Jeux de plateau,  Jeux de rôle

Paizo, l’éditeur du jeu Pathfinder, accusé de comportements toxiques et homophobes

Paizo, l’éditeur de jeux de rôle, accusé d’un environnement de travail hostile et de comportements racistes et homophobes.


Paizo

Les scandales et allégations de harcèlements et de comportements inadéquats continuent de secouer l’industrie du jeu de société. Pas plus tard que jeudi, on vous révélait qu’un éditeur de jeu de société avait été expulsé presque manu militari de la Gen Con qui a lieu ces jours pour des liens avec l’idéologie suprémaciste blanche. C’est maintenant au tour de Paizo.

D’anciens employées de Paizo parlent d’un environnement de travail hostile et d’un conseil d’administration raciste et anti-LGBTQIA+.

Paizo Publishing, ce sont les éditeurs du jeu de rôle extrêmement populaire Pathfinder, du médiéval-fantastique, et Starfinder, du médiéval-fantastique, mais dans le futur et dans l’espace.

Il y a cinq jours, lundi 13 septembre, l’une des employées de Paizo, responsable du service client et de la communauté, a été licenciée de l’entreprise. Suite à cela, par solidarité, le lendemain, on l’apprenait sur Twitter, c’est le représentant du service client de Paizo qui a démissionné :

Après quoi, l’ancienne chef de projet Paizo a écrit un long message sur Twitter alléguant de nombreuses accusations graves contre la direction de Paizo.

Vous pouvez lire l’intégralité de son fil Twitter ici, mais parmi les accusations figurent :

  • Devoir travailler dans un environnement de travail toxique.
  • Le responsable de l’édition chez Paizo a accroché des images racistes dans son bureau, a affiché une croix gammée sur sa page Facebook et a voulu inclure des sections sur la maladie mentale dans un livre de leur gamme contre la volonté de l’équipe de développement.
  • Forcer les femmes développeurs à commencer par le titre d’assistante et les payer moins que leurs homologues masculins.
  • Le président de Paizo a harcelé une employée jusqu’à ce qu’elle démissionne. Il a également conseillé à ses employées de ne pas se mettre en situation dans laquelle elles pourraient se retrouver harcelées.
  • Le concepteur en chef de Paizo, a tenté de séduire toutes les employées du département créatif qui n’étaient pas en couple.

Et ce ne sont que quelques-unes des nombreuses accusations. Vous pouvez découvrir le tout ici.

Et avec la parole qui se libère, c’est au tour de l’ancienne spécialiste de la production de Paizo de publier sur Twitter sa propre accusation à charge contre l’éditeur, qui aurait tenu des propos diffamatoires et homophobes.

Avec, notamment, des règles transphobes avérées.

Le président de Paizo, a réagi à toute cette affaire en faisant une déclaration mercredi sur leurs forums, réaffirmant les valeurs fondamentales et humanistes de l’entreprise, sans toutefois nier les allégations de ses employées. Quelques jours après, en réaction au message du patron de Paizo, ce sont plus de 900 (!) réactions qui ont été publiées sur leur forum.

L’employé accusé de comportements racistes a publié quant à lui sa propre déclaration sur Reddit, niant toutes les accusations.

En réaction à toute cette affaire, de nombreux employés, actuels et anciens, ont soutenu l’équipe de direction de Paizo, notamment :

Et maintenant ?

Que ces accusations soient vraies ou non, Paizo a également déclaré vouloir améliorer son image et ses comportements, et intégrer tout cela dans leurs jeux. Même s’ils n’ont pas participé cette année à la Gen Con, Covid oblige, toute cette affaire tombe à un très mauvais moment pour l’éditeur en plein salon du jeu.

%d blogueurs aiment cette page :