Jeux de rôle

Cette partie de Donjons & Dragons dure depuis 38 ans

Temps de lecture: 5 minutes

On se lance une petite partie de Donjons et Dragons ce soir ? Ca vous tente ? Elle devrait durer… 38-40 ans, au moins.


Le média américain CNN a publié hier dimanche 20 septembre 2020 un article sur une partie de jeu de rôle qui a commencé il y a plusieurs décennies, et qui continue encore ! Nous vous en proposons ici une traduction.

Si vous aussi, comme nous, vous faites du jeu de rôle, ça pourrait vous intéresser.


CNN, Par Trisha Gopal, Michael Fequiere et Dave Yim, dimanche 20 septembre 2020.

L’ordre de rester à la maison en raison de la pandémie en cours a bouleversé beaucoup de plans. Les mariages ont été reportés, les concerts ont été annulés, les vacances ont été repoussées. Mais une chose qui ne peut pas être annulée ? La partie de Robert Wardhaugh de Donjons & Dragons.

Depuis 38 ans, Wardhaugh joue à la même partie de Donjons & Dragons au Canada. Donjons & Dragons est un jeu de rôle fantastique qui implique généralement de nombreuses figurines, de nombreux mondes imaginaires et de nombreuses aventures. À partir de 1982, cela pourrait en faire la plus longue campagne de Donjons et Dragons en continu. Ou du moins la plus longue dont Wardhaugh ait jamais entendu parler.

En tant que maître du donjon, Wardhaugh guide la partie depuis des décennies

Donjons & Dragons n’est pas un jeu de société. Tout ce dont vous avez vraiment besoin pour jouer, ce sont des dés et quelques feuilles de papier. Chaque joueur crée le personnage qu’il veut incarner, que ce soit un héros noble, un voleur rusé, un druide mystique, et le maître du donjon (NdT : DM, ou MJ), dans ce cas Wardhaugh, les guide tous à travers une série d’aventures.

« Les joueurs contrôlent leur personnage, mais c’est tout ce qu’ils contrôlent », déclare Wardhaugh. « Je contrôle tous les autres aspects, que ce soit la météo, le décor, tout ce à quoi ils font face.

« Lorsque Wardhaugh a commencé à jouer à Donjons & Dragons au début des années 80, ce n’était pas le phénomène qu’il est aujourd’hui. « J’ai grandi dans une communauté où quand j’y jouais, la communauté n’était pas vraiment heureuse », dit Wardhaugh. « Ils ne pouvaient pas comprendre le jeu. C’était une communauté assez fondamentaliste, et il y avait donc beaucoup de jugement lié au jeu. »Wardhaugh a construit un terrain pour accompagner le jeu et a accumulé 20 000 figurines.

Wardhaugh a construit un terrain pour accompagner le jeu et a accumulé 20’000 figurines.

Il y avait autrefois une stigmatisation contre Donjons & Dragons

À l’époque, il y avait des reportages qui alimentaient une panique inutile chez les parents qui liaient Donjons & Dragons à des rituels sataniques, à l’occultisme et même à une violence potentielle. Et bien que ces stéréotypes aient longtemps été démystifiés, de nombreux enfants ressentaient encore le besoin de cacher leur amour du jeu aux spectateurs.

« Cela a enseigné le vocabulaire aux enfants, cela a enseigné l’histoire, cela vous a enseigné la sociologie, cela vous a appris la philosophie. Il y avait tellement de potentiel éducatif à s’asseoir et à jouer à ce jeu, mais les gens à l’époque n’étaient pas vraiment disposés à l’accepter » dit Wardhaugh.

« Avec des séries comme » Game of Thrones »et des films comme « Le Seigneur des Anneaux  » et  » Le Hobbit », il y a certainement eu un changement dans la culture populaire et son acceptation des thèmes fantastiques. »

Tout a commencé avec seulement quatre joueurs

Wardhaugh a commencé à jouer quand un ami lui a présenté le jeu et a accidentellement laissé des règles chez lui. Il était accro, et alors qu’il passait du lycée à l’université, aux études supérieures, il a continué à rassembler des amis qui voulaient faire partie de son épique campagne. Ce qui a commencé avec seulement quatre joueurs est passé à près de 60 aujourd’hui.

Et même si tout le monde ne joue pas à la maison de Wardhaugh, de nombreuses personnes conduisent et volent de partout au Canada pour y participer. Et bien d’autres participent en vidéo, certains en streaming d’aussi loin que le Royaume-Uni. Avec la pandémie en cours, Wardhaugh s’est plus que jamais appuyé sur le chat vidéo, mais cela n’a pas été si mal.

« Mes joueurs n’arrêtent pas de me dire qu’il y a maintenant plus de sessions qu’il n’y en a jamais eu à cause de Zoom », déclare Wardhaugh. Il estime que maintenant, il organise probablement des sessions deux, trois et parfois même quatre fois par semaine.

Wardhaugh a créé son propre ensemble de règles

Au cours des 38 dernières années, beaucoup de choses ont changé. Les joueurs sont venus et repartis, le jeu est devenu de plus en plus important (il possède une collection de 20’000 figurines), et Wardhaugh s’est adapté pour jouer selon ses propres règles.

« Mon jeu est très différent des règles officielles de Donjons & Dragons », déclare Wardhaugh. « C’est un système de règles qui s’est développé et est en constante évolution, en constant changement et en constante amélioration.

« L’un des éléments qui rend le jeu de Wardhaugh particulièrement spécial est son intégration de l’histoire du monde réel. En tant que professeur d’histoire à l’Université Western Ontario à London, en Ontario, Wardhaugh a beaucoup de connaissances à exploiter.

Son parcours de professeur d’histoire change le jeu

« En tant que professeur d’histoire et toujours aimant l’histoire, je voulais créer un monde où je pouvais utiliser l’histoire de notre monde. Mon monde est une Terre alternative, donc vous pouvez être romain, vous pouvez être grec, vous pouvez être sumérien , vous pouvez être babylonien, vous pouvez être des Premières Nations » (NdT : Les Indiens d’Amérique), explique Wardhaugh. Mais tous les joueurs vont finalement vers le même objectif, qui est l’histoire que Wardhaugh, en tant que maître du donjon, raconte.

«Ce qui me fascine et m’entraîne dans l’histoire, c’est la capacité de vous mettre dans un espace différent, un endroit différent, avec des personnes différentes, dans une période différente où vous avez toutes ces cultures différentes», dit Wardhaugh. Intégrer la couleur et les détails de l’histoire dans Donjons & Dragons était un moyen de renforcer le jeu.

«D’un point de vue fantastique, cela m’emmène dans ce monde où ils ne savaient pas s’il y avait des dragons et s’ils croyaient aux monstres et ils pensaient qu’il y avait des elfes dans la forêt», dit Wardhaugh. « Et donc cela vous emmène dans une époque où vous pouvez vous éloigner du scepticisme que nous avons aujourd’hui et vous plonger dans ce monde où toutes ces choses semblent possibles. »

Il espère jouer pendant des décennies à venir

Par-dessus tout, le jeu lui a permis de servir son objectif initial : passer du temps avec ses amis. « L’un des plus grands succès de mon jeu a été le fait qu’il ait rempli son objectif ultime, qui est de garder mon groupe d’amis ensemble », déclare Wardhaugh. « Je savais très tôt que si j’étais capable de créer un jeu assez bon, ils continueraient à venir. Et qu’ils joueraient avec moi, peu importe où j’étais. » Nous espérons que ce jeu se poursuivra pendant encore de nombreuses décennies.

« Une des choses qui distingue mon jeu de tous les autres est que la seule chose qui va le limiter, je suppose, c’est ma durée de vie », déclare Wardhaugh. Mais son jeu a certainement créé un héritage. Sa fille adolescente est impliquée dans le jeu depuis l’âge de 8 ans. Et ses élèves ont également commencé à s’y intéresser.

« Maintenant, à chaque classe que j’enseigne, j’ai des étudiants qui viennent vers moi et qui semblent un peu timides et je sais exactement ce qu’ils vont dire et ce qu’ils veulent me demander », dit Wardhaugh. « D’une manière étrange, cela m’a ouvert en classe, à mes élèves, à une conversation différente. » Wardhaugh note que ses compétences en tant que conteur l’ont aidé non seulement en tant que maître de donjon, mais aussi en tant qu’historien et professeur.

« Cela me rend heureux de savoir que mes joueurs veulent toujours jouer, qu’ils sont enthousiastes à l’idée de jouer et qu’ils veulent constamment jouer », déclare Wardhaugh. Et, si les derniers mois ont prouvé quelque chose, c’est que rien, pas même une pandémie mondiale, ne peut empêcher les gens de vouloir se rassembler, se connecter et raconter des histoires.

Et pour vous, quelle a été votre plus longue campagne de jeu de rôle ? Vous en avez une en cours ?

9 Comments

  • Jay Bee

    J’ai souvenir d’une partie de 1000 bornes lorsque j’étais enfant, durant laquelle j’ai attendu de piocher un feu vert pour pouvoir redémarrer.
    Ma barbe à eu le temps de pousser.
    Je suis adulte à présent.
    Je n’ai jamais pioché de feu vert.

    Je joue depuis à Barrage…

  • Buffort

    Une partie de Warhammer commencée en 2011 (une session tous les 2 mois, vie de famille oblige ^^), qui continuerait encore si l’un des membres de notre petit groupe n’était pas décédé en février dernier. Impossible de continuer à jouer sans lui, ce n’est définitivement plus la même partie, la même saveur, la même ambiance …

    • David Mackiewicz

      J’ai peut-être encore deux personnages…
      Un homme-oiseau (winged folk) depuis 1993 et un guerrier, depuis 1992, je crois, qui est aussi druide, ranger et barde… Et d’avoir commencé par D&D, avant par m’y intéresser, adolescent, en lisant des livres comme  » le livre dont vous êtes le héros » de Steve Jackson, entre autres, et de comprendre un peu mieux cette littérature de ce qu’est un jeu de rôle… Merci Papy Gigax.

  • Lolo

    « vous pouvez être des Premières Nations (NdT : Les Indiens d’Amérique) »
    Votre traducteur devrait revoir ses cours, le terme « Indien (d’Amérique) » pour désigner les autochtones est considéré comme un vestige colonial et donc à éviter depuis belle lurette! ^^

    Autrement full nice article, je me demande comment il fonctionne, niveau planification des séances. Le monde s’inscrit sur un site? etc!

  • Machin Truc

    Grâce aux anglophones, nous avons importé chez nous la désignation « jeu de plateau » (et c’est une bonne chose que, une fois n’est pas coûtume, les feignants de l’anglicisme ne nous ont pas imposé le terme « boardgame »), qui concerne tant de jeux qu’elle est devenue un quasi synonyme de « jeux de société ». D’où l’erreur de traduction : « Donjons & Dragons n’est pas un jeu de société ». Bien sûr que si. Et parfois, D&D, c’est aussi presque un jeu de plateau, quand les figurines sont utilisées.
    Voilà, histoire de ne rien apporter.
    Chapeau au Canadien !

À vous de jouer ! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :