Vous est-il déjà arrivé d’arrêter un jeu en pleine partie tellement c’était nul?

Temps de lecture: 1 minute
Toilets, Flickr, by Ingo Kanefeyer
Toilets, Flickr, by Ingo Kanefeyer

Vous est-il déjà arrivé d’interrompre une partie de jeu de société tellement le jeu était moisi / long / pourri / inintéressant / trop compliqué?

Comment cela s’est passé? Qu’avez-vous fait du jeu ensuite?

20 Comments

  1. Ça m’est arrivé quelques fois d’arrêter un jeu avant la fin oui.

    Soit parce que la partie n’évoluait pas, soit parce que la seule solution de finir la partie c’était un king making trop évident et sans intérêt. Ce fut le cas pour Sharur notamment qui n’a pas une bonne réputation à la maison du coup, mais il y a eu quelques autres jeux qui n’ont pas plu. Electro Manager (Alors que je suis un fan inconditionnel de Megawatts), De Vulgari Eloquentia (Beaucoup trop complexe pour les joueurs à la table), etc.)

    Par exemple, On a décidé de mettre fin à notre première partie de 1870 (après 16h) de jeu parce qu’un vainqueur s’était vaguement dessiné et qu’on n’en voyait pas le bout. Cela ne nous a pas empêché de remettre le couvert pour d’autres parties excellentes et plus courtes par la suite.

    Ca arrive également qu’on arrête de jouer à cause d’un mauvais perdant, d’un joueur énervé, ou tout simplement mal luné ce jour là, qui parvient par sa mauvaise humeur à gâcher le plaisir des autres.

    En dernier lieu, ça nous arrive également d’arrêter une partie parce qu’on s’est merdés sur la règle, et c’est certainement la raison la plus courante qui nous force à arrêter de jouer parce que la partie est complètement faussée.

    Et vous ?

  2. Un proto bientôt édité sur le site d’un éditeur à Essen. Simplement chiant…
    Me rappelle même plus du nom du jeu.

    1. Oh là là Fendo, me lance pas sur ce sujet. Tellement de jeux essayés à Essen qui m’ont furieusement donné envie de m’arracher les ongles de doigts avec un cure-dents. Je me souviens d’un jeu polonais (rien contre eux, hein, j’en suis un aussi…) qui était un vilain mélange de Stratego et d’autres trucs, aux illustrations aussi laides que le cul d’un babouin le matin. Coco et moi y avons joué, par politesse, pendant les 10′ les plus longues de mon existence. On n’a plus eu le courage de finir, on a remercié l’éditeur et on est parti. Fui, plutôt. A Essen il y a quand même de méchantes daubes, faut le savoir. Tiens, ça ferait un bon prochain article pour l’après-Essen ça Fendo, non? Les PIRES jeux d’Essen du monde.

      1. heu bin… sté quand j’étais petite :p

        la seule chose qui m’a fait arrêter des parties en cours furent les MJ (endormi ou apathique, un scénar linéaire et sans surprise) ou les autres joueurs (trop lourds ou trop cons)
        et avec un jeu de plateau : c’est arrivé quand l’ambiance se détériorait trop pour moi (genre pour diplo les joueurs se jettent des trucs à la tête ;D)

  3. Perso, j’ai arrêté net 4 jeux dans ma grande carrière de joueur invétéré (et pas invertébré). Race for the Galaxy, Ghooost, Tournay et Innovations. Trop de symboles, de hasard, de chaos, de bordel de partout, le nez dans les règles pour tout comprendre, je ne voyais pas le plaisir qu’on pouvait en retirer. Alors que oui, faut pas l’oublier, on joue pour s’amuser.

    Mais.

    Mais je n’aime pas rester sur une mauvaise impression.

    J’ai rejoué à tous ces jeux, certains tout de suite après d’autres plusieurs mois plus tard, et j’ai alors réalisé qu’il était parfois important de s’accrocher pour véritablement en retirer « la substantifique moelle ludique ». Depuis, ces jeux sont devenus parmi mes préférés. Comme quoi.

    Mais soyons honnêtes, avec le déluge de jeux chaque mois / année, on a une furieuse tendance à vouloir zapper si un jeu ne nous laisse pas une bonne impression après la première partie. Pas facile de se donner le temps d’apprécier un jeu, même s’il nous rebute au demeurant. Innovations et RFTG sont clairement devenus depuis les deux jeux auxquels j’ai joué le plus souvent.1’000 parties chacun, au bas mot.

  4. Clash of Cultures que j’ai trouvé chiant à mourir (2 parties lancées, aucune achevée). Idem avec Space Hulk 3 que j’avais pourtant payé un bras.

    1. Ha là là, Tongiaki, un jeu qui a été dégagé de ma ludo il y a bien longtemps, et rapidement. Tout pareil.

      Les effets boules de neige (un peu à la Pandémie tiens) étaient insupportables et ingérables.

  5. Intéressante question, mais cela reste délicat de statuer sur un jeu sans prendre en considération dans quel environnement / a quel moment / avec quels joueurs il a pu être joué.
    Cette question pourrait mener à une autre, à savoir : Laissez vous une autre chance à un jeu qui vous a fait une mauvaise première impression ?

  6. On a récemment abandonné un Eclipse + extension, en milieu de partie. Tout le monde trouvait, après une alliance de deux joueurs, qu’il n’y avait plus d’enjeu car la partie était déséquilibrée. Il y avait une espèce de démotivation globale…

  7. Naissance et Apogée des Empires. Excellent jeu de Martin Wallace, essayé le matin à 2 joueurs. Le soir à l’assos (Terra Ludis Mtp), j’invite un collègue de travail novice en jeu de société. On avait prévu du léger pour l’initier. Manque de pot, j’avais ramené ce wallace aussi au cas où. Il a lorgné sur la boite en voulant à tout prix l’essayer…
    On a fini mais vraiment juste avant la fin car je crois bien que le collegue avait réussi à denaturer le jeu en le confondant avec Risk. Pour ceux qui connaissent le jeu, je ne pense pas que Martin Wallace avait prévu dans une config 4 joueurs, 10 actions d’affilée Empire (5 tour A, 5 tour B) pour un même joueur. Ne rigolez pas mon collegue s’appelle Kevin, il a vraiment fait son kevin. Mais quel rigolade..

  8. Pour ma part, c’est Takenoko qui tout récemment a faillit être arrêté en cours de route. A la lecture des règles, on s’est tous regardé et on s’est dit que ce n’était pas possible. J’ai relu les règles, mais non, ça ne nous plaisait pas. On a faillit ranger le jeu, mais comme ça ne dure pas trop longtemps, on s’est lancé.

    Première halte … mouais … Seconde halte … mouais … Bon, là, tout le monde a commencé à s’impatienter, et on a baclé la fin de partie (tout du moins dans le respect des règles). Mais disons que ça ne marchait pas pour nous, alors on a abrégé … mais pas arrêté.

    Bon, après, on était peut être pas dans le meilleur contexte. On venait de faire un jeu plutôt costaud … et on était encore dans l’ambiance … Du coup, peut être trop léger pour ce moment là …

    J’ai horreur d’arrêter une partie en cours. Pour moi, le jeu de société nécessite un contrat implicite : toute partie commencée sera terminée, sauf rare exception. On en a quelques exemples ici. Si les règles n’ont pas été comprises et que de trop nombreuses erreurs ont été faites, menaçant l’équilibre de la partie … Si le plaisir n’est vraiment pas là … Mais dans tous les cas, il faudra que tout le monde soit d’accord pour arrêter et qu’il reste quand même un certain temps … On n’arrête pas à 5 minutes de la fin parce qu’on a changé d’avis …

    Bon, sinon, si, j’ai arrêté une partie de Pique Plumes ce week end avec ma fille. J’ai peut être même la palme de l’arrêt le plus original … En même temps, vous feriez quoi vous, quand vous entendez votre femme qui vient de jouer au plombier sortir : « ah mais non … pourquoi il y a de l’eau jusque dans l’escalier ? ».

  9. Je mets la barre haute: plus de deux heures autour d’une table et… même pas un tour de jeu!?!

    Un vieux souvenir lié à cette boite des Batailles des Pharaons (le Phare à Hon!? C’est qui ça?) de chez Tilsit… Bon, pour ceux qui se souviennent, disons-le chez Tilsit, l’écriture des règles n’était pas leur point fort! Mais bon, on avait passé une heure à deux à tout dépuncher et on était assez enthousiaste pour tester tout ça. Je vois encore mon pote trier minutieusement les 20152589632 pions par factions, à installer le plateau et se frotter les mains d’avance. Moi, pendant ce temps là, je commençais à me lancer dans les règles après le texte historique…
    Et l’autre, mon pote, tout jouasse devant la pléthore d’armée qu’il a triée et étalée au sol, le plateau posé, déjà le filin de bave qui coule au coin de sa bouche, genre « je vais te mettre la raclée à coup de pyramide », qui me dit:

    – « Bon alors, on les fait cette installation et ce premier tour ou je sors le scrabble de ma Grand mère!? »

    euh… comment dire?

    Alors oui, c’était pas hier (10 ans qd même) et depuis j’avoue avoir gravi des montagnes bien hautes dans le monde ludique (je parle là d’affronter des règles touffues et conséquentes, genre… euh… la Guerre de l’Anneau tiens, ça c’est un bon exemple!) mais là… j’avoue avoir été déstabilisé par aussi peu de clarté dans une règle (et pourtant, il y a de la concurrence!).

    Bref, après une bonne demi-heure d’installation, nous voilà à tenter notre premier tour et c’est là qu’on a commencé à passer plus de temps le nez dans les règles que sur le plateau… et tout ça pour ne faire qu’un semblant de tour… Du coup, autant vous dire que notre motivation nous avait quittés depuis bien longtemps, et on a fini par baisser les bras.
    On avait mis plus de 2 heures pour tout sortir, tout trier et commencer à jouer. on aura mis 30′ à tout ranger…

    Ce jeu a disparu qq années plus tard… il aurait été aperçu sur une brocante dans le 84… là où il a su attraper un « pigeon » en vol pour pas cher! Un qui a pu passer l’étape du dépunchage… Je ne saurais jamais si une partie de cet exemplaire aura jamais été aboutie!
    🙂

    Dans le délire « qu’est-ce que ce jeu de m…? », voici une liste non exhaustive. Je note ici qu’il n’y a aucun acharnement sur l’éditeur en question, juste quand on est capable du meilleur comme du pire…
    – Azteca
    – Cochons de l’Espace
    – Samourai & Katana
    ___________

    Pour le reste, c’est vrai que je suis également adepte du « bon, allez, on se la fait jusqu’au bout cette partie… courage! », on a donc tjs fini nos parties!

    A quelques exceptions près, mais c’est rarement parce que le jeu était nul mais plutôt parce-que :

    – « Euh là, on a loupé un truc méga important dans les règles que même en fait, j’aurais déjà gagné!? On se la refait? » (première partie d’Archipelago par ex)

    – « Bon, là, je veux pas dire les gars mais on est cuits, ça sert à rien de continuer!!!! » (une partie récente de Zombicide)

    – « Et vous trouvez pas qu’il fait froid autour de cette table? » (genre le jeu qui te refroidit une table entière en 2-3 tours, c’est rare, mais j’ai une partie de Monte Cristo en mémoire qu’on a vraiment eu du mal à finir…)

    – « Oulalala, cet algorithme de ouf dans ce jeu! » (un pote astrophysicien et moi, configuration à 2 joueurs donc, sur une partie de Sérenissima… Il y a pas à dire, ce n’est pas la configuration idéale pour nous, le jeu en devient atrocement calculatoire… Pour le coup, vive le CHAOS!!! On a pas fini mais c’était contextuel… il était tard et on avait envie de fun… on a changé de jeu!)

    – « Euh, juste comme ça, à ce rythme, vous croyez qu’on reverra nos familles un jour? » (exemple du jeu très très trop très trop trop long… même qd on est prévenu! Première partie à 6 d’Eclipse… arg! Et une partie d’initiation d’Archipelago avec objectifs courts, 5 personnes dont 3 novices, truc qui, je m’étais dit, ne prendrait pas 3000 heures! Ben tiens… autant vous dire qu’avaler les règles, comprendre toutes les options, appréhender toutes les subtilités… on a dépassé l’heure de cendrillon pour certains et nous n’avons pas fini la partie! Je rage même de constater que sur ce type de jeu, ils osent mettre 30′ par joueur en version courte et on est très vite tomber à 45 voir 50′ par joueur. J’ai découragé les plus novices.

    Bref, pour se recentrer sur le sujet, ça fait tout de même un sacré bout de temps que je n’ai plus joué à un jeu nullissime. Merci aux sites de critiques, à la communauté extrêmement dynamique et aux boutiques passionnées…

Laisser un commentaire