Critique de jeu : Off the Dead

Temps de lecture: 4 minutes

Amis de l’hémoglobine et des tripes à l’air, bonsoir!

Off the Dead est un jeu de cartes avec plein de zombies dedans. A mon avis c’était fait exprès.

Édité par une toute nouvelle et jeune maison d’édition, Ludimaniac, ils ont sorti le grand jeu, dans une toute petite boîte.

Le but du jeu? Apprendre à lire et à écrire à des hordes de zombies.

C’est en tout cas ce qui était prévu au début, mais au vu du peu d’application et zèle de ces fieffés mangeurs de cervelle, finalement, l’objectif a dû quelque peu changer. Au final, on doit tirer dans le tas.

Dans Off the Dead, une bande de survivants essaie de… survivre, et de renvoyer les zombies six pieds sous terre, ou plus.

Matériel

Les illustrations sont juste superbes! Sombres, gores, le dessin très fin, on adore.

De plus, le jeu tient dans une toute petite boîte, ce qui le rend facile à emporter.

Quelques cartes sont particulièrement osées, notamment la cheerleader, surtout transformée en zombie. Fallait oser !

Vise la tête qu’ils disent à la radio. T’as vu où elle est sa tête? L’escabeau ils le fournissent ?

J’ai rien vu d’aussi moche depuis la fois où j’ai tapé « furoncle » sur Google

Bête, méchant et sans peur. Il serait un soldat idéal s’il n’avait pas une fâcheuse tendance à vouloir bouffer ses camarades.

Un péquin ordinaire qui n’a pas eu le temps de comprendre ce qui lui était arrivé. Ca aurait pu être vous. Coup de bol, ce fut lui !

Humour

Une des plus-value du jeu c’est certainement son humour. Autant les règles sont désopilantes, autant le texte sur les cartes est juste hilarant!

Mécanique

Off the Dead est un jeu coopératif, communiste idéal comme annoncé dans le jeu. Les joueurs jouent contre le jeu, i.e. contre la horde de zombies qui n’ont qu’une idée en tête, vous mordre. Et ils ne se sont même pas lavé les dents avant!

A son tour de jeu, on effectue une action : fouiller les décombres pour obtenir un objet, en donner à un voisin ou attaquer, puis les zombies attaquent, puis on a droit à une deuxième action.

La grammaire du jeu est au final assez commune à tous les jeux coopératifs : une phase de méchants, et des actions des personnages qui possèdent chacun un pouvoir spécial, utilisable par ailleurs qu’une seule fois pendant la partie.

Le piment du jeu est certainement la fouille des décombres pour obtenir un objet fort utile : arme, recharge, antidote, jouet (!). Pour en obtenir, il faut retourner deux cartes, et si elles sont similaires, on en garde une. Oui, c’est du memory. Mais s’il est plus ou moins facile de jouer au memory, à Off the Dead, assailli de zombies de tous les côtés, on finit par se mélanger les pinceaux et ne plus se souvenir où sont ces deux satanées tronçonneuses.

Comment gagner ? Finir le paquet de cartes de la horde de zombies, comme Yggdrasil ou Ghost Stories.

Comment ne pas perdre ? Éviter que tous les personnages ne deviennent des zombies. En effet, quand un zombie est tout près d’un joueur, il le mord, et il va de plus en plus être infecté, représenté par un niveau d’infection. Une fois mort, ce personnage rejoint la horde.

Le hasard est très présent, entre l’itinéraire et arrivée des zombies, ainsi que le dé pour les vaincre, mais au final, on s’amuse encore plus.

Pas sûr toutefois que la durée de vie du jeu soit très élevée.

Il est écrit chapitre 1 sur la boîte. Peut-on espérer des extensions ? En effet, il n’y a que 5 personnages dans la boîte, ce qui n’apportera pas beaucoup de variations aux parties. De nouveaux personnages de prévu ?

Intérêt du jeu

Le jeu reprend les poncifs poussifs des jeux coopératifs actuels, avec de sérieuses similarités avec Ghost Stories. L’aspect memory pourra plaire, ou pas.

Mais ce qui rend Off the Dead largement intéressant, c’est son thème, magnifiquement bien exploité. Si vous avez aimé, comme moi, l’humour de Brain Dead et Bad Taste de Peter Jackson, ou le très anglais Shaun of the Dead, vous allez adorer Off the Dead.

Off the Dead ne réinvente pas la roue des jeux coopératifs, mais on ne lui en demande pas tant.

Variante Gus&Co

Pour varier un peu vos parties, nous proposons quelques alternatives de pouvoirs aux personnages:

L’Infirmière : elle peut redonner le pouvoir déjà utilisé par un autre personnage. Le personnage retourne alors sa carte face recto, alors que l’infirmière passe en verso.

Le Clodo : il peut regarder les trois premières cartes de la Horde, les réarranger et choisir leur itinéraire.

La Cheerleader : elle repousse TOUS les zombies à la table d’une case en arrière. Les zombies ne peuvent toutefois pas revenir sur le tas Horde.

Le Flic : il a une action supplémentaire au début de son tour

La Vieille et Kiki : elle peut voir TOUTES les cartes décombres d’une pile et les réarranger.

Ce que j’ai beaucoup apprécié

L’humour, omniprésent et juste excellent, trop rare dans les jeux

les illustrations, superbes

le thème et son exploitation

les règles avancées avec les répliques

la petite boîte

Ce que j’ai moins apprécié

La mécanique (presque) habituelle pour un énième coopératif

Un côté assez répétitif (le souci des jeux coopératifs)

L’élimination d’un joueur à la table si son personnage meurt

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.