Jouer en solo: Brains

Temps de lecture: 3 minutes

Clément nous revient avec un article pour jouer en solo à… Brains:

Avant la déferlante Cthulhu, élévation dans le domaine public oblige, nous avions eu droit à une période Zombies.

Surfant sur la vague The Walking Dead, les éditeurs nous ont gratifiés d’une palanquée de titres usant avec plus ou moins de succès de la thématique.

Ce n’est pas le cas de Brains. Même pas un bout de viscère ou un œil globuleux qui traîne. Rien, nada, nix.

Brains?

Brains, c’est une série de quatre jeux (à l’heure où j’écris), de Reiner Knizia édités en VO chez Pegasus et en VF chez Matagot.

Des casses-têtes, des puzzles qui peuvent se jouer à plusieurs mais qui se pratiquent plutôt en solo :

Brains Chasse au trésor

Brains Jardin japonais

Brains Potions magiques

Brains Avec le sourire

Le premier étant indisponible depuis un moment, je n’ai pas pu le tester. Mais j’ai testé pour vous les trois autres. Parce que je suis comme ça. Généreux, prêt à (presque) tout pour mon public.

Brains Jardin japonais

Des petits carrés avec deux entrées/sorties par côté, des chemins tracés, et des aménagements de jardin, ponts, pagode, puits.

Des puzzles avec des icônes à relier, un nombre de ponts à passer, un nombre de carrés à traverser, ou un aménagement à rejoindre.

Présenté comme ça, ça parait simple. Et ça ne l’est pas tant que ça. Les niveaux, 50 en tout, montent en difficulté, et sont équilibrés. On se creuse la tête pour trouver, et c’est ça qu’on aime.

Le thème du jardin est plutôt bien utilisé, et on a plaisir à voir le jardin fini, avec les tuiles au bon endroit. Un grand OUI pour moi.

Brains Potions magiques

Des petits carrés séparés en quatre, avec des symboles (ou pas) dans chaque quart. Des puzzles avec un nombre d’ingrédients par colonne ou ligne, ingrédients identiques ou différents, selon le pictogramme.

Ça ressemble au jardin japonais ? Oui, et non… C’est différent, mais surtout moins difficile. La difficulté principale est l’habitude qu’a notre cerveau de mettre un haut et un bas, et de ne pas oublier qu’on peut tourner les tuiles et mettre la tête du crapaud à l’envers.

C’est un 5, pas un 4 barré…

Le thème des potions magiques est… un prétexte. Il n’est pas utilisé, et pourrait être remplacé par n’importe quel autre. Et les pictogrammes peuvent embrouiller.

Un sentiment de bof-bof à la fin des 50 puzzles. Parce que oui, j’ai quand même fini le jeu. En un peu plus de 3 heures.

Brains Avec le sourire

L’erreur de casting. Rien ne va dans ce jeu. Je crois que l’auteur ou l’éditeur a voulu faire un Othello (Reversi) avec des smileys,  » parce que les smileys c’est jeune « .

Résultat, c’est raté.

Les puzzles ne sont pas assez durs, le matériel n’est pas très utilisable (Il faut mettre des petits smileys sur la carte…), le thème est nul… Non. On évite.

Conclusion

La conclusion, qui n’engage que moi, c’est que le jardin japonais, et peut-être la carte au trésor, qui semble sur le même modèle, vaut le coup. C’est un vrai casse-tête, on se creuse les méninges. Et puis c’est joli. Pour moi, c’est important.

Les potions magiques, on peut éviter. Mais si on a une apprentie sorcière à la maison, on peut tenter le coup.

Le sourire. c’est non. Niet. Nein. Même à son patron pour la fête de fin d’année. On trouvera autre chose, comme ce magnifique kit de macramé. Ça fera plus plaisir, et en plus c’est utile.

Vous pouvez trouver Brains Jardin Japonais chez Philibert, et si vous habitez en Suisse, chez Helvétia Games Shop

Vous pouvez trouver Brains Potions Magiques chez Philibert, et si vous habitez en Suisse chez Helvétia Games Shop

Vous pouvez trouver (mais on vous le déconseille) Brains Avec le Sourire chez Philibert, et si vous habitez en Suisse, chez Helvétia Games Shop

1 Comment

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.