Essen 2015. Les coups de gueule

Angry-In-Inside-Out-Movies-Disney-Wallpaper-Picture

Après nos coups de coeur de l’édition 2015 du salon de jeu d’Essen, parce qu’il est parfois aussi nécessaire de relever ce qui ne plaît pas, ce qui fâche, voici nos coups de gueule de cette année.

La halle 7

La halle 7. Morne. Lugubre. Froide. Au sens propre et figuré.

L’année passée, c’était la halle 4 qui était sinistre. Comme cette année la 4 était entièrement dévolue au méga tournoi de Catane et ses 1’000 joueurs, la halle 7 a pris le relais. Et elle foutait vraiment les jetons.

Chaud

Pas vraiment un coup de gueule. Plutôt un triste constat.

Que plusieurs éditeurs n’aient pas reçu leurs jeux à temps. Les palettes étaient bloquées quelque part en transit. Et donc du coup, pas grand chose à montrer ou à vendre. Tant de dépenses pour tenir un stand et d’espoir. D’autres éditeurs avaient à peine reçu leur jeu mercredi dans la journée, juste avant l’ouverture du salon, pour découvrir que la prod était foireuse: pièces manquantes, souci de colorimétrie… Pas facile le métier d’éditeur de jeux.

Editeurs pas glop

Tiens, en parlant d’éditeurs. Un coup de gueule. Croiser certains éditeurs extrêmement désagréables parce qu’un de leur jeu avait pu recevoir une critique pas nécessairement dithyrambique sur notre site…

Mais ça fait « partie du jeu ». Nous ne sommes qu’humains après tout. Je les comprends. Pas facile d’encaisser. Surtout quand il y a tellement de pépètes « en jeu ». Et j’ai réussi à placer le mot « jeu » quatre fois de quatre manières différentes.

1’200. Vraiment?

Sur les 1’200 jeux annoncés, il y avait finalement moins de nouveautés que cela. Beaucoup de « vieux » jeux. De rééditions. D’extensions. De variantes. Finalement assez peu de jeux frais et originaux. Beaucoup de stands proposaient même des jeux sortis les années précédentes.

504. WTF.

L’enclume 504 de Friese est finalement l’épiphénomène du point précédent. Un jeu qui mélange les poncifs de toutes les mécaniques existantes pour en proposer un jeu en soi. Représentatif d’un marché qui commence peut-être à s’essouffler après environ quinze années de bons et loyaux services.

504 n’est pas un jeu. C’est un objet. Ou un exercice de style. J’ai hésité à l’acheter et à jeter tous les autres jeux. Finalement, j’ai préféré garder tous les autres jeux et faire l’impasse sur cette enclume.

Peu inspirés

Quelques éditeurs très attendus et plutôt en demi-teinte ou peu inspirés cette année:

Béziers Games. Qui a toutes les peines à retrouver son souffle épique de 2013 et leur carton Suburbia. L’année passée ils sortaient des rajouts pour Suburbia. Cette année La Faveur du Pharaon, une réédition d’un « vieux » jeu de 2006, To Court the King. Réédition très moyenne pour un jeu de dés plutôt moyen.

Portal Games, décevant depuis leur carton Robinson. Et non, ne me dites pas que Settlers est réussi. Ou alors vous n’avez jamais jamais jamais joué à plus de 2 joueurs.

Days of Wonder, qui a préféré jouer la carte (et c’est le cas de le dire) de la sécurité, avec leurs extensions pour Les Aventuriers du Rail et Five Tribes. Aucune nouveauté. Bien dommage. Mais bon, ça veut aussi dire qu’ils « reculent » pour mieux sauter et nous proposer un gros carton pour 2016.

Mais Matt, tu nous a fait quoi là?

Grosse grosse déception pour Thunderbirds chez les anglais de Modiphius. Le nouveau jeu de Matt Leacock, l’auteur de tous les jeux coopératifs sur le marché, ou presque. L’Ile Interdite. Pandémie. Le Désert Interdit, tout ça.

Un matériel incroyable. Un thème génialissime, reprenant le « dessin animé » des années 60-70 (pas vraiment un dessin animé, mais passons). Je me réjouissais de découvrir ce jeu. Mais à vouloir proposer un jeu riche et complet, l’auteur y a mis des milliers de mécaniques et de missions différentes. Très « fiddly », comme on dit aux US. Avec beaucoup d’éléments à gérer. Difficile à maîtriser, surtout en coop. Bref, très déçu.

Et vous, quels étaient vos coups de gueule pour Essen 2015?

21 réflexions au sujet de « Essen 2015. Les coups de gueule »

  1. Totalement en désaccord quant au hall 7. Mon préféré. On sort des usines à faire du jeu du hall 3, on y trouve de vrais passionnés, certains venus de très loin (Bresil, Taïwan,…) pour présenter leurs humbles créations de passionnés. Dire que le hall 7 fout les boules c’est avouer ne pas avoir pris le temps de s’y arrêter, juste parce que les éditeurs présents là n’avaient pas les moyens de se payer des placards de pub en 8 par 12.
    Moi je voudrais un Essen avec que des halls 7, remplis d’artisans du jeu, de passionnés purs et durs.
    Par contre oui, le hall 4 l’année dernière, c’était flippant!

    J'aime

    1. Tout pareil, je me suis souvent rendu dans ce hall pour l’atmosphère moins « foire, ambiance premier jour des soldes » du lieu et où on peut circuler et découvrir des jeux plus tranquillement.
      J’ai bcp parcouru les autres aussi, hein, mais venir se reposer au 7 pour déambuler et jouer plus calmement, ça faisait du bien !

      J'aime

      1. Tout Pareil bis. J’ai beaucoup aimé me « réfugier » dans le Hall 7 et découvrir des jeux qu’on aura du mal à trouver de par chez nous… C’est dans ce hall que j’ai le plus testé de jeux

        J'aime

          1. Je complète : la lumière de la halle 7 était pourrie mais c’était bien ma préférée. Ceux qui présentaient leurs jeux le faisaient avec leurs tripes et ça fait la différence. J’ai moi aussi bien apprécié la halle 7 et j’ai fait de belles rencontres. De là à qualifier les autres de « moisies », non.

            J'aime

  2. « Que plusieurs éditeurs n’aient pas reçu leurs jeux à temps. Les palettes étaient bloquées quelque part en transit » Ils ne peuvent s’en prendre qu’à eux mêmes ! C’est çà de vouloir « sortir un jeu pour Essen », commercialement je peux comprendre.. Mais il faut tenir compte de la logistique…
    Mais, à mon avis ce n’est pas si important pour eux.. le jeu est quand même « sorti pour Essen »

    J'aime

  3. D’un autre côté, il est assez logique que les éditeurs dont tu tailles un jeu (à tort ou à raison) ne te sautent pas au coup pour t’embrasser et remercier.

    J'aime

    1. C’est quand même plus ennuyant, Matthieu, quand certains pensent (et te le font comprendre) qu’une revue de presse équivaut à un article ultra positif en face. Les revues de presse, ce n’est pas fait pour « acheter » les gens, même si ça marche pas mal comme ça malheureusement sur le web ludique (sans parler du « un avis négatif, et on bosse plus avec vous…).

      Aimé par 1 personne

  4. Il en va de l’objectivité du blog que de ne pas faire que des commentaires élogieux!
    Je trouve sévère le constat du Hall 7. ok il est moins sexy puisqu’en enfilade (encore que sexy et enfilade vont parfois bien ensemble) mais les petits stands ça permet moins facilement d’en mettre plein les yeux, c’est ce qui fait son charme en fait. Moi aussi je l’ai bcp fréquenté le 7, j’aime bien. En fait il fait penser aux anciens hall 5 ou 9 de l’ancien Essen, donc ça me choque pas. Tu as connu ?

    J'aime

  5. Gus tu as dû trop passer de temps au spa cette année 😉

    Le hall 7 cette année est celui où il y avait le plus de découvertes ludiques à faire…
    TBD (8 tables), BigFun, Bankiiz, 7th continent, les Brésiliens de Funbox, BoardM Factory de Gary Kim, Desyllas et j’en passe.
    Beaucoup de tables pour jouer à toutes heures avec des passionnés du jeu et un peu moins bankables que le hall 3.

    J'aime

    1. Haaaaaa mais faut me relire.

      Je n’ai JAMAIS dit que les jeux étaient miteux. Je parlais de l’ambiance de la halle. Froide. Lugubre. Pour les jeux, oui, il y avait de belles découvertes à faire.

      Pour le spa, je plaide coupable.

      J'aime

        1. C’est déjà fait c’est déjà prévu c’est déjà en train d’être monté.

          Rien de tel qu’une partie de Five Tribes dans un jacuzzi. C’est du vécu. Enfin presque. Y avait pas de bulles.

          J'aime

  6. Autant je suis d’accord avec toi pour le Hall 4 l’année dernière qui était d’une tristesse sans nom, autant le Hall 7 était également largement mon préféré cette année.
    Originalité, disponibilité, et un très bon accueil de ces éditeurs ou auteurs passionnés et tellement ravi de nous présenter leur jeu ! C’est vraiment le hall où on allait pour se ressourcer ou se poser 🙂

    J'aime

  7. Moi mon coup de gueule c’est les embouteillages… surtout le premier jour… relégué au Parking 10 et devoir prendre la navette…. et surtout attendre 1h le jeudi soir avant qu’elle n’arrive :-/

    Il y avait des parkings de réservés ? des infos là-dessus ?

    J'aime

  8. Et oui : les éditeurs sortent leurs jeux à l’arrache pour Essen, pour pas manquer les ventes. Et comme en plus, cette année, la date a été avancée, les retards et erreurs ont été plus nombreux…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s