Lorcana justice
Jeux de plateau

Disney Lorcana : Upper Deck contre-contre attaque

đŸ”„ La bataille judiciaire fait rage entre Upper Deck et Ravensburger avec un nouveau rebondissement Ă  propos du jeu de cartes Disney Lorcana.


La bataille des jeux de société : Upper Deck contre Ravensburger

C’est un vĂ©ritable sĂ©isme qui secoue le petit monde ludique. La guerre est dĂ©clarĂ©e entre deux mastodontes de l’Ă©dition de jeux, Ravensburger et Upper Deck. Les accusations de plagiat fusent, les avocats s’affairent, et les joueurs et les joueuses retiennent leur souffle. Est-ce que Lorcana va sortir en boutique ?

Comment le simple dĂ©part d’un auteur de jeux a-t-il pu dĂ©clencher une telle tempĂȘte judiciaire ? Au cƓur de la bataille, les prĂ©cieuses licences Disney font rageusement convoiter le marchĂ© juteux des cartes Ă  collectionner. Mais ce combat sans merci pourrait bien assombrir l’avenir du jeu de sociĂ©tĂ©. Bienvenue dans l’arĂšne sans pitiĂ© du business ludique.

Lorcana : Ă©pisode 3. Ou 4

C’est une saga judiciaire qui n’en finit plus. On vous en parle depuis quelques semaines dĂ©jĂ . Une tempĂȘte secoue le monde du jeu de sociĂ©tĂ©. Upper Deck, un Ă©diteur amĂ©ricain surtout connu pour la production de cartes Ă  collectionner, intente un procĂšs Ă  Ravensburger et Ă  Ryan Miller, un ancien contractant d’Upper Deck et actuel auteur du jeu de cartes de Ravensburger Disney Lorcana.

L’action en justice porte sur la violation des droits d’auteur, affirmant que Ravensburger et Miller ont volĂ© et copiĂ© le jeu original d’Upper Deck, que Ravensburger a reconditionnĂ© et commercialisĂ© sous le nom de « Lorcana ».

Les origines du litige

Les origines de ce litige remontent au jeu Rush of Ikorr, dĂ©veloppĂ© par Upper Deck et auquel travaillait Ryan Miller avant de rejoindre Ravensburger. Selon Upper Deck, Miller a transmis des Ă©lĂ©ments de Rush of Ikorr lorsqu’il a conçu Lorcana pour Ravensburger, d’oĂč l’accusation de violation de droits d’auteur. Upper Deck affirme que Miller et Ravensburger ont collaborĂ© pendant une pĂ©riode couverte par des contrats en Californie, ce qui constituerait une rupture contractuelle. C’est sur cette base qu’Upper Deck a initialement portĂ© plainte.

Lorcana. La requĂȘte en irrecevabilitĂ© et la plainte modifiĂ©e

Ravensburger et Miller ont rĂ©pondu Ă  la plainte en dĂ©posant une requĂȘte en irrecevabilitĂ©. Ils ont fait valoir que l’affaire ne devrait pas ĂȘtre portĂ©e en Californie parce que la division nord-amĂ©ricaine de Ravensburger et celle de Miller sont basĂ©es Ă  Washington.

Cependant, c’est le nouveau chapitre de la saga, et on vient tout juste de l’apprendre sur Tweeter X, Upper Deck a rĂ©pliquĂ© ce lundi 31 juillet 2023 en modifiant sa plainte pour y inclure plusieurs amendements, y compris des allĂ©gations de violation du droit d’auteur.

Dans sa plainte modifiĂ©e, Upper Deck a ajoutĂ© plusieurs paragraphes dĂ©taillant les contacts de Ravensburger et de Miller avec la Californie pour tenter de prouver sa compĂ©tence. Ils font rĂ©fĂ©rence Ă  plusieurs voyages de Miller en Californie concernant Rush of Ikorr ou Disney Lorcana, et citent Disney en tant que sociĂ©tĂ© californienne et l’annonce du jeu lors d’un salon professionnel californien.

Voici les nouveaux éléments rajoutés par Upper Deck :

Le passage des idées aux expressions

Upper Deck a Ă©galement dĂ©placĂ© l’objet de sa plainte des « idĂ©es », qui ne sont pas techniquement protĂ©geables par le droit d’auteur, vers les « expressions ». Elle a fait valoir que plusieurs caractĂ©ristiques crĂ©atives et expressives de Lorcana Ă©taient nouvelles et exclusives Ă  Rush of Ikorr, et que leur reproduction dans Lorcana ne pouvait ĂȘtre que le produit du vol de Miller.

Upper Deck compare les deux jeux :

Lorcana procĂšs

L’ajout de plaintes pour violation du droit d’auteur

Le changement le plus notable dans la plainte modifiĂ©e d’Upper Deck et les paragraphes rajoutĂ©s est sans doute l’ajout de plaintes pour violation du droit d’auteur. Cela n’a Ă©tĂ© possible que parce que Ravensburger et Miller ont portĂ© l’affaire devant un tribunal fĂ©dĂ©ral, oĂč les plaintes pour atteinte au droit d’auteur peuvent ĂȘtre dĂ©posĂ©es. À l’origine, Upper Deck avait portĂ© l’affaire devant le tribunal de l’État, oĂč de telles plaintes ne sont pas autorisĂ©es.

Upper Deck a comparĂ© les droits d’auteur de Rush of Ikorr et de Disney Lorcana dans des diagrammes pour montrer leurs similitudes. Cette dĂ©marche est une tentative Ă©vidente de renforcer son argumentation en fournissant des preuves concrĂštes de la violation des droits d’auteur.

Le chemin Ă  parcourir

La bataille juridique est loin d’ĂȘtre terminĂ©e. Il est Ă  prĂ©voir que Ravensburger et Miller dĂ©poseront une autre requĂȘte en irrecevabilitĂ© avec un argument juridictionnel similaire de « perte de temps ». Toutefois, il est peu probable qu’Upper Deck demande une injonction, ce qui retarderait la sortie de Disney Lorcana. Pour l’instant, la sortie du jeu est toujours prĂ©vue Ă  la Gen Con, puis dans les magasins le 18 aoĂ»t.

Ce qu’il faut retenir de ce nouveau rebondissement ?

📝 Upper Deck a modifiĂ© sa plainte en y rajoutant 10 pages

⚖ Les nouveaux arguments juridiques semblent semblent solides

🔍 D’autres lacunes juridiques de la plainte d’origine semblent comblĂ©es

đŸ›ïž Ravensburger/Miller doivent maintenant faire face Ă  une plainte pour violation du droit d’auteur
 en partie parce qu’ils ont eux-mĂȘmes portĂ© l’affaire devant un tribunal fĂ©dĂ©ral.

L’impact sur la communautĂ©

C’est un coup de force juridique qu’a tentĂ© Upper Deck pour faire plier son rival Ravensburger. L’Ă©diteur amĂ©ricain sort l’artillerie lourde avec des accusations de violation flagrante de droits d’auteur. Mais ces attaques ne relĂšvent-elles pas de la stratĂ©gie d’intimidation pour garder l’avantage sur le lucratif marchĂ© des cartes Ă  collectionner ?

Car oĂč est la limite entre s’inspirer d’un concept et le plagier sans vergogne ? Le procĂšs d’Upper Deck ne risque-t-il pas de brider la crĂ©ativitĂ© des concepteurs de jeux, dĂ©sormais paralysĂ©s Ă  l’idĂ©e d’ĂȘtre trainĂ©s devant les tribunaux ?

Avec cet amendement offensif Ă  sa plainte initiale, Upper Deck met Ravensburger au pied du mur. L’Ă©diteur allemand devra sortir l’artillerie lĂ©gale pour contrer des accusations qui pourraient lui coĂ»ter trĂšs cher. Mais Upper Deck n’en a cure : avec ses derniĂšres salves juridiques, l’entreprise veut ruiner les ambitions de son concurrent sur le juteux marchĂ© des cartes Disney. La guerre des Ă©diteurs ne fait que commencer.

Ce bras de fer juridique entre deux poids lourds de l’Ă©dition de jeux n’est pas prĂšs de se terminer. Si Upper Deck obtient gain de cause, cela crĂ©era un prĂ©cĂ©dent alarmant pour l’industrie du jeu. Des crĂ©ateurs risquent de voir leur marge de manƓuvre crĂ©ative sĂ©vĂšrement restreinte par crainte de poursuites pour violation de droits d’auteur.

Le procĂšs d’Upper Deck envoie un signal clair : les similitudes conceptuelles sulfureuses peuvent mener directement au tribunal. Pour les joueurs, cela signifie potentiellement moins de nouveaux jeux audacieux et innovants si les Ă©diteurs craignent des rĂ©percussions judiciaires. L’ombre de procĂšs ruineux planera sur un secteur dont la santĂ© repose justement sur la prise de risque et l’inspiration.

Sauf renversement total, ce conflit laissera des traces profondes. L’insouciance qui rĂ©gnait dans le petit monde du jeu de sociĂ©tĂ© risque de disparaĂźtre, emportĂ©e par la menace de longues batailles juridiques. Le jeu en vaut-il encore la chandelle ? Affaire(s) Ă  suivre



Rejoignez notre communauté :


2007. Wahou ! Nous avons de la peine Ă  croire que cela fait depuis 2007 que nous sommes derriĂšre l’écran Ă  Ă©crire sur ce blog que nous aimons tant ! Cela n’aurait pas Ă©tĂ© possible sans votre fidĂ©litĂ©.

Pour vous offrir une expĂ©rience de lecture plus agrĂ©able, nous vous proposons un site sans aucune publicitĂ©. Comme nous entretenons des relations d’affiliation avec Philibert et Play-in, nous touchons une petite commission lorsque vous achetez un jeu depuis notre site. Ce qui nous permet d’acheter des jeux que nous pouvons ensuite vous prĂ©senter.

Aujourd’hui, nous vous demandons votre soutien pour nous aider Ă  continuer Ă  produire du contenu que vous apprĂ©ciez. Chaque contribution, petite ou grande, nous permet de continuer Ă  faire ce que nous aimons et de vous offrir la meilleure expĂ©rience possible. Vous pouvez nous aider Ă  soutenir le blog directement en faisant un don avec Tipee.

Nous vous remercions du fond du cƓur pour votre soutien et avons hĂąte de partager encore de nombreuses annĂ©es avec vous.

Soutenez Gus&Co sur Tipeee

Article Ă©crit par Gus. RĂ©dacteur-en-chef de Gus&Co. Enseigne Ă  l’École supĂ©rieure de bande dessinĂ©e et d’illustration, travaille dans le monde du jeu depuis 1989 comme auteur et journaliste.


Que pensez-vous des arguments des deux camps dans cette bataille juridique ?

Votre réaction sur l'article ?
+1
0
+1
0
+1
4
+1
1
+1
2
+1
0

9 Comments

  • NaHO

    Je ne vois pas en quoi des procĂšs pour violation du droit d’auteur empĂȘcheraient l’apparition de « jeux audacieux et innovants » comme vous concluez. Juste la fin des jeux copiĂ©s-collĂ©s. ÂŻ\_ (ツ)_/ÂŻ

  • Eric b

    Je reste perplexe sur ce sujet, n’arrivant pas Ă  cerner les limites du plagiat et de l’inspiration.

    J’ai l’impression que ce sujet touche Ă©galement d’autres domaines, comme par exemple le jeu vidĂ©o, oĂč des mĂ©canismes similaires sont repris d’un jeu Ă  l’autre et oĂč la diffĂ©rence va se jouer dans la richesse de l’histoire, les graphismes et les moteurs gtaphiques…
    Car aprÚs tout, quelle différence fondamentales de mécanismes existent entre Wolfenstein 3D, Doom, Quake ? (oui, mes références datent un peu)
    Pourtant, pas de procĂšs entre ces jeux.

    Je ne pense donc pas que les deck-buildings soient tous des plagiats de Dominion, les draw & write, de Welcome to…

    Nous avons tou.tes en tĂȘte d’excellents jeux qui se sont largement inspirĂ©s d’autres, en paufinant leurs idĂ©es originales et je ne suis pas certain que cela puisse poser un rĂ©el problĂšme juridique.
    Reste la question des copies flagrantes, oĂč la copie n’apporte que trĂšs peu de choses, et oĂč les auteur.rices peuvent se sentir flouĂ©.es.
    Est-ce que Loup garou pour une nuit ressemble trop à Loups garous de Tiercelieux ? Terraforming Mars : expédition ArÚs à Race for the galaxy ?
    On peut se poser la question.

    Et je pense qu’une façon Ă©lĂ©gante d’y rĂ©pondre est de savoir demander l’autorisation avant de reprendre les idĂ©es, et de les crĂ©diter dans la rĂšgle, comme cela a par exemple Ă©tĂ© fait par Bruno Faidutti, qui remercie l’auteur de Verrater dans la rĂšgle de Citadelles.

    Bref, je ne pense pas que cette affaire ne vienne rĂ©volutionner le monde du jeu, et je le regrette un peu, car mĂȘme si comme je l’ai dit plus haut, je ne considĂšre pas le fait de reprendre des mĂ©canismes comme un plagiat, l’absence de crĂ©dit du jeu d’origine me gĂȘne un peu quand les emprunts sont flagrants.

    • Subdug

      N’ayant aucune action ni chez l’un ni chez l’autre et ne pensant pas me mettre Ă  lorcana, je suis le sujet de loin.
      Cet article m’a cependant fait penser que Richard Garfield pourrait probablement s’en mĂȘler aussi puisqu’avec Magic il a quand mĂȘme dĂ©veloppĂ© pas mal de concepts comme le mal d’invocation, les engagements de cartes etc etc…
      Bref je suis curieux du dĂ©nouement 😊

    • Najid GHORZI

      Bonjour Éric, concernant Wolfenstein 3D, Doom, et Quake, vous tombez mal, ils sont tous les trois du mĂȘme dĂ©veloppeur (id software) 😉
      Mais on comprend votre propos !

  • Vincent

    Bonjour,
    Merci pour votre article ainsi que le site en lui-mĂȘme que je lis depuis longtemps. J’apprĂ©cie souvent les visuels d’ouverture et je cherche sans jamais trouver les crĂ©dits pour aller en voir plus sur leur site respectif. Pourriez-vous m’indiquer oĂč vous les placez ?
    Merci

    • Gus

      Cher Vincent,

      Tout d’abord, permettez-moi de vous exprimer notre gratitude pour votre fidĂ©litĂ© Ă  notre site et pour l’intĂ©rĂȘt que vous portez Ă  nos visuels d’ouverture. Il est toujours gratifiant de savoir que nos efforts sont apprĂ©ciĂ©s par des lecteurs et lectrices attentifs comme vous.

      Pour rĂ©pondre Ă  votre question, la majoritĂ© de nos visuels d’ouverture sont en fait crĂ©Ă©s en interne par notre propre Ă©quipe de designers. Nous utilisons plusieurs logiciels d’illustration, tels que Photoshop, Midjourney, Gen 2 ou Adobe Firefly, pour produire ces images. Par consĂ©quent, nous ne possĂ©dons pas de liens externes ou de sites spĂ©cifiques Ă  crĂ©diter pour ces Ɠuvres.

      Encore une fois, merci pour votre soutien et pour votre appréciation de notre travail. Vos commentaires positifs nous motivent à continuer à améliorer notre contenu et notre présentation.

      Bien sincĂšrement,

      Gus&Co

  • MickaĂ«l

    Bonjour Ă  toute l’Ă©quipe Gus&Co !

    Article trÚs intéressant sur cette affaire judiciaire entre 2 éditeurs.

    Les problĂšmes de plagiat ne sont pas nouveau et ce, dans n’importe quelle industrie (cinĂ©ma, livre, jeux vidĂ©o, etc).

    Autant je suis trĂšs curieux de la suite de cette histoire, autant Disney Lorcana, s’il venait Ă  sortir ou non, n’aura pas d’influence sur mes goĂ»ts en matiĂšre de jeux.

    Je suivrai avec attention l’Ă©volution de Lorcana s’il sort, mais je n’y jouerai, ce n’est pas mon type de jeux.

    Continuez sur ce chemin de l’information Gus&Co et merci pour la qualitĂ© des articles !

    • Gus

      Cher Mickaël,

      Merci infiniment pour votre message chaleureux et vos commentaires pertinents sur notre article concernant l’affaire judiciaire entre deux Ă©diteurs.

      Il est vrai que les problĂšmes de plagiat sont une rĂ©alitĂ© dans de nombreuses industries, y compris celle des jeux. C’est un sujet complexe et nous sommes heureux de constater que nos lecteurs comme vous trouvent notre couverture de ces questions intĂ©ressante.

      Nous apprĂ©cions Ă©galement votre honnĂȘtetĂ© concernant vos goĂ»ts personnels en matiĂšre de jeux. Chaque joueur et joueuse est unique et c’est ce qui rend notre communautĂ© si riche et diversifiĂ©e. Nous continuerons Ă  couvrir une large gamme de sujets pour rĂ©pondre aux intĂ©rĂȘts de tous nos lecteurs et lectrices.

      Vos encouragements nous touchent beaucoup et renforcent notre motivation Ă  continuer Ă  produire des articles de qualitĂ©. Nous vous remercions sincĂšrement pour votre soutien et nous avons hĂąte de continuer Ă  partager avec vous notre passion pour l’industrie du jeu.

      Bien cordialement,

      Gus&Co

À vous de jouer ! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :