L’actualité ludique qui a fait le buzz en 2014

buzz-1914

Quels ont été les moments forts de cette année? Les événements qui ont marqué les esprits, qui ont « défrayé la chronique » ludique?

prix

Comme chaque année, 2 prix internationaux et importants ont été décernés à des jeux : en mars ce fut l’excellent jeu d’ambiance Concept qui reçut la palme à Cannes et qui mit tout le monde ludique d’accord, et en juillet ce fut Camel Up qui obtint le prestigieux Spiel des Jahres 2014, un prix qui divisa et ne fit de loin pas l’unanimité de la communauté.

kick

Années après années, le nombre de jeux de société financé sur la plateforme de financement participatif ne cesse d’augmenter. Rien qu’à l’heure actuelle, décembre 2014, entre les jeux de plateau, les jeux de rôle et les jeux de cartes en cours de financement on dénombre plus de 5’500 projets!

Citons deux succès ahurissants de 2014 : Zombicide la 3e saison, qui a empoché près de 3 millions en juillet, un record. ZNA, un autre jeu de figurines avec des zombies chez FunForge, lancé il y a une semaine, avait besoin de 80’000 USD pour être financé, et il leur a fallu à peine 48h pour y parvenir (mais campagne annulée quelques jours plus tard…???).

asmo-rachat

Parlant de l’actualité ludique qui a marqué 2014, il faut bien évidemment citer Asmodée qui a connu une année tonitruante avec pas moins de 3 rachats d’autres éditeurs. Days of Wonder en août, Pearl Games en octobre et FFG quelques semaines plus tard en novembre. Juste hallucinant. C’est surtout le rachat de FFG qui a défrayé le chronique, FFG étant le plus gros éditeur américain.

asmo-innove

Tiens, restons sur Asmodée quelques instants pour parler de leur tout nouveau modèle économique qu’ils ont lancé en 2014, le dépôt-vente dans les boutiques.

En temps normal, les distributeurs comme Asmodée achètent une certaine quantité de jeux aux éditeurs, quantité que les distributeurs revendent ensuite aux boutiques en prenant une certaine commission au passage. Si les boutiques n’arrivent pas à tout revendre, tant pis pour elles.

En 2014 toutefois, Asmodée a offert aux boutiques la possibilité de leur rendre les invendus. Moins de risque donc pour les boutiques, qui ont eu alors tendance à leur prendre plus de jeux que d’habitude. Si ce modèle économique est chose courante dans le monde du livre, avant 2014 il ne l’était pas dans le jeu de société. Ce modèle représentait surtout un essai pour Asmodée pour « prendre la température du marché », avec uniquement deux titres, Minivilles et Splendor. Vont-ils poursuivre leur expérience en 2015 et l’ouvrir à d’autres titres de leur catalogue?

ludox

Lancé en été par une ancienne de JedisJeux, au vu de sa qualité rédactionnelle et technologique et en à peine quelques mois d’existence, Ludovox est devenu un site incontournable de la scène des informateurs ludiques, et c’est surtout leur reportage live de la GenCon qui a catapulté le site.

reboot

2014, ce fut également l’année des reboots en jeu de rôle: Vampire, en vf, pour fêter les 20 ans, l’annonce de INS/MV pour un Kickstarter en 2015, et bien entendu, 40 ans exactement après sa création, la 5e édition de Donjons et Dragons en vo, juste excellente.

Non, le jeu de rôle n’est pas mort, bien au contraire même, il connaît actuellement son deuxième âge d’or après celui du début de années 90.

buzzbyx

Avec un beau buzz, cette année c’est Bombyx qui a longtemps occupé le devant de la scène ludique avec leur titre Abyss, en proposant 5 couvertures absolument différentes (et superbes), une grande première dans le jeu de société. Le jeu s’est d’ailleurs arraché comme des petits pains à sa sortie, tellement le matériel et les illustrations sont somptueux.

cannes

Avec en mars un festival de Cannes bien chiche en nouveautés, c’est clairement la GenCon qui a connu un sacré buzz international en août. Longtemps terrain de jeu réservé aux Américains, de plus en plus d’éditeurs et auteurs européens traversent l’Atlantique pour s’y rendre, preuve d’un intérêt grandissant.

D’ailleurs les chiffres parlent d’eux-mêmes, la GenCon arriverait presque à dépasser Essen.

essen

Parlons d’Essen, justement. Essen 2014, vu quelques chiffres, fut un record historique en terme de nombre de sorties, plus de 1’000, avec 318 éditeurs présents, pour une surface d’exposition jamais égalée de 58’000m2, donc 14 terrains de foot.

14 terrains de foot uniquement dédiés aux jeux de société et martelés de pas de passionnées, plus de 154’000 en 4 jours. Tant de chiffres qui prouvent que le jeu de société est en pleine effervescence.

placement

Bien connu dans certains films, notamment les James Bond, dans lesquels on voit de manière plus ou moins subtile quantité de marques et de produits défiler à l’écran, 2014 a marqué un gros coup de buzz avec Rio Grande Games qui a investi en plaçant leurs jeux dans certaines séries et films.

Ainsi, on a pu voir Arctic Scavengers dans la série über-geek Silicon Valley, mais également Tikal dans The Crazy Ones (avec feu-Robin Williams), également Dominion dans Agents of Shield, et aussi avec RFTG dans l’excellent Gone Girl de David Fincher avec Ben Affleck. Un beau coup de pub.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

cathala

Depuis plus 10 ans le Haut-Savoyard Bruno Cathala sort régulièrement des jeux, et de plus en plus. Nous vous le disions déjà en mai, 2014 était sans conteste sa meilleure année, non seulement en terme de quantité mais surtout en terme de qualité, avec des titres forts comme Abyss, Madame Ching, Titans, Dragon Run, Desperados of Dice Town.

Deux prix viennent d’ailleurs couronner l’année de Bruno, son Five Tribes avec le Tric Trac d’Or 2014, le prix du meilleur jeu de l’année pour les lecteurs de Tric Trac, et le prix de meilleur auteur de jeu à Barcelone. Une grande et belle année pour Bruno. On lui souhaite d’ailleurs de sévir dans le monde du jeu de société pour encore 1 ou 2 siècles.

Et pour vous, quels ont été les moments forts de cette année?

25 Comments

  1. Je ne comprends toujours pas la confrontation que tu imposes entre Cannes et la Gencon qui donnerait presque l’impression que Cannes est en régression (alors que c’est l’inverse).

    Ce sont deux événements différents qui touchent pour l’essentiel des publics différents, car la plupart des passionnés francophones ne peuvent pas aller à la Gencon. Accessoirement, Cannes n’est pas un événement commercial comme Essen. Ce n’est pas un salon, c’est un festival. Heureusement qu’on en a quelques uns en France 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Martin pour ton commentaire.

      Question de point de vue alors, car je ne suis pas du tout d’accord avec « Cannes n’est pas un événement commercial ». Quand des éditeurs paient leur stand (cher) pour y vendre leurs jeux, j’appelle ça un salon commercial, au même titre qu’Essen ou la GenCon.

      Oui pour moi Cannes est clairement en régression, pas en terme de visiteurs mais en terme de sorties. La preuve avec 2014.

      Avant, il y avait deux dates importantes dans le calendrier des sorties pour les éditeurs francophones: Essen et Cannes (avec Nüremberg qui venait se greffer dessus, mais surtout pour de la démo pro).

      Avec la montée en puissance de la GenCon, les éditeurs ont exercé un shift, d’autant que Cannes est très près d’Essen et la GenCon pas loin non plus, donc pratique pour y lancer un jeu ou pré-Essen.

      Mais attention, je n’ai JAMAIS dit que Cannes était « inutile », bien au contraire, ce salon permet aux gens de se rencontrer, c’est important, et son off est un tremplin formidable pour les protos.

      Il est vrai que je donne mon analyse de blogueur et pas de joueur, car si Cannes fait office de boutique pour les éditeurs, le nombre d’événements organisés est juste aussi hallucinant que divers.

      J'aime

      1. Bah écoute, je n’ai pas tenu de compte personnellement d’autant plus que je vais à Cannes pour le off et pour jouer aux protos qui sortiront à Essen. Donc sur le fond, le nombre de sorties, je m’en fiche un peu.

        Cependant non, ce n’est pas une question de point de vue : il ne suffit pas de dire que le festival de Cannes est en régression pour que ce soit vrai. Ce qui m’étonne, c’est qu’on m’a dit exactement l’inverse du côté de l’organisation : il paraît que le nombre de sortie pour Cannes est en constante augmentation et que 2015 ne dérogera pas à la règle. Et pas que des sorties anecdotiques, Cannes devient un moment important pour les éditeurs de jeux familiaux notamment (comme Splendor sorti l’an passé ou Loony quest cette année mais aussi des jeux moins familiaux comme Elysium).

        Mais non, tu as raison ce n’est pas Essen : il y a un off, des animations, un prix ludique, pas mal de choses que je ne trouve pas ailleurs et qui font que j’attends Cannes avec impatience.

        Je ne connais pas la Gencon, j’aimerais beaucoup y aller. Si un jour j’en ai les moyens j’irai, mais ce n’est pas pour tout de suite 🙂

        J'aime

        1. Puisque je place Cannes et la GenCon dans une lutte farouche et sans merci, la différence essentielle réside dans l’aura internationale. Si Cannes attire surtout la francophonie, la GenCon parvient à attirer de plus en plus d’acteurs hors-sol américain, comme Essen. La preuve, toi et moi sommes très intéressés. Depuis le temps que le FIJ existe, on n’a pas vu les foules internationales se lever. Cannes est très franco-français.

          En ce qui concerne les sorties, je suis content de t’entendre dire qu’elles seront importantes en 2015. En 2014, les éditeurs ont eu un peu « le cul entre deux chaises », à y présenter les « vieux » jeux d’Essen pour les relancer en territoire hexagonal et les démos pour la future GenCon. Est-ce que la situation sera différente en 2015?

          J'aime

          1. > « (…) Cannes est très franco-français ».

            Oui c’est vrai. Il y a quelques italiens et espagnols. J’imagine que l’organisation aimerait que ce soit moins le cas, moi, très égoïstement, non. J’aime bien justement cette idée de réunion incontournable des français 🙂 Pour moi, Cannes, c’est vraiment la fête du jeu en France.

            > »En ce qui concerne les sorties, je suis content de t’entendre dire qu’elles seront importantes en 2015. En 2014, les éditeurs ont eu un peu « le cul entre deux chaises », (…). Est-ce que la situation sera différente en 2015? »

            Ah mais moi j’en sais rien.
            Je te répète juste ce qu’on me dit quand on parle de progression du nombre de sortie.
            Mais honnêtement, je pense que ce sera semblable à 2014 : c’est à dire que les gros éditeurs sortent tous quelques jeux familiaux parce que c’est un peu le ton du festival et un bon moment pour sortir ce type de jeu.
            Mais s’il le font, ce n’est pas pour faire plaisir à l’organisation mais parce que ça se vend auprès des 150 000 visiteurs (le même nombre que pour Essen 🙂
            En 2010, il y a eu très peu de sortie sur le festival. En 2014, il y en a eu plus et 2015 sera sans doute dans le même ton.

            Alors évidemment, ce ne sont pas les jeux qui passionnent le plus les blogueurs (quoique, il y a des blogueurs qui aiment les jeux familiaux), les blogueurs couvrent davantage le off et les tables de proto. C’est bien normal. Ce off est précieux pour moi et contribue beaucoup à l’originalité de Cannes.

            Quant à la Gencon, il y a sans doute plus de sortie qu’à Cannes, mais il ne me viendrait pas à l’idée de comparer les deux événements 😛

            J'aime

            1. N’empêche, pour revenir au titre / sujet de l’article, c’est clairement la GenCon qui a fait le buzz cette année, pas le FIJ. C’est ce que je cherchais à exprimer 😉

              Merci à toi Martin pour tous ces échanges enrichissants! On se voit à Cannes.

              J'aime

  2. Même si y a toujours moyen de s’améliorer encore Cannes reste un festival gratuit et donc ouvert à tous…
    Pour habiter à côté, je peux vous dire qu’en quelques années beaucoup de gens autour de moi y sont allés depuis 2 ou 3 ans et c’était pas gagné d’avance!!!
    Ça ouvre le JdS au grand public français… Et permet surtout de découvrir des jeux de societe modernes.
    Pourvu que ça dure;)

    J'aime

    1. Race for the Galaxy. Un jeu de cartes emblématique qui a frappé fort au moment de sa sortie. Toujours aussi bon (en évitant la dernière extension Artifacts NAC (nulle à chier)).

      Merci Nico!

      J'aime

    1. @Matthieu: perso, j’utiliserais plutôt le terme « captiver » qu’exciter, moins péjoratif. Et oui tu le fais souvent, comme nous. « What the Fake » est largement plus « excitant » comme titre que « dessine un truc », ou « l’actualité ludique qui a fait le buzz en 2014 » sonne mieux que « tous les trucs intéressants de 2014 ».

      Un titre de jeu, comme celui d’un article, se doit d’être « racoleur » (terme également péjoratif), ou « vendeur ». Tiens, disons « sexy », tout simplement 😉

      Certainement un atavisme de mon passé de journaliste.

      J'aime

    2. Oui, j’ai bien conscience que la pique systématique anti-Cannes est aussi placée là pour faire réagir. Parce qu’en cette période d’explosion ludique en France, ce serait bien le diable qu’il n’y ait plus assez de place pour un festival comme Cannes 🙂

      Mais même si j’en ai conscience, comment ne pas réagir ?

      J'aime

      1. Si dire qu’il y a au final assez peu de nouveautés qui sortent à Cannes est une pique, je te prie de nous en excuser, ce n’était pas notre intention. Pour nous c’est juste la réalité.

        J'aime

      2. Objective, j’ai oublié de rajouter. D’où le titre de l’article, la GenCon est devenue plus importante qu’Essen, et ça c’est nouveau dans le paysage ludique. Mais si tu trouves que c’est une pique faut t’en prendre aux orga de la GenCon, pas aux petits blogueurs suisses 😉

        J'aime

  3. Je ne « m’en prends » pas à toi, il n’y a rien de belliqueux dans ma réaction.
    Je me contente de souligner qu’il n’y a pas de raison objective d’opposer Essen, Cannes ou la Gencon.
    Ce sont trois festivals/salons positionnés différemment et qui se passent dans trois pays différents à trois moment différents. Trois chances de s’intéresser aux jeux pour des publics qui sont également différents.

    Quand tu dis que Cannes « est définitivement dépassé » dans ta note du 21, alors que du côté de l’organisation on voit une progression et qu’on y consacre pas mal d’énergie pour en faire un grand moment, mon clavier me démange et je réagis gentillement mais sans aucun animosité, sois rassuré 🙂

    J'aime

    1. Tout pareil Martin.

      Quand je dis dépassé encore une fois je ne dis pas que Cannes est nul, point du tout, toujours une excellente orga, juste que la GenCon a ravi la vedette. Salops!

      Mais comme dit Matt j’ai la formulation punchy.

      J'aime

  4. Moi, j’ai l’impression que chaque année les éditeurs qui ont pris un petit retard sur leurs sorties Noël de jeux exagèrent le retard auprès des joueurs pour calibrer la sortie pour Cannes. On parlait de Looney Quest, mais le nombre d’autres exemples est considérable, sur cette année ou en général…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s