car Cthulhu Hack est une version alternative de The Black Hack, une sorte de bootleg du D&D des origines.

Le système est plus simple, donc moins profond (blague lovecraftienne) mais plus efficace dans certains moments de tension. On va en parler plus bas.

Les oripeaux du quoi ?

Pour être honnête, j’ai beaucoup… BEAUCOUP d’ouvrages de jeux de rôle qui se déroulent dans l’univers de l’Appel de Cthulhu. Mais j’étais curieux de mettre la main sur ce livre. Car je suis un grand fan de la mythique campagne Les Oripeaux du roi. Dans laquelle des cultistes essayent d’invoquer Hastur sur terre. Dans les années 20… La comparaison avec La ville en jaune s’impose immédiatement. Parlons de l’éléphant dans la pièce : La ville en jaune est-elle un remake repompé rebooté ?

NON, heureusement.

Là où la campagne Les Oripeaux du roi vous fait voyager un peu partout dans le monde telle une campagne Cthulhu plutôt classique, La ville en jaune dispose, propose, impose une véritable unité de lieu. C’est une narration plus nerveuse, compacte. Plus moderne dans son approche.

Les ouvrages sont finalement assez complémentaires. Et même s’il y a des points communs évidents, La ville en jaune a bien son identité et sa saveur propres.

La ville en jaune, c’est bien ?

Oui, clairement !

Il s’agit d’une campagne de jeu de rôle plus courte et plus tendue que les standards actuels. Elle peut se compléter en 4-6 grosses séances, selon mon estimation au doigt mouillé. Et c’est franchement très agréable ! Pas besoin d’agender 1d6 années pour l’achever.

Les trois actes de l’histoire ont chacun leur ambiance distincte. La troisième partie est particulièrement réussie et bien écrite. J’avoue ne pas être très fan du système Cthulhu Hack. Mais il faut bien dire qu’il fonctionne assez bien ici.

Et puis au pire, il est toujours possible d’utiliser un autre système. Car dans La ville en jaune, c’est l’univers et le scénario qui priment. Il faut dire au passage que l’on n’est pas dans du Pulp. La prudence reste de de mise, fragiles petits êtres humains…

Un sans faute ?

Presque.

Il s’agit une très belle campagne, un très bel ouvrage, bien écrit et qui sent la passion ! Le seul vrai défaut que je peux trouver ici, c’est que le livre peine un peu à s’autosuffire. Le ou la MJ va devoir faire des recherches sur la fameuse « grande percée » afin d’avoir un cadre cohérent.

Ou, se procurer l’ouvrage complémentaire de la même gamme intitulé Le guide occulte de Strasbourg. Ce supplément permet de gérer plus facilement l’aspect historique et social de la campagne. Et de faire durer le plaisir et/ou la souffrance ! Il faut dire que cet ouvrage est vraiment très bon. C’est par conséquent et en toute logique un bon investissement. Il est notamment rempli d’amorces de scénarios et d’événements à rajouter à la campagne.

Pour finir, durant mes parties, l’ambiance était assez géniale ! Les pré-tirés sont bien fichus. Ils offrent un démarrage rapide. Le scénario d’ouverture est très palpitant et cohérent.

Bref, je recommande La ville en jaune. C’est du beau travail. La narration est fluide et les scénarios vous réservent quelques belles surprises.

De plus il s’agit clairement d’un déclaration d’amour (à peine déguisée) à Strasbourg et sa région. Ça change d’Arkham !

L’œuvre impie est disponible chez Philibert (qui est à Strasbourg, aussi) pour 29 euros. Comptez plutôt 58 euros avec le supplément, soyons honnêtes.


Pour vous offrir une expérience de lecture plus agréable, nous vous proposons un site sans aucune publicité. Nous entretenons des relations d’affiliation avec Philibert et Play-in. Ainsi, lorsque vous achetez un jeu en cliquant sur les liens menant aux boutiques, vous nous soutenez. Grâce à vous, nous pouvons obtenir une petite part des revenus. Ceci nous permet alors d’acheter d’autres jeux et de continuer à pouvoir vous proposer de nouveaux articles.


Article écrit par Didi. Sa passion : les jeux, mais surtout, les jeux de rôle. Ses chroniques sur Gus&Co vous présentent des nouveautés, et dépoussièrent aussi quelques raretés débusquées sur ses étagères.

Votre réaction sur l'article ?
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0

2 Comments

  • Joel

    Bonjouer, merci pour cet article intéressant. Est-ce que « La ville en jaune – Le Pack du MJ » comprend la compagne elle-même, ou bien faut-il acheter la campagne en plus ?

À vous de jouer ! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :