Jeux de plateau

Comment mieux mélanger un paquet de cartes

🃏🔀 Comment mĂ©langer un paquet de cartes comme un pro ! Les meilleures techniques pour obtenir un jeu alĂ©atoire en un rien de temps.


MĂ©langer les cartes

Imaginez-vous, une soirĂ©e entre amis, autour d’une table avec un paquet de cartes, prĂȘts Ă  jouer Ă  votre jeu prĂ©fĂ©rĂ©. Tout est en place pour une soirĂ©e, pour une partie rĂ©ussies. Et lĂ , c’est le drame ! Au moment oĂč vous distribuez les cartes, vous vous rendez compte que le jeu est mal mĂ©langĂ©, gĂąchant la premiĂšre manche. Une situation qui vous rappelle un truc ?

C’est lĂ  qu’intervient « l’art » du mĂ©lange de cartes, un savoir-faire essentiel pour tous les fans de jeux de cartes ou de plateau, qu’ils soient novices ou experts. Quelle est la meilleure façon de mĂ©langer un jeu de cartes pour garantir un tirage alĂ©atoire ? Comment faire pour que chaque partie commence avec les mĂȘmes chances pour toutes les joueurs et tous les joueurs ? Dans cet article, nous explorerons ces questions et bien d’autres, pour vous aider Ă  maĂźtriser l’art de mĂ©langer les cartes et Ă  assurer l’Ă©quitĂ© pour la partie.

Mieux mélanger ses cartes

cartes

La plupart des jeux de sociĂ©tĂ© sont composĂ©s de cartes : des cartes d’action, des cartes bonus, des cartes lieux, etc. Lors de la mise en place, les rĂšgles du jeu nous indiquent qu’avant de jouer, il faut commencer par mĂ©lange la pioche, le ou les paquets. Et lĂ  se pose la question de la mĂ©thode : mais comment bien mĂ©langer un paquet de cartes ? En coupant le tas en deux et en les brassant ensuite ? En les mĂ©langeant en un seul tas ? Autrement ? Quelle est votre mĂ©thode fĂ©tiche ? Et ensuite, comment « bien » distribuer les cartes ?

Ce qui arrive souvent, ce qui nous arrive souvent, c’est que lors de notre toute petite premiĂšre partie, la premiĂšre donne de cartes est
 moisie. On se retrouve avec des « amas » de cartes semblables. Et lĂ , on fait comme tout le monde, on relance la partie. Tout le monde rend ses cartes, on les remĂ©lange, on les redistribue, et on perd un paquet de cartes temps Ă  faire le tout. Et s’il existait une mĂ©thode optimale ?

Les mathĂ©matiques – et quelques simulations intelligentes – nous montrent aujourd’hui combien de mĂ©langes sont nĂ©cessaires pour rendre alĂ©atoire un jeu de 52 cartes. Il existe plusieurs mĂ©thodes de mĂ©lange, et les mĂ©thodes de distribution peuvent Ă©galement jouer un rĂŽle important, mais les concepts essentiels sont simples.

Pour randomiser un jeu de 52 cartes, il faut sept mélanges avec un riffle shuffle (voir ci-dessous). Il faut 30 à 60 secondes pour randomiser les cartes en les posant face cachée sur une table et en les mélangeant en les déplaçant.

Riffle shuffle

Le riffle shuffle, ou « mélange à la volée », en français, et le overhand shuffle, ou « mélange par-dessus la main », sont deux techniques courantes de mélange des cartes. La principale différence entre ces deux techniques réside dans la façon dont les cartes sont mélangées.

Le mĂ©lange Ă  la volĂ©e de cartes consiste Ă  diviser le jeu en deux moitiĂ©s et Ă  les mĂ©langer en libĂ©rant les cartes des pouces de chaque main. Le mĂ©lange par-dessus la main consiste Ă  transfĂ©rer de petits paquets de cartes d’une main Ă  l’autre en les faisant glisser avec le pouce.

Le mĂ©lange Ă  la volĂ©e est plus efficace pour randomiser le jeu que le mĂ©lange Ă  la main, car il brise les amas de cartes et prĂ©serve moins l’ordre d’origine. Il est Ă©galement plus difficile de tricher avec le mĂ©lange Ă  la volĂ©e qu’avec le mĂ©lange Ă  la main.

À lire Ă©galement : Quelques idĂ©es de jeux Ă  jouer avec un simple paquet de cartes.

Le mĂ©lange par-dessus la main est plus facile Ă  rĂ©aliser que le mĂ©lange Ă  la volĂ©e, mais il faut le rĂ©pĂ©ter plus souvent pour obtenir un bon mĂ©lange. Il convient Ă©galement mieux pour mĂ©langer des jeux de petite taille ou fragiles, qui risqueraient d’ĂȘtre endommagĂ©s par le mĂ©lange Ă  la volĂ©e.

Maintenant que nous avons exploré les deux techniques principales de mélange de cartes, examinons de plus prÚs comment effectuer un riffle shuffle efficacement.

Comment bien faire un riffle shuffle

Voici les étapes pour bien réaliser un riffle shuffle :

  • SĂ©parer le jeu en deux. Tenez la moitiĂ© du jeu dans le sens de la longueur dans votre main droite, et tenez l’autre moitiĂ© du jeu dans le sens de la longueur dans votre main gauche.
  • Saisissez les deux moitiĂ©s du jeu. Chaque main doit adopter la mĂȘme position. Placez votre pouce le long du bord long des cartes, prĂšs du coin le plus proche de vous. Placez votre index lĂ©gĂšrement sur le dessus des cartes. Placez votre majeur contre le bord long opposĂ©, les autres doigts reposant Ă  cĂŽtĂ© ou sur la table.
  • Positionnez les piles. Rapprochez les deux piles l’une de l’autre, de maniĂšre que les bords courts se touchent presque. Tournez les piles lĂ©gĂšrement Ă  l’opposĂ© de vous, de façon que les coins les plus proches de vous se touchent presque.
  • MĂ©lange en rafale. Pliez le bord long le plus proche de chaque pile vers le haut avec vos pouces, tout en laissant le bord long le plus Ă©loignĂ© contre la table. DĂ©placez simultanĂ©ment vos pouces vers le haut le long du bord, libĂ©rant ainsi les cartes qui retombent sur la table. Les cartes de chaque pile doivent se chevaucher lorsqu’elles tombent.
  • Faites la finition en cascade (facultatif). Soulevez lĂ©gĂšrement les deux moitiĂ©s du jeu de la table et poussez-les l’une contre l’autre. LĂąchez une moitiĂ© et utilisez votre autre main pour guider les cartes qui tombent en cascade en une seule pile.

Vous pouvez également regarder cette vidéo pour une démonstration :

Le mĂ©lange Ă  main levĂ©e, qui consiste Ă  saisir des parties du jeu et Ă  les dĂ©placer vers d’autres endroits, est une technique de randomisation Ă©tonnamment inefficace, puisqu’elle nĂ©cessite 10 000 Ă  11 000 rĂ©pĂ©titions.

Distribuer n’est pas jouer

La technique de distribution des cartes peut Ă©galement ĂȘtre importante. La distribution dans les deux sens (en alternant les directions, comme le schĂ©ma A, B, C, C, B, A) produit plus d’imprĂ©visibilitĂ© que la distribution cyclique (qui consiste Ă  distribuer les cartes dans les cases d’un schĂ©ma circulaire rĂ©pĂ©tĂ© A, B, C, A, B, C). Perso, oui je l’avoue, mĂȘme si je suis une pive en maths, je dois reconnaĂźtre qu’il est vraiment intĂ©ressant d’étudier comment les diffĂ©rentes stratĂ©gies de distribution affectent le hasard.

Cela soulĂšve un point intĂ©ressant : il n’existe pas de stratĂ©gie « plus » alĂ©atoire. Un jeu de cartes est soit gĂ©nĂ©rĂ© alĂ©atoirement, soit il ne l’est pas. Si deux cartes restent au mĂȘme endroit relatif (par exemple, adjacentes l’une Ă  l’autre) aprĂšs avoir Ă©tĂ© mĂ©langĂ©es, le jeu n’a pas encore Ă©tĂ© randomisĂ©. De mĂȘme, si sept mĂ©langes appropriĂ©s suffisent Ă  rendre alĂ©atoire un jeu de 52 cartes, il est inutile d’en mĂ©langer huit ou neuf (ou plus), car il n’existe pas de mĂ©thode « plus » alĂ©atoire.

Ces différentes méthodes sont présentées dans cette vidéo :

Une conclusion, pour conclure

MĂ©langer un paquet de cartes de maniĂšre efficace et alĂ©atoire n’est pas une tĂąche Ă  prendre Ă  la lĂ©gĂšre. Que ce soit par le riffle shuffle, plus technique mais d’une efficacité  redoutable, ou par d’autres techniques adaptĂ©es Ă  la situation, chaque mĂ©thode a son importance et sa place dans le monde du jeu. Et n’oublions pas, la maniĂšre dont vous distribuez les cartes peut aussi avoir un impact significatif sur l’expĂ©rience de jeu.

L’essentiel est de comprendre que le mĂ©lange des cartes ne vise pas seulement Ă  assurer l’Ă©quitĂ© du jeu, mais Ă©galement Ă  amĂ©liorer l’expĂ©rience globale du jeu, en Ă©vitant les frustrations liĂ©es Ă  un mauvais tirage. AprĂšs tout, le but ultime de tout jeu de cartes est de s’amuser et de passer un bon moment. Et de rafler la mise si on joue au poker.

Avec les informations et les conseils que nous avons partagĂ©s ici, vous ĂȘtes maintenant « armé » pour amĂ©liorer vos compĂ©tences en mĂ©lange de cartes.


2007. Wahou ! Nous avons de la peine Ă  croire que cela fait depuis 2007 que nous sommes derriĂšre l’écran Ă  Ă©crire sur ce blog que nous aimons tant ! Cela n’aurait pas Ă©tĂ© possible sans votre fidĂ©litĂ©.

Pour vous offrir une expĂ©rience de lecture plus agrĂ©able, nous vous proposons un site sans aucune publicitĂ©. Comme nous entretenons des relations d’affiliation avec Philibert et Play-in, nous touchons une petite commission lorsque vous achetez un jeu depuis notre site. Ce qui nous permet d’acheter des jeux que nous pouvons ensuite vous prĂ©senter.

Aujourd’hui, nous vous demandons votre soutien pour nous aider Ă  continuer Ă  produire du contenu que vous apprĂ©ciez. Chaque contribution, petite ou grande, nous permet de continuer Ă  faire ce que nous aimons et de vous offrir la meilleure expĂ©rience possible. Vous pouvez nous aider Ă  soutenir notre blog directement en faisant un don avec Tipee.

Nous vous remercions du fond du cƓur pour votre soutien et avons hĂąte de partager encore de nombreuses annĂ©es avec vous.


Article Ă©crit par Gus. RĂ©dacteur-en-chef de Gus&Co. Enseigne Ă  l’École supĂ©rieure de bande dessinĂ©e et d’illustration, travaille dans le monde du jeu depuis 1989 comme auteur et journaliste.


Et vous, quelle est votre méthode préférée pour mélanger les cartes ?

Votre réaction sur l'article ?
+1
13
+1
4
+1
2
+1
4
+1
1
+1
2

5 Comments

  • Pierre

    Comme toujours super article. Je pratique la magie depuis plusieurs annĂ©es, petit conseil pour apprendre Ă  mĂ©langer, acheter un bon jeu de cartes Bicycle par exemple pour vous entrainer. Les cartes de nos jeux de sociĂ©tĂ© sont de mauvaises qualitĂ©s en comparaison et donc plus fragile lors du mĂ©lange. Le mĂ©lange français, hindou ou sur table et le plus appropriĂ©, oubliez les fioritures des mĂ©langes en cascade qui risque d’abimer vos cartes si vous essayez sans maitrise de la technique.

  • Raidden

    Peu importe comment c’est mĂ©langĂ©, comme le dit si bien notre cher Patrick: « l’important, ce ne sont pas les cartes, c’est ce que vous en faites ! »

    Selon la qualitĂ© des cartes, je sais qu’inconsciemment, je vais adopter une mĂ©thode plutĂŽt qu’une autre pour le mĂ©lange mais pour la distribution, c’est souvent en mode A, B, C, A, B, C.

À vous de jouer ! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :