Critiques de jeux,  Jeux de plateau

Le Seigneur des Anneaux – Voyages en Terre du Milieu. Votre billet pour l’aventure

Entre jeu de plateau, jeu de rôle et jeu vidéo, la nouvelle grosse prod bien léchée de FFG. Le Seigneur des Anneaux – Voyages en Terre du Milieu, une pure machine à voyager.


Le Seigneur des Anneaux – Voyages en Terre du Milieu , de quoi ça parle ?

De l’univers méd-fan de Tolkien, avec les personnages légendaires bien connus: Aragorn, Gimli, Legolas, embarqués dans une quête annexe hors anneau et aux prises avec orques et gobelins

Dans le jeu, le thème est extrêmement fort, extrêmement présent et intégré. Le Seigneur des Anneaux – Voyages en Terre du Milieu est une pure machine à vivre des aventures, des expériences épiques et immersives. Si vous appréciez les jeux qui vous plongent dans une aventure immersive, à la croisée entre jeu de plateau et jeu de rôle, vous allez vous régaler

Tiens, en parlant de Tolkien, le biopic sort dans quelques semaines, le 19 juin:

Et comment on joue?

Une fois qu’on a choisi son héros ou héroïne pour la partie, on prend son matos, sa fig, son deck de compétences de départ

Le jeu est composé de trois phases

Une phase d’action, le coeur du jeu, pendant lequel les joueurs et joueuses vont pouvoir progresser dans l’aventure, puis une phase d’ombre, la phase des « méchants » qui s’activent automatiquement, puis enfin, une mini phase de ralliement, pendant laquelle les joueurs et joueuses mélangent leur défausse à leur pioche puis tirent deux cartes, pour en garder une ou aucune et les remettre dans son deck

Et on recommence, jusqu’à ce que le scénar en cours prend fin. Et ainsi de suite, jusqu’à la fin de la campagne

Voilà, c’est tout

Et quelles sont les actions dispo?

A son tour, on dispose de deux actions, à choix parmi:

  • Déplacement: on peut se déplacer de deux cases sur les tuiles, sachant qu’on peut très bien interrompre son mouvement pour réaliser une autre action entre temps
  • Interaction: la carte met en scène des jetons narratifs avec lesquels on peut interagir
  • Baston: on peut taper sur les créatures sur la même case ou adjacentes si on possède une arme à distance (genre arc ou grenade GLI-F4)

Voilà, c’est tout

Pour une fois, pour un gros jeu FFG, les règles ne font pas 600 pages, tout est fluide et limpide

Enfin, à peu près

En réalité, les règles sont présentées en deux livrets. Un livret pour commencer à jouer rapidement, avec les règles de base, et un plus gros qui décrit toutes les actions et situations en détail

Une fois le tout premier scénar commencé, on va quand même devoir plonger dans ce deuxième ouvrage riche, complet et balaise pour gérer les différentes situations

Petit hic, ce deuxième livret n’est pas toptop pratique, l’index est lacunaire, il faudra parfois vadrouiller parmi les chapitres (et perdre du temps de jeu) pour trouver le point de règle recherchée

Une appli très, trop présente?

C’est le sujet qui fâche

Voyages en Terre du Milieu a été co-créé par Grace Holdinghaus, l’auteure qui a déjà développé les Demeures de l’Épouvante seconde édition qui proposait également une appli pour gérer les créatures et la mise en place des tuiles et scénars

L’appli de Voyages en Terre du Milieu reprend ce fonctionnement. On a constamment le nez dessus pour:

  • Savoir quelle tuile placer
  • Connaître la suite du récit, avec du texte
  • Faire bouger les créatures
  • Gérer les blessures, les attaques
  • Placer les jetons « interaction »

Bref, encore une fois, on a le nez dessus tout le temps. Tout. Le. Temps

Soyons lucides, ceci pourra refroidir certain.e.s joueurs et joueuses allergiques à l’intrusion du numérique dans le jeu de plateau

Et qui dit numérique dit: batterie, écran suffisamment large (oubliez un smartphone « de base ») et accès au WIFI / 4-5G

Un jeu Kleenex ?

Pour l’instant, le jeu ne propose qu’une seule et unique campagne, composée de 14 chapitres tout de même

Et une fois la campagne achevée, on fait quoi, on jette le jeu (à presque cent euros?) au feu / recyclage?

Oui

Non

Plutôt non, en fait

Chaque partie, chaque scénario est différent. Même si la mission principale, l’objectif narratif reste le même, la mise en place des tuiles et des objets découverts sont à chaque fois différents, un algo gère toutes les variations

Donc on peut jouer et rejouer le même scénar, tout la config changera, même si la mission reste la même

Pour l’instant, le jeu ne propose qu’une seule et unique campagne, à deux difficultés, normale et hard, ce qui peut encore apporter une nouvelle durée de vie au jeu

FFG ne va pas s’arrêter en si bon chemin. On peut bien évidemment s’attendre à de nouvelles campagnes (payantes?) dispo sur l’app, ainsi qu’à des extensions (payantes!) avec nouvelles tuiles, nouvelles fig, on connaît FFG pour son amour pour les extensions cash-cow slash vache-à-lait

Beaucoup de hasard ?

Un peu, mais pas tant que ça

Pas. De. Dés

Toutes les interactions et baston se règle avec un système de cartes à piocher en fonction de la compétence utilisée et de sa pioche.

En effet, chaque fois qu’on active une compétence slash action pour surmonter un obstacle, on tire des cartes de son paquet de compétences correspondant à l’une des cinq statistiques de son personnage

Sachant qu’on est en mode pur deck-building. Au fil des scénars on va pouvoir upgrader son deck avec de meilleures cartes, mais également le pourrir avec des blessures qui viennent le « ralentir », à la manière des « malédictions » dans Dominion

La gestion, et la connaissance de son deck pourra ainsi réduire l’impact du hasard

Comme il n’y a pas de lancer de dés, et que la mécanique principale est du deck-building et de la pioche de cartes en fonction de la compétence utilisée, on va pouvoir plus ou moins gérer et se préparer pour limiter la part du hasard

Et comment on gagne ?

Tout dépend des scénars

Et même si on perd un scénar parce qu’on a foiré la mission, ce n’est pas si grave, on peut continuer la campagne sans autre, pas besoin de tout refaire, de tout reprendre à zéro, on n’est pas dans Time Stories

Interaction ?

Sur l’IGUS, l’échelle de mesure de l’interaction dans les jeux, Le Seigneur des Anneaux – Voyages en Terre du Milieu atteint un 5/5.

Pourquoi?

Parce que dans Le Seigneur des Anneaux – Voyages en Terre du Milieu il faudra coopérer, discuter, négocier. Vous faites ceci maintenant et après je fais cela

Lors de la phase d’action, il n’y a pas de tour de jeu spécifique à suivre, on peut décider de qui joue quand à chaque fois

A combien y jouer ?

On peut y jouer de 1 à 5

En solo, le tourne très, très bien, on est alors immergé.e dans un véritable récit tout.e seul.e, comme si on jouait à un jeu vidéo. On perd toute la partie coop, mais on n’a pas toujours des joueurs et joueuses qui sont dispo

A 2 et 3 le jeu tourne aussi très bien, c’est la meilleure config pour deux raisons:

  • Les phases de discussion ne s’éternisent pas
  • Et surtout, comme il s’agit d’un jeu en campagne, avec des persos qui gagnent des XP et évoluent, avec un scénario qui progresse, mieux vaut continuer de jouer avec les mêmes personnes d’une partie à l’autre. A 2-3, en couple, entre ami.e.s, il sera alors plus facile de re-réunir tout ce même beau monde

A 4-5, c’est aussi possible d’y jouer, mais on s’expose alors aux deux soucis énoncés ci-dessus

Alors, Le Seigneur des Anneaux – Voyages en Terre du Milieu, c’est bien ?

C’est vraiment, vraiment bien

En attendant la série sur Amazon pour « bientôt », se replonger dans les Terres du Milieu est un pur plaisir, surtout quand c’est aussi bien fait qu’ici

Alors certes, l’application est omniprésente, impossible de passer un tour, une phase sans avoir le nez dessus. Ce qui coupe un peu le lien social, humain. On a le nez collé à l’écran plutôt que de s »adresser regards et sourires. Cet aspect pourra en refroidir certain.e.s, et c’est compréhensible. On joue à un jeu de société ou à un jeu vidéo? Les deux

Score :

Anticipation : 4/5

Un nouveau gros jeu dans l’univers du Seigneur des Anneaux? Yeeeeah. À voir ce que l’application apporte de plus (ou de moins)

Faut reconnaître que depuis notre article de janvier sur l’annonce du jeu, on est au taquet

Pendant la partie : 5/5

Des règles fluides, un hasard assez maîtrisé, et surtout, une aventure immersive, épique, évolutive, et relativement peu linéaire. Relativement

Après la partie : 5/5

On continue la campagne? Oh oui, tout de suite. Maintenant. Demain

On rejoue? Oh oui, tout de suite. Maintenant. Demain

Un très bon moment

Score final : 5/5

Entre jeu de plateau, jeu de rôle et jeu vidéo, cette grosse prod FFG bien léchée reprend Descent pour l’explo et la baston et les Demeures de l’Épouvante Ed2 pour l’intégration de l’application

Un jeu de plateau pour geeks, pour joueurs et joueuses 2 3.0

A moins d’être allergique à l’incrustation d’une application (omniprésente) dans un jeu de plateau, en attendant la série sur Amazon, on passera un excellent moment à voyager dans les Terres du Milieu

Un jeu recommandé Gus&Co

Ce qui nous a plu 👍

✅ Une aventure immersive et narrative

✅ Le besoin crucial de coopérer. Pas de King-Maker, tout le monde a son mot à dire

✅ Un matos au poids. On en a vraiment pour son argent

✅ La mécanique de temps. Il va falloir se dépêcher et optimiser ses tours pour éviter de rater le scénario

✅ Un superbe matos, illustrations et fig

✅ Les deux formats de plateau: les tuiles pour l’explo en extérieur, les gros plateaux pour la baston en intérieur

✅ Une appli fluide, narrative, ergonomique

✅ Un « brouillard », épique et surprenant, qui vient épicer le tout. En effet, on ne connaît pas les tuiles qui vont apparaître, ni même les réussites nécessaires pour accomplir une action: 1, 2, 3, plus? Ce qui rajoute une tension et une surprise constantes

✅ Des mécaniques de jeu aux petits oignons: simples, fluides, avec peu de hasard

✅ Des scénarios palpitants, un subtil et parfait équilibre entre explo, narration et baston

✅ La config de chaque scénar est différente: tuiles, événements, explo

✅ Un jeu qui se joue en campagne, avec des scénars qui se suivent et des persos qui évoluent

✅ Un excellent crossover entre jeu de plateau, jeu de rôle et jeu vidéo, entre Descent et Les Demeures de l’Épouvante

Ce qui nous a moins plu 👎

❌ Une boîte fourre-tout indigeste qui fait de la peine. Certainement le gros point noir du jeu, surtout avec le prix payé. C’est limite du foutage de gueule 😡. Avec trois maigres et ridicules ziplocks pour « ranger » le matos. Prévoir un insert ou un autre moyen pour gérer tout ça, parce que là c’est du grand n’importe quoi entre une partie et une autre

❌ Une appli très, très (trop?) présente, ce qui pourra en freiner certain.e.s

❌ Pas de bouton « retour » sur l’appli. Une fois un choix effectué, on assume

❌ Un jeu qui se joue en campagne et pas en one-shot. Autant c’est un bon point, voir plus haut, autant cela demande à la même équipe de se retrouver et de continuer à jouer ensemble sur la même campagne. Contraignant. Il faut le savoir avant de s’embarquer dans l’aventure

❌ Le deuxième livret complet des règles à l’index pas toujours complet, ce qui demande de se balader dans les règles pour trouver le point de règle recherché. Et perdre du temps précieux de jeu. De quoi s’extraire du souffle épique de la partie

❌ Besoin de batterie, d’un écran suffisamment large (oubliez un smartphone « de base », prévoyez plutôt laptop ou tablette) et d’un accès au WIFI / 4-5G

❌ Pour y jouer, il faut prévoir beaucoup, beaucoup de place. Mais vraiment. Comme le terrain ne cesse de s’agrandir selon les scénars, avec de nouvelles tuiles qui apparaissent selon la prog, on passe sa partie à agrandir le plateau de tous les côtés. Une table de 6m2 devrait suffire 😜

❌ Un prix élevé. Mais encore une fois, on en a pour son argent, le rapport qualité-quantité-développement est très correct

❌ Du texte sur les cartes en police 1.5. Si vous avez, comme moi, les yeux qui fatiguent, c’est l’âge, oubliez d’y jouer et d’y lire quoi que se soit. Prévoyez une loupe ou des lunettes, plus simplement. Ils auraient voulu écrire en plus petit sur les cartes que ça n’aurait pas été possible, tout ça pour proposer (économiser?) des cartes au format mini-mini. Une ergonomie discutable

❌ Pour l’instant, qu’une seule (mais longue et trépidante) campagne sur 14 chapitres. Vivement la suite (payante???)

Et encore une chose

Le teaser:

Vous pouvez trouver Le Seigneur des Anneaux – Voyages en Terre du Milieu chez Philibert ici

Pour vous proposer une expérience de lecture plus agréable, nous ne vous proposons aucune publicité et tentons de rester le plus simples possibles. Notre équipe prend soin de recommander des jeux et espérons que vous apprécierez! Juste pour que vous le sachiez, Gus&Co entretient des relations d’affiliation avec Philibert. Ainsi, si vous achetez quelque chose en cliquant sur nos liens, nous pouvons obtenir une petite part des revenus, ce qui nous permet d’acheter d’autres jeux et de continuer à pouvoir vous proposer de nouveaux articles

chez Play-in ici

  • Date de sortie : Avril 2019
  • Langue : Française
  • Produit en : Chine
  • Auteurs : Nathan I. Hajek, Grace Holdinghaus (une femme auteure / autrice. Il y en a trop peu dans le métier. Ça a le mérite d’être relevé)
  • Editeur : FFG pour la VO, EDGE pour la VF. Bref, Asmodée
  • Nombre de joueurs et joueuses : 1 à 5 (optimum: 1 à 3)
  • Age conseillé : Dès 14 ans (pas moins)
  • Durée : 90′ par scénar, environ, pas moins
  • Thème : Le Seigneur des Anneaux
  • Mécaniques principales : narratif, coopératif, application, exploration, baston, deck-building
Votre réaction sur l'article ?
+1
1
+1
1
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0

9 Comments

  • Phil

    Pour ma part, assez décu par le jeu. L’appli prend trop de « place » et fait perdre bcp en immersion. Il faut constamment avoir le nez dessus pour lire et commenter les évènements, pour gérer les combats,…
    Trop de tests aussi pendant la partie, attaque, défense, investigation,…
    Et finalement, ca ressemble bcp trop à Mansion of Madness 2 que j’avais lâché sensiblement pour les mêmes raisons.
    Et je ne parle pas du prix !!!

    • Phil

      De retour après avoir terminé la campagne. Et bien, finalement, nous avons bien apprécié les parties et l’appli s’est faite finalement oublier au fil du temps. J’ai fait le narrateur pendant chaque soirée et je pense que cela a permis de fluidifier nos actions (au lieu que chacun lise sur l’appli).
      La campagne est sympa et équilibrée mais on pourra lui reprocher un manque d’immersion.
      A voir sur les extensions…

  • Pikraft

    Très content du jeu pour ma part. L’application est présente mais cela reste fluide avec le jeu. Par co très je suis tout à fait d’accord. Boîte de rangement nul à ch……comme d’habitude chez ffg et ça devient d’ailleurs pénible!!! Le plus gros point noir pour moi.

  • Laidzep

    Après une partie, je suis persuadé que le jeu divisera de façon plutôt radical, et c’est presque tant mieux.
    Deux raisons majeurs :
    – l’omniprésence de l’application. Prévoir pour le confort, une tablette à minima. J’ai géré la totalité de l’application lors de la première partie pour cause de smartphone (s10+ tout de même, donc la taille est honnete), et je pense que c’est une mauvaise chose : partager l’expérience sur un écran plus grand permet probablement d’impliquer les joueurs davantages, et de partager des sensations similaires, tout en déchargeant une personne chargée de faire les allers-retours très nombreux, et qui peuvent altérer l’immersion, surtout lors de la découverte.
    Et que dire de la place prise par l’application? Elle est très importante, forcément trop pour certains… Et ce sont ces derniers qui devront faire l’effort de s’y intéresser pour reprendre la main sur cette dernière, et d’en comprendre ce qu’elle implique en terme de mécanique de jeu. Si ce qu’apporte l’application en ce sens n’est pas nouveau et pourra même en decevoir certains (dont moi), elle a le mérite d’alléger les règles de gestion d’exceptions parfois fastidieuses… Mais sans toute les supprimer, obligeant les joueurs à fourrer leur nez quelques fois dans le guide de référence. A titre de comparaison, je préfère la gestion mécanique et entièrement manuelle d’un mice and mystics.
    La simplicité et la fluidité qui se dégage de l’ensemble donne comme une force mécanique, et à la fois comme un défaut d’immersion tant les choix restreint à son tour de jeu semble déconcertant. Paradoxal, mais réel.
    – la deuxième chose qui divisera les joueurs tient à la valeur ajoutée de l’application en terme de narration. La table de jeu était plutôt divisée. Certains aimaient la légèreté et l’aspect procédurale des jetons decouverte/menace/individu. Pour ma part j’ai trouvé la chose plutôt convenu et trop superficielle. J’eus préféré davantage de texte et d’éléments de contexte, et une trame mieux ficelée. De ce point de vue, le fan de Tolkien que je suis ne s’est pas senti dans la terre du milieu (qui ne regorge pas d’objets magiques et de rune ancestrale à tous les coins de rue). Surement mon côté vieux con… Manque également à l’appel des éléments de cadrages emblématiques. Où sont les villages hobbits, les auberges de croisée des chemins pleines de rencontres improbables et propices aux embranchements scénaristiques? L’application peut aller plus loin… Et doit aller plus loin, selon moi. De même, l’impact d’un échec ou d’un succès n’est pas très prononcé. En revanche, la gestion de l’équipement et de l’XP, est un vrai plus.

    En conclusion?

    Une belle immersion, malgré tout, et un gros potentiel. Tres envie d’y rejouer, mais pas forcément pour découvrir la suite de l’histoire amorcée.
    Les campagnes gagneront peut-être en profondeur scénaristique, là où elles perdront en simplicité? Et fluidité mécanique. Un jeu qui gagnera à s’étoffer, et qui doit être jouer pour ce qu’il est : un entre-deux assumé, qui en frustration certains, et raviront les autres. Pour ma part? Critiques, certes, lucide, oui, mais ravi. Un 4,5/5… Et peut-être plus à l’avenir.

  • Saaremaa

    Pour nos parties nous avons relié le smartphone avec l’application à un écran d’ordinateur placé en bout de table (avec chromecast). Alors le « MJ » doit toujours regarder son téléphone pour cliquer et indiquer les actions, mais pour les autres joueurs le confort et l’immersion sont bien améliorés. En général un narrateur lit pour tout le monde quand même (avec un peu de roleplay c’est toujours plus sympa^^)

À vous de jouer ! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :