Afterwork Loups-Garous, 7 juin

Comme chaque 1er mardi du mois, La Julienne à Plan-les-Ouates, Genève, organise un afterwork Loups-Garous en partenariat avec Gus&Co.

Pour ce mardi 7 juin, nous organisons une soirée spéciale Sporz, une sorte de Loups-Garous beaucoup plus mieux bien (lire notre critique ici).

Apéro dès 18h, début de la première partie à 18h30.

C’est gratuit et ouvert à tout le monde, dès 12ans.

A mardi.

L’adresse du lieu : La julienne – Maison des arts et de la culture
Rte de St-Julien 116 – 1228 Plan-les-Ouates

Le site officiel de la Julienne ici.

Pour tout savoir sur le jeu des Loups-Garous, nous avons fait un comparatif à découvrir ici.

Loups-Garous & ses variantes, tour d’horizon

Introduction

Tout le monde connaît les Loups-Garous de Thiercelieux (LGT) d’Hervé Marly et Philippe de Pallières sorti en 2001.

En fait, les auteurs n’ont fait que reprendre et adapter un jeu russe du 19e siècle, aujourd’hui du domaine public, qui devait très certainement reprendre un jeu plus ancien.

Quoiqu’il en soit, LGT a remporté un vif succès auprès du public.

Depuis, deux extensions au jeu sont sorties, Nouvelle-Lune, qui rajoute de nouveaux personnages et des évènements nocturnes, ainsi que récemment le Village, des bâtiments posés devant les joueurs qui rajoutent des fonctions et spéciales.

LGT a inspiré d’autres jeux depuis : The Resistance, Garous, Ultimate Werewolf, Sporz, Shadow Hunters. Nous verrons ici leurs différences et intérêts.

Nouveaux personnages pour LGT

Il y a quelques années, des amis nous ont offert un fichier avec de nombreux nouveaux personnages « maison » à utiliser pour LGT. 25 pages! Essayez-en quelques-uns. Nous apprécions beaucoup Le Traître et L’Apprentie-Voyante. Vous pouvez télécharger le dossier ici

Mécanique générale

En gros, deux groupes s’affrontent de manière asymétrique: l’un d’eux se connaît, et pas l’autre. Pour remporter la partie, un groupe doit en éliminer un autre. S’il y a quelques cartes de personnages données secrètement au début, tout se passe par la parole: on désigne, on vote, on argumente.

The Resistance


Nous en avions déjà parlé longuement dans notre critique ici, The Resistance reprend LGT à cela près que personne n’est éliminé, tous les joueurs restent jusqu’à la fin de la partie. C’est un sérieux avantage.

Seul « bémol », ou pas, au contraire d’une partie de LGT qui peut facilement accueillir jusqu’à 18 joueurs, The Resistance se joue avec un maximum de 10 joueurs, et encore, le mieux sera plutôt 7-8.

Ultimate Werewolf

Jeu américain pas traduit en vf et sorti en 2008, il reprend exactement LGT en proposant mille nouveaux personnages, ou presque. On peut même y jouer jusqu’à… 70 ! Oui, vous avez bien lu, 70 joueurs.

Les illustrations des cartes sont beaucoup moins suggestives et simples que LGT et plus représentatives. Certains personnages du jeu sont juste excellents : Le Loup Blanc par exemple, qui lutte contre les autres Loups-Garous mais également contre les humains.

Garous

Le plus grand reproche qu’on formule à l’égard des LGT est l’élimination des joueurs. Garou, sorti en Italie en 2002, vient d’être traduit en français en 2010, reprend entièrement les LGT en changeant cette règle d’élimination. En effet, au lieu d’entièrement éliminer un joueur, celui qui se voit « dévorer » par un loup-garou la nuit ou « élu » le jour devient alors un fantôme. Il n’a plus le droit de parler, ne garde pas les yeux ouverts la nuit, et peut quand même participer au vote la journée.

Bref, le joueur participe encore, mais de manière artificielle. Le fait de ne pas parler pourra s’avérer contraignant et frustrant. Relevons encore les illustrations du jeu, drôles et légères. Une excellente critique du jeu peut être trouvée sur Jedisjeux ici.

Sporz


Sorti à la fin 2010 chez une toute petite maison d’édition française, La Donzelle, ce LGT-like est vendu dans une « boîte » cylindrique originale. Les changements notoires sont avant tout dans le contexte. Si LGT se passe dans un village médiéval, Sporz se passe dans le futur dans une navette spatiale accueillant des survivants humains. Point de loups-garous ici mais de virus mutants. Les Loups-Garous / mutants, qui commencent à 1, peuvent infecter d’autres joueurs, qui peuvent eux-mêmes être ensuite soignés. Autre différence notable, les joueurs peuvent se réunir en groupe pour discuter et annoncent leur choix du joueur à éliminer au maître du jeu. Bref, une très bonne variation de LGT. Notre critique du jeu est ici.

Shadow Hunters


Jeu japonais sorti en vf chez Matagot en 2009, Shadow Hunters reprend le principe de LGT mais en ajoutant un plateau et des actions, et nettement moins de discussions puisqu’on ne vote plus et qu’il n’y a pas de phase de nuit et de jour. On est plus dans le bluff et la tactique que dans l’argumentation.

La grande et riche différence du jeu est que personne ne se connaît, les deux équipes doivent se retrouver pour ne pas s’éliminer parmi, ce qui peut aisément se produire. De plus, chaque joueur possède un pouvoir spécial qu’il peut uniquement activer en se révélant, ce qui peut changer les stratégies. Moins léger que LGT qui ne nécessite que quelques cartes, Shadow Hunters est un jeu de plateau avec cartes d’armes et objets magiques à utiliser contre les autres.

Et vous, vous connaissez d’autres jeux / variantes des Loups-Garous de Thiercelieux ? Quel est votre Loups-Garous favori ?

Sporz : une FAQ

Nous avons déjà notre avis de cet excellent jeu, voici une petite FAQ & conseils stratégiques pour Sporz proposée par l’auteur & éditeur Raphaël Donzel lui-même

  • Peut-on soigner un mort ? Oui, mais c’est extrêmement inutile. Cela revient à perdre un tour. Les morts ont les yeux ouverts, et les médecins préfèrent soigner les vivants. Il n’y a pas de résurrection.
  • Peut-on se soigner soi-même ? Non. Quand on est mutant, on joue pour les mutants : on ne va quand même pas se soigner ! Néanmoins la partie n’est pas finie :
  • Si un médecin est infecté, peut-il se réveiller la même nuit? Quand un médecin est mutant il garde les yeux fermés au tour des médecins, et son collègue peut alors le soigner.
  • De la même façon un médecin paralysé garde les yeux fermés à son tour et se fait alors souvent soigner (inutilement) par son collègue qui ne prend pas le risque d’avoir un collègue mutant. (Remarque Importante : faire des gestes pour expliquer à son collègue la situation est inutile. Un médecin mutant aura en effet soin de faire semblant de n’être que paralysé !)
  • Une bonne façon de gagner le jeu pour les mutants est de paralyser un médecin, et de muter l’autre (et une fois qu’un médecin est mutant, la partie est presque finie), d’où l’importance de ne jamais révéler son rôle à la légère quand on est médecin.
  • Lorsqu’un seul médecin est « repéré » il se fait souvent paralyser, forçant l’autre médecin à le soigner et donc à perdre du temps. Pour éviter cela le second médecin peut sérieusement envisager de tuer son collègue !
  • D’une façon générale la règle « les mutants peuvent tuer au lieu de muter, et les médecins peuvent tuer au lieu de soigner » est surtout là pour permettre de se  débarrasser d’un mutant ou d’un médecin « repéré » qui devient dangereux pour son camp.

Critique de jeu : Sporz

Présentation

Vous connaissez un exemple d’un mauvais jeu bien buzzé, qui s’est finalement super bien vendu, malgré sa médiocrité ludique ? Nous en connaissons beaucoup.

Sporz est malheureusement tout le contraire. C’est un très bon jeu qui n’a pas été du tout buzzé, dont peu de monde a entendu parlé, qui n’a pas eu (encore) le succès qu’il mérite, et c’est bien dommage !

Sporz est auto-édité par son auteur, Raphaël Donzel des éditions de La Donzelle, prévu pour 7 à 20 joueurs, mais compter idéalement 12-16,

Matériel

Le jeu est vendu dans une boîte cylindrique originale. Les personnages sont de petits jetons cartonnés, et les illustrations sont très bonnes. Bref, rien à redire.

Thème

Sporz met des astronautes en scène. On joue à bord d’un vaisseau spatial dans le futur, à la recherche d’une nouvelle planète d’accueil. La Terre a en effet été ravagée par les changements climatiques un virus mutant, il a fallu donc rapidement quitter la planète pour en trouver une autre.

Vous l’aurez compris, un mutant s’est infiltré à bord et compte bien infecter les autres astronautes.

Si vous aimez les films de science-fiction à la Alien, ou même Dead Space en jeu vidéo, vous y trouverez votre compte.

Mécanique

Sporz reprend le principe des Loups-Garous de Thiercelieux, avec de nombreuses finesses et variations qui le rendent nettement plus intéressant, riche et dynamique que les Loups-Garous.

En début de partie, il n’y a qu’un seul Loup-Garou mutant. Son but, infecter ou tuer les autres joueurs pour éradiquer l’espèce humaine.

Chaque nuit donc, le maître de jeu « réveille » le mutant, et lui demande s’il veut infecter ou tuer un autre joueur. Si un joueur est infecté, il servira alors la « cause mutante » et se réveillera avec eux les prochaines nuits. Il existe également deux médecins qui peuvent soigner ou tuer. Si un mutant venait à être soigné, il reviendrait alors à la « cause humaine ».

Cette versatilité des personnages / joueurs est extrêmement riche et stratégique. Un humain devenu mutant puis de nouveau humain possède évidemment quantité d’informations juteuses.

Un autre changement, et non des moindres, la journée les discussions se font en petit groupe, maximum de quatre personnes. A la fin des discussions, tous les joueurs passent chacun après l’autre voir le MJ pour lui donner le nom d’un joueur à éliminer. Celui qui « remporte » le plus de voix est alors éliminé du jeu à la fin de la journée.

Cette mécanique rend le jeu plus dynamique et interactif, puisque l’on ne se trouve pas en grand groupe dans lequel uniquement 3-4 personnes finissent par parler.

Rajoutez encore quelques personnages funky, tel le fanatique qui joue contre les humains, ou l’informaticien qui peut savoir combien de mutants il y a exactement.

Comment vous le procurer? Passez votre commande sur le site de l’éditeur.

J’aime particulièrement

les moments privés d’échange entre joueurs, dynamiques.

la mécanique d’infection. Un seul mutant au début, beaucoup plus après.

la paranoïa et le bluff.

les différents personnages, dont le fanatique.

Je n’aime pas

que le jeu soit (pour l’instant) si peu connu