Jeux de plateau

Asmodee et Amazon sortent les griffes contre les copies pirates

Le marché regorge de copies pirates de jeux de société. Asmodee et Amazon contre-attaquent.


Asmodee et Amazon contre pirates

C’est l’agence de presse Reuters qui en parle, les deux géants que sont Asmodee et Amazon en ont assez des copies pirates et autres contrefaçons de jeux de société. Ce 24 juin, ils intentent un procès en action conjointe contre Samuel Katz, qui dirige deux sociétés, Crazy Leaf, et Gig Trading Inc.

Selon Asmodee et Amazon, la boîte vendrait des versions pirates de deux extensions Dixit, Daydreams et Revelations, Dixit, qui appartenaient précédemment à Libellud, éditeur racheté par Asmodee en 2020.

Selon le dossier du procès, déposé auprès du tribunal civil américain de Washington,

« Amazon a reçu des plaintes de clients selon lesquelles la copie pirate de Dixit : Daydreams vendu par le défendeur dans la boutique Amazon était inférieur au produit authentique, démontrant ainsi l’impact négatif sur la réputation de qualité des demandeurs auprès des clients.

Dans un cas, un client s’est plaint que les cartes de jeu contrefaites qu’il avait achetées comportaient « des illustrations horribles et ternes ». Celles-ci ne ressemblent en rien aux cartes originales.

Le 16 décembre 2019, Asmodee North America (ANA) a effectué un achat test auprès du compte de vente de Samuel Katz pour un produit annoncé sous le nom de Dixit : Daydreams Expansion. Le défendeur a expédié à Asmodee un produit portant la marque Dixit et d’autres indications de la marque Asmodee. Asmodee a examiné le produit et a découvert ainsi qu’il s’agissait d’une copie pirate.

Sur la base de l’examen de la copie, ANA a déterminé que les caractéristiques du produit contrefait étaient loin du produit authentique. Les images de la copie pirate semblent copiées et imprimées de la version d’origine.

Mais ce n’est pas tout. Le graphisme de la copie, police d’écriture, etc, diffèrent de la version authentique.

Mais ce n’est pas tout. Les couleurs des images sont également différentes.

Bref, c’est tout moisi. Mais surtout, c’est du piratage, et c’est interdit. Si vous faites un tour sur des sites en ligne chinois, vous risquez bien de tomber sur des copies piratées, et vendues, de jeux de société. Je me souviens de cette version pirate de King of Tokyo, découverte en 2013.

Le procès déposé auprès du tribunal de Washington inclut quatre plaintes pour contrefaçon de marque, deux pour fausse appellation d’origine et publicité mensongère, et violation de la loi de Washington sur la protection des consommateurs.

Tous les documents judiciaires sont disponibles ici : Affaire : 2:21-cv-00850, United States District Court for the Western District of Washington, et Amazon a publié un communiqué de presse ici.

Et vous, êtes-vous déjà tombé sur des copies pirates de jeux de société ? Lesquelles ?

À vous de jouer ! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :