Autour du jeu vidéo

EndeavorRX, le tout premier jeu vidéo pour soigner le TDAH chez les enfants

Le jeu vidéo EndeavorRX vient tout juste d’être autorisé aux USA comme traitement du TDAH. Quand le jeu vidéo devient thérapeutique.


OK, EndeavorRx, ce jeu ne ressemble peut-être pas à un vrai jeu vidéo. Mais c’est le tout premier jeu vidéo de l’histoire qui peut être commercialisé et prescrit comme médicament aux États-Unis.

Hier, lundi 15 juin 2020, la Food and Drug Administration (FDA) a autorisé les médecins à prescrire EndeavorRx, ce jeu mobile sur iPhone et iPad pour les enfants âgés de huit à 12 ans atteints de TDAH. Après avoir réalisé sept ans d’essais cliniques avec 600 enfants, le jeu vidéo a reçu la validation de la puissante FDA. La Food and Drug Administration est l’organe fédéral américain qui approuve, ou pas, quel nouveau produit est autorisé à être consommé, vendu, produit aux USA.

Hier, donc, cette FDA a rendu son verdict après cinq études réalisées sur ce jeu vidéo. Selon le rapport, oui, un tiers des enfants traités qui ont essayé EndeavorRx pendant 25 minutes par jour, cinq jours par semaine pendant quatre semaines « n’avaient plus de déficit d’attention mesurable sur au moins une mesure d’attention objective« .

Le TDAH est le trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité, ADHD en anglais. Il s’agit en réalité d’un trouble du neurodéveloppement qui implique des difficultés d’attention et de concentration, des symptômes d’hyperactivité et des problèmes de gestion de l’impulsivité.

Selon les essais et le rapport, après un mois de « traitement » avec EndeavorRx, les troubles liés au TDAH ont diminué.

Cela dit, et selon les mentions citées au bas de l’étude parue dans le fameux The Lancet, il est question ici d’une étude réalisée par des médecins qui travaillent pour le développeur du jeu. C’est… discutable. Les médecins pourraient avoir de sérieux conflits d’intérêt.

Et même leur conclusion énonce que les résultats ne sont pas suffisants pour suggérer que ce jeu vidéo devrait être utilisé comme une alternative aux traitements établis et recommandés pour soigner le TDAH.

Mais pourquoi pas. C’est un outil supplémentaire. Et plutôt que de bombarder nos enfants de médicaments, ce jeu vidéo semble être une idée intéressante à creuser. OK, ce n’est pas forcément la meilleure idée de parquer ses enfants pendant des heures devant un écran, mais si c’est pour un traitement, pourquoi pas ?

En tout cas, qu’un jeu vidéo puisse être prescrit sur ordonnance, c’est historique ! Et ce n’est d’ailleurs pas la première fois qu’un jeu vidéo est utilisé pour soigner les troubles cognitifs. Rappelez-vous de Sea Hero Quest, pour lutter contre la maladie d’Alzheimer :

Avec Sea Hero Quest, et maintenant de manière officielle avec EndeavorRX, le jeu vidéo devient thérapeutique et sur ordonnance, et pas « juste » un produit culturel de divertissement.

EndeavorRX n’a pas encore été lancé sur le marché, il faut s’inscrire sur liste d’attente ici sur le site du développeur Akili.

Qu’en pensez-vous ? Est-ce une bonne idée d’utiliser le jeu vidéo comme thérapie ?

One Comment

  • M. Coqueliquot

    Bonjour,
    Merci pour la question.
    Ma fille de 8 ans a un TDAH. En ce moment elle a accès aux écrans 1 fois par semaine pour voir un film de projeté par un beemer.
    Même si je trouve l’idée du jeu-vidéo super-intéressante (car je ne suis pas contre les écrans mais simplement autre façon d’utiliser notre temps), je ne me vois pas appliquer ce traitement-ci à ma fille. Comment lui dire après 4 semaines de jeu vidéo quotidien que « c’est fini »? J’ai plus peur que ça lui crée la dépendance de l’écran, et c’est justement ce dont elle n’a pas besoin…Peut-être faudrait-il diluer le traitement sur une année par exemple à titre d’une fois par semaine ou deux…?
    Cependant, pour les enfants passant déjà beaucoup de temps devant les écrans, alors pourquoi ne pas essayer! (même si je pense qu’ils feraient mieux d’aller en forêt ou en montagne à la place…)

    De plus je me demande si le rôle de la FDA est vraiment de s’inquiéter de la santé des gens en validant à tour de bras pléthore de traitements sans se soucier des conséquences à long terme de ceux-ci. Mais bon, c’est un choix de société en quelque sorte, mais cependant, agir sur les symptômes déjà installés c’est plus coûteux que de les prévenir….

    Bien-à-vous,

    Marizoé

À vous de jouer ! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :