Loony Quest VS Doodle Quest, mais What the Fun?

lq-dq

A la suite du commentaire de Yann dans notre article sur les 10 jeux les plus décevants de 2014, qui se demandait si Doodle Quest était la même chose que Loony Quest, nous avons chaussé nos bottes d’enquêteurs pour partir sur le terrain et vous ramener une explication.

L’enquête était longue et terriblement difficile. Il a fallu s’infiltrer et se faire passer pour des stagiaires et servir le café dans 4 maisons d’édition différentes, parcourir plus de 15’000 km à travers toute l’Europe pour ENFIN trouver une réponse (bon en fait ça paraît épique comme ça, mais il n’aura fallu que deux minables coups de fil de 3 minutes à Libellud et Blue Orange. Merci Paul et Simon pour les infos).

NON, Doodle Quest (DQ) et Loony Quest (LQ) ne sont pas pareils. Voici les similitudes et différences.

similitudes

 

1.DQ et LQ sont du même duo d’auteurs français, Laurent Franck et David Escoffier, déjà auteurs de Caylus chez FFG en 1993. Oui nous sommes super bien informés, merci.

2. Les deux jeux présentent la même mécanique de dessin par observation sur des planches données.

3. Les deux jeux sont très familiaux.

4. Les deux jeux portent le mot « quest » dans leur titre.

5. Il y a du jaune sur les deux couvertures

Mais sinon, c’est un peu tout comme similitudes.

differences

1. DQ est sorti en juin 2014. LQ sortira fin février 2015.

2. DQ se joue de 1 à 4 joueurs. LQ de 2 à 5.

3. DQ est édité par Blue Orange Games USA. LQ par Libellud.

4. DQ est uniquement distribué aux USA. LQ partout ailleurs dans le monde, comme en France, en Suisse, au Lichtenstein ou au Gabon.

5. Le thème est absolument différent et relativement pas le même: dans DQ on joue dans un univers marin, avec des poissons, des sous-marins. Dans LQ on reprend l’univers loufoque des jeux vidéo de plateforme (Mario, Giana Sisters…)

6. Le développement est radicalement différent: DQ est clairement destiné aux enfants et familles, avec des règles extrêmement accessibles. Tandis que LQ vise un public plutôt famille+/Casual/Gamer, vu 1. son thème plus geek 2. un gameplay, des mécaniques de scoring et des bonus-malus plus riches que DQ.

mais

Mais mais mais, comment est-ce que pratiquement le même jeu des mêmes auteurs peut se retrouver avec deux titres deux éditions deux règles deux marchés différents?

Et bien tout est question de contrat entre auteurs et éditeurs, et surtout de contrat d’implantation et distribution. Les auteurs signent avec un éditeur, qui se limite à un seul pays ou région, et signent avec un autre pour un autre territoire.

Élémentaire mon cher Watson.

En fait DQ et LQ ne sont pas des exceptions dans le paysage ludique. Prenez l’exemple de Spot It, chez Blue Orange Games USA, qui est en fait Dobble en Europe chez Asmodée. Ou 20 Express, également chez Blue Orange Games USA, qui n’est autre que Streams chez MoonsterGames, devenu ensuite Boutabou en 2014, une co-éd Asmo-Moonster. Mysterium, bientôt chez Libellud aussi, avec un titre et des mécaniques bien différentes.

Merci encore à Yann pour le commentaire. Maintenant tout est clair. Sauf le nom des deux auteurs, mais je ne suis sûr de rien. You know nothing Gus Snow.

DQ_LQ

4 Comments

  1. Très clair merci pour l’infiltration 🙂 Intéressant de voir le traitement réalisé par les deux boites d’édition qui se sont évidemment tournées vers leur public de prédilection !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s