Lud-o-Share. Un projet d’économie collaborative pour les jeux de plateau

Share, Flickr, CC, by C!...
Share, Flickr, CC, by C!…

Essen est dans quelques semaines. La folie des jeux. Combien de nouveautés sortiront? 800? 900? 1’000? Et combien de jeux achèterez-vous cette année?

Il y a quelques temps nous vous parlions d’économie collaborative et des jeux de société. Notre ami YannG vient de lancer une idée de projet d’économie collaborative.

Un projet vraiment intéressant de slow-gaming qu’il nous décrit ici:

Combien de jeux avez-vous? 5? 10? 40? Mais combien de ceux-ci utilisez-vous régulièrement? Quel pourcentage de ces jeux dort dans votre armoire et ne va plus jamais servir. Faites le test, comptez les jeux auxquels vous n’avez pas joués dans la dernière année.

Pour ma part:

  • J’ai tendance à utiliser souvent les mêmes jeux (Ceux avec lesquels j’ai le plus de chance de gagner bien sûr…)
  • J’aime bien découvrir des nouveaux jeux. Les tester une fois (et dire qu’ils sont pourri).
  • J’aime rencontrer des nouveaux joueurs avec les mêmes intérêts que moi.

Alors pourquoi ne pas partager les jeux non-utilisés avec des joueurs autour de moi? Une sorte de grande ludothèque collaborative et géolocalisée. Voici mon projet, pour l’instant pas encore réalisé mais j’y pense:

Voici Lud-o-Share!

Le but de Lud-o-Share

  • Evaluer le nombre de jeux qui dorment sur les étagères. Et ainsi réduire l’impact écologique des boardgamers.
  • Inciter les joueurs à tester des nouveaux jeux.
  • Et surtout, inciter les joueurs à se rencontrer.

Et comment cela fonctionnerait-il ?

 

Démarrage et inscription:

  1. Vous créez un compte avec votre géo-localisation
  2. Vous inscrivez le/les jeux que vous souhaitez partager dans la base de données.

 

Vous avez envie d’un nouveau jeu?

  1. Naviguez à travers la liste des jeux disponibles autour de vous.
  2. Sélectionnez le jeu.
  3. Sélectionnez le mode de livraison
  4. Payez vos crédits.
  5. Recevez (ou allez chercher) votre jeu

 

Note: plus le jeu et proche, moins il vous en coûtera de crédits. Ceci pour favoriser l’interaction locale et minimiser les déplacements.

Les crédits, les crédits.

Pour l’instant je ne vois pas comment rendre l’application complètement gratuite. Du coup il faudrait. Disons que 1 crédit = 1 CHF / euros.

 

Vous recevez des crédits

  • Chaque fois que vous ajoutez un jeu dans le système (+1).
  • Chaque fois que vous envoyez un jeu.

 

Vous payez des crédits

  • Chaque fois que vous louez un jeu (-5)
  • A la livraison (Suivant le mode de livraison que vous choisissez)

 

Mode de livraison (loueur)

  • Pick-up chez le prestataire (0)
  • Par la poste (-8 crédits)

 

Mode de livraison (prestataire)

  • Pick-up par le loueur (0)
  • Drop-off chez le loueur (+3 crédits) – Si le loueur a choisi “livraison par la poste”, le prestataire peut l’amener lui-même et gagner des crédits. Espérons qu’il ira livrer à vélo.
  • Drop-off à la poste (+9 crédits) = la personne qui envoie le colis dois aussi payer les frais d’envoi.

Les problèmes à résoudre

Comment s’assurer que les jeux soient envoyés à temps et qu’ils ne se perdent pas dans la nature. Comment être sur que le prestataire envoie le jeu et que le louer l’as reçu. Et comment faire pour que personne ne vole les jeux dans le processus? Les jeux vont s’user et certains pièces manquer, qui va les remplacer?

0 (1)

Conclusion

C’est une idée, un concept. D’ailleurs, si quelqu’un veut le mettre en pratique, je suis preneur.

Il y aurait pas mal de défis à relever, mais le service pourrait s’avérer assez cool. On pourrait imaginer le voir plus sous forme de location, les jeux tourneraient en continu entre les joueurs (chaque mois un nouveau jeu).

 

Qu’en pensez-vous? Bonne idée? On la lance cette appli/plateforme?

22 réflexions au sujet de « Lud-o-Share. Un projet d’économie collaborative pour les jeux de plateau »

  1. Une solution simple serait d’organiser chez l’un ou chez l’autre des soirées « jeux ».
    Ce qui résoudrait pour moi un certain problème : je suis collectionneur de jeux et ça m’embête de me séparer d’un élément de ma collection…

    Aimé par 1 personne

    1. Salut Patrick,
      Merci pour ton commentaire.

      Effectivement les soirées jeux sont toujours la meilleure option. On sociabilise et on sort de chez soit. Par contre il arrive il y ai des occasions où l’on peut pas juste aller chez le voisin. Par exemple:
      – Je pars en vacances et aimerait un jeu à jouer à 2 avec ma partenaire
      – J’ai envie d’organiser une soirée jeux avec un certain groupe d’amis
      – Le voisin qui à les jeux bien n’est jamais là ou n’as pas les mêmes horaires, etc.
      – Peut-être que le voisin à des jeux très cools, mais lui l’est moins.

      Ciao

      Aimé par 1 personne

  2. Le concept est intéressant, surtout à l’ère de l’économie de service, tel que UBER et AirBnB….

    Cependant, il me semble qu’on taille des croupières aux missions de service public des ludothèques. Ok, elles n’ont pas tout les jeux, ni ne sont forcément à la page, mais ce n’est pas en les contournant qu’elles évolueront je pense.

    Et on est également à cheval sur les soirées jeux de magasins, éditeurs, bars à jeux,…

    Aimé par 1 personne

    1. Salut Arnaud,

      Effectivement, on est bien sur le même créneau que les ludothèques. Personnellement ça doit bien faire 20 ans que je n’ai pas été dans une ludothèque. J’en ai l’image d’un endroit un peu désuet et je m’attends pas a y trouver les « derniers » jeux. Dans mon imaginaire c’est rempli de Monopoly et de Uno.

      Lud-o-share offre l’avantage d’un choix plus vaste, à la demande et « livré » à la maison.

      Par contre je pense pas que cela soit à cheval sur les bars à jeux ni les magasins.
      Bar à jeux => Pour rencontrer des joueurs
      Magasins => Je veux posséder un objet, offrir un cadeau.

      Yo

      J'aime

        1. Oui Fred au moment où j’ai écrit ce commentaire j’ai repensé au Dé Blanc. Et je me suis dit « oups ». Après, je suppose que mon commentaire était trop général. Tout dépend des ludothèques en effet, et des équipes qui les gère. Si les responsables (comme toi) sont dynamiques et ouverts aux jeux ado-adultes, ça change en effet pas mal la donne.

          Ce qui ne change en rien le projet de Yann, AMHA. Si je résume certains commentaires, il y a une tendance qui semble opposer ludothèques et ce projet de plateforme. Alors que les deux n’ont finalement rien à voir. Oui, dans les ludothèques tu pourras emprunter des jeux gratuitement. Mais le projet de Yann permet aux joueurs de faire tourner leurs jeux. Plutôt qu’ils prennent la poussière.

          Yann a décidé d’appeler son projet Lud-o-Share. Mais il aurait tout aussi bien pu appeler ça Gamecrossing. De Bookcrossing. En plus 2.0.

          J'aime

      1. Bonjour,

        pour la Belgique il y a une nouvelle génération de ludothécaires très dynamiques. On trouve de plus en plus de ludothèque avec des jeux pour ado, adulte et nerds. Même si le public ciblé est principalement un public familiale il y a de plus en plus de ludothèques qui visent le jeu dans son ensemble ( jouet, jeux de plateau etc).

        J'aime

      2. Je gere une ludo associative sur la cote d’azur et je peux te dire que nous avons un très grand choix de nouveautés, de Five Tribes a Roll for the galaxy !

        Il faut faire la différence entre ludothèque municipale et ludothèque associative qui ne en partie de fond privé et doit se etre a la pointe !

        Aimé par 1 personne

  3. Salut,

    Plusieurs remarques a cette idée que je trouve intéressante.

    La logistique risque d’être le point faible… et envoyer son jeu par la poste, ca risque d’etre amusant. Il faut aussi penser au cas où la personne habite aux Etats Unis (et oui de nos jours faut penser global).
    Il faudrait plutot se limiter a zone autour de chez soi (et faire l’échange de mano a mano).
    J’ai encore un peu de mal a voir l’interet par rapport a une ludotheque… hormis pour ceux qui n’ont pas de ludotheque pres de chez eux.
    Pour limiter la perte dans les transports, le vol et les pieces manquantes, le mano a mano resoudrait le premier souci. De plus avec un système de notation pour le loueur/l’emprunteur et l’état du jeu permettrait de diminuer les risques.
    Cette application ne pourra correctement fonctionné seulement s’il y a beaucoup d’inscrits (prévoir beaucoup de comm).
    On risque plus d’avoir un sacré paquet de jeux médiocres que de bons jeux (bien évidemment, tout est relatif).

    Je pense qu’une des toutes premières étapes serait de faire une pseudo « étude de marché » afin de voir s’il existe ou non une demande/un besoin.

    Bref, le débat reste ouvert…

    Aimé par 1 personne

    1. Nope, pas d’accord. Si tous les fabricants, et éditeurs de jeux, devaient à chaque fois faire une étude de marché pour leurs produits, pas grand-chose ne sortirait. Tu crois vraiment que Steve a fait une étude de marché en 2010 pour sortir un machin plat sans clé usb?

      Je pense qu’il faut voir le processus différemment. Tu le lances, tu crées la demande et le besoin, ou pas et tu te plantes. Si tu attends toujours d’avoir des confirmations ou de la sécurité en amont tu n’entreprends plus rien. Dommage.

      Après, comme Yann le dit, ce projet n’est encore qu’un… projet. Rien n’est encore fait.

      J'aime

  4. Salut Anne,
    Merci pour le commentaire.

    La logistique est clairement le point faible. Mais c’est toujours le cas dans n’importe quel service de e-commerce. Aussi, c’est juste qu’il faut penser global, mais idéalement il faudrait éviter que les jeux voyagent des kilomètres. En privilégiant un maximum les interactions locales.

    On peut imaginer que les jeux les plus présent sur la plateforme « coûtent » moins cher (moins de crédits). Que les utilisateurs qui proposent des jeux rares reçoivent plus de crédits.

    Lud-o-share est un concept, une idée libre à partager. Pour l’instant le but n’est pas vraiment de créer l’application. Par contre si elle résonne chez quelqu’un et qu’il a envie de travailler à sa mise en place. Il est le bienvenu.

    ABE

    J'aime

    1. Salut,

      Hyper bien, je connaissais pas ces trois sites. Comme quoi on n’invente jamais rien!

      Par contre les trois plateformes sont gratuites mais se financent grâce à notre ami le grand Amazon. C’est un business model, mais assez limité. Avantageux surtout pour Amazon de mon point de vue.

      Et les 3 services ne jouent pas sur la proximité. En tout cas pas au premier abord. Et c’est ça que je trouvais le plus intéressant.

      J'aime

  5. L’idée de départ est excellente.. Là où ça se gâte c’est à partir du moment où cela devient payant…. Et si en plus il y a un système de livraison…. 😦

    Non… une appli pour voir les jeux autour de chez soi.. Et point barre ! Tout gratuit et on se débrouille pour aller chercher le jeu..

    J'aime

      1. Lister des contacts ne signifie pas forcément donner des adresses réelles…
        C’est par exemple avoir : Lille 30/09/2015 20h00 – Soirée « petits jeux rapides »

        J'aime

  6. Mon avis sur la question ?

    Dans ma ludo, chaque année je fais la liste des jeux que je n’ai pas joué, ça fait a peine 10%, et sur ces 10% et bien la bonne moitié je les vends ou les donne.

    J’ai donné un bonhanza la semaine dernière…

    J’ai du mal a voir ce projet fonctionner perso. Sauf a centraliser tous les jeux en pret… sans parler de l’aspect légal !

    J'aime

  7. Marrant, idée que j’avais eu il y a plus de 10 ans concernant les livres et les DVD…

    Et sinon, je pense que la solution existe déjà, il s’agit des ludothèques (pour les petits), des clubs de jeux, des conventions et autres manifestations de jeux. Bref n’importe quelle organisation qui mutualise l’achat de jeux par cotisation, donc efficacité, moindre couts, achat unique pour plusieurs personnes, …

    J'aime

  8. Yann, ton idée est intéressante. Elle se base sur les mêmes problématiques que je ressens dans mon expérience du jeu: ceux que je ne sors plus, les nombreux que je souhaiterais essayer, des cercles locaux de joueurs que j’aimerais créer. Bref, moi j’ai abordé Une possible solution d’une autre façon et je lance d’ailleurs pour ça une plateforme, nommée Coludik. Comme j’aimerais que les joueurs participent à son développement, j’invite quiconque à venir dire son mot sur le blog que j’ai mis en place. Je vous attends donc sur http://coludik.com où j’ai commencé à détailler le projet. À bientôt.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s