Le Flop 10 des jeux 2010

Temps de lecture: 4 minutes

Après avoir proposé un classement des 10 meilleurs jeux de 2010 à lire ici, voici notre classement des 10 jeux les plus décevants de 2010. Le 10 représente le jeu le moins décevant de la liste, le 1 le plus.

Nous n’allons pas nous faire d’amis, mais nous assumons entièrement nos avis et notre honnêteté.

10. Trolland : ce jeu nous a déçu. Pas le jeu en lui-même en fait, mais sa distribution. Hyper buzzé à sa « sortie », comme souvent avec les jeux de Bruno Cathala, son thème politico-humoristique détonne dans le milieu ludique. Les joueurs incarnent des trolls qui veulent se débarrasser de toutes les autres races qui ont élu domicile chez eux. L’actualité socio-politique traitée sur le ton satirique, on adore. MAIS alors en quoi est-ce que ce jeu déçoit? Parce que pour le trouver, il faut passer par Ludocortex, une boutique en dur et online à Annecy, la seule et l’unique qui le vende, on ne le trouve nulle part ailleurs. Le gérant du magasin est également l’éditeur du jeu, mais il est fort dommage que ce jeu ne soit pas distribué partout, d’autant que Ludocortex propose des prix de port relativement élevés, même pour un jeu dans un tel petit format. Pourquoi avoir choisi cette stratégie privative et exclusive?


9. Merkator : notre critique à lire ici. Le nouveau Rosenberg, la quadrilogie de gros jeux de l’auteur, mais ni le thème ni le jeu est intéressant, c’est long et poussif, avec beaucoup trop de paramètres et de variables pour véritablement maîtriser le jeu, il y a des cubes et des ressources de partout, avec des cartes bâtiments de victoire très déséquilibrées. Merkator est un véritable jeu d’opportunisme, il faut être là au bon moment, mais on a plutôt l’impression de subir un chaos incontrôlable et perdre, ou gagner, pour aucune véritable raison ni stratégie particulière

8. Esteren: Comme dans notre Top 10, nous avons décidé d’inclure un jeu de rôle dans notre Flop 10. Esteren propose de jouer dans un univers Low-Fantasy (aucune race fantastique comme dans D&D), mais au parfum gothique et celtique. Ca donne envie. Esteren est décevant, tellement son potentiel est énorme et que les deux livres parus en 2010 ne permettent pas encore de véritablement exploiter l’univers.  Le livre de base et l’extension n’apportent que la surface, un avant-goût, il lui manque encore de la chair, de la profondeur. On attend impatiemment que d’autres suppléments sortent pour enfin pouvoir pleinement y jouer.

7. Fürstenfeld : un des nouveaux jeux de Friedeman Friese (Megawatts, Filou). On y brasse de la bière, on y achète et vend des ressources au bon moment. Au final, un jeu de bourse un peu plat, dommage, le thème était original, et FF nous a habitué à mieux

6. Corsaires, Lettres de Marque : Bruno Faidutti dans toute sa splendeur. Du pur bluff. On pose des bateaux, on doit deviner s’ils portent une cargaison ou pas. De beaux bateaux en plastique pour un jeu qui n’apporte rien et qui s’avère au final terriblement creux et sans envergure. Il serait temps que Faidutti se renouvelle et lâche un peu ses mécaniques préférées pour apporter du sang neuf à ses jeux. Il vient d’ailleurs juste de sortir Agents Doubles avec Ludovic Maublanc chez Matagot, déjà sorti il y a quelques années en encart d’un magazine, un petit jeu à 2 qui reprend ces mécaniques…

5. Boomerang : F. Friese devrait porter plainte, Boomerang reprend exactement la même mécanique que son Filou. Enchères et bluff. Un grand buzz à sa sortie à Cannes 2010, pour pas grand-chose au final, si ce n’est les jolies illustrations.

4. Rattus : On y côtoie la peste noire du 14e siècle en Europe, mais on ne contrôle pas grand-chose. Le hasard est extrêmement présent, et c’est dommage, on passe son temps à subir le jeu, comme la peste à l’époque d’ailleurs. Est-ce que la mécanique serait liée au thème?


3. Chocolatl : un jeu de plateau à la base d’enchères secrètes, chacun choisit une carte que l’on pose face cachée, la plus haute remporte le tour et le lieu sur lequel on se place. Décevant au final, d’autant que certains lieux sont déséquilibrés et comptent vraiment beaucoup plus que d’autres, comme si certains étaient là pour remplir le plateau.


2. Asteroyds : Certainement le plus décevant des Ystari jusque là. Sylla l’était déjà passablement, mais Asteroyds le devance, de loin. Pas que la mécanique du jeu soit mauvaise, mais ce jeu n’a rien à faire en plateau. On passe en tout cas 15 minutes à installer le tout, et la partie est expédiée en moins de temps. Certes, le stress de la programmation et du chronomètre sont intenses, mais on n’a pas du tout envie de faire 3 ou 4 parties de suite quand il faut à chaque fois replacer les éléments, aucun plaisir. Asteroyds sur Ipad, oui, mais pas en plateau.

1. Fabula : nous aurions aimé pouvoir placer Fabula dans le classement du Top 10 2010, comme Dixit du même auteur et éditeur l’a largement été pour 2009, mais Fabula déçoit. Est-ce dû à l’ombre que son grand frère lui fait, à l’instar d’Agricola et Merkator? Fabula est une sorte de « Il Etait une Fois », cross-over entre conte, jeu de rôle et jeu de plateau. La mayonnaise a de la peine à prendre tant est qu’il faut se retrouver avec des joueurs vraiment prêts à y apporter fun et richesse lyrique. De plus, la concentration demandée en début de partie pour les chapitres lus peut paraître ardue pour certains, et la victoire attribuée en fin de partie est beaucoup trop subjective pour représenter au final un quelconque intérêt ludique. Dommage mes amis de Libellud. Mais il est vrai que la barre était placée très haute avec Dixit, difficile de ne pas décevoir derrière…

 

Vous en pensez quoi de notre Flop 10 ? Vous rajouteriez des jeux ?

A paraître, les Hope 10, les 10 jeux les plus attendus et espéré pour 2011.

4 Comments

  1. Je te rejoins pour Rattus: thème sympa – façon de parler – mais on subit tout le long du jeu, il n’y a pas vraiment de tactique. Mais il faut rendre à César…l’extension Gus&Co apporte un vrai plus!
    Pareil pour Trolland. Je l’aurais clairement acheté, pour moi ou pour offrir, s’il avait été disponible « normalement ». Dommage!

  2. Proche de ludocortex je tiens à faire une réponse sur Trollland.

    Le gérant du magasin voulais tester une distribution directe, afin de faire connaitre un peu mieux son site. Il proposait Trollland à 16 euros.

    Il pourrait bientôt être distribué par un gros revendeur qui fixera un prix que vous découvrirez.

    De plus chez Ludocortex les frais de port sont offert à partir d’un certain montant de commande.

A vous de jouer! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.