Profondeur VS complexité

flickr-138205205-original

Dans nos critiques de jeux, nous utilisons souvent deux termes pour analyser les jeux : profondeur et complexité.

Mais alors, qu’est-ce qu’un jeu profond et un jeu complexe ? Est-ce que ça ne serait pas pareil?

nonProfondeur

Un jeu profond est un jeu qui propose énormément de possibilités aux joueurs, qui demande de faire des choix stratégiques et tactiques (tiens, ça me donne une idée d’article ça, la différence entre tactique et stratégie) et qui confère une grande liberté. Multiples façons de marquer des points de victoire par exemple ainsi que des options diverses et variées.

Un jeu profond n’a pas forcément des règles longues et complexes, il peut tout à fait être « simple » à jouer tout en proposant une nette richesse ludique.

Un jeu profond jouit également d’une grande rejouabilité puisqu’il sera difficilement possible d’en faire le tour après 1-2 parties. Dans un jeu profond, un joueur ne doit pas réfléchir aux règles mais aux choix stratégiques.

Je citerai à titre d’exemple de jeux profonds les récents Archipelago, Myrmes, Western Town ou encore Terra Mystica. Chaque partie sera différente puisque de nombreuses possibilités seront offertes aux joueurs.

Complexité

Un jeu complexe a des règles longues et denses aux mécaniques parfois alambiquées. Pour joueur à un jeu complexe il faudra d’abord passer beaucoup de temps à comprendre les règles et les différents mécanismes.

Dans un jeu complexe, les joueurs passeront leur partie à tirer profit des règles pour atteindre leurs buts et marquer des points, et c’est souvent le joueur qui les maîtrise le mieux qui s’en sortira également le mieux.

Pour faire simple, si les règles du jeu dépassent la vingtaine de pages on aura plutôt affaire à un jeu complexe.

Comme exemple de jeu complexe il y a Res Publica, Civilization, Starcraft le jeu de plateau.

Conclusion

En fait, pour être über-simplissime, la plupart des jeux européens sont plutôt profonds que complexes. Les auteurs et éditeurs essaient de faire des jeux aux règles (plus ou moins) simples qui s’apprennent rapidement, mais avec une profondeur importante. C’est le cas des jeux parus chez Ystari, Matagot, Days of Wonder (franco-américain), Iello. Tandis que les jeux ameritrash ont plutôt tendance à se ranger du côté des jeux complexes, telle la plupart des jeux FFG / EDGE.

Est-ce qu’un jeu complexe peut être également profond?

oui

Mais ce n’est pas forcément le cas pour tous les jeux. Et le vice-versa est également possible.

5 Comments

  1. « Dans un jeu complexe, les joueurs passeront leur partie à tirer profit des règles pour atteindre leurs buts et marquer des points, et c’est souvent le joueur qui les maîtrise le mieux qui s’en sortira également le mieux. »

    Ce point se vérifie lors des 2-3 premières parties, mais une fois les règles assimilées, on retombe dans un jeu le plus souvent profond du fait de l enchevêtrement de règles.

    Je ne trouve pas cela très pertinent du coup… Ça tombe du coup sur Civ, qui est certes complexe, mais n’est clairement pas un jeu aux règles touffues et aux multiples cas particuliers.
    Par ailleurs, de nombreux jeux profonds se parent aujourd hui de gros livres de regles dans le but d’expliquer les rudiments de subtilités autour des mécaniques les plus simples… Bref.

  2. Ce n’est pas vraiment le sens que l’on donne à ces termes en théorie de la complexité… Si on applique fidèlement la définition de ces termes, un jeu « profond » EST un jeu complexe ! Ce que tu appelle un jeu « complexe » serait plutôt un jeu « compliqué ».

    1. Je suis d’accord avec cette différentiation entre complexe et compliqué !

      La complexité relève plutôt d’une difficulté technique a surmonter (d’où la stratégie et la tactique).

      Il n’est pas évident appréhender ces concepts que nous entendons souvent a tort et a travers de manière détournée…

Laisser un commentaire